Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 22 novembre 2017 - 23:07  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Les polices de caractères sur Amiga
(Article écrit par Dominique Bonin et extrait d'Amiga News - mai 1994)


Polices vectorielles, polices imprimantes, polices bitmaps, polices Compugraphic, polices Adobe... Il faut bien reconnaître que l'utilisateur est un peu perdu parmi toutes ces polices. Il est donc plus que temps de débroussailler le terrain et de faire un point sur les différents caractères disponibles...

Le but de cet article n'est pas de vous expliquer les secrets de fabrication des différentes polices, mais de vous indiquer concrètement les différences entre les diverses polices proposées par vos programmes et la manière de bien les utiliser. Les principes ont été grandement simplifiés et schématisés : les puristes s'en offusqueront peut-être, mais ce choix était nécessaire pour la bonne compréhension de ce sujet par tout utilisateur.

Polices imprimantes

Dans toute imprimante se trouvent des polices résiduelles : ce sont les polices imprimantes. Elles sont stockées dans une mémoire morte (ROM). Ce sont elles qui sont utilisées lorsque vous imprimez votre texte en mode "courrier", appelé aussi "LQ" ou "NLQ".

Votre ordinateur se contente de donner toute une série d'instructions à l'imprimante : ainsi, pour imprimer la première phrase de votre texte, l'Amiga donne les ordres suivants : va chercher dans ta mémoire morte le "L", imprime-le, avance la tête d'impression de 1/72e de pouce (1 pouce = 2,54 mm), va chercher dans ta mémoire un "a", imprime-le, etc. C'est ainsi que votre texte est imprimé. Ce procédé est valable pour toutes les imprimantes, à une différence près : les imprimantes laser, qui fonctionnent en mode page, stockent tous ces ordres dans leur mémoire vive et impriment seulement à la fin, la page dans son ensemble.

L'avantage indéniable de cette méthode est la rapidité de l'impression. L'inconvénient est que le style et les polices sont limités et dépendront d'une part de votre périphérique d'impression et d'autre part des possibilités de votre programme. Les plus simples vous permettront seulement d'utiliser la police standard de votre imprimante (Excellence!), certains vous permettront de jouer entre les caractères Pica et Elite (ProWrite, KindWords 3), d'autres enfin vous offriront la possibilité de choisir, depuis votre programme, la police de votre imprimante (Wordworth 2).

Pour ne pas avoir de mauvaise surprise, pensez à respecter cette règle d'or : n'utilisez dans votre programme que là où les police(s) réservée(s) à cet effet, à savoir Topaz 11 pour Excellence!, Elite et Pica pour ProWrite et KindWords 3, les polices spéciales imprimantes pour Wordworth 2.

Polices bitmaps (ou polices Amiga)

Ce sont les polices qui se trouvent dans le répertoire "Fonts" : Emerald, Diamond, Ruby, Topaz, Garnet, Sapphire, Opal. Leur forme graphique est constituée, à l'écran comme à l'impression, par un ensemble de points : il s'agit donc d'une représentation dessinée du caractère. Leur vitesse d'affichage est leur principal avantage : lorsque vous frappez un caractère, l'ordinateur affiche instantanément à l'écran la forme du caractère. Le secret de cette rapidité : le système possède un fichier différent pour chaque taille.

Polices de caractères
Exemple de polices bitmaps avec Personal Paint

Prenons exemple de la police Opal. Dans votre répertoire "Fonts" vous trouverez un fichier "Opal.font" qui contient la description du caractère et un répertoire "Opal" dans lequel seront stockés les fichiers des deux tailles existantes, 9 et 12. Il en est ainsi pour chaque police bitmap. Il faut donc un fichier particulier pour chaque taille souhaitée, ce qui prend beaucoup de place sur votre disquette ou votre disque dur. Depuis le Workbench 2.0, le système sait créer automatiquement de nouvelles tailles de caractères à partir d'une taille. Le revers de la médaille est qu'il ne s'agit pas d'un fichier spécifique, et vous verrez alors apparaître des effets d'escaliers des plus inesthétiques.

Vous n'échapperez pas non plus à cet effet lors de l'impression : l'ordinateur recopie pour l'imprimante, point par point, le texte affiché en le mettant à l'échelle. Les polices ayant été dessinées pour un affichage sur votre moniteur, les escaliers sont, de ce fait, inévitables. Certains procédés sont utilisés par les traitements de texte pour améliorer l'impression (mode "Ultra Print" pour KindWords 3 ou "lissage" pour ProWrite) : il s'agit en fait d'aller chercher sur votre disque (ou de créer) une taille deux à quatre fois plus importante que la taille demandée, puis de réduire le tout à l'impression. L'amélioration est visible, sans atteindre toutefois un top niveau en matière de qualité.

