Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 22 août 2017 - 18:44  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Bidouille : Transformer un Pegasos en Media Center
(Article écrit par Geoffrey Charra - septembre 2006)


Ou comment transformer son Pegasos en système multimédia avec Linux Gentoo et MythTV.
Sources : site Gentoo, Gentoo handbook, document de P. Van den Abeele (Genesi) et Sergei Larin.

1. Objectif de ce tutoriel

Dans ce tutoriel, nous allons transformer notre Pegasos en "Media Center" sur le modèle du Home Media and Communication System de Genesi, basé sur une carte mère Pegasos II et utilisant Linux Gentoo avec le logiciel MythTV.

Ce media center vous permettra de regarder la TV sur votre Pegasos, de consulter les programmes TV en direct et d'enregistrer les émissions en décalage, de regarder des vidéos, des images ou écouter de la musique le tout piloté à la télécommande. Vous pourrez également consultez les dernières nouvelles ou encore la météo de votre ville depuis votre canapé. Pour cela, nous allons donc apprendre à installer et à configurer Linux Gentoo et tout ce qui est nécessaire pour faire fonctionner MythTV et sa suite d'outils.

Avant de poursuivre, veuillez noter que ce tutoriel s'adresse à des gens ayant un minimum d'expérience avec Linux sur PowerPC ou autre. En effet, l'utilisation de Linux Gentoo s'avère puissante mais peut paraître assez complexe au premier abord. Notez également que l'installation de Linux Gentoo est très longue et vous prendra plusieurs jours. Vous pourrez cependant l'interrompre à la fin d'une action et la reprendre plus tard en tapant une dizaine de commandes depuis le CD d'installation.

2. Présentation du HMCS de Genesi

Le HMCS (Home Media and Communication System) de Genesi est un système multimédia basé sur la carte mère du Pegasos II et utilisant un processeur Freescale G4.

Il se présente dans un boîtier en aluminium très esthétique et il est équipé d'une carte tuner TV haut de gamme ainsi qu'une carte son THX. Le système utilisé se base sur une distribution de Linux Gentoo et utilise, entre autres, le logiciel MythTV.

Boîtier MCubed HFX

Le HMCS est composé :
  • D'une carte mère Pegasos II avec un processeur G4 (~415 euros).
  • D'une carte graphique ATI Radeon 9250 (~35 euros).
  • D'une carte tuner TV Hauppauge WinTV-PVR-500 MCE à deux tuners (~175 euros).
  • D'une carte son Creative THX Sound Blaster Audigy 2ZS (~65 euros).
  • D'un boîtier en aluminium HFX de MCubed (~340 euros).
  • D'un récepteur IR (zapway.de puis iMon VFD and IR) (~15-90 euros).
  • De la mémoire (512 Mo ?).
  • De disque(s) dur(s) SATA (stockage de films) et flash (stockage du système).
Cette machine est aujourd'hui fabriquée sur commande et coûte la modique somme de 2115.50 euros.

Quelques liens :
3. Matériel nécessaire

Il s'agit donc ici de fabriquer notre propre système multimédia au plus bas prix en partant d'un Pegasos II de base.

Important : la mise en place de ce système va prendre plusieurs jours car vous allez entièrement construire votre système en partant de zéro.
  • Carte mère Pegasos II avec un processeur G4 (~415 euros).
  • Carte graphique ATI Radeon 9250 (~35 euros).
  • Carte tuner TV Hauppauge WinTV-PVR-350 avec télécommande (~75 a 120 euros).
  • Chip son intégré à la carte mère Pegasos II (VIA VT82C686 AC97 - Apollo Super AC97 Audio).
  • Boîtier aluminium Textorm SLM-17 - Alim 250W (~70 euros facultatif - n'importe quel boîtier fait l'affaire).
  • 512 Mo de mémoire (~60 euros).
  • Disque dur 40 Go IDE (~30 euros).
Total : seulement 75 à 120 euros si vous avez déjà un Pegasos II ou 680 à 725 euros pour un système multimédia complet. Bien entendu vous pouvez également construire votre propre HMCS pour un prix matériel d'environ 1050 euros.

Boîtier MCubed HFX

Installez tout le matériel dans votre Pegasos avant de poursuivre ce tutoriel.

4. Gentoo

Avant de commencer l'installation vous devez vous familiariser avec les spécificités de Linux Gentoo qui utilise "Portage" au coeur de la gestion de paquets. La connaissance de Portage et la maîtrise de l'outil "emerge" est indispensable pour installer et utiliser Gentoo.

4.1 Portage et emerge

Portage est le système de distribution des paquets sous Linux Gentoo. Il est censé éliminer complètement le besoin de versions "release" en créant une base de données locale que l'utilisateur remet à jour lorsqu'il le désire en la synchronisant avec la base de connaissance de Gentoo. La grosse différence avec les autres distributions vient du fait que chaque paquet est compilé avant d'être installé.

Avantage : les paquets installés sont toujours optimisés pour votre architecture.
Inconvénient : l'installation est beaucoup plus longue que sur les autres distributions.

Le contenu de cette base de données se trouve dans le répertoire /usr/portage. Il est mis à jour toutes les 20 minutes. Les applications y sont classées par thèmes et il est donc facile d'explorer les différents répertoires pour voir quels sont les noms des applications ainsi que les versions disponibles (en effet, par défaut les versions non stables sont masquées).

Le fichier /etc/make.conf est au coeur du dispositif. Il permet entre autres de définir les options de compilations et le type d'architecture utilisé (CFAGS, CHOST, KERNEL_ARCH...), les mots-clés à utiliser pour la compilation des différents modules (USE), ainsi que les répertoires à protéger lors des mises à jour (CONFIG_PROTECT_MASK).

Dans le répertoire /etc/portage, l'utilisateur peut utiliser les fichiers package.keywords, package.unmask, package.use pour respectivement définir des paquets à activer comme mots-clés, à démasquer, et à utiliser. L'utilisation de ces fichiers permet en fait d'utiliser des paquets pas tout à fait valides ou pas officiellement soutenus. Cela est parfois indispensable comme nous le verrons.

