Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 20 novembre 2017 - 01:18  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Les réseaux sur Amiga
(Article écrit par Éric Gontier, Philippe Bérard et Philippe Brand et extrait d'Amiga News - janvier 1993, mis à jour en mars 1993)


Nous allons vous présenter les différentes méthodes disponibles pour les utilisateurs afin de communiquer avec l'Amiga.

Les réseaux

Un réseau peut ne contenir que des Amiga, ou comprendre plusieurs types de machines. Actuellement, il est possible de relier l'Amiga à des ordinateurs Macintosh, compatibles PC, Unix ou VAX. Les réseaux reconnus sont de types différents, et il est possible d'envisager des connexions par Ethernet, ArcNet, AppleTalk, ou plus simplement par le port série ou le port parallèle.

La solution de type Ethernet est la plus couramment rencontrée : elle permet des débits importants (vitesse théorique de 10 Mb/s), elle est reconnue par toutes les machines, et est compatible avec la plupart des protocoles. Sur Amiga, la connexion sur réseau Ethernet peut s'effectuer avec Netware, TCP/IP ou Envoy.

Dans le domaine des réseaux, l'Amiga garde un atout non négligeable : son multitâche intégré. On peut toujours continuer à utiliser un Amiga normalement (PAO, dessin), tout en effectuant des requêtes sur un réseau (comme un transfert de fichiers, par exemple) ou accéder de manière transparente aux ressources de machines distantes (imprimantes).

réseau Amiga

La norme SANA-II

En définissant la norme SANA-II, Commodore assure une meilleure compatibilité entre les cartes réseaux et les logiciels de fournisseurs différents. Cette norme s'est imposée facilement dans le monde Amiga, et la plupart des éditeurs adaptent leurs produits en conséquence.

La norme SANA-II (Standard Amiga Network Architecture) définit une interface standard entre un protocole (par exemple TCP/IP) et la connexion physique au réseau. Le protocole est alors capable d'utiliser n'importe quel réseau : il suffit de lui fournir le pilote SANA-II adéquat. On trouve ainsi des pilotes SANA-II pour des cartes Ethernet, la carte ArcNet A2060 de Commodore, ou encore des connexions par port série ou parallèle. Le pilote SANA-II est généralement fourni par le fabricant de la carte d'interface. Le pilote doit être stocké dans le répertoire "DEVS:networks" pour être rendu accessible au protocole utilisé.

Envoy

Envoy est la solution la plus simple et la mieux intégrée à AmigaOS. Il s'agit d'un système point-à-point (peer-to-peer) qui permet à des Amiga de se connecter entre eux et de partager des ressources. Envoy a été mis au point par Commodore. Il est basé sur un système de services : comment un Amiga peut-il offrir ses services à d'autres Amiga, et comment un Amiga peut-il accéder à ces services ? Les ingénieurs de Commodore ont mis au point une solution logicielle sur réseau SANA-II à ce problème. Ils ont alors développé deux services, les plus couramment utilisés : le partage de volumes disque (Envoy File System) et le partage d'imprimantes.

Envoy comporte aussi des notions de sécurité (groupes et utilisateurs, protégés par mots de passe) assez évoluées. Bien sûr, Envoy est propre au monde Amiga et n'est compatible avec aucun autre système. Bien que développé par Commodore, Envoy n'est pas distribué par Commodore. En France, Someware distribue Envoy avec une documentation en français, et des licences pour deux, cinq, dix ou plus, utilisateurs. Envoy est parfaitement intégré au système Amiga : les volumes de disque importés apparaissent sous forme d'icônes et s'utilisent comme les volumes standards ; une imprimante importée s'utilise comme une imprimante standard.

AppleTalk

La solution AppleTalk pour Amiga se présente sous forme d'une carte (connecteur PhoneNet) pour Amiga 500, 2000, 3000 et 4000 et d'un logiciel. L'ensemble respecte le multitâche de l'Amiga et permet de se connecter à un réseau comprenant des Macintosh et des Amiga. Le logiciel Amiga permet de fonctionner à la fois comme serveur de fichiers et comme client. L'ensemble des fichiers disponibles sur le réseau deviennent donc accessibles de manière transparente.

Ce système est particulièrement intéressant dans le domaine de la PAO et de l'imprimerie, où le Macintosh est la machine la plus répandue. Le débit théorique du réseau AppleTalk est de 230 ko par seconde, vitesse assez lente comparée à Ethernet. Dans un réseau ne comprenant que des Amiga, il est possible de doubler cette vitesse. Différents utilitaires permettent d'accéder aux serveurs d'imprimante, de transférer du courrier électronique et de vérifier la sécurité des fichiers.

