Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 18 septembre 2019 - 12:06  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Powerglove Reloaded
(Article écrit par Serge Alves - juin 2019)


Le développeur allemand Matthias Böck est un vétéran de l'Amiga, il officie depuis le début des années 1990. On lui doit notamment Phone Wizard, un logiciel de répondeur téléphonique ou encore une tripotée de jeux comme Zerberk, Minerunner, Poweroids, Star Defender ou Monsters Of Terror. Fort de cette expérience, il nous propose depuis 2018 un jeu de plates-formes/action soigné en tout point : Powerglove Reloaded.

Powerglove Reloaded

Le scénario

Nous voilà en l'an de disgrâce 2230 AD. La terre est à court d'énergie fossile et totalement dépendante de deux réacteurs thermiques situés aux pôles. Malheureusement, une terrible explosion survenue au coeur des installations situées dans les entrailles souterraines du pôle Nord vient de détruire toutes les liaisons alimentant des milliards de personnes. Les dégâts sont tels qu'aucune équipe technique ne peut intervenir à temps. Or, sans un rétablissement rapide de l'énergie, une grande partie de l'humanité est en danger de mort.

Par le plus grand des hasards, vous, véritable super héros des temps modernes, êtes dans le coin et devenez ainsi l'unique espoir de l'humanité. Si vous l'acceptez, votre mission consistera à récupérer les cinq diamants permettant de mettre en fonction la centrale de secours. Mais ne vous réjouissez pas trop vite, si l'objectif semble simple à atteindre pour un aventurier de votre catégorie, c'est sans compter sur une horde de robots de maintenance débiles qui feront tout pour vous faire échouer. L'enjeu de la mission est tel que vous n'avez pas d'autre choix. C'est bien fait pour vous, fallait pas allumer votre Amiga et lancer ce jeu. Vous voilà dans de beaux draps. Maintenant, il est temps d'assurer.

Le scénario n'est certes pas très original, mais il est suffisant comme support à cette aventure palpitante tout droit sortie de l'univers du Commodore 64. En effet, Powerglove est à l'origine un jeu C64 ayant gagné en 2013 la troisième place au "16KB C64 Cartridge Game Development Competition". Il a été tout récemment porté sur Amiga et son existence matérielle sous la forme d'une très jolie boîte a vu le jour en 2018.

C'est donc le 31 janvier 2019, près d'un mois après l'achat sur le site de l'éditeur que mon exemplaire est arrivé à la maison. Pour la modique somme de 15 £, j'ai eu l'immense plaisir de recevoir une belle boîte plastique très pro contenant le jeu sur une belle disquette comme à la bonne vieille époque, ainsi qu'un CD pressé compatible CD32 contenant les exécutables des versions Linux, Windows, Mac, C64 et bien entendu Amiga en Lha, ADF, DMS et CD32 auto-amorçable.

Powerglove Reloaded

Le jeu est livré avec une jolie documentation en papier glacé, un magnifique poster de notre super héros avec au dos le plan de chacun des cinq niveaux. Des gadgets publicitaires pour le développeur et l'éditeur accompagnent l'ensemble, j'ai donc eu droit à deux badges, des autocollants et des cartes postales. Leurs versions numériques sont aussi sur le CD ainsi que les musiques du jeu et la documentation.

Mais revenons à notre mission principale : sauver le monde !

Première partie

Afin de profiter de ce tout nouveau jeu dans les conditions dignes d'un amigaïste pur et dur, j'ai lancé le jeu depuis la belle disquette amorçable sur mon Amiga 1200. Rappelons que le jeu fonctionne à merveille sur un simple Amiga 500 avec 1 Mo de mémoire.

Après les quelques dizaines de secondes traditionnelles d'attente avec ce genre de support, nous arrivons dans un univers souterrain plein de peps. Le héros, vous bien entendu, est un personnage bleu aux fortes allures de MegaMan, il tombe du haut de l'écran sur un tas de tuyaux "à la Super Mario Bros". D'entrée de jeu, la musique dynamique nous entraîne dans l'aventure. Sur cet écran, nous avons quelques options qui s'offrent à nous à travers un petit menu.

