Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 26 juillet 2017 - 16:46  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Comparatif : Les simulations de golf de 1990-1991
(Article écrit par Olivier Hautefeuille et extrait de Tilt - juin 1991)


Au niveau des golfs et de leur mise en scène, tout a été inventé. Seules les options et la beauté des décors peuvent faire la différence. Qui l'emporte de Tournament Golf, Links ou PGA Tour Golf ? Olivier Hautefeuilie, a changé sa manette en club pour donner sa réponse.

Les simulateurs de golf

Un grand nombre de simulateurs de golf sont disponibles depuis longtemps sur micro-ordinateurs, et deux petits derniers, Links et Tournament Golf, viennent d'arriver. C'était l'occasion rêvée de vous proposer un comparatif de plein air pour faire le point sur les meilleurs greens du moment. Il y a déjà quelques années que des programmes comme Mean 18 ont fait le tour des possibilités micro essentielles de ce sport. Pourtant, les trois jeux passés au crible dans ce comparatif innovent encore et offrent, chacun, des compromis très différents entre jouabilité et réalisme.

Tournament Golf de Sega, Links d'Access et PGA Tour Golf d'Electronic Arts se disputent la maîtrise du green. Que le meilleur gagne !

Les simulateurs de golf sur ordinateur présentent depuis longtemps les mêmes règles et le même maniement. Entrent en compte le réalisme des graphismes et des bruitages (relief, vues multiples et vues animées, mode "Replay", etc.), la souplesse du maniement des coups (modification de l'angle de tir, de la hausse, de la puissance) et enfin l'intérêt à long terme des jeux, déterminé, le plus souvent, par le nombre de parcours disponibles et les options de jeux multiples (difficulté modulable, modes d'entraînement, tournois, etc.). Ce sont ces trois critères de jugement qui vont nous permettre de départager les trois logiciels proposés ici.

Mise en scène

Les simulations de golf offrent un jeu assez peu varié. Pour les novices de ce sport, il est difficile d'accrocher au programme si l'ambiance sonore et visuelle n'est pas de la partie. Les possibilités de la machine sont, de ce fait, de toute première importance. C'est sans doute ce qui donne un avantage très certain à Links, le dernier-né des simulateurs de golf sur PC. Il utilise pleinement les capacités des machines haut de gamme. En mode VGA, les décors que l'on voit se mettre en place à l'écran sont d'une richesse incroyable. Les arbres, maisons, etc. sont d'un réalisme sans reproche. Autre atout, le relief de l'unique parcours disponible est très bien rendu. On peut, sans faire appel aux classiques systèmes de grille (système pourtant disponible dans ce programme), repérer tous les accidents de terrain et calculer les trajectoires.

PGA Tour Golf est moins efficace que son confrère. Les graphismes développés sont moins précis et la version PC offre des écrans VGA qui ressemblent étrangement à de l'EGA. Enfin, Tournament Golf est très largement à la traîne. Sur Amiga par exemple, les décors ne sont pas plus fouillés que ceux de PGA, et les notions de distance ou de profondeur sont trop floues pour que l'on joue avec l'efficacité maximale.

Tournament Golf
Tournament Golf

Face à la qualité des décors, la présentation du paysage sous d'autres angles apporte aussi un "plus" à la simulation. Pour Links, ce sont les modes "Replay" qui sont intéressants. Vous pouvez voir un tir de côté, ou bien encore de face, c'est-à-dire comme un observateur placé à l'endroit où atterrit la balle. S'ajoute à cela une vue aérienne, très belle et utile pour les tirs délicats. Links pourrait sortir vainqueur de cette rubrique graphique. Toutefois, je dois vous avertir que les chargements des paysages sont si longs (même sur un PC 386) que l'on préfère souvent ne pas lancer de ralenti ou de vue aérienne.

S'il offre des décors moins fouillés et moins jolis, PGA utilise deux modes de vue que j'apprécie au plus haut point. Pour chaque tir, le joueur suit le début de l'action en vue arrière, puis l'arrivée de la balle au sol en vue de face. Autre atout, la présentation de chaque trou passe par un défilement du terrain qui permet de très bien doser tous les traquenards du parcours. PGA, bien que moins précis, est à mon sens graphiquement plus ludique que Links.

PGA Tour Golf
PGA Tour Golf

Côté bruitages, Links utilise avec talent les cartes sonores du compatible PC. Synthèse vocale, gazouillis des oiseaux, c'est assez réussi. Pour PGA Tour Golf, le résultat est aussi bon sur Amiga. Quant à Tournament Golf, ses numérisations sont trop répétitives, et ses bruits de foule bien moins reposants que le chant de la nature...