Les polices bitmaps devront donc être réservées, en raison de leur rapidité d'affichage, pour toutes les applications en graphisme, en vidéo et en multimédia.

Polices vectorielles

Polices vectorielles, polices vectorisées, outline fonts : ces différents termes recouvrent une même réalité.

Polices de caractères
Exemple de polices vectorielles avec Professional Draw

Les caractères sont représentés cette fois-ci non plus par un ensemble de points, mais par un ensemble de courbes ("outline" en anglais) et de droites (des vecteurs, d'où le nom de polices vectorielles) qui définissent les contours. Ces courbes et ces droites sont déterminées par des équations mathématiques qui mémorisent les contours de chaque caractère. Ainsi, lors d'un changement de taille, l'ordinateur change un paramètre de l'équation et recalcule le contour du caractère nécessaire pour l'affichage ou pour l'impression, ce, en tenant compte de la résolution du périphérique (format d'écran pour le moniteur ou résolution choisie pour l'imprimante). Il en résulte donc un délai de calcul variant selon la puissance de votre ordinateur. C'est long, mais le résultat est beau.

De plus, comme il s'agit de formules mathématiques et non pas d'ensembles de points, il est possible d'appliquer différents effets de déformation de la police (élargissement, réduction, rotation). C'est aux programmes ensuite de proposer ces options.

Polices de caractères
Exemple de polices vectorielles avec TypeSmith

Plusieurs formats de polices vectorielles

Le premier est le format PostScript Type 1, développé par la société Adobe et très répandu sur les Macintosh d'abord et les PC ensuite. Sur l'Amiga, seuls quelques programmes savent directement exploiter ce format : Final Copy II, Wordworth 3 (à venir) et PageStream. Les caractères PostScript Type 1 sont définis par deux fichiers : un fichier binaire servant pour le tracé du caractère pour l'imprimante (.pfb) et un fichier métrique (.afte). Ces deux fichiers sont nécessaires et doivent se trouver dans votre répertoire ("Fonts" généralement, mais rien ne vous empêche de créer un répertoire "Adobe"). Sachez également qu'elles sont connues sous l'appellation abusive de "polices Adobe".

Le deuxième format le plus répandu est le format TrueType, mis au point par Apple et Microsoft pour les environnements Système 7 sous Mac et Windows 3.1 sous PC. Nous ne nous attarderons pas dessus, ce format n'étant pas encore géré par l'Amiga. Sachez cependant qu'il est possible que les prochaines versions de PageStream et de Wordworth les reconnaissent. Information à prendre au conditionnel...

Le troisième format est le format Agfa Compugraphic Intellifont, développé par Agfa. C'est le format officiellement adopté par l'Amiga depuis la version 2.0 du système (et non pas 2.1 comme beaucoup de personnes le croient). Beaucoup de programmes l'utilisent, mais de différentes manières, d'où une embrouille générale qu'il serait temps d'éclaircir. Sachez que lorsqu'on vous parle de polices Agfa, de polices Compugraphic, de polices Agfa Intellifont ou de CGfonts, il s'agit de la même chose.

En ce qui concerne l'Amiga

Professional Page

Le premier programme à avoir introduit le format est Professional Page. A l'époque, le système d'exploitation de l'Amiga était le 1.3 et ne gérait pas encore les polices vectorielles. Gold Disk, l'éditeur du programme, a acheté les droits des polices Compugraphic à Agfa et a mis au point un système de gestion des polices pour ses programmes. Dans les premières versions (Pro Page 1.3 et PageSetter II), les polices étaient constituées de trois fichiers : ".metric", ."atc" et ".lib". Avec les nouvelles versions, le fichier ".atc" a été supprimé et remplacé par un fichier ".dat". Ces fichiers, indispensables pour l'utilisation des polices vectorielles, sont placés dans un répertoire "CGFonts" à l'intérieur du répertoire de ProPage ou de PageSetter.