Malheureusement, l'interface physique au réseau ne dispose pas de pilote SANA-II, et le logiciel réseau ne sait pas s'adapter à un réseau SANA-II. Il n'est donc pas possible aujourd'hui d'utiliser AppleTalk sur un autre type de réseau physique (par exemple Ethernet) avec un Amiga, ni d'utiliser la connexion PhoneNet pour transférer un protocole autre qu'AppleTalk.

ParNet

A un niveau plutôt modeste, pour qui ne possède que deux machines, ParNet constitue une excellente alternative aux différentes solutions de réseau proposées sur le marché.

ParNet, distribué dans le domaine public sous la forme d'une disquette d'installation appelée "ParBench", permet de relier deux machines par l'intermédiaire de leur port parallèle. Le disque de chaque machine apparaît alors dans le système de fichiers de l'autre sous la forme d'une partition nommée "net:", à l'intérieur de laquelle les différents devices de la machine sont représentés sous forme de répertoires. La gestion du réseau est donc partiellement transparente.

Les taux de transfert ne sont pas extraordinaires mais peuvent tout de même monter jusqu'à 150 ko/s environ.

TCP/IP

L'ensemble logiciel TCP/IP est développé et mis au point par Commodore (AS225). Outre le protocole TCP/IP, de nombreux services sont proposés, avec en particulier un client NFS (Network File System) qui permet d'accéder de manière transparente à des fichiers placés sur un ordinateur serveur. Le serveur NFS peut être une machine Unix, PC ou même Amiga avec la nouvelle version (AS225R2). Il est ainsi possible de faire apparaître sur le Workbench de l'Amiga des icônes correspondant aux disques durs de différentes machines connectées au réseau.

Le NFS disponible pour l'Amiga distribué dans le paquetage AS225 v1.0 de Commodore n'est hélas, que "client", le grand public n'ayant pas accès au "serveur" qui permet aux autres machines de voir les fichiers de l'Amiga. L'arrivée prochaine de la version 2, actuellement en test chez les développeurs, apportera toutefois un gain de performance ainsi que NFS en mode serveur, entre autres.

Autres services : FTP (client et serveur) pour le transfert de fichiers, rlogin pour accéder à une machine distante, RSH (client et serveur) pour lancer l'exécution de commandes sur une machine distante, etc.

La nouvelle version a été entièrement refaite pour se conformer à la norme SANA-II. TCP/IP peut donc maintenant être utilisé sur tout réseau SANA-II (connexions série, ArcNet, Ethernet, parallèle, etc.), et un serveur NFS a été ajouté. Il est donc maintenant possible d'exporter les disques durs d'un Amiga à destination d'autres machines connectées au même réseau (Amiga, PC, Mac, Unix, etc.).

AmiTCP

AmiTCP est une autre solution TCP/IP pour Amiga. Il s'agit d'un travail d'équipe, distribué en freeware. AmiTCP est compatible SANA-II, mais propose moins de clients et de serveurs que l'ensemble TCP/IP de Commodore.

Netware

Le protocole Netware de Novell est le protocole le plus utilisé dans le monde des compatibles PC. Netware est disponible sur pratiquement toutes les plates-formes : Macintosh, MS-DOS, OS/2, Windows, Unix, Desqview et maintenant Amiga. Netware pour Amiga est un logiciel client, permettant d'accéder aux fichiers et aux services d'une machine serveur (généralement dédiée) via un réseau Ethernet. Le logiciel Amiga permet aussi de transférer des fichiers, d'accéder à des imprimantes distantes et d'échanger du courrier. Certaines fonctions sont accessibles par une interface graphique comme SysCon, PrintCon ou FConsole. D'autres sont implantées sous forme de commandes Shell (PSTAT, GRANT, ATTACH, ...).

Si Netware respecte le multitâche, il n'est cependant pas conforme à SANA-II. En conséquence, il n'est pas possible de connecter un Amiga sous Netware simultanément sur plusieurs réseaux différents. Plus gênant encore, Netware n'est pas compatible avec toutes les cartes du marché, mais avec seulement certaines d'entre elles (comme les cartes ArcNet A2060, Ethernet A2065 de Commodore ou Hydra).

DECnet

DECnet est le protocole utilisé dans le monde des ordinateurs VAX. L'Amiga devient un noeud phase IV qu'il est possible de connecter par Ethernet ou par une simple liaison série. Comme tous les autres protocoles, DECnet respecte le multitâche d'AmigaOS. Plusieurs services sont fournis : Network Control Program (NCP) permet de contrôler les noeuds Amiga et d'obtenir des statistiques sur le réseau ; NetMail est compatible avec VMS Mail et permet l'échange de courrier électronique ; Network Virtual Terminal permet d'ouvrir une connexion sur un VAX distant ; Network File Copy permet le transfert de fichiers, etc.

