Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 22 mai 2017 - 21:23  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Linux Red Hat 5.1 sur Amiga
(Article écrit par Georges Tarbouriech et extrait d'Amiga News 118 - janvier 1999)


Red Hat 5.1 ou l'Amiga au chapeau rouge

Encore Linux ! Eh oui, parce qu'on ne peut pas passer à côté d'un tel produit.

Red Hat est probablement la distribution Linux la plus répandue sur la planète et le fait de pouvoir en bénéficier sur Amiga permet à notre "vieille" machine de rester un dinosaure bien vivant : c'est rare !

Petite précision : la version en question n'est pas officielle, c'est-à-dire que Red Hat n'assure pas de suivi. Ne soyez pas inquiet pour autant puisque vous aurez l'embarras du choix parmi tous les sites proposés, qu'il s'agisse de FAQ, de liste de diffusion ou autres FTP. Il s'agit de la version 5.1 et les fâcheux diront que sur les autres plates-formes on en est à la 5.2. On s'en fout !

Céoukonletrouve ?

Pour vous procurer cette distribution, vous avez le choix entre :
  • Acheter le CD chez un revendeur comme Phoenix DP, par exemple.
  • Acheter le numéro de décembre 1998 de Dream, la distribution étant sur leur CD (non, Dream ne me paye pas pour la pub !).
  • Télécharger la distribution : bon courage !
Keskifopourkecamarche ?

Pratiquement tout Amiga équipé d'un FPU pourra faire tourner Linux Red Hat.

La plupart des cartes graphiques, des cartes réseau, des contrôleurs de disque (IDE ou SCSI) sont pris en charge. Du 68020 au 68060, ça fonctionnera, DraCo mis à part. Quelques problèmes sont à mentionner avec les A3640 de base et à moindre effet pour les 68060. A priori, rien de bien grave, mais je n'ai pas testé. Précision importante : tous les pilotes nécessaires sont déjà dans le noyau ! Rien à télécharger ou à installer si vous avez une configuration pas trop exotique. Enfin, cette distribution sera capable de fonctionner sur pratiquement toutes les machines à base de m68k : Apple, Atari, Next, Sun...

Cécommentkonlinstalle ?

Comme d'habitude !

Soyons sérieux : selon le CD choisi, vous pourrez l'installer soit en copiant une partie des fichiers sur votre disque (Dream), soit directement à partir du CD (produit "commercial") à la condition de posséder un pilote de CD "moderne".

Avec le pilote standard d'AmigaOS vous aurez des soucis avec les noms longs.

Rassurez-vous, AmiCDFS ou AsimCDFS feront l'affaire et vous les trouverez sur Aminet. Si votre Amiga est en réseau avec une station Unix, rien ne vous empêche de copier les fichiers à partir de la station, depuis le CD. C'est comme ça que j'ai procédé !

Une fois votre disque partitionné, vous n'avez plus qu'à vous laisser guider.

Vous disposez d'une tonne de docs pour vous simplifier la tâche, par conséquent je ne m'attarderai pas sur le sujet.

Dekoiyadedans ?

Ce qui m'a le plus impressionné dans cette distribution, c'est la qualité et la quantité. Il y a tout !

En dehors du standard, vous avez une formidable quantité d'outils, de Window Managers, de bibliothèques, l'environnement Gnome et une logithèque d'enfer.

Sachez par exemple que si vous voulez installer la distribution complète, il vous en coûtera plus de 500 Mo. Enfoncé, l'empereur de Redmond ! Et question qualité, rien à voir avec le sus-cité.

La gamme d'outils de configuration est un modèle. Vous disposez de tout ce qui est nécessaire à la gestion du réseau, des imprimantes, des modems...

Ceci avec l'interface de votre choix : Fvwm, AfterStep... En plus vous pouvez les mélanger ; je ne vois pas l'intérêt, mais pourquoi pas ?