Powerglove Reloaded
  • Save and quit : à la fin de chaque partie, ce menu permet de sauver les meilleurs scores et de quitter le jeu.
  • Jump : permet de choisir la façon de faire sauter notre héros. Quatre choix sont possibles :
    • La direction vers le haut.
    • Le premier bouton.
    • Le second bouton.
    • Il est même possible de choisir de sauter autant avec un bouton que la direction vers le haut.
  • Expert mode : pour les gros durs à cuire prêts à dégommer des ennemis sans fin qui réapparaissent dès qu'on revient sur ses propres pas.
  • Standard mode : pour les petits aventuriers comme moi qui sont bien contents de ne pas avoir à tuer plusieurs fois les mêmes ennemis. Après tout, quand on est mort, bah on est mort quoi !
  • Classic mode : offre la possibilité de jouer avec les graphismes de la version originale C64. Bien que ce soit une option assez classique dans les réadaptations de jeux rétro sur Windows, c'est la toute première fois que je vois une telle possibilité sur nos Amiga (NDLR : il y a cette possibilité dans Manic Miner, un jeu de plates-formes sorti en 1990). Pour moi qui n'ai pas eu de Commodore 64 et donc pas de souvenirs nostalgiques de cette machine, après une première partie dans ce mode, je déchante vite. Autant vous dire que dès lors qu'on a goûté à la version Amiga qui est amusante et colorée, on ne souhaite plus revenir à version originale C64.
  • Start : nous voilà engagés dans l'aventure.
Commençons par ramasser le gant magique qui va nous servir de première arme. C'est lui le Power Glove. Il tire des salves de lasers sans limite et ne sera pas de trop pour venir à bout des robots qui ressemblent plus à des aliens poilus qu'à des tas de ferraille et qui font tout leur possible pour nous empêcher d'accomplir notre mission. On ne connaît pas très bien leurs motivations, mais ce dont nous pouvons être certains c'est qu'elles sont belliqueuses.

Powerglove Reloaded

Notre super héros est équipé d'une belle armure bleue lui offrant en début de partie une protection contre les tirs ennemis à hauteur de quatre coups représentés par quatre coeurs en haut de l'écran. Au-delà de quatre coups, votre armure ne vous protège plus et vous mourez. Lorsque vous vainquez un chef, vous gagnez des coeurs supplémentaires pouvant aller au moins jusqu'à six.

Nous sommes toujours dans la page du menu et constatons la présence de six tuyaux verts dans lesquels nous allons pouvoir rentrer. Seuls deux sont accessibles au début du jeu. Les quatre autres ont des cadenas fermés. L'ouverture des cadenas se fera au fur et à mesure qu'on récupérera des clefs éparpillées dans les différents niveaux.

Le temps presse, alors plongeons dans notre folle mission

On choisit son premier niveau parmi les deux premiers ouverts et c'est parti. Très vite, on constate que la jouabilité est agréable. Le personnage se déplace facilement et fluidement. Le défilement est de toute beauté avec deux plans donnant une belle impression de profondeur. On se croirait vraiment dans un souterrain.

Powerglove Reloaded

Les robots ennemis ont une palette de couleurs qui se détache bien des décors et sont facilement repérables. Ils ressemblent à des petites bêtes monstrueuses et généralement tirent des salves de lasers au même titre que notre super Powerglove. Une carte simplifiée s'affiche en bas de l'écran afin qu'on se repère dans ce monde labyrinthique.

Les saletés de bestioles ont des caractéristiques bien personnelles. Certaines sautent sur place, d'autres courent, d'autres restent stupidement statiques. On a vite fait de cerner leurs petites personnalités sournoises et d'anticiper leurs actions agressives mais ce n'est pas pour autant que la partie est gagnée d'avance. Heureusement, dans le mode standard, lorsque l'on zigouille une de ces sales créatures et que l'on revient sur nos pas plus tard dans le jeu, il y a de fortes chances qu'elles ne réapparaissent pas, à quelques exceptions près. Un mode expert pour les surdoués du bâton de joie ou les masos donne à ces sales bêtes la capacité de renaître de leurs cendres si l'on revient sur ses pas ; le jeu peut donc être bien plus délicat dans ce cas.

Powerglove Reloaded
Les ennemis zarbis

On devra affronter à la fin de chaque niveau un chef ressemblant souvent à l'une de ces créatures hostiles croisées durant le niveau mais faisant généralement dix fois sa taille.

