Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 01 décembre 2021 - 15:01  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Actualité : Psygnosis empile les héros
(Article écrit par Derek De La Fuente et extrait de Joystick - janvier 1993)


Psygnosis met littéralement le feu à vos écrans. Le surproductif éditeur anglais prépare de nombreux pour les mois qui viennent.

Dracula

Ce titre constitue l'un des programmes les plus novateurs, qui nous arrive tout droit de chez Psygnosis et qui vous impressionnera vraisemblablement. Il en est actuellement à la moitié de sa réalisation et le temps et le développement d'idées injectées dans cette production sont immenses. Le jeu est basé sur le film Dracula de Coppola qui a fait un carton aux States et sera prochainement sur nos écrans. Et justement, il se trouve que la dynamique principale de jeu s'inspire, plus que n'importe quel autre titre du genre, des livres originaux. C'est un croisement entre Love Story et la Belle et la Bête ! Columbia, la compagnie qui vient juste de distribuer le film, travaille en ce moment en étroite collaboration avec Psygnosis et leur a fourni le script complet du film, ainsi que des photos de tous les personnages, costumes, etc.

Dracula
Dracula

Vous êtes Jonathan Harker et vous devez évoluer au travers de sept tableaux différents qui s'inspirent des séquences du film. A la fin de chaque tableau, vous devrez vous débarrasser d'une sorte de chef : il s'agit généralement de Dracula dans l'un de ses déguisements (il se peut même que ce soit un vieux Dracula assoiffé de sang). A Londres, il apparaît sous la forme d'un personnage revitalisé, ou encore, en guerrier après avoir été incarné. Le film se base sur le fait que la femme du héros du film s'est suicidée et s'est réincarnée en Mena. La tâche de Jonathan est de la retrouver et de la sauver des griffes de Dracula. Il y a des tas de sections qui comprennent : une visite en Transylvanie, le domaine d'Hillingdon, l'intérieur d'un château, Londres, l'Asile. La bataille finale prendra place, quant à elle, à l'intérieur du château.

Le jeu est surtout un jeu de combat hyper rapide mais, au niveau des graphismes, il se trouve que c'est l'un des jeux les plus impressionnants jamais produits et ceci, sur tous les plans. Les graphismes sont d'abord produits sur ordinateur à graphisme type Silicon puis les images sont reproduites sur écrans 32 bits. Pour ajouter au réalisme, les responsables ont reproduit certains des costumes utilisés dans le film et ont été invités à les porter. Cela a permis de s'assurer que tous les mouvements des personnages étaient corrects. Puis on numérise les personnages selon des mouvements divers : portant un coup de dague, se déplaçant avec une cape, etc. Ils sont ramenés alors à échelle normale et placés à l'intérieur du programme.

Dracula
Le scénarimage de Dracula

Pour un seul mouvement, il peut y avoir jusqu'à 180 cadres d'animation ! La technique utilisée est la même que celle au cinéma et à la TV, c'est-à-dire la superposition et la surimpression. Tous les personnages humains ont été placés face à un écran bleu (qui est transparent) puis l'animation est surimpressée dans le programme. Les modèles individuels, les pièces et environnements, château, pont, etc. sont dessinés manuscritement et ramenés en 3D puis convertis. Bien que le procédé démarre sur des écrans 24 bits (ce qui est "pixellement" parlant parfait), ils perdent un peu de leur qualité puisque les images originelles sont si bonnes, que les écrans finis sont grandement supérieurs à tous graphismes préalables.

Avec l'aide d'un script du film, les producteurs de chez Psygnosis ont réussi à présenter ce qui se fait de mieux et ont écrit leur propre scénarimage. Le jeu se joue et se manipule très facilement. La plupart du temps, vous explorez et tuez des chauves-souris, loups et autres personnages sympathiques. Bien que le jeu puisse ne pas vous apparaître comme étant d'une profondeur intellectuelle insondable, il y a ces superbes décors et atmosphères, et tellement d'action, que seulement regarder le jeu suffirait à être comblé. Le joueur que vous faites évoluer dispose d'une vaste palette de mouvements, afin de fendre en deux ses adversaires et attaquer comme un beau diable.

C'est sans aucun doute une réussite incontestable ! Un jeu puissant ! [prévu sur PC CD-ROM, Sega CD et CDTV].

Prime Mover

Un autre jeu de course de moto nous arrivera pour la nouvelle année et il a été programmé par une équipe scandinave. Il ressemble beaucoup à Super Hang On et Out Run et plaira à tous les amateurs d'arcade. Il ne s'agit en rien d'une simulation (au sens noble du terme) et son attrait principal consistera pour vous à vous ruer sur le mode course et à tenter de remporter toute une série de compétitions.

