Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 22 novembre 2017 - 23:13  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Quel moniteur pour quel Amiga ?
(Article écrit par Gilles Bourdin et extrait d'Amiga News - octobre 1993)


Les cartes graphiques deviennent de plus en plus nombreuses pour l'Amiga et l'utilisateur amateur ou professionnel peut facilement trouver la solution qui sied le mieux à ses besoins. Les nouvelles machines AGA avec leurs capacités graphiques étendues et leurs nouveaux modes d'affichage peuvent également en satisfaire plus d'un.

L'objet de cet article est de vous guider, en tenant compte de vos besoins, vers la solution Amiga/carte/écran la mieux adaptée. Je vais également en profiter pour vous faire un petit exposé sur le mode de fonctionnement d'une carte graphique et d'un écran, afin que vous soyez en mesure de pouvoir décider vous-même.

Comment fonctionnent un écran et une carte graphique ?... Comme une télé

L'image sur un écran est produite par les impacts dirigés d'électrons sur la face intérieure du tube cathodique, recouverte d'une couche de phosphore. A l'aide de champs magnétiques puissants, les électrons sont condensés en un faisceau et ce faisceau d'électrons est baladé de la gauche vers la droite, ligne par ligne sur la surface de l'écran. A l'endroit où le faisceau touche l'écran, un point (pixel) s'illumine et pâlit immédiatement. Pour que ce pixel soit constamment allumé, il faut que le faisceau d'électrons repasse suffisamment rapidement, de sorte qu'il soit rallumé ou plus exactement rafraîchi avant qu'il n'ait eu le temps de pâlir (on appelle ça le taux de rafraîchissement).

La période pendant laquelle le pixel pâlit avant de s'éteindre complètement est appelée "rémanence". Vous savez maintenant ce qu'est un écran à haute rémanence et vous comprendrez aussi bientôt quels sont ses avantages et inconvénients.

Nous disions donc que le faisceau doit parcourir l'écran de droite à gauche et de haut en bas suffisamment vite pour que tous les pixels qu'il touche soient allumés en permanence. Le nombre de fois que le faisceau parcourt l'écran entier en une seconde est appelé "taux de rafraîchissement de l'image" ou aussi "fréquence de balayage vertical" et se mesure en Hertz (Hz). La fréquence de balayage horizontal est le nombre de lignes que le faisceau peut parcourir en une seconde et se mesure en milliers de Hertz ou kilohertz (kHz).

Vous avez compris que la fréquence verticale est liée à la fréquence horizontale, puisque plus les lignes sont balayées rapidement, plus l'écran entier le sera également, et que la fréquence horizontale dépend du nombre de points que contient une ligne, il est évident qu'une ligne de 640 points sera plus vite balayée qu'une ligne de 704 points.

Prenons un exemple de mode d'écran Amiga : Productiity

En mode Productivity, l'Amiga est capable d'une fréquence horizontale de 31,44 kHz. En clair, cela signifie qu'il peut balayer en une seconde 31 440 lignes. En mode Productivity, il y a 495 lignes de 640 points chacune. Pour avoir le nombre d'images par seconde, on divise donc 31 440 Hz par 495 lignes et on obtient 60 Hz, soit 60 images par seconde (en commettant quelques erreurs volontaires d'arrondi). Notons que l'oeil humain est d'une remarquable précision, puisqu'il est capable de détecter un léger scintillement si l'écran affiche moins de 50 images par seconde (modes DBLPAL). Ce n'est qu'à partir de 70 images par seconde que l'image nous paraît parfaitement stable (et c'est pourquoi l'Atari ST a eu beaucoup de succès en bureautique en son temps avec son affichage monochrome de 70 Hz).

Et le mode DBLPAL alors, c'est quoi ? Rien d'autre qu'un mode Productivity bidouillé avec 512 lignes de 704 points chacune. On obtient donc une fréquence horizontale inférieure, de 29 kHz et une fréquence verticale de 50 Hz. Ce mode DBLPAL est d'ailleurs possible sur un A2000 ECS avec le Workbench 3.0.

L'important dans tout ceci est de savoir que les moniteurs se différencient par leur vitesse de balayage et celle-ci est mesurée en kHz, à savoir le nombre de lignes que celui-ci peut afficher en une seconde. Les fabricants indiquent toujours ces chiffres dans leurs documentations, ainsi que les fabricants de cartes graphiques et d'ordinateurs. Sachant que la carte graphique de votre choix supporte des fréquences entre 31 et 64 kHz, il vous faudra trouver l'écran ayant des capacités similaires. Même chose pour un Amiga 1200, dont les fréquences horizontales varient de 15 à 31 kHz.

Les nouvelles cartes graphiques bon marché sont arrivées !