Question développement ou compilation, c'est pareil. Toutes les bibliothèques sont présentes ainsi que l'incontournable GCC. La plupart des bibliothèques graphiques nécessaires aux logiciels tels que Gimp est livrée en standard.

Red Hat 5.1
Image affichée via NFS dans Gimp

Concernant les logiciels, c'est vraiment étonnant. Vous trouverez Gimp, bien sûr, et il fonctionne ! L'inévitable XV est là aussi. Vous disposez également de Ghostview.

Red Hat 5.1

Évidemment, les piliers du monde Unix font partie de la "livraison" : Lynx, Emacs...

Je ne peux pas tous les citer, il y en a trop. C'est simple, on vous offre 462 paquets au format RPM ! Grandiose, non ?

Pour ceux qui l'ignore, les paquets RPM sont propres à Red Hat et permettent une installation des plus faciles. Il suffit de taper dans un Shell la commande "rpm -i" et c'est parti ! Avouez qu'on peut difficilement faire plus simple. Et ça n'écrase pas les bibliothèques en place ! (comprenne qui peut)

Bien sûr, ça ne vous prive pas de la possibilité d'installer le plus répandu : les paquets "zippés". Vous trouvez peut-être que ça n'a rien d'extraordinaire. Pour vous donner une idée, j'en suis à 150 Mo de téléchargement pour le serveur Sun que j'utilise au boulot pour obtenir ce qui est standard dans la distribution dont nous parlons ! (et pour parvenir à ce qu'il fonctionne moins mal !)

Tout pour les réseaux

Chacun sait que les réseaux sont la spécialité du monde Unix : Red Hat ne déroge pas à la règle. Tout y est ! Je rappelle que TCP/IP est standard sous Unix (et on ne le dira jamais assez, Linux est un Unix) et il est très complet, lui ! Pourquoi je dis ça ?

Cherchez donc les "remote commands" (rcp, rsh, rlogin...) en standard sur "le" système réseau du siècle : j'ai nommé le toujours Non Teminé 4.0. Glissons...

Vous disposez également du client et du serveur NFS, de Samba, de FTP... Vous l'aurez compris : votre Amiga devient un serveur NFS, un serveur d'impression... Ce n'est pas nouveau, certes, puisque vous pouvez faire la même chose côté AmigaOS ou avec d'autres Unix, gratuits ou non, côté Unix, of course.

L'intérêt vient surtout de la simplicité pour configurer tout ça et de la qualité du résultat. Par exemple, grâce à Ghostscript, si votre Amiga est serveur d'impression, vous pouvez imprimer du PostScript sur une vieille jet d'encre. Bien sûr, comme il s'agit d'un serveur d'impression, les autres machines du réseau peuvent imprimer sur cette même imprimante. Les protocoles nécessaires à la connexion à l'Internet tels que PPP, POP sont évidemment présents puisque vous ne l'ignorez pas, Linux est la référence en la matière.

Red Hat 5.1
Interface de configuration d'imprimantes locales ou à distance

Question navigateur, vous disposez de Lynx qui est aussi convivial que vi pour ceux qui connaissent ! C'est-à-dire "horrible" à mon humble avis. Rassurez-vous, il y a mieux : vous pouvez installer d'autres produits plus "modernes" tels que le W3 qui fait partie de Xemacs (qu'il vous faudra installer puisqu'il ne fait pas partie de la distribution; nous y reviendrons).

Enfin, n'oublions pas la référence en matière de serveur Internet : Apache vous est offert gracieusement. Impressionnant, je vous dis !

Le revers de la médaille

Il en faut bien un !

Mon Amiga est un 3000T de base, soit un 68030 à 25 MHz avec 16 Mo de mémoire.

A vue de nez, Red Hat est environ trois fois plus lent que Watchtower. Certes, il est beaucoup plus riche, et personnellement je lance de nombreux services, mais quand même ! Autrement dit, si la vitesse est votre obsession, passez votre chemin ou achetez une station Alpha !