Avant de commencer à jouer, vous pourrez faire un choix parmi les douze motards, ayant chacun des qualités somme toute relativement similaires, et les six véhicules. Les écrans des motos vous apporteront des informations très intéressantes concernant ces fougueuses machines : Leur poids, leur temps pour passer de 0 à 60 MPH, ainsi que leur vitesse maximale. Une fois que vous avez sélectionné votre moto, vous pouvez choisir d'aller en mode "Practice" (entraînement) pour vous essayer à la machine autour de circuits américain, français, japonais, brésilien, allemand, australien, suédois, etc. Il y douze types de pistes très variées.

Prime Mover
Prime Mover

Le jeu est basé sur le concept de championnat. Vous affrontez six autres concurrents et des points sont attribués en fonction de votre position lorsque vous terminez la course. A la fin de la série de douze courses, celui ayant le plus de points est déclaré champion.

Votre visualisation commence juste derrière le guidon et vous pouvez visualiser à la fois votre indicateur de vitesse ainsi que votre compte-tours (les deux seuls instruments). Vous avez des rétroviseurs pour voir les concurrents qui se rapprochent et ainsi pouvoir tenter de les bloquer.

Le style du jeu est assez négligé et ceci est poussé à l'extrême, dans la mesure où vous ne pouvez vous planter : si vous entrez en collision avec un autre concurrent ou avec le bas côté de la piste, vous perdrez de la vitesse et, bien sûr, votre position. Les pistes sont variées en taille et en tracés et il y a des circuits qui se font en vingt secondes, alors que d'autres prennent beaucoup plus de temps. Habituellement, une course se termine entre trois et six tours.

En haut de l'écran, un radar du circuit et de petits points de couleurs différentes vous indiqueront votre position et celle des autres concurrents. Les contrôles se font par manette et les changements de vitesse s'effectuent soit manuellement, soit automatiquement. Dans chacun des différents sites, vous devrez faire face à de nouveaux problèmes et obstacles. Par exemple, en Suède, vous découvrirez qu'il y a pas mal de brouillard, ce qui vous obligera à conduire avec prudence puisque vous n'y verrez pas à trois mètres ! Aux États-Unis, vous piloterez sur les routes publiques, ce qui vous obligera à prendre garde aux autres trafics, et non pas seulement à celui des motards : en traversant une jonction en "T", il se peut que vous vous retrouviez sous un camion si vous ne ralentissez pas et regardez des deux côtés !

Les scenarios variant suivant les pays et les circuits, force est de constater que cela change pas mal la dynamique de ces derniers. Par exemple, en climat chaud, vous devrez prendre garde au sable et rochers qui peuvent encombrer la piste. Dans la plupart des pays, vous devinerez peut-être où vous vous trouvez, du fait de la présence de certaines indications célèbres. De plus, l'hymne national sera joué avant chaque course.

En conséquence, et en tenant compte des différends attendus, je déclare que ce jeu est incontestablement de l'arcade avec peu de surprises mais pas mal d'embûches ! La Cour appréciera [prévu sur Amiga pour janvier/février 1993].

Super Hero

Ce jeu se déroule dans le futur, là où le gouvernement a tenté de dévastatrices expérimentations, afin de transformer des humains en surhommes, mais tout cela s'est terminé tragiquement. Le programme de "surhumanisation" a été reculé mais il a été dérobé et c'est à vous, en tant que Super Héros du jour, de combattre sans merci au travers de six tableaux.

Niveau graphisme, le jeu est excellent avec ses défilements en parallaxe très fins et cette superbe présentation que l'on a maintenant coutume de voir chez Psygnosis. Des techniques de programmation particulièrement novatrices nous donnent des effets spéciaux absolument fabuleux. Lorsque vous passez devant une bouche d'incendie, par exemple, vous pourrez voir de l'eau et des bulles s'échapper dans l'air et l'on a vraiment l'impression de pouvoir mettre sa main à l'intérieur de l'écran, tant l'effet de profondeur et la définition sont réalistes.

Super Hero
Super Hero

Le jeu est un jeu de combat tout terrain et tout combat, avec une légère dimension stratégique et tactique, ce qui vous évite de vous prendre la tête lorsque vous évoluez en marchant et en sautant tout autour des six tableaux qui sont gigantesques. Trente-deux couleurs sont à l'affiche et vous disposez, en plus, de couleurs individuelles pour chaque personnage !