Puissance, hausse de tir et trajectoire

Pour tous les simulateurs de golf, le principe de maniement est le même. C'est par des pressions successives sur la gâchette de la manette ou de la souris que le joueur met en place les composantes du tir. J'ai particulièrement apprécié les lancers de Tournament Golf. Ce simulateur vous permet en effet de contrôler la hausse du tir, une notion qui définit, en plus de la puissance, la portée de chacun de vos coups. C'est très agréable de pouvoir ainsi relever plus ou moins les lancers, de façon à éviter notamment des obstacles. En revanche, on ne se rend pas bien compte de la profondeur du décor, ce qui ne facilite jamais la manoeuvre.

Pour Links et PGA, le joueur décidera de la puissance et de l'orientation du tir. Pour les deux programmes, la maîtrise de ce maniement est assez rapide, même si c'est PGA qui s'avère le plus délicat à utiliser. En effet, le vent y change de direction et de force beaucoup plus souvent que sur Links. Il faudra donc parfois modifier l'angle d'attaque (dernière pression sur la souris) en cours de tir, ce qui tient de la haute voltige, mais rajoute vraiment du piquant à l'aventure, surtout lorsque l'on atteint un bon niveau de jeu.

Autre atout de PGA : pour chaque tir, l'ordinateur vous rappelle la distance qui vous sépare de votre cible, et la distance à laquelle vous lancerez la balle avec une puissance maximale. Pour les novices, cette fois, il sera très plaisant de ne pas avoir à se reporter sans cesse au tableau de définition des multiples golfs disponibles.

Enfin, Links et Tournament Golf ont apporté une innovation dans ce type de simulation qui devrait séduire les plus pros de ce sport. Vous allez en effet décider de la place de vos pieds sur le sol, assez simplement sur Tournament Golf, plus précisément sur Links. Malgré tout, ne tenez pas trop compte de cette option pour le choix de votre simulateur préféré. Le contrôle de ces données est extrêmement délicat, et il est difficile de se rendre compte de leur effet sur le terrain.

Links
Links (version PC/VGA)

En ce qui concerne le réglage de la trajectoire des tirs, c'est Links qui marque le plus de points. En plaçant sur le terrain une barre de repère, vous pourrez décider non seulement de l'angle de tir, mais aussi de la distance qui vous sépare de n'importe quel obstacle que vous pouvez voir devant vous. Tournament Golf offre un réglage très sommaire, sauf en ce qui concerne le jeu au putter. Là, le fait de voir le sportif en chair et en os tourner sur lui-même selon l'angle de tir ajoute au réalisme de l'action.

PGA, toujours pour parler du tir sur le green, développe une vue en mode "Grille" permettant de mieux visualiser le relief de cette toute dernière surface de jeu. Un bon point, car les variations du terrain sont très importantes à cet instant.

En fait, alors qu'il faisait très fort graphiquement durant tout le match, Links montre quelques faiblesses à son approche du trou. Son jeu n'est pas assez précis selon moi, et seule une très grande connaissance de la simulation vous autorisera à ne pas tourner autour du pot trop longtemps.

Options de jeu et longévité

Si la richesse graphique et sonore et le réalisme des tirs sont des plus importants pour assurer une bonne jouabilité à ces simulations, le joueur de golf finira peut-être par ressentir une certaine lassitude à l'exercice de son sport. Seule la richesse des options de jeu, des niveaux de difficulté et des séances d'entraînement assurera à votre logiciel un intérêt à long terme.

Les phases d'entraînement, c'est sur PGA qu'elles sont les plus efficaces. Il est possible, en effet, de s'entraîner au putting ou au driving, c'est-à-dire aux tirs de distance et aux tirs sur le green, à l'approche du trou. PGA vous permet d'ouvrir des menus déroulants et de modifier, au cours de cette phase d'entraînement, les circuits concernés et même les trous que l'on veut travailler. Ainsi, avant un tournoi, il sera possible d'étudier en un rien de temps toutes les difficultés du circuit. Dans le mode de travail du driving, les conditions météo entrent en ligne de compte, ce qui n'est pas le cas de Links. PGA remporte donc haut la main le combat dans cette étape.

Pour Links, le travail est quand même très confortable. On n'y tient pas compte du vent mais on peut, en revanche, dans l'étude du putting, placer comme on le désire le trou et la balle. C'est plus qu'utile pour la suite... Mais il est impossible de changer de circuit, puisqu'il n'y en a qu'un au programme... Le passage d'un trou à l'autre n'est pas aussi rapide que pour PGA.