Enfin, DECnet est reconnu par X Window System pour Amiga. A l'heure actuelle, DECnet pour Amiga n'est pas compatible SANA-II, il ne fonctionne donc qu'avec les cartes Ethernet de type A2065, et en connexion série.

X Window

X Window est une interface utilisateur réseau fonctionnant sous TCP/IP ou DECnet. C'est est une interface utilisateur graphique, au même titre que le Workbench de l'Amiga, ou que Windows sur PC. X Window est très utilisé dans le monde Unix et offre la particularité de pouvoir être utilisé en réseau : une machine exécute un programme alors que l'utilisateur travaille sur une autre machine.

réseau Amiga

Ce système permet, par exemple, d'accéder aux grandes applications des domaines Unix et VAX, directement à la souris depuis son Amiga, tout en gardant la possibilité de passer à une autre application AmigaOS grâce au multitâche. La version Amiga utilise les coprocesseurs graphiques de la machine pour obtenir les meilleures performances, et permet un affichage en 16 couleurs (256 sur Amiga AGA). Il est possible d'utiliser une carte graphique (Picasso II ou GDA) pour disposer d'une meilleure résolution et d'un nombre plus important de couleurs. L'Amiga devient ainsi un terminal X, tout en restant un micro utilisable à tout moment.

Fourni en standard avec OpenLook, Motif est disponible en option. Un kit de développement, contenant la XToolkit du MIT (Xlib, Xt, intrinsics) permet de développer localement, c'est-à-dire sous AmigaOS, des applications clientes de X Window. Il est ainsi possible d'écrire un programme s'exécutant sur un Amiga, mais qui s'affiche et se commande à la souris sur une machine distante. Il peut alors s'agir d'un autre Amiga, ou de tout autre ordinateur disposant d'un serveur X (Unix, PC, Mac, VAX).

Le X Window System peut être utilisé localement, ou en réseau. Les connexions en réseau peuvent se faire soit sous TCP/IP de Commodore, soit sous DECnet. La version actuellement proposée est la X11R4 avec quelques extensions propres à la X11R5, qui est est actuellement en bêta-test.

Il existe actuellement sur Amiga deux versions d'X : l'une commerciale développée par la société GfxBase (d'excellente qualité) et une en domaine public, DaggeX, disponible sur les sites Aminet et sur Ramses.

Parfois, pour l'homogénéité d'un site, la communication, le transport des fichiers, la standardisation des interfaces, la compatibilité des compilateurs ne suffisent pas : il faut le même système d'exploitation sur toutes les machines. Mais cela ne fait pas peur à l'Amiga, qui connaît déjà plus d'un système d'exploitation, dont Unix.

Internet

Ce réseau, créé au départ dans les universités américaines au début des années 1980, a maintenant pris une ampleur considérable, pour devenir le plus gros réseau mondial.

Les machines reliées sur ce réseau communiquent (indépendamment du réseau téléphonique, et en liaison permanente) entre elles, à travers des lignes spécialisées, utilisant généralement un protocole de transfert par paquets. Ces lignes peuvent avoir un très haut débit (jusqu'à 128 kilobits/seconde), ce qui permet des temps de réponse assez courts. Ce média est, on s'en doute, essentiellement réservé aux professionnels.

De nos jours, presque toutes les entreprises d'informatique (y compris Commodore) possèdent un accès sur ce réseau ou, plus indirectement avec UUCP, comme nous le verront plus loin, ce qui leur permet d'offrir un service rapide d'aide aux développeurs, de répondre aux questions des utilisateurs, d'envoyer des mises à jour de logiciels, de recevoir des reports de bogues, de se procurer des informations techniques, etc. avec des temps de réponse de l'ordre de la minute (ou de la journée, en cas d'utilisation indirecte).