A partir du système 2.0, l'Amiga est en mesure de gérer les polices Agfa Compugraphic Intellifont. Pour cela, quelques conditions sont à remplir. D'abord, il faut la présence dans le répertoire "Libs:" du système de la bibliothèque "Diskfont.library" qui se trouve sur la disquette "AmigaFonts2.0" pour le système 2.0 ou "AmigaFonts" pour le système 3.0. Ensuite, il faut que le répertoire "_bullet" et ses fichiers soient présents dans le répertoire "Fonts". Enfin, il faut que les fichiers ".font" et ".otag" soient présents dans le répertoire "Fonts", ainsi que le fichier ".type" dans le répertoire "Fonts/_bullet_outlines".

Rassurez-vous, Commodore a prévu un programme qui se charge tout seul de l'installation des polices Compugraphic dans votre répertoire "Fonts": il s'appelle "Fountain" pour le système 2.0 et "Intellifont" pour le système 3.0, mais il s'agit du même programme. Vous introduisez votre disquette dans le lecteur, vous indiquez le chemin d'accès aux polices de votre disquette (AmigaFonts:Fonts/bullet_outlines), le répertoire de stockage de vos polices ("Fonts"), vous lancez le programme et c'est tout. La durée du traitement dépendra du nombre de polices à installer.

Polices de caractères
Intellifonts du système 3.0

De la même manière, vous pouvez installer dans votre répertoire "Fonts" les polices Compugraphic utilisées dans les programmes de Gold Disk : il suffit de préciser en chemin d'accès "Work:ProPage/CGFonts" ou "Work:PageSetter/CGFonts". Attention, l'inverse n'est pas possible.

Wordworth 2

Un autre programme gère différemment les polices de caractères vectorielles : il s'agit de Wordworth 2. En effet, il possède un répertoire interne nommé "Intellifont" (Wordworth/intellifont) dans lequel le programme place des fichiers ".type" nécessaires à l'exploitation des polices. Ce fichier est le même que le fichier ".type" qui se trouve dans le répertoire "Fonts/_bullet_outlines".

Pour pouvoir donc utiliser les polices Agfa Compugraphic de votre système avec Wordworth 2, vous devez copier tous les fichiers ".type" du répertoire "Fonts/_bullet_outlines" dans le répertoire "Wordworth/intellifont". De la même manière, vous pouvez utiliser dans votre système les polices Agfa Intellifont fournies avec Wordworth en passant par le programme de conversion "Fountain" ou "Intellifont" (n'oubliez pas de spécifier le bon chemin d'accès des polices de Wordworth).

Le système 1.3

Si vous êtes sous système 1.3 et que vous possédez un programme de PAO de Gold Disk et Wordworth, vous pouvez également utiliser les polices Compugraphic de Gold Disk avec Wordworth. Il suffit de copier tous les fichers ".lib" du répertoire "PPage/CGFonts" dans le répertoire "Wordworth/Intellifont". Attention, vous ne pouvez par contre utiliser les polices Agfa Compugraphic de Wordworth avec les programmes de Gold Disk.

Pour utiliser les polices CGFonts des programmes de Gold Disk, vous devrez réaliser une conversion à l'aide du logiciel TypeSmith 2.

En résumé

Si vous travaillez avec un système 2.0 ou supérieur, que vous possédez, entre autres, un logiciel de Gold Disk et Wordworth et que vous désirez utiliser les mêmes polices dans tous vos programmes, vous devrez les installer dans trois répertoires différents, d'où une perte de place regrettable. Nous comprenons que Gold Disk et Digita (la société éditrice de Wordworth) aient décidé de faire gérer les polices Agfa Compugraphic par leur propre programme pour offrir des polices vectorielles aux possesseurs d'Amiga tournant sous 1.3, il est regrettable qu'ils n'aient pas prévu la possibilité de lire directement les polices vectorielles du répertoire "Fonts" pour ceux qui travaillent sous système 2.0 ou supérieur.

Un autre format existe également : il s'agit du format NimbusQ, utilisable uniquement avec Final Copy II. Heureusement, celui-ci est à même de gérer également les polices PostScript Type 1 et les polices Agfa Compugraphic Intellifont. De la même manière, SoftLogic avait développé un format propre pour son programme de PAO PageStream (alias Publishing Partner Master).

Sachez enfin qu'il est possible de convertir des polices PostScript Type 1 en polices Agfa Compugraphic Intellifont grâce à l'utilitaire FontManager livré avec les logiciels de Gold Disk et de réaliser diverses conversions entre formats par l'intermédiaire du programme TypeSmith.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]