Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 27 novembre 2014 - 20:16  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Software Tycoon
(Article écrit par David Brunet et extrait d'Obligement 36 - décembre 2002)


Epic Interactive est devenu incontournable sur la scène Amiga et cette société germano-anglaise nous le prouve encore une fois en éditant le premier titre natif pour MorphOS.

Epic, Epic et colégramme

Après Foundation Gold, Simon The Sorcerer 2, Earth 2140, Earth 2140 Mission Pack et Feeble Files, la société gérée par Thomas Steiding nous propose un nouveau titre : Software Tycoon. C'est une simulation économique créée, à l'origine, par Destrax et Black Star Software. Le portage est l'oeuvre, une nouvelle fois, de Paul Burkey qui a été aidé pour l'occasion par Andy Kellett.

Le jeu est présenté dans un boîtier de DVD dont la couverture et le manuel ont été refait afin de mentionner les noms Epic, Amiga et MorphOS. C'est une bonne attitude car certains autres portages n'incluent que les manuels d'origine, qui n'ont parfois rien à voir avec la version Amiga.

Trois versions sont disponibles selon votre configuration (AmigaOS, WarpOS et MorphOS), on peut lancer directement le jeu (c'est possible mais les sauvegardes ne peuvent pas être effectuées dans ce cas) ou l'installer sur le disque dur, ce qui vous prendra une place de 95 Mo. A noter que l'installation ne fonctionne pas sur certains systèmes de fichiers pour CD (mode ISO 9660 avec AsimCDFS par exemple) car le CD n'a pas été gravé avec un Amiga.

Le jeu demandera une résolution de 800x600 en 8 bits, ce qui est largement suffisant pour une simulation économique. Une fenêtre s'ouvrira et vous demandera cette résolution mais l'inconvénient, c'est que cette fenêtre s'ouvrira à chaque lancement de Software Tycoon car les réglages d'écran ne sont sauvés nulle part.

Software Tycoon

Débuter votre carrière

Après avoir choisi sa langue (anglais ou allemand), on arrive au menu. Très peu d'options sont disponibles (sons et musiques On/Off) et on est alors rapidement amené à débuter la partie. On configure son entreprise (nom et logo), on sélectionne la difficulté de jeu, et on peut enfin entrer dans le monde impitoyable des affaires.

L'histoire se déroule en 1982, date à laquelle l'industrie des jeux vidéo est encore balbutiante. Vous fondez donc une entreprise qui part à la conquête de ce nouveau marché. Il faudra recruter du personnel, créer des nouveaux concepts, vendre ses produits et tenter de gagner de l'argent.

Le jeu se présente d'une façon assez originale : vous êtes dans une grande rue qui se compose de toutes les sociétés ou les commerces qui sont nécessaires à votre ascension. Il y a votre local (le développement et le quarter général) qui juxte les autres locaux de vos rivaux, un peu plus loin on trouve la banque, le cinema, le magasin de jeux vidéo, la société de pub, la pizzeria, le laboratoire, la salle de jeux d'arcade et l'usine de production. Tout est réuni dans cette avenue et c'est à vous de déplacer votre personnage de commerce en commerce pour effectuer vos différentes actions. Cette rue grouille de monde, les passants sont en fait très utiles pour savoir quel type de jeu et quelle plate-forme sont le plus en vogue. Il ne faut donc pas hésiter à faire des mini sondages afin de réaliser un concept de jeu qui soit dans l'air du temps.

Software Tycoon

Cette rue présente également d'autres aspects plus ou moins importants pour le jeu : il y a des affiches qui servent à découvrir quelques astuces de Software Tycoon, un levier à la fin de la rue pour enclencher la pause, il y a aussi des petits détails graphiques (la pluie par exemple) ou des objets qui ne servent à rien comme les distributeurs de boisson, mais qui sont bien marrants à utiliser :-)). D'une manière générale, la prise en main est aisée, on double-clique sur un bâtiment pour y entrer, on clique sur le bouton droit de la souris pour revenir sur la rue, etc. Le seul problème inhérant à ce type de présentation, c'est qu'on doit, parfois, faire défiler toute la rue pour arriver à l'endroit souhaité (aller à la production par exemple) et ceci est assez rébarbatif à la longue.