L'outil "emerge" vient compléter Portage. Il s'agit en fait de l'interface en ligne de commande du système Portage. Voici donc quelques-unes des commandes les plus utiles :
  • emerge --sync : synchronisation avec la base de connaissances Gentoo. A faire assez fréquemment (une fois par jour maximum cependant).
  • emerge monpaquet : compilation et installation de "monpaquet" et des paquets dont il dépend sur la machine.
  • emerge -f monpaquet : command "fetch" permettant de télécharger un paquet sans l'installer. Très utile si vous avez des déconnexions intempestives. Vous pouvez par exemple faire une commande "emerge -f monpaquet", et la relancer plusieurs fois jusqu'à ce que tous les paquets soient téléchargés correctement (ne vous inquiétez pas, une fois qu'un paquet a été téléchargé la commande n'a plus d'effet). Faites ensuite un "emerge monpaquet" pour l'installer (emerge utilisera directement le paquet téléchargé directement).
  • emerge -vp monpaquet : affiche la version de monpaquet à installer ainsi qu'un certain nombre d'indications avec des codes couleurs :
    • N = new, (nouveau, pas encore installe) - vert.
    • S = new SLOT (nouvel emplacement, versions côte à côte) - vert.
    • U = updating, (mise à jour, changement de version) - jaune.
    • D = downgrade, (retrogradation, la meilleure version semble inférieure) - rouge.
    • R = replacing, (remplacement, Re-emerge la même version - inutile sauf en cas de problème) - jaune.
    • F = fetch restricted, (récupération restreinte, installation manuelle, par exemple pour IBM Java) - rouge.
    • f = fetch restricted, (récupération restreinte, déjà téléchargée) - rouge.
    • B = blocked, (blocage par un autre paquet) - rouge. Une liste des "USE flags" est également affichée. En rouge, les drapeaux (flags) qui vont être utilisés, en bleu les drapeaux qui ne seront pas utilisés.
  • emerge -Na world : affiche la liste de ce qu'il faut mettre à jour après une synchronisation. A faire assez fréquemment.
  • emerge --unmerge paquettoutpourri : supprime le paquet paquettoutpourri. Pour plus d'informations sur Portage et emerge, une fois le CD demarré, faites un "man portage" et "man emerge".
  • emerge --resume monpaquet : permet de continuer un emerge interrompu à l'endroi où on en était. Très pratique si vous voulez faire un emerge intermédiaire et reprendre un emerge plus long.
  • emerge --skipfirst : continue les emerge en ignorant le premier de la liste (ayant probablement échoué).
4.2 Bugzilla et forum Gentoo

Il peut parfois arriver que certains paquets ne compilent pas ou bien que vous ayez des problèmes avec certaines fonctionnalités. Si c'est le cas, essayer de refaire un "emerge -Na world" puis de recompiler le paquet. Si cela ne fonctionne toujours pas, vous pouvez alors chercher dans la base de connaissance de bogues Gentoo : BugZilla.

Pour une réponse rapide, vous pouvez aller dans les différents forums de Gentoo sur forums.gentoo.org/. Choisissez une rubrique en conséquence et postez votre message après vous être inscrit.

Si vous pensez avoir identifié un bogie, rendez-vous sur bugs.gentoo.org/. Vous arriverez alors sur une interface graphique dans laquelle vous allez pouvoir faire une recherche afin de voir si votre problème n'a pas déjà été identifié et s'il est résolu. Si vous ne trouvez rien, n'hésitez pas à créer une nouvelle entrée en expliquant bien votre problème. Vous aurez rapidement une réponse ou une indication de l'action à entreprendre pour essayer de corriger votre problème ou bien pour donner plus de détails afin que les développeurs puissent le corriger dans une version future.

5. EZPegTV

Avant d'aller plus loin, vous pouvez télécharger un CD d'installation contenant qui est le résultat de l'installation décrite dans ce tutoriel.

Si vous souhaitez juste essayer MythTV et utiliser des binaires déjà compilés pour Pegasos II G4, cela vous permettra d'éviter une installation qui prend à peu près une semaine (en temps machine). Si vous préférez une installation personnalisée passez au chapitre suivant.

EZPegTV : pegasos3d.free.fr/ezpegtv/.
Téléchargez les différents fichiers, puis reconstituez le fichier ISO en lançant le script buildISO.sh.

Gravez ensuite le CD et insérez le dans votre lecteur. Au démarrage de votre Pegasos, appuyez sur la touche "ESC". A l'invite de commande du SmartFirmware, saisir la commande suivante pour démarrer le CD :

boot cd boot/menu

Choisissez ensuite la configuration vidéo que vous souhaitez. Si vous ne savez pas, tapez sur Entree (choix par défaut : 1, configuration automatique). Fait CTRL+D si un message vous demande de saisir le mot de passe root pour la maintenance (vous aurez un message comme quoi la machine redémarre mais ce n'est pas le cas).

commencez par sélectionner votre disposition de clavier préférée, par exemple : "loadkeys fr-latin1"

Lancez ensuite le script d'installation install.sh contenu sur le CD pour installer tous les fichiers sur votre disque dur. Le mot de passe root est "root". Reportez-vous au fichier HOWTOINSTALL.TXT pour plus d'informations.

Pour démarrer sur votre nouvelle installation, appuyez sur le bouton "reset" de votre Pegasos, ou tapez la commande "reboot". Au démarrage de votre Pegasos, appuyez sur la touche "ESC". Pour démarrez, sous SmartFirmware, entrez la commande suivante, pour une partition sur /dev/hdb5 (à adapter en fonction de votre partition) :

boot hd0:4 pegasos video=radeonfb:1024x768@75 root=/dev/hdb5

Si vous le pouvez, ajoutez tout de suite cette ligne à votre logiciel de démarrage préféré (par exemple Grub2 ou Bootcreator).

6. Création d'un CD de démarrage

Si vous avez choisi l'installation personnalisée, téléchargez le CD de démarrage "mini" de Gentoo PPC ainsi que l'archive "stage1", par exemple sur ftp.club-internet.fr/pub/mirrors/gentoo/releases/ppc :

Soit :
Note : vous pouvez choisir stage1-g4 ou stage3-g4 si vous avez un G4 pour optimiser les performances. Recommandé pour un système d'exploitation minimal dédié (stage1).

Soit :
Note : ce CD contient les différents "stages". Recommandé pour un système d'exploitation plus complet.

Créez ensuite un nouveau fichier ISO en respectant l'arborescence de l'install-mini et ajoutez-y le fichier "stage1". Sous certains systèmes comme Windows, il est possible d'extraire le contenu d'un fichier ISO. Dans le répertoire, ajoutez les fichiers "stages" nécessaires à la racine du CD ainsi que les fichiers Java éventuels. Gravez ensuite l'arborescence en choisissant un type ISO.

