Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 16 octobre 2018 - 01:21  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Actualité : Rencontre entre Cloanto et Hyperion lors du salon Amiga32
(Article écrit par un auteur inconnu et extrait d'Amiga Documents - août 2018)


Note : traduction par David Brunet.

Voici mon compte-rendu de la rencontre entre Cloanto, Hyperion et d'autres personnes, qui s'est tenue le dimanche 29 octobre 2017 au matin, à l'hôtel Fire & Ice de Neuss (Allemagne). Il s'agissait de l'hôtel officiel où eut lieu le dîner de clôture du salon Amiga32 qui s'est déroulé le même week-end.

Ce ne fut pas une réunion privée, elle se tint dans la partie centrale de la salle dédiée aux petits-déjeuner. J'étais assis à l'une des tables voisines et j'ai ensuite discuté avec d'autres personnes afin de confirmer certains détails. Les personnes suivantes étaient assises à la table de la réunion (dans le sens des aiguilles d'une montre) : Mike Battilana (le CEO, actionnaire et cofondateur de Cloanto), Trevor Dickinson (le cofondateur et actionnaire d'A-EON Technology, et aussi actionnaire et créancier de Hyperion), Timothy De Groote (CEO et créancier de Hyperion), Marcel Franquinet (organisateur du salon Amiga30 d'Amsterdam), Dave Haynie (ancien ingénieur de chez Commodore/Amiga) et Ben Hermans (ancien CEO, cofondateur, actionnaire, créancier et avocat de Hyperion). Ben Hermans était assis en face de Mike Battilana.

Du début à la fin, cette réunion sembla respectueuse, voire cordiale. Parfois, on pouvait entendre des blagues, avec Trevor Dickinson riant fort et appelant Timothy De Groote un "fasciste" (où peut-être n'était-ce pas une blague).

Au début, les protagonistes prirent leur petit-déjeuner et les conversations étaient plutôt individuelles. Certains invités (des participants à l'Amiga32) vinrent et repartirent, ou s'assirent à d'autres tables avant le début de la réunion. Par exemple, Ben Hermans discuta avec la personne à côté de lui à propos des compteurs intelligents, tandis que Mike Battilana et Timothy De Groote parlèrent d'une affaire judiciaire antérieure impliquant Manomio (éditeur d'une application iOS avec émulation Amiga).

Mike Battilana raconta à Timothy De Groote que ce fut l'affaire Manomio qui amena l'ordonnance initiale de cessation et d'abstention concernant Hyperion, à laquelle Ben Hermans avait promis des explications, et qui conduisit finalement à l'affaire de 2016, qui ne tomba pas du ciel comme Timothy De Groote le pensa. Timothy De Groote affirma "Mais je ne le savais pas", blâment Ben Hermans de ne lui avoir rien dit. Mike Battilana expliqua que pour cela, il avait rencontré Ben Hermans en 2011 à son cabinet d'avocats (Monard Law), et l'avait questionné à propos de l'accord de 2009 entre Hyperion et Amiga Inc. Il voulait savoir si Hyperion pensait que l'accord pourrait impliquer autre chose qu'AmigaOS 4, et Ben Hermans lui répondit "Tu es le premier à demander cela, je vérifierai l'accord et je te le ferai savoir". Comme Mike Battilana ne reçut aucune réponse, il posa la même question, cette fois devant Trevor lors d'un rassemblement Amiga à Londres en 2015. Et Ben Hermans répondit de nouveau "Tu es le premier à demander cela, je vérifierai l'accord et je te le ferai savoir". Mike Battilana souligna à quel point Ben Hermans avait un visage impassible quand il répondit à la question avec ces mêmes mots, et Mike Battilana n'en croyait pas ses yeux. Trevor Dickinson était assis à côté de Timothy De Groote (je pense qu'ils ont par la suite changé de place) et hocha la tête pour confirmer l'histoire. Plus tard, j'ai entendu que Trevor Dickinson avait dit "C'est ce que Ben dit toujours".

Mike Battilana et Trevor Dickinson parlèrent séparément à propos de l'ajout, sur le site de Cloanto, d'une page sur le piratage car Hyperion pouvait prétendre que Cloanto n'en faisait pas assez à ce propos. Sur un autre sujet, Trevor Dickinson indiqua que Ben Hermans n'avait même pas assez d'argent pour payer ses tickets de stationnement.