Pour être plus concret, voici un exemple révélateur. Je vous ai parlé de Xemacs. La version "zippée" pèse environ 14 Mo. Vous la trouverez sur n'importe quel site miroir GNU ou sur un ancien CD de D... (non, je ne le dirai pas !). Vous savez qu'en règle générale un paquet s'installe en trois commandes : "configure", "make" et "make install". Alors, accrochez-vous : pour compiler et installer Xemacs sur une machine équipée d'un 68030 à 25 MHz il faut :
  • configure : 30 minutes.
  • make : 16 heures (vous avez bien lu).
  • make install : 20 minutes.
Vous admettrez qu'il vaut mieux être convaincu que "quand on aime, on ne compte pas" ! Mais ça fonctionne... longtemps après.

Ceci dit, Xemacs c'est le couteau suisse du monde Unix. C'est une usine capable de servir d'éditeur, de navigateur, de logiciel de courrier... Et la richesse, ça se paie ! Installé, c'est 50 Mo de plus sur votre disque.

Red Hat 5.1
Le navigateur w3 de xemacs

Autre exemple : pour charger Gimp, prévoyez environ deux minutes ! Sincèrement ça reste utilisable pour des gens comme moi qui ont connu des Unix fonctionnant sur de vieux processeurs. Il est évident que pour les personnes qui ont débuté sur des machines à 200 MHz, c'est difficilement acceptable. Mais, bon, chacun voit midi à sa porte, comme disait ma mémé.

Alors, votre Amiga portera-t-il le chapeau, aussi rouge soit-il ?

Si vous voulez un système digne de ce nom, une logithèque d'enfer, Red Hat est fait pour vous. Vous aurez alors deux OS extraordinaires sur la même machine.

Au fait, comme nous sommes sur Amiga, Linux démarre en cliquant sur un icône, bien sûr.

Si vous voulez travailler avec dans un environnement réseau, il ne sera pas ridicule. Par contre, si vous avez besoin de performances élevées, prévoyez l'accélération de votre machine... et même, il n'est pas sûr que ce soit suffisant. Mais essayez donc de faire tourner Machin 95 sur un 486 à 25 MHz et 16 Mo de mémoire ; si vous y arrivez, vous m'en direz des nouvelles ! Je ne parle pas de 98...

Si vous souhaitez utiliser chez vous des logiciels de très grande qualité, même si ça rame, Red Hat vous apportera de nombreuses satisfactions. Dans le cas contraire, comme dit plus haut : achetez une Alpha ! En plus, c'est du 64 bits et on a certainement le "top" du monde Linux.

Tout en vrac, mais pas forcément hors-sujet

Révolution dans le monde Unix : vi évolue ! Dans la distribution dont nous "causons", vous aurez droit à vim pour viMprove (vi amélioré, quoi !). Croyez-le si vous voulez : vous pouvez, en insertion, effacer le caractère qui suit le curseur avec la touche "Del" ou celui qui précède avec "espace arrière". Incroyable !

Dans la série "Only Amiga makes it possible", un de nos lecteurs a installé Linux sur son 1200. Jusque-là, rien d'exceptionnel. Vous savez sur quoi il affiche ? Sur une télé ! X11 sur une télé, ce n'est certainement pas beau, mais quelle autre machine pourrait faire un truc pareil ?

Red Hat 5.1
Next, le vrai, en communication avec Linux par rlogin

Ceci n'engage que moi, mais je suis convaincu que Linux est en train de devenir l'Unix par excellence. De moins en moins d'Unix commerciaux sont aussi riches et performants que lui. En plus, il est très stable.

Ce n'est pas nouveau, mais je constate avec un grand plaisir l'expansion suivie par les produits GNU. C'était déjà une référence mais ça se confirme.