Tournament Golf, enfin, tient compte du vent dans son mode "Entraînement". Mais là, vous réglerez vous-même la direction d'un vent qui restera fixe pour toute la phase d'entraînement. Ce mode "Practice" vous permet, là aussi, de passer de trou en trou. Nombre de joueurs, difficulté et sauvegarde : Links permet d'inscrire à votre tableau de jeu jusqu'à huit joueurs distincts. C'est un atout certain, car je vous assure que les parties à plusieurs sont vraiment plus convaincantes que le jeu seul ou contre l'ordinateur. A noter que ce programme n'admet pas de joueur ordinateur. Côté difficulté, c'est en revanche le grand vide. Un dernier atout pour Links, la sauvegarde est toujours au menu, qu'il s'agisse de celle des parties ou de celle des joueurs, que l'on aura plaisir à retrouver au fil des jours.

PGA Tour Golf inscrit sur ses bulletins jusqu'à quatre joueurs, humains ou maniés par l'ordinateur. La sauvegarde des parties est possible.

Tournament Golf, enfin, est le plus pauvre en ce domaine, sauf en ce qui concerne sa difficulté qu'il est possible de moduler (en modifiant les indications que l'on obtient en jouant, concernant par exemple les distances balle/drapeau, conseils, etc.).

Nombre de parcours et variété de leur jeu

C'est sans doute l'un des points qui garantira votre intérêt à long terme pour ce type de simulation. Links, qui marque beaucoup de points dans presque tous les domaines étudiés, fait ici pâle figure. Il ouvre un parcours unique qui, bien que très beau, varié et riche de relief, risque de lasser même les plus acharnés. Il ne reste alors que le mode multijoueur pour "relever la sauce". Il est très probable qu'un jeu de cette qualité disposera prochainement de disques scénarios qui combleront ce handicap. Mais il faudra encore ouvrir sa bourse...

Tournament Golf offre, quant à lui, trois parcours distincts. Mais ce n'est à mon sens pas mieux que Links, puisque les graphismes sont trop sommaires pour que l'on sente vraiment le changement de décor.

C'est finalement PGA Tour Golf qui prend l'avantage dans ce domaine. Avec ses quatre parcours, très bien dessinés et étayés de nombreuses vues, c'est assurément le jeu qui vous apportera le plus de satisfaction à long terme.

Jouer au golf, sur quelle machine ?

A ce jour, c'est le PC qui offre les jeux les plus complets, qu'il s'agisse de Links, de PGA version PC ou même du plus ancien Mean 18. Mais attention à la puissance de votre machine si vous désirez un jeu rapide et souple...

Sur Atari ST et Amiga, je vous conseille très vivement PGA Tour Golf, un très bon titre qui tire bien parti de ces deux machines.

Les consoles possèdent presque toutes une simulation de golf. PGA Tour Golf, sur Mega Drive, est exactement superposable aux versions micro (Amiga en particulier), en ce qui concerne le jeu lui-même. Pour ce qui est de la réalisation, elle est un peu inégale. Paradoxalement, les graphismes semblent moins fins que sur Amiga, tout en restant agréables. L'animation est très correcte mais ne surpasse pas celle de l'Amiga. En revanche, l'environnement sonore est d'une grande richesse. Enfin, la batterie incorporée à la cartouche évite de toujours recommencer au début.

Tournament Golf est également disponible sur Sega et Mega Drive.

Conclusion

Tournament Golf, mis à part dans sa version Mega Drive, ne s'impose nullement face à Links ou à PGA Tour Golf. Ses graphismes et surtout le rendu de la profondeur des décors sont bien trop limités. C'est dommage, car son jeu est assez riche et surtout très souple et rapide à utiliser.

Links est, sans aucun doute, le programme le plus beau de ce comparatif. Mais certains handicaps ne lui permettent pas vraiment de surpasser PGA. Il faut tout d'abord insister sur la lourdeur de son maniement. Sur un PC 386, il faudra environ 30 secondes pour charger une vue, ce qui est assez déprimant lorsque huit joueurs se servent des options de ralenti. Deuxième défaut, le joueur doit se contenter d'un seul parcours. Enfin, toutes les innovations qui concernent le placement des pieds, par exemple, n'apportent rien d'essentiel.

Moins joli que Links, PGA parvient tout de même à se placer à égalité avec son confrère, grâce à ses visions animées, à sa plus grande souplesse de jeu et à la variété des parcours qu'il propose. Son seul défaut face à Links, un graphisme moins pointu. Le golf de ce début 1991 offre donc deux bons titres, mais on est encore loin de la perfection. C'est assurément la puissance des machines qui est en cause, puisque l'idéal serait d'obtenir une simulation aussi belle que Links et aussi souple que PGA.

Qui nous apportera une vue en "suivi" de la balle, un mode d'édition de paysages, un contrôle qui traduise en même temps puissance, orientation et hausse du tir ? Chers programmeurs, la balle est dans votre camp !


[Retour en haut] / [Retour aux articles]