Note : à l'heure où ces lignes sont écrites, la version 2006.1 est désormais disponible. Elle intègre cependant un noyau 2.6.17 pour lequel les pilotes de la carte tuner PVR ne sont pas encore disponibles sur PowerPC. Préférez la version 2006.0 si elle est encore disponible, sinon utilisez la version 2006.1 et après la première phase d'installation. Vous pouvez récupérer les sources du noyau 2.6.15 et les compiler, puis utiliser ce noyau pour la suite du tutoriel. Personnellement, j'ai eu des problèmes avec l'horloge pour démarrer l'installation à partir des CD mini et universal de la 2006.1.

Facultatif :

Vous pourrez également avoir besoin de récupérer Java sur le site d'IBM (il faut pour cela créer un compte gratuit) : www-128.ibm.com/developerworks/java/jdk/linux/older_download.html.

Ligne : "32-bit iSeries/pSeries", Colonne "Java 1.4.2", puis "SR4"
Fichiers à télécharger : "IBMJava2-JRE-142.ppc.tgz" et "IBMJava2-SDK-142.ppc.tgz".

Vous pouvez ajoutez ces deux fichiers à votre CD d'installation (dans un répertoire "java" à la racine du CD), ou bien les installer plus tard.

7. Installation de base de Linux Gentoo

L'installation de Linux Gentoo est bien détaillée à l'URL suivante : www.gentoo.org/doc/en/handbook/2006.1/handbook-ppc.xml.

Nous allons, cependant reprendre dans ce document les étapes nécessaires.

Au démarrage de votre Pegasos, appuyez sur la touche "ESC". A l'invite de commande du SmartFirmware, saisir la commande suivante pour démarrer le CD :

boot cd boot/menu

Choisissez ensuite la configuration vidéo que vous souhaitez. Si vous ne savez pas, tapez sur Entree (choix par défaut : 1, configuration automatique).

Fait CTRL+D si un message vous demande de saisir le mot de passe root pour la maintenance (vous aurez un message comme quoi la machine redémarre mais ce n'est pas le cas).

7.1 Choix de clavier

commencez par sélectionner votre disposition de clavier préférée. Par exemple : "loadkeys fr-latin1"

7.2 Partitionnement du disque

Utilisez l'outil "parted" pour créer trois partitions sur l'un de vos disques ("boot", "swap", et "root"). Dans parted, faites "h" pour avoir la liste des commandes. Prévoyez une taille de 32 à 512 Mo pour la partition de démarrage (boot), de 1 à 2 Go pour votre partition d'échange (Swap).

Taille disque : Gentoo a tendance a être volumineux, prévoyez 10 a 15 Go pour le système ainsi que quelques Go supplémentaires pour vos vidéos et fichiers multimédias.

7.3 Systèmes de fichiers

Créez les systèmes de fichiers sur les différentes partitions :
Partition "boot" en ext3 avec la commande "mkfs ext3 /dev/hdb7"
Partition "root" en ext3 avec la commande "mkfs ext3 /dev/hdb9"

Activation du Swap

mkswap /dev/hdb2
swapon /dev/hdb2

Montage du système de fichiers racine

mkdir -p /mnt/gentoo/
mount /dev/hdb7 /mnt/gentoo/

7.4 Création d'un système minimal

Nous allons maintenant commencer à peupler le système de fichiers racine en utilisant un système d'exploitation minimal avec le minimum d'applications pour pouvoir compiler, se mettre à jour et démarrer le système.

Pour cela, nous allons utiliser une installation de type "stage1". Vous pouvez également, si vous le désirez, installer votre système depuis un "stage3" (stage1 mis à jour + applications précompilées) ce qui vous permettra de gagner pas mal de temps au détriment d'une installation personnalisée.

Pour une installation de type "stage1" (nécessite le CD mini ou Universal) :

cd /mnt/gentoo
tar jxvpf /mnt/cdrom/stages/stage1- avec <xxx> une chaîne quelconque (appuyez sur <TAB> pour la complétion automatique)

Pour une installation de type "stage3" (necessite le CD Universal) :

cd /mnt/gentoo
tar jxvpf /mnt/cdrom/stages/stage3- avec <xxx> une chaîne quelconque (appuyez sur <TAB> pour la complétion automatique)

Par exemple, décompressez l'archive "stage1" que vous avez gravé sur votre CD :

cd /mnt/gentoo
tar jxvpf /mnt/cdrom/stages/stage1-stage1-ppc-2006.0.tar.bz2

Copie du fichier config.gz ayant servi à configurer le noyau

cp /prog/config.gz /mnt/gentoo

Montage

mount -o bind /dev /mnt/gentoo/dev
mount -o bind /proc /mnt/gentoo/proc

Copie du fichier resolv.conf

cp /etc/resolv.conf /mnt/gentoo/etc/resolv.conf

Changement de racine

chroot /mnt/gentoo

Remarque : si vous avez besoin d'éteindre votre Pegasos ou bien d'interrompre momentanément l'installation, vous pourrez reprendre votre travail en tapant certaines des commandes précédentes (à adapter en fonction du nom des partitions que vous avez choisies). Attention cependant à bien faire ces commandes en utilisant le même noyau :

loadkeys fr-latin1
swapon /dev/hdb2
mkdir -p /mnt/gentoo
mount /dev/hdb7 /mnt/gentoo
mount -o bind /dev /mnt/gentoo/dev
mount -o bind /proc /mnt/gentoo/proc
chroot /mnt/gentoo

7.5 Synchronisation avec Gentoo

Il est temps d'effectuer une synchronisation avec Gentoo :

emerge --sync

La première fois, cette opération peut être assez longue en fonction du nombre de mois écoulé entre la version utilisée et la date du jour. C'est pourquoi cette opération doit être effectuée régulièrement si vous avez besoin d'installer de nouveaux logiciels ou de faire des mises à jour. Cette opération aura pour effet de mettre à jour le répertoire /usr/portage.