Il ne reste plus qu'à faire prendre conscience aux décideurs que les produits "gratuits" sont largement supérieurs à de nombreux produits commerciaux. Les usines à gaz bureautiques de Monsieur Bon Genre (pour les initiales !) ont du souci à se faire. Star Division sort sa suite StarOffice téléchargeable gratuitement. D'accord, il faut être courageux ou avoir une liaison de course : c'est 60 Mo en moyenne. Pourquoi en moyenne ? Parce qu'elle existe pour Linux, Solaris, Fenêtres...

Si vous voulez des versions commerciales, cinq licences multi-machines n'atteindront pas le prix d'une licence M$ ! Exemple : pour environ 2500 FF vous pouvez avoir cinq licences : une Solaris, trois Linux et une NT ! Qui dit mieux ?

Pour les inconditionnels de Redmond (et il y en a !), StarOffice ouvre les fichiers Word ou Excel comme s'il les avait créés. Et toc !

Une chose me dérange beaucoup : de nombreuses personnes ont trouvé formidable le fait que les gros "requins" style Intel s'intéressent à Linux, Red Hat en particulier. Personnellement, ça m'inquèterait plutôt : la philantropie ne me semble pas la caractéristique première de ces énormes trusts. En d'autres termes : qu'est ce que ça cache ? Si vous en avez l'occasion, lisez "Le hold-up planétaire" de Robert DiCosmo et surtout faites le lire à un maximum de personnes. Lorsque nous disons certaines choses, beaucoup pensent que nous exagérons ; là, c'est un universitaire qui les écrit et il sera sans doute pris un peu plus au sérieux.

Amiga vaincra ?

Quitte à me répéter, je dirais que tant que notre machine peut encore bénéficier de produits de la qualité de Red Hat, tout n'est pas perdu.

Je ne reviendrai pas sur l'éventuel Amiga du futur. Pour moi, l'Amiga c'est celui que nous possédons encore aujourd'hui. Toute possibilité de l'améliorer de quelle manière que ce soit est bonne à prendre. Red Hat 5.1 fait partie de ces améliorations malgré sa lenteur sur des configurations "minimalistes". La vitesse obtenue aujourd'hui est un leurre, même si on ne peut pas se permettre de la négliger pour ce qui concerne certains systèmes particulièrement gourmands en ressources. Professionnellement, je suis contraint de suivre l'escalade. A ce titre, je viens de faire entrer deux machines Intel à 450 MHz. Sincèrement, je ne trouve pas qu'il y ait de quoi s'en relever la nuit.

Aujourd'hui quelques OS sont des petites merveilles : AmigaOS, BeOS, NextStep, Linux peut-être le futur Mac OS X. Mais où est la révolution dont tout le monde parle au point de vue matériel ? En dehors des cadences infernales des processeurs, qu'y a-t-il de nouveau sous le soleil ?
  • Rien depuis l'Amiga et ses multiples puces gérant chacune un travail particulier.
  • Rien depuis le Next et ses multiples canaux d'entée-sortie.
  • Rien depuis les débuts de l'architecture RISC.
  • Les disques augmentent leur capacité ; c'est très bien.
  • Les cartes graphiques gagnent de la mémoire. Tant mieux, mais quoi d'autre ?
  • L'AGP ? C'est ce que fait l'Amiga depuis les débuts ! L'USB ? Attendons de voir, parce que pour l'instant, ça ne se bouscule pas. Avec l'Imac peut-être.
En résumé, j'ai certainement une âme de chiffonnier, mais je suis très heureux avec mes rossignols de presque dix ans. Je peux vous garantir que je ne suis pas prêt à me débarrasser de mon Amiga ou de ma station Next. Pour le reste, j'ai tout ce qui "faut" au boulot et franchement c'est souvent très triste malgré la puissance des "engins".

N'empêche : on vit une époque formidable !

Nom : Red Hat 5.1.
Développeurs : Red Hat.
Genre : système d'exploitation.
Date : 1999.
Configuration minimale : Amiga avec FPU, un lecteur CD ou une connexion Internet.
Licence : GPL.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]