Une des véritables nouvelles idées est que vous pouvez améliorer votre propre Super Héros et il ou elle bénéficiera de différentes attributions suivant votre sélection. Vous pouvez même créer un clone de Batman ou de Superman, avec masque et cape à l'appui. Les six tableaux comportent de missions dans les lieux suivants : la ville, l'entrepôt, le complexe industriel, les égouts, le désert et le monde souterrain. Votre joueur a un très vaste répertoire de mouvements qui incluent le saut, l'accroupissement, le jab (coup sec), les coups de poing remontant, la défense et le lancer (les femmes donneront des coups de pied, mais les hommes peuvent "puncher" !). Tout ceci à mesure que vous livrez bataille avec tout un tas de "Bad Guys" qui vont des gigantesques gardiens de milieu et de fin de tableaux aux Hells Angels, lanceurs de flammes.

Votre énergie diminuera de façon dramatique si vous êtes touché. Un témoin de votre niveau de santé peut être heureusement consulté au bas de l'écran. Sachez qu'il y aura des tas d'objets à récolter ; alors, n'ayez pas peur d'être touché plusieurs fois. Comme dans tous les bons jeux, le niveau de difficulté a été étudié de façon à ce que même le joueur le plus mauvais puisse avancer dans les premiers tableaux mais, à partir du troisième, vous devrez faire preuve de rapidité et d'ingéniosité pour remporter les combats qui sont incessants.

Super Hero se joue sur quatre directions et chaque tableau fait à peu près dix écrans de longueur sur quatre en largeur. Certains des bonus comprennent des boucliers d'invincibilité et des dispositifs aéroporteurs que vous pouvez acheter durant la partie, mais dont les effets ne dureront qu'un très court laps de temps. Bien que ce jeu puisse apparaître comme un croisement entre Strider et Final Flight, il est bourré de diversité dans les formations de vos ennemis, ainsi que dans les défis proposés, ce qui ravira même les joueurs les plus confirmés.

Ce jeu de combat/plates-formes vous réserve, en outre, quelques surprises et les deux personnes qui l'ont programmé, David Alan et Anthony Bow, pensent sérieusement qu'il s'agit de la plus fidèle reproduction d'arcade disponible sur Amiga. Rien que les graphismes sont archi-impressionnants. Avec plus de six façons de détruire littéralement les forces ennemies, vous aurez du mal à trouver mieux dans le genre. Vous êtes LE Super Héros et devez arrêter Apex, LE Super Vilain du jeu. A mesure que vous avancez dans les rues et interrogez des personnages, vous découvrirez que le jeu est de plus en plus complexe. Vous découvrirez aussi des formules secrètes ainsi que des armes futuristes qui vous seront du plus grand secours lorsque vous affronterez, pour le final, Apex lui-même en personne et en direct s'il vous plaît !

Alors, en route pour créer votre propre Super Héros et devenir la plus fabuleuse et la plus efficace des machines de combat, enfin dès que le titre sera sorti [Prévu sur Amiga et Atari ST pour janvier/février 1993].

C.A.P.

Ne vous fiez surtout pas au titre, ce jeu n'a en aucun cas une vocation, hum, éducative dirions-nous, et il ne s'agit pas d'apprendre à passer votre CAP de je ne sais quelle spécialité. Non, c'est beaucoup plus amusant que cela puisque vous évoluez à l'intérieur d'une base aéronautique, dans le Golfe.

De plus, à chaque mission son type d'avion, telle est leur devise ! Pour ce qui est des vols d'escorte et des missions de reconnaissance, vous utiliserez un F14 et, dans les missions de combat, c'est un F18 que vous piloterez. Cependant, vous avez la possibilité de faire assister votre F18 jusqu'a sa cible par un pilote de F14, assisté par ordinateur. L'efficacité des attaques du F18 modifie grandement l'état des choses dans ce conflit. Un bulletin d'information, jour par jour, vous permettra, en outre, de connaître les territoires investis ou perdus. Il est tout à fait possible de perdre la guerre (mais mieux vaut perdre une bataille).

C.A.P.
C.A.P.

Les attaques typiques du F18 se destinent principalement contre les navires pétroliers, les convois maritimes, lance-missiles SCUD, ponts, convois terrestres, trains et emplacements des troupes. Vous pourrez sélectionner le mode entraînement, les missions spéciales ou encore la campagne complète. Si vous vous débrouillez correctement, le jeu se terminera lorsque vous aurez reconquis tout le Koweit.