Il est possible à ce moment que vous ayez besoin de mettre à jour Portage. Pour ce faire :

emerge portage

Il se peut également que vous ayez besoin de mettre à jour certains fichiers. Si c'est le cas, Portage vous le signalera. Pour cela, faites un "emerge --help config" pour plus d'informations. Pour trouver les fichiers à mettre à jour, faites : find /etc -iname '.cfg????_*'
Ensuite, pour prendre en compte les modifications ou non, vous pouvez utiliser l'outil "etc-update". Pour avoir des couleurs dans etc-update, faites "emerge colordiff", puis dans votre fichier /etc/etc-update.conf remplacez la ligne diff_command="diff -uN %file1 %file2" par diff_command="colordiff -uN %file1 %file2".

7.6 Mise à jour de la configuration dans /etc

/etc/hostname : Nom de votre machine. Pour le définir faites : echo "pegasos" > /etc/hostname
/etc/make.conf : Nous avons vu précédemment que ce fichier était au coeur de Portage. Pour le configurer, éditez le avec nano de la manière suivante :

nano /etc/make.conf

Ensuite, mettez à jour les différents champs de la manière suivante :

CFLAGS="-O3 -mcpu="G4" -mtune=G4 -mabi=altivec -fno-strict-aliasing -pipe"
USE="ppc altivec nptl nptlonly"
FEATURES="buildpkg sandbox"
ACCEPT_KEYWORDS="ppc"

Quelques explications :

Dans les CFLAGS, on active les options de compilation comme l'AltiVec et les optimisations e600.
Dans USE on active les options spécifiques aux différents paquets en activant l'option PowerPC, AltiVec et NTPL. NTPL (Native Posix Thread Library) permet de remplacer glib de manière plus performante pour la gestion des tâches.
Dans FEATURES, on active "buildpkg" qui signifie a emerge qu'il doit créer un paquet pour chaque application compilée.
Dans ACCEPT_KEYWORDS, on active le type d'ebuild que l'on veut installer. Un ebuild est une métadonnée à propos d'une version spécifique d'une application.
"ppc" signifie que par défaut, on ne veut utiliser que des paquets stables à l'inverse de ~ppc pour des applications instables (non recommandé).

7.7 Recompilation complète de la suite d'outils (bootstrapping)

Vous devez recompiler la suite d'outils complète afin d'obtenir un système optimal pour un processeur MPC7447. Pour cela, faites :

/usr/portage/scripts/bootstap.sh

Cette opération est très longue, comptez plusieurs heures.

7.8 Récupération des sources

Pour "démasquer" et activer la dernière version des sources disponibles pour le noyau 2.6.15, faites la commande suivante :

echo "=sys-kernel/gentoo-sources-2.6.15* ~ppc" >> /etc/portage/package.keywords

Cela aura pour effet de créer le fichier package.keywords s'il n'existe pas déjà (ce qui est normalement le cas lors de l'installation) et ajoutera à la fin la ligne "=sys-kernel/gentoo-sources-2.6.15* ~ppc" indiquant que l'on souhaite démasquer toutes les versions de gentoo-sources 2.6.15 non stables.

Faites ensuite la commande "emerge -vp =sys-kernel/gentoo-sources-2.6.15*" pour afficher la version des sources à installer et "emerge -vp =sys-kernel/gentoo-sources-2.6.15*" pour l'installer pour de bon.

Note : l'utilisation de ce fichier est très puissante, elle vous permet d'appliquer un mot-clé particulier à un paquet particulier, ou même une ou des versions de paquets à l'inverse du fichier make.conf qui applique un mot clé à tous les paquets.

Récupérez enfin la configuration par défaut du noyau qui se trouve sur votre CD (si vous avez utilisé le CD 2006.0, c'est la version 2.6.15-r5) :

zcat /proc/config.gz > /usr/src/linux/.config

Cela va créer un fichier .config qui permettra aux applications de savoir comment le noyau est configuré. Cette étape est important car la commande emerge de certains paquets nécessite l'utilisation de ce fichier.

Remarques :
  • Pour connaître la version courante de votre noyau, tapez la commande 'uname -r".
  • Dans notre cas, il ne faut pas utiliser la commande emerge gentoo-sources qui aurait pour effet d'installer le dernier noyau ce qui ne convient pas à cause d'incompatibilités avec les pilotes IVTV récents (pour la carte TV PVR-350).
  • Les sources sont installés dans le répertoire /usr/src. Un lien "linux" est normalement créé sur la dernière version que vous avez installé. Si vous avez besoin de gérer plusieurs versions de noyaux à un moment donné, pensez bien à modifier ce lien pour qu'il pointe sur la version que vous voulez utiliser.
7.9 Système de base

Commencez par installer/mettre à jour tout ce qui concerne le système :

emerge -vp system

Note : "system" est un raccourci pour designer tous les paquets et applications de base listées dans /usr/portage/profiles/base/packages. L'option "-vp" permet d'afficher tous les mots-clés possibles. Vous allez donc être en mesure de modifier votre fichier /etc/make.conf en faisant :

nano /etc/make.conf

Ajoutez par exemple les USE flags suivants :

USE="ppc altivec nptl nptlonly unicode nls python ipv6 ldap perl tcpd bzip2 gtk"

Si vous refaites un emerge -vp system après cela, vous pourrez noter que la liste de logiciels à installer ou mettre à jour s'est agrandie.

Faites maintenant "emerge -e system" pour lancer la compilation et l'installation des paquets.

Cette opération est très longue, comptez plusieurs heures. A la fin de cet emerge il est possible que vous essayer beaucoup de fichiers de configuration à renommer/changer. Pour cela, utilisez etc-update comme explicité précedemment.

Vous pouvez maintenant ajouter des applications comme bon vous semble, en utilisant la même méthode. Par exemple :

emerge -vp portage-utils dhcpcd metalog cron

Le paquet portage-utils va notamment vous installer le programme qlop qui est très pratique pour connaître la liste des emerge. Faites "qlop -p" pour en avoir un aperçu.

7.10 Installation d'un bureau

Pour le bureau, nous allons choisir Gnome. Notez que l'on pourrait également choisir KDE, Xfce ou autre. C'est un choix arbitraire comme un autre. Commencez par faire un "emerge -vp gnome" pour voir la longue liste de paquets allant être installés. Avant de faire l'installation, choisissez les USE flags dont vous allez avoir besoin. Faites "emerge -vp gnome|more" pour pouvoir voir la liste entière (mais sans les couleurs).

