Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 23 novembre 2017 - 12:13  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Matériel : Resolver
(Article écrit par Gilles Soulet et extrait d'Amiga News - juillet 1992)


Resolver, une carte graphique haute résolution pour l'Amiga

Voici la dernière carte graphique sur Amiga : la Resolver, de la société américaine Digital Micronics.

Resolver

Présentation

La carte est accompagnée de quatre disquettes et d'un manuel d'utilisation, en anglais pour l'instant mais la version française est en cours de traduction.

La carte elle-même est une petite merveille d'intégration. Selon le modèle, on peut aller jusqu'à 8 Mo de mémoire tampon, 4 Mo de mémoire vidéo et 1 Mo mémoire overlay. On y trouve également le gros circuit "Fakir" Brooktree, qui génère la palette de 16 millions de couleurs, et surtout le coprocesseur graphique Texas Instruments TMS34010 (cadencé à 60 MHz !), qui, grâce à ses nombreuses fonctions (tracé de vecteurs, remplissage de polygones, zooms, etc.) permet d'accélérer l'affichage.

Enfin, outre la sortie VGA 15 broches, on trouve une sortie et une entrée composite, un connecteur RVB et un potentiomètre pour ajuster l'image au micro-poil.

Les quatre disquettes contiennent les bibliothèques graphiques du TMS34010, de nombreuses polices adaptées à ce circuit, un logiciel de dessin (Paint), un logiciel pour configurer la carte et ajuster l'image (Tweek), un utilitaire pour afficher l'écran Workbench en passant par la carte (ResolverWorkbench) et un petit utilitaire pour afficher des images IFF grâce à la Resolver (DMIShow).

Installation

L'installation ne pose strictement aucun problème : la carte se place sur n'importe quel port Zorro II de l'Amiga. Il suffit ensuite de relier la sortie vidéo 15 broches de la carte à votre moniteur multisynchro préféré. La sortie vidéo de la carte étant séparée de la sortie de l'Amiga, il est nécessaire de posséder un deuxième moniteur.

Pour installer les divers programmes sur votre disque dur (obligatoire), un logiciel spécial est fourni. Il suffit de cliquer sur une icône et un script se charge de faire les copies pour vous. Une assignation à "SAGE:" sera cependant nécessaire dans votre startup-sequence. SAGE signifie "Standard Amiga Graphics Extension", c'est le système de gestion de l'affichage de la carte.

Une fois la carte mise en place et les divers programmes installés sur votre disque dur, le premier logiciel à utiliser est Tweek, qui permet de configurer précisément la carte. Le nombre et la résolution des multiples pages écran disponibles dépendent de votre configuration, mais à peu près toutes les combinaisons sont possibles, de 640x480 à 1280x1024 en non entrelacé, et même jusqu'à 2048x2048 en entrelacé (et si votre moniteur le gère).

Performances

Le signal vidéo est d'une pureté et d'une précision incroyable. Si vous avez un bon moniteur multisynchro, vous serez sans doute très impressionnés par la qualité et la stabilité de l'affichage. Absolument toutes les résolutions allant jusqu'à 1280x600 sont gérées sans entrelacement sur un bon moniteur multisynchro 14 pouces. Il est sans doute possible d'aller encore plus loin, mais en utilisant vraiment un excellent moniteur.

Resolver

La vitesse de balayage est entièrement ajustable, aussi bien horizontalement que verticalement. Par exemple, on peut travailler en 784x520 avec 70 images/seconde sans entrelacement. Pour des résolutions encore plus fines, il est possible d'entrelacer l'image. J'ai pu ainsi obtenir des images en 1280x1024 avec une trame à 75 Hz. Ceci donne environ 38 images/seconde ce qui reste encore très stable, surtout sur des images en 256 couleurs parmi 16 millions.

Dans tous les modes graphiques, la carte affiche donc simultanément 256 couleurs prises dans une palette de 16 millions. Ce n'est donc pas du "True Color". Chaque pixel de l'image contient non pas une information de chrominance, mais un numéro correspondant à un registre couleur. On gagne en rapidité de traitement et d'affichage, mais on ne peut pas avoir plus de 256 couleurs à l'écran. Cela reste suffisant pour certaines applications graphiques. Les images IFF 8 bits restent vraiment très belles, surtout comparées aux images HAM.

Les concepteurs de la Resolver ont eu la bonne idée d'équiper cette carte avec un des coprocesseurs graphiques les plus puissants du marché : le Texas Instrument TMS34010. Résultat : toutes les manipulations sur les images se font avec une rapidité foudroyante ! Ce circuit peut remplir des surfaces, tracer des polygones, des ellipses, des droites. Il peut même faire un zoom sur une partie de l'image. La vitesse ne sera donc jamais un problème, même si vous n'avez qu'un pauvre petit 68000. Si vous n'êtes pas convaincu par l'utilité d'un tel circuit, jetez donc un coup d'oeil aux différentes démos du TMS34010 fournies...

Les outils

Il faut donner un grand coup de chapeau à l'excellent logiciel de configuration, Tweek. Cet outil est particulièrement simple et puissant. Il se manipule entièrement à la souris, et on peut ajuster les différents paramètres avec précision. Tweek ouvre son propre écran sur la sortie vidéo standard de l'Amiga. On peut donc faire tous les réglages du Resolver à partir de l'écran "normal", sans être perturbé.

