Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 27 juin 2022 - 17:24  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Prey: An Alien Encounter [CD32]
(Article écrit par Jérôme Bonnet et extrait de Joystick - mars 1994)


Depuis la sortie du premier Alien de Riddley Scott, je ne sais combien de logiciels ont tenté, avec des fortunes diverses, de retranscrire sur nos moniteurs, les frissons du grand écran. Cette grande famille compte désormais, avec Prey, un membre de plus.

Prey: An Alien Encounter

Si le nom d'Almathera ne vous dit pas grand-chose, c'est qu'il s'agissait jusque-là d'un éditeur spécialisé dans la compilation de logiciels du domaine public sur CDTV. Autrement dit, pas un seul de ces logiciels n'a franchi la Manche pour venir rejoindre les étalages de notre beau pays. C'est donc avec ce programme pour le moins curieux qu'Almathera part à notre conquête.

Ça sent l'alien !

D'étranges événements se sont produits sur l'astéroïde KG-42 ces temps-ci. Les couloirs de cette mine flottant au coeur de l'espace ont été envahis par un gaz empoisonné, et certains mineurs ont signalé des formes de vies étrangères en activité dans le secteur. Puis, plus rien... Vous êtes donc envoyé sur KG-42, avec la double mission de sauver les rescapés et d'éclaircir cet épais mystère.

Prey: An Alien Encounter

Vous vous déplacez dans les couloirs de la base, représentés en images 3D ray-tracées, à la manière de Journeyman Project. Si l'animation ne fait pas défaut - les couloirs défilant à grande vitesse autour de vous - les graphismes, eux, ne sont pas à la hauteur de cette dernière. En effet, c'est bien beau le ray-tracing, mais il faut disposer d'un grand nombre de couleurs pour obtenir un bon rendu. Or, là, les couloirs ne s'affichent qu'en trois (oui, trois) tons de couleurs, et l'image s'en trouve forcément tramée de toutes parts pour afficher les effets d'ombre et de lumière.

Lors de vos tribulations, vous rencontrerez de nombreuses portes dans les couloirs, dont l'ouverture peut révéler des fortunes diverses. Vous pourrez trouver des mineurs gisant sur le sol, inconscients, ou bien des armes ou réserves d'oxygène, mais aussi des aliens tout prêts à vous hacher menu, menu, menu. Vous leur faites alors face, et devez esquiver leurs coups (vous pouvez vous déplacer sur la droite, la gauche, et vous baisser), tout en leur plaçant quelques bonnes décharges de votre pistolet.

Le problème, c'est que ce dernier met un temps fou à se recharger, le bougre, tandis que les aliens, eux, ne cessent de frapper, et vos points de vie s'amenuisent diablement vite !

Prey: An Alien Encounter

"Il est... euh, mort !"

Pour vous aider à mener à bien votre tâche, vous disposez à tout moment d'une carte de la base pour mieux vous orienter. De plus, vous êtes en liaison radio constante avec votre QG, qui vous contacte régulièrement pour vous donner de précieuses indications. Là aussi, cela partait d'un bon sentiment, puisque votre correspondant s'exprime par la voix avec des échantillons d'une grande clarté, et, qui plus est, en huit langues (anglais, français, espagnol, allemand, italien, suédois, norvégien, et danois) !

Le problème, c'est que la personne (je n'ose prononcer le qualificatif de "comédien") qui a enregistré toutes ces numérisations, a une diction complètement catastrophique. Tantôt il bafouille, tantôt il bute sur ses phrases et ânonne d'un ton monocorde (on l'imagine très bien en train de déchiffrer péniblement son texte) d'une manière qui n'a d'ailleurs rien à voir avec la situation. Écoutez-le vous raconter, pas stressé pour un sou, que votre collègue vient de décéder, et je vous garantis que vous en tomberez à la renverse en vous tenant les côtes de rire. Assurément le soft le plus drôle du mois, bien que je doute que ce soit là l'effet recherché.

Enfin, un "vrai" jeu pour CD

Trêve de vacheries, en dépit des inconvénients que je viens de vous exposer, il faut tout de même reconnaître que Prey: An Alien Encounter n'est pas sans atouts. D'abord, et surtout, il ne s'agit en aucun cas de l'une de ces adaptations disquettes-CD faites à la va-vite, auxquelles nous sommes accoutumés sur CD32. Les dialogues sont très nombreux et fréquents, et vu la qualité de l'échantillonnage, cela doit prendre une sacrée place sur le disque.

Prey: An Alien Encounter

D'autre part, malgré le faible nombre de couleurs exploitées, la base dégage une atmosphère prenante essentielle pour ce type de jeu. Les bruitages qui vous accompagnent tout au long de la partie sont parmi les meilleurs que j'ai entendus sur CD32 : guère loin de la perfection. Vos pas résonnent sur le sol dans un silence sépulcral, et les ouvertures et fermetures des portes et SAS qui parsèment la mine sont plus vraies que nature ! Si l'on ajoute une animation rapide, il faut convenir qu'en l'état actuel de la ludothèque de la CD32, Prey: An Alien Encounter fait bonne figure.

Mais le coeur du jeu est plutôt dépouillé, en dehors de l'animation, il n'y a pas grand-chose de plus ici qu'un labyrinthe avec un jeu de survie de base, des combats encore plus basiques et quelques objectifs qui vous sont donnés au fil du temps.

Nom : Prey: An Alien Encounter [CD32].
Développeurs : KirkMoreno Multimedia.
Éditeur : Almathera.
Genre : jeu de rôle.
Date : 1994.
Configuration minimale : CD32, 68020, 2 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 6/10.

Les points forts :

- Plus de 100 Mo de données, on est loin des adaptations habituelles !
- Des bruitages saisissants.
- L'atmosphère est prenante.

Les points faibles :

- Peu de choses à faire dans ce jeu.
- Le faible nombre de couleurs exploitées.
- Le pistolet met un temps fou à se recharger.
- Les numérisations vocales sont ridicules !


[Retour en haut] / [Retour aux articles]