Domino, Retina, Picasso sont des noms qui devraient maintenant vous être familiers. Il s'agit de cartes graphiques basées sur la technologie d'affichage Super VGA en provenance du monde PC. Ces cartes utilisent les mêmes composants VGA standards et bon marché que leurs collègues du monde PC et sont donc proposées à des prix très alléchants (autour de 600 DM en Allemagne, ce qui revient à environ 2000/2500 FF).

Leurs caractéristiques techniques sont similaires : elles permettent un affichage du Workbench en haute résolution sans scintillement (jusqu'à 1280x1024), elles affichent les plus hautes résolutions avec jusqu'à 256 couleurs et gèrent les modes 24 bits True Color ou 15/16 bit Hi-Color dans les plus basses résolutions (640x480/800x600). La Picasso possède même un Blitter lui permettant d'être plus rapide qu'un A4000 en affichage Workbench, avec un même nombre de couleurs.

Les émulations Workbench sont fiables et offrent une qualité d'affichage inégalée pour le travail productif. Je ne vais pas aborder le cas de la carte Retina, qui mérite un article à elle seule. Ces cartes sont certes très bon marché, mais leurs capacités d'affichage les destinent à être utilisées avec des écrans performants, donc onéreux.

Prenons l'exemple de la Picasso. Cette carte supporte des fréquences horizontales de 38, 50, 57 et 64 kHz. Avec un écran NEC 3D (maximum possible = 38 kHz), vous ne pourrez disposer que des résolutions allant de 640x480 à 1024x768 (entrelacé). Par contre, ce type de moniteur supporte toutes les fréquences standards de l'Amiga. Les modèles NEC FG (15, 17 et 21 pouces) supportent des fréquences horizontales maximales de 57 et 64 kHz (64 kHz pour les modèles haut de gamme uniquement) et peuvent aller jusqu'à 1280x1024. L'inconvénient, comme il a déjà été dit plus haut, est qu'ils ne synchronisent pas de signaux en dessous de 31 kHz et ne peuvent donc afficher toutes les fréquences des écrans Amiga. Il est de nouveau ici important, pour le bon choix de son moniteur, de savoir exactement l'usage qu'on voudra en faire.

Pour aller au maximum des capacités de la carte, un écran 17 ou 21 pouces supportant au moins 57 kHz est indispensable. L'utilisateur devra alors savoir qu'il lui faudra un second écran (un 1084 suffira) s'il veut jouer ou tout simplement pouvoir lire les messages d'erreurs du Guru ou le panneau de configuration de démarrage du Workbench 3.0 (en 15 kHz sur l'A4000 et l'A1200, 31 kHz sur un A3000 grâce au désentrelaceur matériel intégré).

écran Amiga
Commodore 1084

Abordons maintenant le sujet le plus épineux du moment : les Amiga AGA (A1200 et A4000), bien souvent sources de soucis et de perplexité lorsqu'il s'agit de choisir son moniteur. Car il faut savoir une chose : l'Amiga est un des rares ordinateurs multifréquences, c'est-à-dire que sa sortie vidéo peut produire des signaux dont les fréquences peuvent varier du simple au double (surtout si une carte graphique supplémentaire est utilisée).

L'Amiga 3000, avec son désentrelaceur vidéo était un havre de paix, car le signal de sa broche VGA DB15 était toujours de 31 kHz. Un simple écran VGA suffisait pour afficher tous les modes (ou presque, car il n'y a pas de règle sans exceptions). C'en est fini depuis la sortie des Amiga 1200 et 4000, le désentrelaceur matériel avec ses 31 kHz n'est plus là, la prise vidéo a de nouveau 23 broches, et il peut en sortir des signaux à faire exploser un tube cathodique douillet...

Faisons le compte : la plus basse fréquence possible est la bonne vieille 15 kHz qu'avait déjà l'Amiga 500. Cette fréquence ne sert pratiquement plus que pour les jeux et quelques rares applications mal programmées. Un simple écran 1084 suffit à l'afficher.

Note de Michel Castel : le mode 15 kHz (PAL) est tout de même très important. Il ne faut pas oublier que l'Amiga a une réputation dans le "monde vidéo" (générique, montage...). Petit détail important : si vous connectez un genlock sur un Amiga, le système n'accepte plus que les modes PAL et NTSC et décommute automatiquement tous les autres modes. A notre connaissance, seul le genlock G-Lock de GVP permet à l'Amiga de fonctionner dans les nouveaux modes dans la mesure où il est décommuté.

Écrans SVGA

Ensuite viennent les modes dits "double fréquence" (DBLPAL, DBLNTSC 29-30 kHz) et les modes "VGA" (Productivity 31 kHz), pour lesquels un écran Super VGA comme le Commodore 1935, peut suffire. Ces modes ne sont accessibles pour le moment que par le Workbench et offrent des résolutions plus hautes, mieux adaptées au travail productif. Attention : un écran SVGA est incapable d'afficher les modes 15 kHz.

