Obligement - L'Amiga au maximum

Vendredi 31 mars 2017 - 02:35  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Personal Nightmare
(Article écrit par Éric Caberia et extrait de Tilt - septembre 1989)


Aventure à l'odeur sulfureuse, Personal Nightmare s'intègre dans ce nouveau type de jeu qu'est le logiciel d'épouvante. La réussite est au rendez-vous. L'atmosphère est angoissante, les graphismes évoquent bien l'ambiance de peur irraisonnée qui étreint ceux qui entrent de nuit dans un cimetière !

Personal Nightmare

Retour au village

Qu'y a-t-il de plus tranquille qu'un petit village anglais perdu dans le Wiltshire ? Pourtant, la lettre que vous a envoyée votre mère restée au pays semble laisser croire le contraire. En effet, elle n'a pu s'empêcher de laisser transparaître son angoisse en vous disant de revenir au village. Cela est peut-être dû fait qu'elle a évoqué l'étrange comportement de votre père (le vicaire du coin), qui s'est pris d'une soudaine passion pour les sciences occultes.

Personal Nightmare

Alors que vous vous apprêtez à partir, vous recevez une lettre de votre père qui vous prévient qu'il ne pourra vous accueillir chez lui à cause de ses travaux et que vous devrez par conséquent loger à l'auberge. L'étrange lettre s'achève en vous annonçant que votre mère a quitté le pays pour se rendre au chevet d'une tante malade.

Votre arrivée au village passe complètement inaperçue. Les notables du village viennent régulièrement boire un verre à l'auberge où vous résidez. Parmi eux, M. Roberts (le fonctionnaire assigné au registre des naissances et des décès) ou Michael Williams, un citadin récemment installé dans le village. Pourtant, malgré cette ambiance apparemment sereine, une aura maléfique règne sur les lieux. Cette impression est renforcée par le "meurtre" de M. Blandford (le photographe), qui se déroule sous vos yeux il est renversé par une voiture qui prend aussitôt la fuite.

Atmosphère oppressante

La nuit venue, il ne vous reste plus qu'à rôder dans les rues moins désertes qu'il n'y paraît. Vos pérégrinations vous emmèneront certainement dans le cimetière. Là, vous découvrirez peut-être une crypte où gît une créature de la nuit. Inutile de dire qu'il vous faudra utiliser une disquette de sauvegarde, compte tenu des innombrables dangers plus ou moins morbides qui hantent le village. Ainsi, s'il vous prend l'envie de visiter la cuisine de l'auberge durant la nuit, ne vous étonnez pas d'être la victime d'une étrange créature de la nuit qui vous plantera un couteau entre les deux yeux.

Personal Nightmare

Ce programme, où règne une ambiance sulfureuse, s'engouffre avec brio dans la brèche qu'avait déjà entrouverte le jeu d'arcade-horreur Fright Night. Ce logiciel parvient, en effet, à reproduire avec efficacité une terrible atmosphère d'angoisse. Foi de joueur, c'est indéniablement la première fois que je me surprends à avoir peur en jouant avec un micro.

Le déroulement du jeu en temps réel apporte un "plus" notable au suspense. En effet, l'alternance des journées et des nuits est concrétisée par l'obscurcissement progressé des environs et par le tintement lugubre du clocher de l'église. Bien évidemment, la faune du village change de composition avec l'heure du jour.

La technique

Le logiciel se présente un peu à la manière de Morteville Manor, vous devez, en effet, comprendre les relations qui existent entre les différents personnages pour mettre en évidence l'atrocité de leurs agissements (sacrifices humains et sorcellerie), ceci afin que l'agent de police du village les mettent hors d'état de nuire. A l'occasion, vous parviendrez peut-être à sauver d'innocentes victimes des sanguinaires rites sacrificatoires auxquels les destinent les nombreux adorateurs du Malin.

Personal Nightmare

Les multiples graphismes du logiciel sont fins et extrêmement riches en détails. Les animations forts nombreuses (plus de 500 séquences d'animations différentes) donnent l'impression que les personnages sont vivants (ils boivent, traversent les rues, etc.). Les bruitages, une donnée fondamentale pour ce type de programme, ne déçoivent pas, puisqu'ils ponctuent avec efficacité tout ce qui a lieu de l'être (craquements de portes, sirènes d'ambulance). A noter l'exceptionnelle qualité de l'introduction qui est un véritable festival audio-visuel : un énorme brasier. Un programme réellement agréable et angoissant.

La version Amiga ressemble à la version ST du point de vue des graphismes et des animations, néanmoins la qualité supérieure des bruitages renforce sensiblement l'atmosphère satanique.

Nom : Personal Nightmare.
Éditeur : Horrorsoft.
Genre : jeu d'aventure.
Date : 1989.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 512 ko de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 7,5/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]