Ce réseau donne accès à des services multiples :

Mail (courrier)

Il est possible d'envoyer ou de recevoir un message d'un correspondant. Il suffit de connaître son adresse électronique pour pouvoir lui envoyer un message, l'adresse se présentant souvent comme suit (le symbole "@" étant traduit par "at", en anglais, c'est-à-dire "à") :

NomUtilisateur@NomMachlne.NomSite.NomDomaine

Exemples :
  • durand@grenoble.hp.com : l'utilisateur Durand travaille sur le site de Grenoble de l'entreprise Hewlett-Packard, entreprise ayant une activité commerciale (com = commercial).
  • smith@ucbvax.berkeley.edu : l'utilisateur Smith travaille à l'université de Berkeley (edu = education). Il est connu de la machine "ucbvax".
  • PhB@telesys-innov.fr : l'utilisateur Philippe Brand travaille dans l'entreprise Télésystèmes, nom ici abrégé et dépouillé de ses accents, qui sont interdits. C'est un site français (fr = France).
Il existe d'autre part un système de liste de diffusion (mailing lists) qui permet de discuter librement avec tout un groupe de personnes (on s'abonne en envoyant une requête à une adresse précise). Chaque message envoyé vers l'adresse de cette liste de diffusion sera copié et envoyé vers tous ses adhérents.

News (informations)

Ce sont des conférences soit publiques, soit réservées à un groupe de personnes. L'accès en lecture et écriture à ces conférences marche par abonnement (personne n'ayant assez de place disque pour tout recevoir !). Ces conférences sont classées par thèmes hiérarchiques.

Exemples :
  • comp.sys.amiga.graphics : "comp" signifie qu'il s'agit d'un "newsgroup" (nom de conférence) dont le thème tourne autour des ordinateurs, "sys" indique que l'on s'intéresse à un système particulier. "amiga" étant le nom de l'ordinateur et "graphics" précisant, comme vous l'aurez deviné, que l'on y parlera de tout ce qui a trait au graphisme.
  • sci.space.shuttle : "sci" indique qu'il s'agit d'un groupe de discussion scientifique, traitant principalement de l'espace ("space") et plus particulèrement des navettes ("shuttle").
  • soc.religion.christian : c'est un groupe de discussion parlant d'un aspect social, de religion (ici la religion chrétienne).
Il existe aussi ce que l'on appelle des groupes de discussion "modérés" (moderated), dans lesquels une personne désignée comme modérateur contrôle la publication des messages. Pour pouvoir écrire dans une telle conférence, il faut envoyer le message par courrier électronique directement au modérateur, qui ne le postera dans le groupe de discussion que s'il juge son contenu important et convenable. Par exemple, les groupes de discussion "comp.sys.amiga.reviews" (tests de logiciels ou de matériels) ou "comp.sys.amiga.announce" (annonces de disponibilité de logiciels, de mises à jour, de matériels) sont modérés, ce qui les rend concis et très fiables.

FTP (File Transfer Protocol)

Ce système permet l'échange rapide de fichiers entre machines. Il suffit de taper "ftp NomDeMachine", d'entrer un "login" (identifiant, généralement un nom d'utilisateur, ou le nom "anonymous") puis un mot de passe pour se retrouver directement sur la machine concernée et si les droits d'accès le permettent d'envoyer ou de recevoir des fichiers grâce aux commandes "Put" et "Get".

Il existe dans le monde ce que l'on appelle communément des "sites FTP", grand public, qui pennettent de récupérer ou de mettre à la disposition d'autres utilisateurs des images, sons, utilitaires divers, voire des collections de domaine public comme les Fred Fish. De plus, pour l'Amiga, il existe un ensemble de sites FTP gérant l'organisation "Aminet", qui consiste en un répertoire "/pub/aminet" dans lequel l'on pourra trouver une extraordinaire collection de fichiers ayant un lien direct avec l'Amiga, tous classés dans des répertoires thématiques standards. Par exemple, on pourra trouver dans le répertoire "/pub/aminet/os30/util" tous les utilitaires spécifiques à AmigaOS 3.0.

Les sites gérant Aminet sont appelés des sites "miroir" du fait qu'ils mettent mutuellement à jour leurs fichiers à certaines heures pour que la version des fichiers disponible sur chaque site soit la même. Un de ces sites FTP tourne d'ailleurs sur un Amiga 3000 Unix : amiga.physik.unlzh.ch.

A titre d'information, le BBS Ramses reçoit chaque jour la plus grande partie des nouveautés des sites Aminet, offrant ainsi aux utilisateurs ne possédant pas de liaison à Internet une possibilité d'accès à une des plus grosses bases de logiciels du domaine public pour l'Amiga.

rlogin ("remote login", connexion à distance)

Cette commande permet de se "logger" (de se connecter) sur une autre machine, et de l'utiliser sous Shell d'une manière totalement transparente et interactive.

Telnet

Cet outil est utilisé afin de se connecter aux systèmes distants présents sur Internet. En gros, cette application offre les mêmes services que rlogin, mais son avantage réside dans le fait qu'il est possible ainsi de se loger sur une machine distante, voire éventuellement à l'autre bout du monde.