Écrans multifréquences ou "multisync"

La solution universelle pour tout Amiga est l'écran multisynchro, qui contient quelques éléments d'électronique lui permettant de s'adapter à toutes les fréquences automatiquement. Ces écrans ont l'inconvénient d'être plus chers, leur représentant le plus populaire est le NEC 3D, et le 1960 de Commodore est bien connu des amigaïstes. Attention, encore une fois, prenez vos précautions quand vous choisissez un écran multisync car il en existe plusieurs variétés et pas toutes ne sont pas adaptées au fonctionnement avec un Amiga.

écran Amiga
Commodore 1960

Il est également important que votre écran soit correctement doté en molettes de réglage, afin de pouvoir correctement centrer les images. Pour un A1200 ou un A4000 standard, il faut choisir un multisync supportant des fréquences de 15 à 38 kHz (comme le NEC 3D ou le 1960) impérativement ! Ces moniteurs deviennent de plus en plus rares, cédant la place aux modèles allant de 31 à 58 et 64 kHz (NEC 4/5/6 FG). Les modèles NEC FG sont utilisables sous réserve. En effet, ils ne supportent pas les fréquences inférieures à 31 kHz, encore beaucoup utilisées par l'Amiga. Parlez de ces considérations à votre revendeur, il saura vous conseiller.

Écrans gérant plusieurs fréquences prédéfinies

Commodore a récemment lancé un nouvel écran spécialement conçu pour les Amiga 1200/4000, le 1942. Cet écran est bon marché car il n'est pas multisynchro mais "quadrisynchro", c'est-à-dire capable de s'ajuster à quatre fréquences pré-établies uniquement. J'ai pu avoir un exemplaire en prêt pendant quelques jours (merci à Pascal Varenne de Commodore qui s'est sacrifié pour me prêter le sien). Il supporte toutes les fréquences des nouvelles machines et sera capable d'en afficher tous les modes d'écran. Les fréquences gérées se situent entre 15,75 et 31 kHz, ce qui en fait véritablement un moniteur dédié à l'Amiga. Inutile, au point où nous en sommes, de vous expliquer longuement pourquoi cet écran ne donnera aucun résultat avec une carte Domino ou Picasso.

écran Amiga
Commodore 1942

L'image est bonne, la rémanence de l'écran suffisamment longue pour que même les modes entrelacés ne scintillent pas trop. J'ai pu tester avec succès tous les modes d'écran d'un Amiga 4000, y compris le mode Super72 entrelacé qui n'a finalement pas posé de problèmes. Il y a suffisamment de molettes de déplacement et d'étirement de l'image pour que le centrage soit bon dans tous les cas. Un bouton "overscan" permet de régler rapidement la taille de l'image pour que celle-ci ne déborde pas si vous travaillez en mode suraffichage.

La prise vidéo est au format VGA 15 broches. Il vous faudra donc utiliser l'adaptateur fourni par Commodore pour le brancher sur un A1200 ou A4000. Sinon, il fera également parfaitement l'affaire pour tous les possesseurs d'Amiga 500/2000/3000. Seule déception : l'interrupteur de tension se trouve à l'arrière de l'écran.

En bref (pas facile !)

A500/A2000 sans désentrelaceur

Écran 1084 ou TV péritel dans tous les cas. On peut également connecter un multisynchro de type 15-38 kHz ou un 1942 ; c'est une solution plus onéreuse et pas meilleure qu'un 1084 et il vous faudra un adaptateur DB25/DB15 (ceux qui sont livrés avec les A1200/A4000). Pour les machines ECS, prévoir un VGA ou un multisynchro si vous voulez utiliser le mode Productivity (31 kHz).

A1200

Si vous ne faites que jouer avec votre machine, un 1084 d'occase à 500 FF suffira. Évitez cependant absolument de régler votre Workbench en mode DBLPAL ou Productivity, il n'apprécierait pas trop.

A3000

Un écran SVGA suffit, le signal de l'A3000 est pratiquement toujours en 31 kHz quand le désentrelaceur est activé. Sinon, le NEC 3D ou équivalent (15-38 kHz) est la meilleure solution (image plus fine, pixels mieux définis). On peut également envisager l'utilisation du 1942.

A500/2000 équipé de désentrelaceur

Comme pour l'Amiga 3000.

A1200/A4000

Vous ne faites que de la bureautique : un SVGA devrait suffire, ils sont très bon marché et gérent pour la plupart d'entre eux les modes double fréquence et Productivity. Le 1935 de Commodore a passé tous les tests avec succès sur un A4000. Soyez tout de même prudent, un écran SVGA est à considérer comme une solution "prix minimum". Certains écrans sont plus tolérants que d'autres et il n'est pas dit qu'ils seront tous capables d'afficher les modes DBLPAL, qui descendent en dessous de 30 kHz. Il vaut mieux essayer avant d'acheter. Le 1942 de Commodore, un peu plus cher, a l'avantage d'avoir été spécialement conçu pour l'Amiga et offre un choix de quatre fréquences. Et si vous voulez jouer un jour, vous pourrez toujours brancher votre Amiga sur une télévision, en évitant de configurer le Workbench en mode VGA.