Resolver

Parmi les divers réglages possibles, outre les résolutions et les vitesses de rafraîchissement, on peut fixer le nombre de pages, la taille et l'adresse mémoire de chaque page. On peut régler précisément le décalage à gauche, à droite, en haut et en bas ("blankings"), les synchronisations horizontales et verticales et l'offset de la souris, le tout entièrement par logiciel s'il vous plaît ! Inutile d'aller "bidouiller" avec un tournevis sur la carte. De plus, une option a été prévue pour charger une image IFF-ILBM dans la page écran désirée, et ainsi la visionner pour faire les dernières mises au point.

Resolver

Resolver

Une fois tous les réglages effectués, on peut sauver la configuration de la carte. Ceci est très utile, surtout si on travaille avec des résolutions "exotiques" (du genre 707x495 en 62 Hz).

Paint

Paint est un logiciel de dessin n'utilisant que la sortie vidéo de la carte. Outre les fonctions classiques pour tracer, remplir, couper/coller/copier, il dispose d'une fonction "zoom" utilisant le TMS34010. On peut charger plusieurs images dans la mémoire de la Resolver, les sauver sous format IFF ILBM, ou sous un format propriétaire.

Ce logiciel, même s'il n'est pas très puissant, permet quand même de faire des choses intéressantes. Par contre, je ne l'ai pas trouvé très ergonomique. Les concepteurs ont en effet choisi de réserver le bouton gauche de la souris pour tracer, et le bouton droit pour gérer les menus. Cependant, lorsqu'on sélectionne une option faisant apparaître une fenêtre, on a inévitablement tendance à cliquer sur les gadgets de la fenêtre avec le bouton gauche de la souris, ce qui a pour effet immédiat de faire disparaître ladite fenêtre, Paint croyant que vous voulez retourner au mode "tracé" ! Ceci peut devenir rapidement très crispant...

Un autre défaut, mais qui devrait être éliminé sur les prochaines versions de Paint, est que ce logiciel ne peut gérer que des résolutions verticales multiples de 48 ou 64. Ceci peut s'avérer gênant car il est par exemple impossible de travailler sur une image en 800x600.

A part ces deux problèmes, Paint reste un logiciel facile à utiliser. Il ne peut absolument pas rivaliser avec les gros logiciels de dessin de l'Amiga, mais il a le mérite d'exister et de faire modestement son travail, c'est-à-dire de permettre de tracer et d'éditer une image directement sur la Resolver (Bruce Lepper : Digital Micronics annonce une nouvelle version de Paint qui serait beaucoup plus professionnelle et plus ergonomique).

Resolver Workbench

Le rôle de Resolver Workbench est d'afficher l'écran du Workbench en passant par la Resolver ! A priori, l'idée paraissait séduisante, surtout pour ceux qui n'ont pas de désentrelaceur. Hélas, ce programme s'avère en fait complètement inutilisable sur 68000, et difficilement utilisable avec accélérateur 68030, à cause de sa lenteur. Ça se traîne horriblement ! Ceci est parfaitement normal, car ce pauvre Resolver Workbench est obligé de scruter régulièrement la mémoire écran de l'Amiga afin d'en retracer une copie sur la Resolver. Belle tentative donc, mais c'est raté !

Tous les programmes qui peuvent tourner sur le Workbench en écran virtuel (par exemple Pro Page, Flow, Publishing Partner Master, etc.) sont utilisables sur la carte avec Resolver Workbench, mais l'affichage est saccadé et plus lent que sur l'écran normal de l'Amiga (sur A2000 et A2630 un délai de 1 à 6 secondes). Nous n'avons pas testé la carte sur Amiga 3000. Cependant, les adaptations sont en cours, ce qui permettra à certains programmes d'utiliser toute la puissance de la carte. Dans ce cas, l'affichage sera, espérons-le, plus rapide que sur l'Amiga.

Un dernier mot sur la documentation, qui n'est pas toujours très complète. En particulier, pas un mot à propos de la Resolver Workbench et de DMIshow, l'utilitaire qui permet de charger une image et de l'afficher avec la Resolver. Mais dans l'ensemble, cette doc est plutôt bien conçue.

Liste des programmes

Adaptés : Draw 4D Professionnal (AdSpec), Art Department Pro (ASDG), Imagemaster (Black Belt Systems), Unix System V Rev 4 (CBM), X Window X11 R4 (CBM), Image Review System (National Diag. Imaging).

En cours d'adaptation : MetaScan (Metadigm), Caligari (Octree), Presentation Master (Oxxi), 3D Professional (Progressive Peripherals), DynaCADD (Ditek), Animatrix Modeler (Dubois Animation), Pro Page 3.0 (Gold Disk), Imagine (Impulse), Custom Kiosk Application (Interactive Ink).

Conclusion

Je n'ai pas eu le temps de vous faire un test complet de cette carte. Cependant, cette rapide prise de contact m'a permis de découvrir un matériel très attachant. La carte est de très bonne qualité, l'image très belle et la plupart des outils bien conçus. Le tout s'avère rapide et facile à utiliser. Le gros point noir me semble être le prix : 14 500 FF (pour la version B) avec 3 Mo de mémoire vidéo et 2 Mo de mémoire tampon. Ce prix est sans doute justifié par la présence du TMS34010 cadencé à 60 MHz, mais il reste bien au-dessus de la plupart des budgets non professionnels...

Nom : Resolver.
Constructeur : Digital Micronics.
Genre : carte graphique.
Date : 1991.
Prix : 14 500 FF.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]