Ajoutez par exemple les USE flags supplémentaires suivants à la liste précédente : "zlib jpeg jpeg2k tiff png gif mpeg mp3 vorbis truetype sasl ssl samba nfs gs firefox". Cela concerne des modules de compression, des formats d'images, de sons, et de polices de caractères, la gestion de Ghostscript et des protocoles réseau divers. Ajoutez également la ligne VIDEO_CARDS="radeon" si vous avez une Radeon ou VIDEO_CARDS="tdfx" si vous avez une 3DFX : cette ligne sera utilisée pour l'installation du paquet "mesa".

Une fois que vous avez terminé, faites "emerge gnome". Cette opération est encore une fois très longue (comptez pas loin de 2 jours de compilation !).

7.11 Installation d'applications supplémentaires

Vous pouvez en profiter pour installer quelques applications supplémentaires. Pour chaque application ci-après pensez à faire un "emerge -vp monappli" pour vérifier les USE flags, puis faites éventuellement un "emerge -f monappli" pour récupérer les paquets et enfin un "emerge monappli" pour les installer.
  • Profuse : il s'agit d'un logiciel d'édition des USE flags. Ça sera pratique pour la suite...
  • FTP : ça peut toujours servir...
  • Gentoolkit : installe des outils supplémentaires comme equery permettant de manipuler les paquets "ebuilds". Par exemple la commande "equery list" affiche tous les paquets installés dans votre distribution.
  • Xorgautoconfig : configuration automatique de votre carte vidéo pour Xorg. Cette application va détecter votre carte vidéo et configurer automatiquement le fichier de configuration /etc/xorg.conf. Note : mettez bien le "X" en majuscule. Lancer ensuite Xorgautoconfig pour configurer Xorg.
7.12 Configuration du système

Nous avons maintenant un premier système assez complet et il est temps de le configurer afin de pouvoir faire un premier démarrage sur disque dur.

- Configuration DHCP : éditez le fichier /etc/conf.d/net ("nano /etc/conf.d/net") et ajoutez la ligne suivante :

iface_eth0="dhcp"

Cela va configurer eth0 (le port Ethernet 10/100 du Pegasos) avec une IP dynamique au démarrage. Si vous préférez utiliser le second port Gigabit, ajoutez la ligne iface_eth1="dhcp" à la place. Pour plus de détails au sujet de la configuration réseau, consultez le site de Gentoo. Éditez également le fichier /etc/conf.d/domainname avec nano ("nano /etc/conf.d/domainname") et positionnez le drapeau OVERRIDE à 0 si vous n'utilisez par un nom de domaine.

- Configuration du fuseau horaire : faites les commandes suivantes :

rm -rf /etc/localtime
ln -s /usr/share/zoneinfo/Europe/Paris /etc/localtime

Remarque : bien entendu, adaptez "Europe/Paris" en fonction de votre région. Utilisez la touche <TAB> pour la complétion automatique.

- Configuration des points de montage : éditez le fichier /etc/fstab avec nano : "nano /etc/fstab". Remplacez "ROOT" par le nom de la partition sur laquelle vous avez installé votre système, par exemple "/dev/hdb5". De même, remplacez "Swap" par le nom de la partition que vous avez sélectionné pour le Swap, par exemple "/dev/hdb2". Commentez la ligne où se trouve "BOOT" en mettant un # devant la ligne.

- Sélection d'un mot de passe : pour choisir un mot de passe (nécessaire pour démarrer avec un gestionnaire d'identifiant comme "gdm" qui est installé avec Gnome), faites "passwd" et saisissez votre mot de passe, puis confirmez le en le saisissant une nouvelle fois.

- Ajout du démarrage automatique de services :

Si vous avez installé d'autres applications et qu'elles doivent être démarrées automatiquement, il suffira de faire la commande "rc-update add monservice default". Les services disponibles se trouvent dans /etc/init.d. Ainsi :

Metalog : "rc-update add metalog default". Metalog est le "logger" que nous avons installé au début. Si un système a besoin d'envoyer un message à un fichier de logs, il contacte metalog qui s'occupe alors d'écrire dans le bon fichier. Metalog est idéal pour un système multimédia car il évite d'écrire trop de messages à la fois ce qui pourrait ralentir le système.

Réseau : "rc-update add net.eth0 default".

7.13 Construction d'un nouveau noyau

Nous allons maintenant construire un premier noyau qui va nous permettre d'enfin démarrer sur le disque dur. Nous avons déjà installé les sources dans /usr/src/linux ainsi que le fichier de configuration par défaut dans "/usr/src/linux/.config". Au cas où, faites une sauvegarde de ce fichier sous un autre nom, par exemple ".config.backup". Ça peut toujours servir...

Ensuite, faites les commandes suivantes :

cd /usr/src/linux
make menuconfig



Une interface apparaît dans laquelle vous allez sélectionner ce que vous voulez activer ou non dans votre noyau. A l'usage vous vous rendrez compte que son utilisation n'est pas trop complexe (sachant que le fichier .config est déjà plutôt bien configuré).

Par rapport à la configuration de départ :
  • Processor / Thermal support : à désactiver.
  • Platform options / High memory support : à activer si vous avez beaucoup de mémoire (permet la gestion de la mémoire au-delà de 750 Mo).
  • Platform options / Default bootloader arguments : à désactiver (inutile sur Pegasos car on utilise SmartFirmware pour les arguments).
C'est suffisant pour un premier noyau, nous activerons d'autres options plus tard après avoir testé le premier démarrage. Sortez et sauvez le fichier, vous êtes maintenant prêts à compiler une première version de noyau. Pour cela, faites : "make all modules_install" et attendez la fin de la compilation (15 à 30 minutes). Copiez ensuite le noyau dans votre répertoire "boot" :

cp /usr/src/linux/arch/ppc/boot/images/zImage.chrp /boot/pegasos-2.6.15-r8_base

Mettez le nom que vous voulez du moment que vous vous y retrouvez. Ensuite, faites un lien sur le noyau que vous souhaitez utiliser :

ln -s /boot/pegasos-2.6.15-r8_base /boot/pegasos

Vous êtes prêts pour un premier redémarrage. Appuyez sur le bouton "reset" de votre Pegasos, ou tapez la commande "reboot". Au démarrage de votre Pegasos, appuyez sur la touche "ESC". Pour démarrez, sous SmartFirmware, entrez la commande suivante, pour une partition sur /dev/hdb5 :

boot hd0:4 pegasos video=radeonfb:1024x768@75 root=/dev/hdb5

Si vous le pouvez, ajoutez tout de suite cette ligne à votre logiciel de démarrage préféré (par exemple Grub2 ou Bootcreator).