Powerglove Reloaded
Les chefs abrutis

Il m'a fallu un long moment pour venir à bout du premier niveau, la faute à ma piètre qualité de joueur. Après avoir parcouru entièrement le premier niveau, récupéré la clef perdue et battu le premier chef de fin de niveau, il nous faut revenir au début du jeu dans la zone du menu où l'on retrouve tous les tuyaux menant aux autres niveaux. Munis d'une nouvelle clef, il nous est possible d'ouvrir le niveau de notre choix. Les niveaux ont souvent une esthétique récurrente mais avec des palettes de couleurs différentes donnant une réelle impression de nouveauté.

Le son n'est pas en reste dans l'identification des endroits que nous explorons puisque la musique change de style en fonction de la situation. Ainsi, une zone du jeu calme sera accompagnée d'une musique calme alors que les phases critiques, comme les rencontres avec les chefs, sont rythmées par des musiques rapides et stressantes.

Powerglove Reloaded

La difficulté du jeu est bien progressive, ce qui laisse le temps à tous les joueurs, y compris les moins doués comme moi, de s'adapter aux épreuves qu'impose cette mission de sauvetage de l'humanité. L'auteur du jeu a d'ailleurs pensé à créer de petites salles simples, et éparpillées dans les niveaux, qui offrent des coeurs venant restaurer le niveau de vie de notre super héros.

Ne perdez pas de vue votre mission principale qui est de récupérer les six diamants éparpillés dans tous les niveaux afin d'activer le réacteur de secours. Au même titre que les coeurs et les diamants, vous trouverez sur votre chemin des options mystères et autres objets comme des terminaux permettant de consulter l'état de la situation des centrales, alors gardez l'oeil ouvert et vif.

Powerglove Reloaded

A la fin de chaque partie, il est possible de sauvegarder son score sur Internet. Mon Amiga n'étant pas connecté, j'ai lancé le jeu sur UAE afin de tester cette fonctionnalité et c'est avec plaisir que je me suis glissé à la dixième place mondiale des Powergloviens connectés.

Conclusion

Globalement, ce jeu me fait penser à Metroid pour le côté aventure souterraine avec un héros en armure tirant des lasers, ce qui est pour moi une référence très positive.

J'ai beaucoup apprécié l'ambiance autant sonore que graphique ainsi que la jouabilité. La possibilité de pouvoir sauter avec un bouton est une option indispensable de nos jours. Si ce jeu était sorti dans les années de gloire de l'Amiga, il aurait probablement fait un carton commercial.

Au menu des regrets et déceptions, la carte est presque vide. Il y a tout de même deux petits points :
  • Bien que l'ambiance sonore soit très entraînante, la durée du jeu rend les quelques musiques (composées par Pierre Martin) un poil trop redondantes. Quelques morceaux supplémentaires auraient été plus que bienvenus.
  • Sinon, pour le petit joueur que je suis, il aurait été très utile d'avoir un système de sauvegarde des parties. En l'état actuel, pour finir le jeu, il faut le faire d'un seul coup. Impossible de se faire un niveau par jour, sauf à tricher en jouant sur un émulateur et en utilisant les sauvegardes d'état. Pour les puristes du matériel original, il leur reste la perspective de voir un mode entraînement (trainer) apparaître un de ces quatre. ;-)
Les versions C64, Linux, Windows et Mac OS X sont téléchargeables gratuitement. La version Amiga purement numérique ne coûte que 2,99 $, mais je ne peux que vous conseiller de faire l'acquisition de la version boîte car elle représente l'excellence même d'un jeu de la vieille école pour notre époque en 2018.

Petit clin d'oeil technique pour ceux qui aiment savoir ce qui se trame dans les entrailles de leur Amiga chéri. Figurez-vous que le jeu utilise de manière très intensive le Copper pour gérer les défilements. Cette technique donne un résultat esthétique excellent sur un simple Amiga 500, mais sachez que si vous décidez de jouer en émulation, un Raspberry Pi 3 sous RecallBox ne sera pas suffisant pour vous permettre de profiter de ce petit chef d'oeuvre dans les meilleures conditions.

Nom : Powerglove Reloaded.
Développeurs : Matthias Bock, Pierre Martin.
Éditeur : RGCD.
Genre : jeu d'action.
Date : 2018.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1 Mo mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 2,99 $ (version dématérialisée) et 15 £ (version boîte).

NOTE : 8,5/10.

Les points forts :

- Un jeu de plates-formes 2D en 2018 digne des plus grands ténors.
- Ambiance sonore super entraînante.
- Difficulté progressive.

Les points faibles :

- Musique un poil répétitive, sur la durée complète du jeu.
- Pas de système de sauvegarde de la partie en cours.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]