UUCP (Unix to Unix Copy Protocol)

UUCP peut, en quelque sorte, être vu comme l'Internet du pauvre. En effet, ici, les machines ne sont pas reliées entre elles par des lignes spécialisées mais, dans la majeure partie des cas, s'appellent entre elles par modems interposés, en suivant le protocole UUCP. Les délais de transmission de messages peuvent ici varier de quelques heures à plusieurs jours, le but du jeu étant alors de s'entendre avec un site qui est sur Internet. UUCP donne accès à presque tous les services d'Internet. Seuls les services ayant un aspect "connexion temps réel" (comme le FTP ou le rlogin) ne sont pas disponibles.

Il n'existe en France que peu d'organisations proposant au particulier un accès UUCP, et les tarifications sont souvent très chères lorsqu'on les compare aux mêmes services proposés outre-Atlantique (où les réseaux sont très courants avec, par exemple, BiX, CompuServe, Portal, etc.). Un moyen simple existe toutefois : les BBS, comme Ramses, Linn ou Bouncing Ball, qui assurent le relai entre un serveur accessible au public et UUCP.

Les solutions Unix

La solution Commodore : Unix System V Release 4

Première (et seule) solution commerciale apparue sur l'Amiga, elle reste encore la meilleure alternative. Le portage du système est en effet excellent, même si une certaine lenteur des entrées/sorties du disque dur rend quelquefois son utilisation un peu pénible. Une excellente solution de développement sous Unix peut être constituée par :
  • Un Amiga 3000UX.
  • Amiga Unix version 2.1 (avec correctif 2a, soit la dernière mise à jour proposée par Commodore).
  • X11 Release 4 ou 5.
  • Motif 1.1 ou 1.2.
  • Les outils domaine public GNU (GnuEmacs, gcc, gdb (débogueur source C/C++)).
  • TeX pour le traitement de texte.
  • Le paquetage TCP/IP fourni avec l'Unix pour la carte Ethernet.
Berkeley Software Design (NetBSD)

C'est un Unix créé originalement à l'université de Berkeley pour les machines à base d'Intel, puis porté sur les microprocesseurs Motorola 680x0. Le portage de cette version est effectué par Markus Wild, déjà connu pour ses différents portages d'utilitaires GNU comme gcc. Markus a mis principalement l'accent sur la vitesse des entrées/sorties, ce qui a permis de rendre ce système environ cinq fois plus rapide que l'Amiga Unix de Commodore.

D'autre part, tous les sources (ceux du noyau comme des utilitaires) de cet Unix sont distribués librement dans le domaine public. Pour tout renseignement, il existe d'ailleurs une liste de diffusion à laquelle on peut s'abonner : NetBSD-admin@cbmuucp.commodore.com.

Cette adresse semble d'ailleurs indiquer que Commodore s'intéresse de très près à ce portage !

Linux

Linux est un Unix indépendant des deux grandes moutures AT&T et BSD. Il est basé sur une version d'Unix de Linus Torswald. Créé à l'origine pour les machines à base de processeurs Intel 386 ou 486, une version 68000 est en cours de portage, notamment pour l'Amiga.

La version PC est à ce jour un des seuls Unix domaine public pour cette machine, et sur laquelle on peut faire tourner une version domaine public de X Window (xfree86).

Mach (KludgeMach)

Ceci est un portage du noyau Mach, notamment à la base des machines NeXT (malheureusement défuntes aujourd'hui), après avoir été revu et corrigé pour gérer l'interface NeXTStep.

Ici encore, le noyau n'en est qu'à un stade primitif, mais s'annonce plutôt prometteur, avec la possibilité de faire tourner le noyau en multitâche avec AmigaOS, dans deux écrans séparés. Plusieurs personnalités importantes du domaine public s'occupent actuellement du portage, comme notamment Stefan Becker, rendu célèbre par son excellent ToolManager.

Conclusion

Dans le cas d'un réseau ne comprenant que des Amiga, Envoy est la solution la plus adaptée car la mieux intégrée à AmigaOS. Dans le cas d'un réseau hétérogène comprenant des machines d'origines diverses, TCP/IP est probablement la meilleure solution. TCP/IP est en effet disponible sur toutes les machines, et la version Amiga est particulièrement complète. Quand cela est possible la solution SANA-II doit être préférée. Elle permet de séparer la partie logicielle de la connexion physique, et donne donc une plus grande liberté de choix (choix du protocole indépendant du choix de la connexion).


[Retour en haut] / [Retour aux articles]