7.14 Premier démarrage

Au premier démarrage vous êtes encore en mode texte. Logguez vous en tant que "root" et saisissez votre mot de passe (attention vous êtes en clavier QWERTY). Chargez votre clavier préféré. Pour l'AZERTY : "loadkeys fr-latin9".

Maintenant faites la commande "gdm" pour lancer Gnome Desktop Manager, le gestionnaire de bureau Gnome. Cela devrait normalement lancer une fenêtre en mode graphique sous Xorg. Saisissez à nouveau l'identifiant (login) "root" et votre mot de passe. Cette fois-ci, vous devriez arriver sous Gnome.



Sélectionnez "Application/Accessories/Terminal" pour lancer une console et vérifier que tout va bien. Si tout semble fonctionner correctement vous pouvez maintenant faire en sorte que gdm soit lancé automatiquement à chaque démarrage. Pour cela, commencez par éditer le fichier /etc/rc.conf avec nano : "nano /etc/rc.conf". Décommentez la ligne DISPLAYMANAGER en enlevant le # et remplacez "xdm" par "gdm". Décommentez également la ligne XSESSION en enlevant le # à la fin du fichier. Faites ensuite la commande "rc-update xdm default" pour lancer le script /etc/init.d/xdm à chaque démarrage (ce qui aura pour effet de lancer gdm automatiquement).

7.15 Personnalisation du bureau

Avant de poursuivre, nous allons profiter de l'interface graphique pour configurer notre bureau.

- Clavier : pour activer le clavier français dans Gnome, allez dans le menu "Preferences\Keyboard puis dans l'onglet "Layout". Cliquez sur "Add" puis choisissez "France" et fermez. Ouvrez un nouveau terminal. Cela devrait désormais fonctionner en AZERTY.

- Styles : fond d'écran, terminal, fenêtre de connexion... Tout est paramétrable. Fenêtres terminal : Applications/Accessories/Terminal, puis "Edit/Profiles" dans le menu du terminal. Vous pouvez éditez des profils différents pour avoir des fenêtres avec un style différent.
Fond d'écran : Desktop/Preferences/Desktop background
Fenêtre de connexion : Desktop/Administration/Login window



8. Installation des pilotes ATI et de Xorg

Pour installer Xorg, commencez par activer les options suivantes dans votre fichier /etc/make.conf :

VIDEO_CARDS="fbdev radeon vesa"

Le use flag "dri" doit également être activé, mais c'est déjà normalement le cas dans /etc/make.profile/make.defaults. Faites les commandes ci-après pour installer les pilotes ATI puis Xorg. Comme précéemment, une premiere fois avec les options -vp pour voir si certains USE flags doivent être ajoutés, puis -f pour télécharger les paquets, puis sans option pour compiler et installer.

emerge ati-drivers mesa
emerge xorg-x11

Redémarrez (sinon la 3D ne sera pas activée).

Pour vérifier que la 3D fonctionne après avoir redémarré, faites la commande "glxinfo | grep rendering", la réponse "Direct rendering" doit être à "Yes". Si ce n'est pas le cas, vérifiez alors votre fichier /etc/X11/xorg.conf (le module "glx" doit être chargé et le pilote utilisé doit être "radeon" et l'option "BusType" activée).

Section "module"
Load "glx"
...
Section "Device"
Option "BusType" "PCI"
Driver "radeon"

9. Installation du système multimédia

9.1 Pilote TV "ivtv" pour la carte tuner TV Hauppauge PVR 350

L'installation de ivtv est assez délicate car la seule version qui semble fonctionner correctement sur Pegasos est la version 0.4.2. Elle n'est pas disponible sous la forme d'un ebuild car elle est trop ancienne et elle ne marche qu'avec le noyau 2.6.15, d'où notre choix du début.

Pour récupérer les sources allez sur le site ivtvdriver.org et sélectionnez la version 0.4.2 dans "Download" puis "Previous releases". Lien direct : dl.ivtvdriver.org/ivtv/archive/0.4.x/ivtv-0.4.2.tar.gz. Vous devez également récupérer les firmwares qui se trouvent ici : dl.ivtvdriver.org/ivtv/firmware/firmware.tar.gz.

Créez un répertoire IVTV dans /usr/src et placez-y les deux archives.

Recompilation du noyau

Avant d'aller plus loin il faut faire quelques réglages dans votre noyau. Allez dans le répertoire /usr/src/linux et faites "menuconfig" pour lancer le configurateur. Allez dans "Device drivers" puis dans "Multimedia devices". Activez "Video for Linux" en tant que built-in <*>. Dans le sous-menu, activez les options "BT848 Video for Linux", "Add support for additional audio chipsets", "Add support for additional video chipsets".

Linux Kernel Configuration (activez les options suivantes) :

Device Drivers
>
Multimedia devices
>
<*> Video For Linux
<*> BT848 Vidéo for Linux
<*> Add support for additional audio chipsets
<*> Add support for additional video chipsets

Recompilez ensuite le noyau comme explicité précédemment.

make all modules_install
cp /usr/src/linux/arch/ppc/boot/images/zImage.chrp /boot/pegasos-2.6.15-r8_ivtv
rm /boot/pegasos
ln -s /boot/pegasos-2.6.15-r8_ivtv /boot/pegasos

Redémarrez depuis SmartFirmware, toujours avec la même ligne de commande ou depuis votre menu Bootcreator ou Grub :

boot hd0:4 pegasos video=radeonfb:1024x768@75 root=/dev/hdb5

Installation des firmwares :

cd /usr/src/IVTV
tar zxvf firmware.tar.gz -C /usr/lib/hotplog/firmware

Compilation et installation des pilotes ivtv 0.4.2

cd /usr/src/IVTV
tar zxvf ivtv-0.4.2.tar.gz
cd ivtv-0.4.2
make
make install
depmod
modprobe ivtv

Vérification du bon fonctionnement du pilote

Faites la commande "dmesg|grep ivtv". Il ne doit pas y avoir de message d'erreur dans le log résultant.



Vous pouvez également essayer de faire un "cat /dev/video0 > /root/testivtv.mpg" (notez qu'il vous faudra un logiciel pour vérifier que vous avez bien soit enregistré la TV si votre antenne est branchée, soit enregistré de la neige).

Si cela fonctionne, éditez le fichier /etc/modules.autoload.d/kernel2.6 pour y ajouter la ligne de chargement ivtv en ajoutant simplement "ivtv".

