Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 01 décembre 2021 - 14:33  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Piracy On The High Seas
(Article écrit par Cyrille Baron et extrait de Joystick - janvier 1993)


La toute récente société anglaise ICE (International Computer Entertainment) publie, avec Piracy On The High Seas, un jeu mêlant aventure, action et stratégie.

Piracy On The High Seas

L'histoire se déroule dans un royaume lointain dont la géographie, toute particulière, permet au jeu de mériter son nom. En effet, la multitude d'îles que vous allez devoir explorer - une trentaine - permet au jeu de baigner littéralement dans une ambiance "pirate" que Stevenson n'aurait pas reniée.

Piracy On The High Seas

Cela étant, un aspect du jeu qui n'est pas négligeable concerne la magie, très présente en cours de partie. Dans Piracy On The High Seas, vous dirigez trois personnages principaux. L'équipe, qui ne désorientera pas les joueurs habitués aux jeux de rôle, est composée d'un barbare, d'un lanceur de sorts ainsi que d'un guerrier. Piracy, très proche d'Elite par son côté économique, et de Seven Cities Of Gold (ah... c'était le bon temps) de par l'aspect exploration maritime, consitue en final en très bon mélange ; si l'ensemble n'a rien de révolutionnaire, le logiciel est très agréable et l'on se prend très vite au jeu.

En début de partie, après avoir engagé son équipe, on se rend alors au magasin afin d'acheter du fret. A chaque fois, un seul type de produit peut être embarqué à bord. Le but du jeu est d'acheter le moins cher possible dans un port et de revendre au meilleur cours ailleurs. La chose, qui pourrait tourner à la routine en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, est tempérée par la présence de pirates qui rançonnent, de temps à autre, vote bâtiment. Chaque fois, il faut combattre ou payer. Les combats, de type arcade, sont particulièrement pénibles car la manette est mal gérée. Heureusement, ils sont de courte durée.

Piracy On The High Seas

Lorsqu'on dispose d'assez d'argent, on peut, par la suite, acheter des canons et même d'autres bateaux. Un autre moyen de gagner beaucoup d'argent est d'aller dans les tavernes pour parier. On accède alors à un tableau représentant une sorte de machine à sous moyenâgeuse en bois. On pourrait croire que je ne pense qu'à l'argent mais, en fait, il faut avouer que la fortune est le principal moteur de l'aventure. Sans argent, il n'est pas possible de parler aux personnages rencontrés dans les villes, ces derniers étant assez dédaigneux ; pas de sous, pas d'informations.

Piracy On The High Seas

Le but final de la partie, retrouver un calice magique destiné à ramener la paix dans la contrée, nécessite que l'on collecte des informations dans les différentes îles. Loin dans la partie, on peut même explorer des souterrains et le jeu prend alors une tournure toute différente, plus proche du jeu de rôle classique, avec monstres et sorts magiques.

La musique, superbe, est entraînante et les bruitages, bien que peu nombreux, agréables. A noter que la version finale, qui nécessite 1 Mo de mémoire pour tourner, sera en français à l'écran.

Nom : Piracy On The High Seas.
Développeurs : ArtGame.
Éditeur : ICE.
Genre : jeu d'action/stratégie.
Date : 1992.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 6/10.

Les points forts :

- La musique, superbe, accompagne bien vos aventures.
- La carte automatique permet de s'y retrouver aisément dans l'ensemble des îles.
- L'ensemble est agréable et l'ambiance très évocatrice.

Les points faibles :

- Le graphisme est parfois étrange et semble dessiné à la va vite.
- Les bruitages sont trop rares, ce qui est un comble sur Amiga.
- Les combats sont relativement pénibles d'autant que la manette est particulièrement mal gérée.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]