A un moment, on eut l'impression que la réunion devint plus "sérieuse" et Mike Battilana et Ben Hermans discutèrent directement. Le premier expliqua au second que tout le monde chez Hyperion, y compris les développeurs présents à l'Amiga32, se référait à lui comme s'il était le patron, et pas seulement l'avocat. A cela Ben Hermans répondit "Nous sommes tous égaux".

Le premier sujet abordé par Mike Battilana fut Jens Schönfeld. Il dit à Ben Hermans que cela pouvait le surprendre, mais qu'il s'agissait du sujet dont il se souciait le plus. Ben Hermans mit Jens Schönfeld (que Mike Battilana considérait comme un ami) dans une position difficile, l'encourageant à contester certaines licences de Cloanto, et tentant de lui offrir gratuitement des licences Amiga que Jens Schönfeld recevait alors de Cloanto.

Parallèlement, à l'autre bout de la table, Dave Haynie et d'autres personnes commentèrent un fait qui eut lieu le vendredi soir à l'entrée de la pizzeria, quand Mike Battilana, qui était plus en avant dans la file, se tourna vers Jens. Ce dernier ne lui dit pas un mot et refusa de lui serrer la main. Les commentaires soulignèrent à quel point ce genre de comportement était une honte.

Mike Battilana indiqua à Ben Hermans que cela était le résultat de ses agissements pour tenter de faire pression sur Cloanto. Ben Hermans répondit qu'il avait simplement donné des conseils juridiques à Jen Schönfeld, mais que ce dernier est adulte et savait ce qu'il faisait. Mike Battilana argua que Ben Hermans portait deux chapeaux et avait un conflit d'intérêts, car il donnait des conseils juridiques qui tentaient de profiter à Hyperion et nuisaient à Cloanto, et que cela était aussi le cas avec Hyperion, qu'il représente en tant qu'avocat, propriétaire et directeur, et qu'il décide de tout au nom des autres partenaires de Hyperion, même en ce qui concerne des litiges coûteux et inutiles. Timothy De Groote demanda à Mike Battilana s'il savait que Jens Schönfeld avait un père très riche qui était d'ailleurs son investisseur. Ben Hermans essaya de clore le sujet, mais Mike Battilana répéta qu'en premier lieu, il demandait une réduction de ses agissements, afin de ramener la situation là où elle était auparavant.

A un moment, Ben Hermans commença à parler de son cabinet d'avocats (Monard Law) et lâcha des phrases comme "J'ai des avocats dans le monde entier, prêts à vous poursuivre". Mike Battilana répondit qu'il avait entendu la même chose qu'une personne lui avait rapportée : Hyperion menaçait de détruire Cloanto. Il se demanda pourquoi Hyperion voulait faire cela puisque Cloanto n'avait rien fait contre Hyperion. Selon Mike Battilana, c'est Hyperion qui commença à se développer en dehors du domaine d'AmigaOS 4, et non Cloanto qui fit le contraire. Mike Battilana demanda à Ben Hermans pourquoi il avait enregistré la marque "Amiga Forever". Ben Hermans répondit "Pour mettre quelque chose sur la table des négociations". Je fus très surpris d'entendre Ben Hermans dire cela aussi directement, mais je ne sais pas quelle autre réponse il aurait pu fournir. Mike indiqua qu'il se sentait harcelé par ce comportement et parla d'abus de droit.

Mike Battilana rappela à Ben Hermans comment il aida Timothy De Groote à mettre en place le commerce électronique de Hyperion avec un ami (Avangate), et comment il se sentit poignardé quand Hyperion utilisa ce commerce électronique pour vendre les mêmes produits que Cloanto. Timothy De Groote s'exclama ensuite, montrant sa compréhension comme s'il n'avait pas vu l'affaire sous cet angle. De son côté, Trevor Dickinson, qui parla au nom de Hyperion, nota que "Nous avons foiré" (citant l'émulation et le Workbench).