9.2 Son : ALSA

Pour connaître le nom de votre puce sonore, faites :

lspci -v | grep -i audio

Sur Pegasos :

00:0c.5 Multimedia audio controller: VIA Technologies, Inc. VT82C686 AC97 Audio Controller (rev 40)

Nous allons maintenant activer les modules nécessaires dans le noyau.

cd /usr/src/linux
make menuconfig

Device Drivers
>
Sound
>
(ce module doit être activé)
<M> Sound card support

(assurez vous que OSS est bien désactivé)
Open Sound System
>
< > Open Sound System (DEPRECATED)

(Revenez un menu en arrière et entrez dans ALSA)
Advanced Linux Sound Architecture
>
<M> Advanced Linux Sound Architecture
(sélectionnez l'option suivante si vous avez besoin du MIDI)
<M> Sequencer support
(support de l'ancien /dev/mixer* et /dev/dsp*. Recommendé)
<M> OSS Mixer API
<M> OSS PCM (digital audio) API

(maintenant activez le module propre à votre puce sonore)
PCI devices
>
<M> VIA 82C686A/B, 8233/8235 AC97 Controller

Sortez en sauvant. Recompilez ensuite le noyau comme explicité précédemment.

make all modules_install
cp /usr/src/linux/arch/ppc/boot/images/zImage.chrp /boot/pegasos-2.6.15-r8_ivtv_alsa
rm /boot/pegasos
ln -s /boot/pegasos-2.6.15-r8_ivtv_alsa /boot/pegasos

Redémarrez depuis SmartFirmware, toujours avec la même ligne de commande ou depuis votre menu Bootcreator ou Grub :

boot hd0:4 pegasos video=radeonfb:1024x768@75 root=/dev/hdb5

Ouvrez un nouveau terminal et enchaînez les commandes suivantes :

emerge alsa-utils
alsaconf

Cela va vous ouvrir une petite interface qui va automatiquement essayer de détecter vos périphériques (en fonction des modules disponibles dans le noyau, d'où l'étape précédente). A la question concernant la modification de /etc/modules.d/alsa répondez oui afin de laisser alsaconf configurer tout automatiquement. Les paramètres de volumes seront alors ajustés aux niveaux optimals, la commande "modules-update" sera executée automatiquement et le service /etc/init.d/alsasound démarré.

Ajoutez maintenant le script "alsasound" au démarrage.

rc-update add alsasound boot

Si vous n'avez rien oublié vous devriez avoir les messages suivants :

* alsasound added to runlevel boot
* rc-update complete.

Vérifiez le fichier /etc/conf.d/alsasound et assurez vous que SAVE_ON_STOP est positionné à "yes". Ce champ permet la sauvegarde de vos paramètres audio lors de l'extinction de la machine.

Les utilisateurs ayant accès au son doivent être ajoutés dans le groupe audio. C'est également le cas de l'utilisateur "root" :

gpasswd -a root audio

N'oubliez pas d'exécuter cette commande pour tout nouvel utilisateur en remplaçant "root" par le nom de l'utilisateur.

Pour tester si le son fonctionne nous allons maintenant ajouter quelques applications audio. Par exemple "Madplay", "MPG123", "Vorbis-tools" pour OGG :

emerge madplay mpg123 xmms
emerge vorbis-tools

Ensuite, pour tester le son faites l'une des commandes suivantes avec un fichier musical de votre choix :

madplay -v mamusique.mp3
mpg123 mamusique.mp3
ogg mamusique.ogg

Note : pour régler le volume sonore, utilisez "alsamixer" depuis un terminal. Dans alsamixer, activez/désactivez une source sonore avec la touche M (mute), les volumes avec les flèches haut et bas. Pour sortir faites ESC.

Ensuite, exécutez "alsactl store" pour sauvegarder les changements.



Dans /etc/make.conf, ajoutez le USE flag "alsa" pour activer le son sur toutes les applications le gérant.

9.3 Télécommande infra-rouge : lirc

Éditez le fichier make.conf :

nano /etc/make.conf

Ajoutez la ligne suivante à la fin du fichier :

LIRC_DEVICES="hauppauge"

"emerge -vp lirc" devrait maintenant vous signaler que le pilote "hauppauge" sera activé à la compilation. Enfin, faites "emerge lirc". Après la compilation, l'installation devrait vous avoir créé un fichier /etc/lircd.conf contenant des configurations pour des télécommandes hauppauge.

Faites "modprobe lirc_i2c" pour charger le module, puis "irw" pour tester votre télécommande. Pour charger le module à chaque démarrage, ajoutez le au fichier /etc/modules.autoload.d/kernel-2.6 :

echo "lirc_i2c" >> /etc/modules.autoload.d/kernel-2.6

Lancez le service lirc en faisant "/etc/init.d/lircd start" et "/etc/init.d/lircmd start" puis, pour tester que cela fonctionne, faites la commande "irw".

rc-update add lircd default
rc-update add lircmd default

9.4 Applications multimédia diverses

Avant d'installer mysql et MythTV, nous allons installer l'application MPlayer, permettant la lecture de fichiers vidéo. Nous allons en profiter pour activer un bon nombre de USE flags afin d'éviter la recompilation multiple de certains paquets. Pour cela, nous allons utiliser les options "-vp" pour avoir la liste des modules activables et activés :

emerge -vp mplayer
emerge -vp mysql
emerge -vp mythtv

Cette fois-ci, nous allons utiliser "profuse" dans un autre terminal et activer les USE flags intéressants :

profuse

Au final, dans le fichier /etc/make.conf, les USE flags suivants ont été activés :

USE=" aac aalib bzip2 cdparanoia dga directfb dts dv dvb dvdread \
fbcon fftw firefox ggi gs ieee1394 jack jpeg2k libcaca lirc \
lzo musepack mysql nas nfs nptlonly openal oss samba sasl \
sndfile speex tga theora tiff toolbar v4l v4l2 x264 xanim \
Xaw3d xvid"

Maintenant il faut faire un "emerge -Na world" pour remettre à jour les modules déjà installés en fonction des modifications de USE flags :

Faites un premier "emerge -Naf world" ("Yes") pour télécharger les différents paquets à compiler.
Faites ensuite un "emerge -Na world" => Remet à jour le système. Opération pouvant être assez longue.

