Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 22 octobre 2020 - 03:00  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Pubs pour matériels
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Supremacy: Your Will Be Done
(Article écrit par Cyrille Baron et extrait de Joystick - décembre 1990)


Sans être complètement mégalo, avouez quand même que ça vous plairait de conquérir un univers. Grâce à Melbourne House, c'est dans le domaine du possible.

Supremacy: Your Will Be Done

Amis de la simulation économique et du jeu de stratégie à grand spectacle, bonjour ! Oui, je sais, en général, les jeux de stratégie sur micro-ordinateur sont casse-pieds, difficiles à comprendre et moches. Quant aux jeux de simulation économique, ils sont au moins aussi casse-pieds, difficiles et moches que les précédents. On imagine ce que peu donner un croisement des deux. Eh bien non, on a tort d'imaginer ça. Certes, je ne vous cacherai pas que Supremacy est difficile, complexe, même. En revanche, j'interdis à quiconque de le trouver casse-pieds et moche.

Supremacy: Your Will Be Done

Posons le décor : Epsilon, un univers situé aux frontières de l'infini, c'est-à-dire assez loin de tout ce qu'on peut connaître, se trouve en état de dépendance vis-à-vis de quatre systèmes planétaires. Ces quatre systèmes doivent être envahis et contrôlés à tout prix par le chef suprême : vous. Naturellement, les formes de vie qui disposent d'une base dans lesdits systèmes ne l'entendent pas de cette oreille (pour autant que des Wotoks, des Smines, des Krarts ou des Roms en aient, des oreilles) et il va falloir les combattre et s'installer.

C'est là que la notion de stratégie et d'économie pointe le bout de son nez puisqu'il va falloir apporter la vie sur des astres morts afin de les peupler mais aussi investir les planètes ennemies (dès que le jeu commence, lui aussi essaye de coloniser les planètes vierges). En fonction de l'univers, il y a de 8 à 32 mondes à gérer ! Soit dit en passant, commencez par le monde des Wotoks, le plus facile. Bon, je vois que l'auditoire commence à être fasciné, il est temps d'expliquer comment les choses se passent.

Supremacy: Your Will Be Done

Alors voilà, au terme d'une présentation animée de toute beauté et après avoir choisi le monde à envahir, on se retrouve sur la base de départ. L'écran, véritable centre de contrôle, contient plusieurs icônes permettant d'agir sur le ou les mondes. A l'aide de l'icône de gouvernement, il va s'agir de consolider le monde déjà existant : population, moral, ressources énergétiques et alimentaires, démographie en pourcentage, etc. Commencez donc par baisser les taxes à 35%. Très vite, le moral de la population va monter, elle va faire plein de bébés, donc, plein de soldats. Oui, je sais, c'est dégueulasse mais l'économie marche comme ça et de toute façon, ce n'est qu'un jeu. Qui dit plus de civiles dit plus de nourriture consommée. Pour produire de la nourriture, on clique donc sur l'icône qui permet d'acheter du matériel et on se procure une station horticole. Ensuite, on va à l'aire d'arrimage et on enrôle un équipage. On clique sur "surface de la planète" puis sur "on/off" et voilà la station qui commence à produire de la nourriture.

Bon, maintenant, même manoeuvre pour le minerai : on achète une station minière, on y met de l'équipage, on commence l'exploitation et zou ! Euh, en général, c'est à ce moment qu'on s'aperçoit que ces engins consomment beaucoup d'énergie. Pas de problème, il suffit d'acheter deux satellites générateurs solaires que l'on met sur orbite au moyen de l'écran de navigation. Maintenant, allez sur l'icône représentant un poing gris et engager 200 hommes dans quatre sections et choisissez d'envahir la planète la plus proche. Gasp ! C'est un astre mort. Pas de panique : achetez un processeur d'atmosphère et mettez-le en orbite. Une fenêtre de l'écran principal montre la surface de la planète. Très vite, de grandes flammes balayent le sol et peu de temps après, un message vous informe que la planète est désormais habitable.

Supremacy: Your Will Be Done

Ensuite, suivant vos moyens, équipez les hommes en armes et matériel. Bon plan, les militaires ne consomment pas de nourriture de la base. Le reste est tout bête, il suffit d'acheter un croiseur, de mettre les hommes dedans, de les envoyer sur la planète et enfin de les débarquer. Revenez à l'écran principal et vous aurez la surprise de voir la fenêtre montrant la planète s'animer. En moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, de merveilleux bâtiments attesteront de la présence d'une civilisation avancée. C'est là que les problèmes (re)commencent : il va falloir acheter de quoi produire de la nourriture, de l'énergie et tout et tout.

Vous voilà avec deux planètes sur les bras. Il ne vous reste plus qu'à continuer à vous occuper de tous ce beau monde et à en conquérir d'autres, de mondes, justement. Dans le même temps, les vilains en font autant et au fur et à mesure de leur progression, le visage de leur chef envahis l'écran de contrôle. Essayer de mourir une fois, au moins (fastoche), histoire de profiter de la séquence animée de fin. Voilà, en gros, le principe du jeu. A cela viennent s'ajouter quelques subtilités : par exemple, il se produit aléatoirement des catastrophes qui échappent au contrôle du joueur et rajoute un peu de piment. Au menu, tremblements de terre, explosion des réserves de méthane (c'est comme ça que j'ai perdu 25 000 habitant d'un coup !) et autres joyeusetés du même acabit.

Citons également les options permettant, par exemple, de cryogéniser les habitant en surnombre, de transférer les fonds d'une planète à l'autre, de faire du commerce avec ses propres mondes et surtout de combattre les méchants. A ce sujet, sachez que les séquences de combat sont très "jeu de rôles" donc assez transparente pour l'utilisateur. Il n'y a pas de combats grandioses, l'ordinateur se contente de vous informer de la progression des forces en présence. Pour avoir joué plusieurs jours d'affilée, je vous promets qu'il s'agit en fait d'un soulagement car gérer plusieurs (dizaines) de mondes de manière efficace est suffisamment complexe et passionnant pour qu'une partie d'arcade ne vienne tout gâcher.

Supremacy: Your Will Be Done

Reprenant ce que je disais au début, j'insiste sur le fait que ce logiciel n'est absolument pas casse-pieds. Tout au plus peut-on le qualifier de complexe, pas de compliqué. Cette nuance est la frontière qui sépare "prise de tête" et "gymnastique intellectuelle". Mais où vais-je donc pêcher d'aussi jolies conclusions ?

Le moins qu'on puisse dire, c'est que le graphisme de la chose est une pure merveille : style des vaisseaux impeccable, couleurs et dégradés sans bavure. Même remarque en ce qui concerne le son - musique et bruitages - qui renforce l'ambiance. Les animations, un peu saccadées parfois, sont tout de même remarquables. Seule note de discorde en ce qui concerne la documentation française : on sent que l'éditeur anglais s'est vraiment pris la tête pour faire un mode d'emploi d'une centaine de pages digne de ce nom mais à l'arrivée, on se retrouve avec une feuille qui se contente d'expliquer en quatre langues à quoi servent les icônes, mais pas comment ni pourquoi l'on doit s'en servir. Une fois de plus, l'importateur a saccagé le boulot de l'éditeur. Bof, c'est devenu tellement courant.

Nom : Supremacy: Your Will Be Done.
Développeurs : Probe Software.
Éditeur : Melbourne House.
Genre : jeu de stratégie.
Date : 1990.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 512 ko de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 300 FF.

NOTE : 8,5/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]