Gérer ses affaires

Au départ, vous n'avez qu'un petit capital, c'est tout. Il faudra donc tout mettre en oeuvre pour que votre entreprise prospère. Il faudra commencer par recruter votre personnel (cela se fait dans la salle de jeux d'arcade) qui est composé de programmeurs, de graphistes et de musiciens. Bien sûr, plus ils seront efficaces, plus votre jeu final sera réussi. Ensuite, cap sur la conception du jeu vidéo : créer un nom, choisir le genre, la difficulté, les langues, etc. Votre équipe de développement mettra un certain nombre de jours à finir le projet, vous pourrez donc en profiter pour lancer de nouvelles recherches (cela se passe dans le laboratoire) ou tenter d'obtenir une licence d'un grand film pour votre prochain jeu, mais cela coûte très cher évidemment. Chose amusante, vous pourrez aussi louer les services de la mafia locale pour nuire à vos concurrents (intrusion de virus, atteinte à l'image de marque et vol de concepts sont au programme).

Une fois votre concept réalisé, il faudra le produire et le commercialiser. C'est à vous de choisir l'empaquetage et le prix de votre jeu. Un grand hit se vendant mieux qu'un jeu merdique, il sera primordial de jeter un coup d'oeil sur les tests des magazines spécialisés pour savoir où en est la qualité de votre produit. Une bonne note vous assurant plusieurs mois de revenus importants. Vous pourrez aussi faire un petit tour à l'agence de publicité pour doper vos ventes. Ensuite, il ne reste plus qu'à voir évoluer, jour après jour, le volume des vente et le niveau de votre chiffre d'affaires. Le jeu se déroule en temps réel, ce qui captive particulièrement le joueur et l'oblige à être vigilant sur toutes les opérations.

Software Tycoon

La difficulté est relative. En mode "Easy", le début est délicat mais ensuite, dès que votre jeu est en vente, c'est assez facile de gérer votre capital, par contre les modes "Normal" et "Hard" sont à réserver aux pros des affaires car votre compte en banque sera rapidement dans le rouge et, passé un certain seuil de déficit, c'est le "game over" qui vous pend au nez. Malgré plusieurs missions différentes (vendre 30 000 copies, dépasser les 500 000 dollars, faire un jeu de 80% d'intérêt, etc.), on est souvent contraint à mener la même stratégie à chaque mission : on s'apercoit qu'un emprunt massif à la banque aide beaucoup pour ne pas sombrer les permiers mois, on voit également que les jeux avec une licence de cinéma assurent un niveau de vente confortable, etc.

De plus, quelques événements viennent ponctuer l'action. Vous recevrez, par exemple, des messages de diverses natures : achats de fourniture, faits divers qui influencent votre image de marque, tombola dont vous êtes le gagnant, etc. Personnellement, je trouve que ces messages ne sont pas assez incisifs, ils n'ont quasiment pas d'incidence sur le jeu (à quoi ça sert de gagner 200 $ alors que les sommes brassés dans le jeu sont souvent en dizaines ou en centaines de milliers de dollars ?).

Outre les événements sans réelle influence, on regrettera aussi le manque de notion géographique. Le marché est global, et on ne sait pas où l'on vend. Un jeu comme Detroit proposait de gérer ses produits pays par pays, mais ici, on s'est contenté de simplifier le marché. L'autre grand regret, c'est l'absence de mode multijoueurs, mais c'est le revers de la médialle des simulations économiques en temps réel : multijoueurs ou temps réel, il fallait choisir.

Enfin, on notera que le portage a été très bien réalisé, puisque même les bogues de la version originale ont été portés ;-). En effet, la version PC souffrait d'une erreur assez rageante : quand vous accomplissez votre mission, le jeu ne s'arrête pas et vous ne pouvez donc pas passer à la mission suivante. Ce cas de figure est relativement rare, il survient surtout dans les missions qui ont été souvent sauvegardées.

Qualité correcte

Software Tycoon est un jeu agréable à jouer. Ce n'est pas tous les jours qu'on est à la tête d'une entreprise de jeux vidéo. Ce concept est relativement original puisque, avec Software Manager (Kaiko, 1993), c'est le seul jeu de ce genre sur Amiga. La réalisation est très correcte (la version MorphOS est bien vue) mais il manque un petit quelque chose pour en faire un jeu incontournable.

Nom : Software Tycoon.
Développeur : Destrax. Version Amiga : Epic.
Genre : gestion économique.
Date : 2002.
Configuration minimale : AmigaOS 3.0, 68040, 32 Mo de mémoire, carte graphique 4 Mo.
Configuration souhaitée : AmigaOS 3.x ou MorphOS, 603/200 MHz, 32 Mo de mémoire, carte graphique 4 Mo.
Licence : commercial.
Prix : 48 euros.

NOTE : 7/10

Les points forts :

- Thème original.
- Choix entre les missions et le jeu libre.
- Premier jeu commercial natif MorphOS.

Les points faibles :

- Pas de notion géographique.
- Pas de mode multijoueurs.
- Relativement linéaire.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]