Mais laissez-nous vous entretenir plus longuement des spécificités du jeu, si vous le voulez bien : en ce qui concerne la cabine de pilotage, sachez que toutes les possibilités présentes dans le F14 original sont là et, en plus, cet avion dispose d'un système de caméra électro-optique qui vous permet d'éviter les radars dans les cibles de longue portée. Le F18 dispose de MFD parfaitement opérationnels (Multi Fonctionnai Displays = Dispositif à multivocations). Les deux cabines de pilotage défilent à 170 degrés, en tenant compte de la position de vue du pilote. Ils ont tous deux un système HUDS totalement fonctionnel. De plus, le F18 disposera d'un excellent mode de laser.

Pour ce qui est des conditions climatiques, Alain Gillot Pétré apparaîtra sur votre écran de contrôle à l'intérieur de l'avion et il vous dira tout ! Non, sérieusement, vous verrez qu'ils ont bien su tenir compte de ces facteurs qui augmentent le réalisme d'un jeu de ce genre chez Psygnosis : vous pourrez y admirer des nuages variables, des turbulences ainsi que des effets en tout genre, tels que le tonnerre, par exemple. Vous évoluerez selon un cycle complet, nuit et jour, comprenant bien évidemment l'aube, le crépuscule, le soleil, la lune et les étoiles.

En ce qui concerne la recherche et la précision, sachez qu'au départ, la simulation devait se baser sur le F14 mais il n'y avait pas de photos de cabine de pilotage disponibles. Les routines aérodynamiques des avions suivent, en tout état de cause, la théorie originelle de vol.

La version Amiga contiendra certaines restrictions, principalement parce qu'il est beaucoup plus lent que le PC. Dans le cadre des cartes et autres scénarios de jeux, voici... Le Golfe du Moyen-Orient. Le programme dessine toutes les pièces du scénario après avoir jugé nécessaire la reproduction d'une carte. Vous pouvez dessiner un paysage, mais cela sera très rarement nécessaire si vous dessinez une rivière ou tout autre élément terrestre. Les cartes sont générées par un programme de conception qui tourne sur un Atari ST. Il sauvegarde la carte sur un format qui élimine certaines contraintes du processeur, en décidant ce qui doit ou ne doit pas être visible en fonction de vos nécessités.

Le programme a été conçu par les programmeurs d'Armour Geddon. Il semble qu'il y ait certaines lignes de code empruntées à Armour Geddon mais ils se limitent à des codes comme pour des conceptions d'horizon, par exemple. Le code de la 3D est grandement différent de celui d'Armour Geddon et se charge, en outre, beaucoup plus rapidement. Il y a, de plus, des tas d'idées de programmation novatrices comme l'animation de l'avion. Les déflecteurs, équipements, systèmes de freinage aériens, déplacements d'ailes et dispositifs de postcombustion sont entièrement animés. La cabine de pilotage défile lorsque le pilote regarde sur les côtés et il y a une animation totale de la campagne territoriale que vous menez. De plus, une option de connexion est disponible pour jouer à deux ! Mais que demande le peuple !

Vous devrez détruire des cibles aériennes, terrestres et maritimes et vous commencez vos missions, soit au sol ou encore à dix mille pieds d'altitude. Et ce n'est pas tout ! Vous avez en votre possession de multiples armes, de même que des vues internes et externes. Vous devrez sans cesse peaufiner les déploiements de votre équipe dans des missions de jour comme de nuit. Les cabines de pilotage défilent et vous pourrez admirer les animations des différents appareils, comme les sorties et rentrées des trains d'atterrissage, le ravitaillement en vol.

Il y a aussi un mode d'autosauvegarde durant la partie, et une zone de jeu d'à peu près un million et demi de kilomètres carrés. Vous admirerez également les superbes effets d'illumination de l'appareil. Le jeu est installable sur disque dur sur PC et Amiga. Les défilements sont fabuleux et tout en raffinement, même sur un Amiga 500 ou 600 standard. D'après les propres mots du programmeur "les graphismes bitmap les plus réalistes jamais produits pour une simulation sur Amiga". Il y a une cartologie excellemment bien fournie de vos campagnes où vous faites évoluer vos troupes au sol. Attention, méfiez-vous de la grande ingéniosité de vos ennemis au sol car, par exemple, si vous bombardez un pont il est très possible que vous les retrouviez en train de le reconstruire dans une autre mission sur le même terrain !

Huit angles de vision par caméra, incluant le balayage intérieur et extérieur par satellite... Ce jeu est si réaliste qu'un sac anti-vomissement sera fourni avec le programme !

Innocent Until Caught

Ce jeu, le croirez-vous chers joysticiens, constitue le premier jeu d'aventure style "Home Entertainment" de chez Psygnosis pour le marché anglais. Les programmeurs, eux-mêmes, ont beaucoup de sympathie à la fois pour les jeux de LucasArts et pour ceux d'Infogrames, et l'on s'en rend bien compte tant ce titre est agréable et bien fait.