Dans l'une des discussions qui se tenaient en parallèle, Timothy De Groote dit à Mike Battalina que "Cloanto vendait AmigaOS 4, comment ne savait-il pas ce qu'il y avait dedans ?" (se référant au Kickstart 1.3). Mike Battilana répondit que Cloanto ne l'avait jamais vendu, la société donna le lien vers l'offre de Hyperion sur la liste de diffusion Amiga Forever et sur son site, Hyperion généra d'ailleurs beaucoup d'argent avec cela (et versa une petite commision à Cloanto), et que même s'il ne s'attendait pas à de la gratitude, il ne pensait pas à être poignardé dans le dos. En ce qui concerne les ROM Kickstart, c'était un ajout récent, et Mike Battilana n'en prit conscience que lorsqu'une personne lui signala ce problème ; Cloanto contacta alors Hyperion. On peut se demander pourquoi Hyperion a-t-il soudainement pensé qu'AmigaOS 4 avait besoin de ces ROM d'émulation, alors que pendant de nombreuses années cela fonctionnait bien sans ?

Mike Battilana demanda également à Timothy De Groote pourquoi lui, et non Hyperion, avait vendu AmigaOS 4 à sa société personnelle (TDmeGa) ? Et pourquoi il demanda à ses clients de ne pas révéler cela à Costel Mincea et à Ben Hermans, comme l'avaient signalés plusieurs revendeurs durant le salon Amiga32 ? A quoi Ben Hermans répondit "Essayes-tu de..." (en gros "tu veux nous mettre l'un contre l'autre ?).

Je ne pouvais pas voir le visage de Mike Battilana (ni ceux de Timothy De Groote et de Trevor Dickinson), mais Ben Hermans le regardait la plupart du temps. Les autres personnes écoutaient visiblement la conversation et essayaient de ne pas s'engager ou interrompre la conversation.

Comme le sujet resta sur les Amiga Classic, Mike Battilana en profita pour parler d'Olaf Barthel et d'autres développeurs qui améliorent le système Classic. Il indiqua que Cloanto fit beaucoup de travail technique et juridique pour rendre cela possible et les incertitudes causées par les attaques de Hyperion, les non-réponses et les déclarations trompeuses lors du salon avaient entravé ce travail. Ben Hermans répondit à plusieurs reprises que "Si tu veux faire du Classic, on s'en fiche". Timothy De Groote était visiblement en désaccord. Mike Battilana demanda à Ben Hermans si c'étaient les nouveaux directeurs de Hyperion (Timothy De Groote et Costel Mincea) qui poussaient la société dans cette direction en dehors d'AmigaOS 4, brisant ainsi huit années de coexistence pacifique. Et Ben Hermans resta silencieux, d'une manière qui semblait indiquer que Mike Battilana avait raison.

A un moment donné, Mike Battilana dit à Dave Haynie, placé de l'autre côté de la table, à quel point il se sentait gêné d'avoir une telle discussion devant un des "pères" de l'Amiga comme lui.

Poursuivant sur le sujet des échanges juridiques, Ben Hermans sembla très fier de la façon dont il impliqua Itec (qui prononçait à la française "i-tek") en menaçant de les poursuivre, afin qu'Itec laisse tout tomber du côté Amiga une fois que Hyperion et Cloanto aient réglé leurs affaires. En ce qui concerne Cloanto, il déclara que "Nous ne savons pas ce que nous devons respecter, si vous nous ne le dites pas", ce à quoi Mike Battilana répondit que cette affaire ne concernait pas Cloanto, mais plutôt Hyperion qui outrepasse l'accord AmigaOS 4 (avec Amiga Inc.) et les choses qu'il avait demandées à Ben Hermans pendant de nombreuses années, que celui-ci avait promis de traiter, mais qu'il ne fit jamais.

Mike Battilana demanda aux gens de Hyperion s'ils avaient réfléchi à son offre, d'utiliser Cloanto pour continuer à développer AmigaOS 4 sous une nouvelle société qui n'avait aucune dette et restaurer la paix sur le front de l'Amiga Classic. Ben Hermans réagit assez fermement en disant que cela ne serait pas possible car Hyperion lui devait plus d'un million d'euros, et qu'il n'avait pas l'intention de céder.

Note : J'ai ajouté ou complété certains passages grâce à divers commentaires et d'autres conversations (généralement parallèles), mais cette narration reste cohérente avec mes propres souvenirs.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]