Vous jouez régulièrement et faites de la bureautique : selon les fonds disponibles, vous avez le choix entre la solution la plus onéreuse multisynchro (la plus confortable) et la double solution moins coûteuse SVGA-1084 ou TV (deux moniteurs, chacun son utilité). Le 1942 représente la solution offrant le meilleur rapport qualité/prix.

A2000/A3000/A4000 équipé d'une carte Domino/Picasso II

Il vous faudra ici faire un choix car ces cartes produisent des signaux vidéo qui sont différents des signaux vidéo de l'Amiga. Ces cartes graphiques supportent des fréquences horizontales allant de 38 à 64 kHz. Mais attention : pas tous les moniteurs, même s'ils sont multisynchros, ne supportent toutes ces fréquences. Ces cartes ont aussi l'avantage de pouvoir se désactiver automatiquement pour revenir aux modes vidéo Amiga sans que l'utilisateur soit obligé de rebrancher le câble de l'écran.

Prenons l'exemple d'un écran 14 pouces comme le NEC 3D, dont les fréquences possibles vont de 15 à 38 kHz. Cet écran sera capable d'afficher tous les modes Amiga, qui oscillent entre 15 kHz (PAL) et 31 kHz (Productivity). Mais il sera uniquement capable de traiter la fréquence la plus basse d'une Picasso ou Domino, qui est de 38 kHz. Vous ne disposez que des résolutions suivantes : 640x480, 800x600, 1024x768i (i=interlaced).

Prenons maintenant l'exemple d'un écran comme le NEC 6FG, dont les fréquences horizontales vont de 31 à 64 kHz. Vous aurez tout de suite vu que ce moniteur est idéal pour ces cartes graphiques mais que quelques problèmes risquent de survenir du côté des modes vidéo Amiga... En effet, la fréquence horizontale la plus élevée qu'un Amiga standard puisse produire est de 31 kHz, en mode Productivity. Or les capacités du moniteur à synchroniser ne vont pas en dessous de 31 kHz. Théoriquement, le NEC 6FG devrait donc juste être capable d'afficher les modes Amiga standards.

Comme ce moniteur est assez tolérant, le mode Productivity passe tout juste, en provoquant le sifflement caractéristique du "multisynchro torturé". En revanche, impossible d'afficher tous les modes 15 kHz utilisés pour les jeux ou lorsque la Workbench est en mode PAL. Ce problème est commun à tous les Amiga qui ne sont pas équipés d'un désentrelaceur matériel (A500, A600, A1200, A2000 et A4000), ou dont le désentrelaceur logiciel (A1200, A4000) n'est pas activé (mode promotion du Workbench 3.0). L'Amiga 3000 ou 2000 avec désentrelaceur n'ont pas ces problèmes.

A3000 + carte graphique

Fréquences allant de 31 à 64 kHz. Il existe des écrans capables de synchroniser toutes ces fréquences.

A4000 + carte graphique

Fréquences allant de 15 à 64 kHz. Il faut prévoir l'achat de deux écrans ou l'utilisation alternée d'une TV. Ce qui est ennuyeux avec l'A4000, c'est qu'il n'a qu'une seule sortie vidéo et qu'il faut utiliser deux écrans sur la même prise. Cependant, comme l'achat d'un tel moniteur est justifié par la présence d'une carte graphique telle la Picasso II, par exemple, voyons les résolutions possibles avec une fréquence horizontale de 64 kHz.
  • 640x480 - 73 Hz/38,32 kHz.
  • 800x600 - 82 Hz/54,61 kHz.
  • 1024x768 - 78 Hz/63,19 kHz.
  • 1120x832 - 73 Hz/63,31 kHz.
  • 1152x900 - 68 Hz/63,62 kHz.
  • 1280x1024 - 87 Hz/48,37 kHz.
On remarque que plus la résolution augmente, plus la fréquence verticale, pour une fréquence horizontale donnée, diminue. Le nombre de couleurs affichées joue un rôle également, mais nous n'allons pas nous attarder sur ce sujet. Les valeurs ci-dessus sont valables pour des écrans de 256 couleurs.

Il y a Amiga et Amiga. Chaque configuration pose ses exigences et il est toujours pénible de constater qu'on a fait un choix inadéquat après l'achat d'un moniteur. Il est souvent préférable de pouvoir essayer avant d'acheter. La connaissance des quelques notions de base exposées dans cet article devraient vous faciliter la tâche.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]