Il s'agit d'un jeu d'aventure pointer et cliquer futuriste où vous devez résoudre une énigme particulièrement diabolique. Dans le jeu, vous ne pouvez être tué mais vous découvrirez qu'il y a tant d'avenues à explorer que ce petit élément ne gâche rien au jeu. En fait, dans pas mal de jeux de LucasGames, vous ne pouvez être tué, ce qui développe parfois, chez certains joueurs, des frustrations. Il y a six palettes de déplacements basiques : Take (prendre), Move (bouger), Look (regarder), Use (utiliser), Monitor (inspection plus détaillée), Talk (parler) qui se trouvent au bas de l'écran.

Innocent Until Caught
Innocent Until Caught

L'écran des inventaires est, bien sûr, présent mais c'est justement ici que le jeu présente des intérêts et des idées novatrices. En effet, en avançant dans le jeu, vous trouvez des objets et ceux-ci ajouteront à votre sélection de mouvements. Par exemple, si vous trouvez un appareil photo, vous pourrez prendre des photos. Maintenant, que celles-ci vous servent ou non, est une autre affaire...

Vous interagissez donc avec les objets découverts au fil de votre périple et avec les personnages rencontrés, avec lesquels vous conversez. Lorsque vous rencontrez une personne, vous pouvez d'abord l'inspecter et, pour cela, placerez donc votre curseur dessus ; vous verrez alors une photo de cette personne apparaître dans une petite boîte, au bas de l'écran. Grâce à ce moniteur, vous pourrez obtenir plus d'informations. En utilisant la commande "Talk", vous pourrez faire inscrire du texte à l'écran et ceci fera apparaître une grande image de la personne avec laquelle vous conversez. A vous de sélectionner, parmi les nombreuses questions et réponses disponibles.

L'histoire : vous êtes un voleur interstellaire et vous avez été retrouvé par une brigade spéciale qui vous a collé une taxe faramineuse. Vous devez donc, à tout prix, trouver un moyen de vous acquitter du montant de cette taxe. Mais l'un de vos problèmes majeurs est qu'ils ont pris possession de tous vos biens y compris votre vaisseau et il ne vous reste que les yeux pour pleurer ! C'est à ce moment-là que le jeu commence véritablement.

Des tas d'écrans d'animation supplémentaires sont présents dans le jeu ainsi qu'une énorme séquence d'introduction, ce qui vous évite toute lassitude ou toute indécision : si vous marchez à l'intérieur d'un saloon, il est possible que vous ne sachiez que faire. Un verre pourrait être la solution mais vous n'avez plus d'argent. Essayez de parler au joueur de billard. Mieux encore, utilisez votre système de sondage et regardez les gens assis au bar : vous remarquerez qu'une des personnes qui boit à un ticket qui dépasse de sa poche. Passez-lui devant, sans oublier d'exercer vos talents de pickpocket averti ! Eh oui, on ne se refait pas, et surtout pas dans ce jeu !

Innocent Until Caught
Innocent Until Caught

L'objectif premier est, pour vous, de trouver de l'argent pour payer votre dette mais plus vous avancerez et plus vous serez tenté de voler d'autres objets provenant de la planète sur laquelle vous vous trouvez. Souvent, vous vous retrouverez en prison et devrez trouver des moyens de vous évader. Pour finir, vous devrez vous coltiner des agents du gouvernement. Il y a des tas de planètes différentes à visiter (plutôt à voler !) et les énigmes varient en fonction de celles-ci. La dynamique du jeu part en multidirections et il y a toujours des masses d'aventures et de lieux à explorer, avec pour chacun, des moyens de l'aborder. Ce n'est qu'en jouant un certain temps que toutes ces énigmes deviendront un peu moins nébuleuse à vos yeux.

Le jeu, en lui-même, est relativement passif, au sens "non violent" du terme : il n'y a pas de combats et autres confrontations. Juste des interactions avec des objectifs et des personnages. Des cartes s'afficheront et vous indiqueront les zones à l'intérieur desquelles vous pourrez évoluer, puisque certaines seront bloquées alors que les sections fléchées pourront être explorées.

Les programmeurs, comme toujours avec Psygnosis, pensent véritablement qu'il s'agit d'un jeu d'aventure qui testera les joueurs les plus aguerris avec des scenarios toujours changeants et divers. Des techniques de dessins particulières ont été utilisées de façon à rendre le jeu visuellement attrayant. De plus, les effets sonores et la musique ajoutent grandement à l'atmosphère de ce formidable titre.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]