Maintenant nous pouvons installer MPlayer :

emerge mplayer

9.5 Installation de la base de données MySQL

Pour installer MySQL, saisissez successivement les commandes suivantes :

emerge mysql
emerge --config mysql (emerge --config =dev-db/mysql-4.1.21)
/etc/init.d/mysql start
rc-update add mysql default

9.6 MythTV

Notre système est maintenant prêt pour installer MythTV.

9.6.1 Installation

La commande "emerge --search mythtv" va nous donner la liste de toutes les extensions utilisables avec MythTV. Certains d'entre eux sont masqués. Il faut donc les démasquer dans le fichier /etc/portage/package.keywords :

nano /etc/portage/package.keywords

media-tv/mythtv -* ~ppc
media-plugins/mythbrowser -* ~ppc
media-plugins/mythcontrols -* ~ppc
media-plugins/mythdvd -* ~ppc
media-plugins/mythflix -* ~ppc
media-plugins/mythgallery -* ~ppc
media-plugins/mythgame -* ~ppc
media-plugins/mythmusic -* ~ppc
media-plugins/mythnews -* ~ppc
media-plugins/mythphone -* ~ppc
media-plugins/mythweather -* ~ppc
www-apps/mythweb -* ~ppc
x11-themes/mythtv-themes -* ~ppc

Vérifier une nouvelle fois les USE flags activés :

emerge -vp mythtv mythbrowser mythcontrols mythdvd mythflix mythgallery mythgame mythmusic mythnews mythphone mythvideo mythweather mythweb mythtv-themes

Récupérer les différents fichiers à compiler :

emerge -f mythtv mythbrowser mythcontrols mythdvd mythflix mythgallery mythgame mythmusic mythnews mythphone mythvideo mythweather mythweb mythtv-themes

Compiler et installer :

emerge mythtv mythbrowser mythcontrols mythdvd mythflix mythgallery mythgame mythmusic mythnews mythphone mythvideo mythweather mythweb mythtv-themes

9.6.2 Configuration initiale de MythTV

Pour configurer la base de données pour MythTV, faites les commandes suivantes :

mysql -u root -p < /usr/share/mythtv/database/mc.sql

Saississez votre mot de passe.

Créez ensuite les répertoires suivants qui vous serviront pour MythTV et ses différents modules :

/mnt/store
/mnt/store/dvd : dvd
/mnt/store/dvdpix : affiches dvd
/mnt/store/pix : images
/mnt/store/music : musiques

Pour configurer MythTV, faites la commande :

mythtv-setup

Cette commande lance une interface graphique dans laquelle vous pouvez configurer MythTV. Après avoir choisi votre langue, vous acceder à cinq menus :

- 1. Général
- 2. Cartes d'acquisition
- 3. Sources vidéo
- 4. Connexions en entrée
- 5. Éditeur de chaînes



Il faut configurer MythTV en suivant les étapes de 1 à 5 :

9.6.2.1 Général :

* Général - Paramètres des adresses du BackEnd
Laissez les valeurs par défaut.
* Général - Paramètres spécifiques aux BackEnd
Spécifiez un nom de répertoire existant où stockez vos enregistrements. Par défaut /mnt/store.
* Général - Paramètres généraux des BackEnd
Sélectionnez ici votre format TV et les paramètres propres à votre pays.
Pour la France :
Format TV : SECAM,
Format VBI : PAL Teletext
Fréquence des chaînes : France
Laissez les autres paramètres par défaut.

Laisser ensuite les valeurs par défaut pour les menus suivants.<

9.6.2.2 Cartes d'acquisition :

* Carte d'acquisition
Créez une nouvelle carte de capture
* Paramétrage de la carte de capture
Sélectionnez "Carte d'acquisition MPEG-2(PVR-x50, PVR-500)
Périphérique vidéo : /dev/v4l/video0 (valeur par défaut)
Entrée par défaut : Tuner0
* Cartes d'acquisition - Carte d'acquisition
Quittez pour revenir au menu principal (touche ESC).

9.6.2.3 Sources vidéo :

* Sources vidéo
Créez une nouvelle source vidéo.
* Sources vidéo - Configuration de la source vidéo
Nom de la source vidéo : Câble
Système d'acquisition de grille XMLTV : France
Table de fréquence des chaînes : France

9.6.2.4 Connexions en entrée :

* Connexions entrantes
Choisissez Tuner 0 * Lier une source à une entrée
Source vidéo : Câble
Cliquez sur "Rechercher des chaînes" (après avoir connecté votre câble TV à votre carte PVR).
* Type de balayage
Source vidéo : Câble
Carte d'acquisition : [MPEG:/dev/v4l/video0]
Type de balayage : balayage complet
Laissez ensuite rechercher, puis terminez.

9.6.1.5 Éditeur de chaînes :

Sélectionnez une chaîne puis réglez son nom et son numéro. Recommencez avec les autres chaînes. Une fois tous les réglages terminés, quittez mythtv-setup en appuyant sur la touche ESC. Faites ensuite la commande suivante pour mettre à jour la base de données.

mythfilldatabase

9.6.3 Lancement

Dans une console faire : "mythbackend"
Dans une autre console faire : "mythfrontend"

Remarque : vous pouvez ajouter mythbackend au script de démarrage :

/etc/init.d/mythbackend start
rc-update add mythbackend default

9.6.4 Configuration de MythTV et de ses modules

9.6.4.1 News :

Éditez /usr/share/mythtv/mythnews/news-sites.xml le fichier avec nano afin d'y ajouter vos sites préférés.

nano /usr/share/mythtv/mythnews/news-sites.xml

Ajouter par exemple les lignes suivantes après le tag <sites>

<category name="Sites français">
<item>
<title>Amiga Impact</title>
<url>www.amigaimpact.org/backend.php
<ico>www.amigaimpact.org/favicon.ico</ico>
</item>
<item>
<title>Sport24</title>
<url>www.sport24.com/rss/index.xml
<ico>www.wikipeg.org/favicon.ico
</item>
</category>

Ensuite, lancez Mythfrontend et allez dans le menu Configuration/Configuration/Configuration du centre d'informations/Configuration des nouvelles. Sélectionnez les sites qui vous intéressent dans la liste. Ensuite, pour y accéder, allez dans Centre d'informations/Nouvelles.



9.6.4.2 Météo :

Pour configurer le module météo, dans Configuration/Configuration/Configuration du centre d'informations/configuration météo, choisissez simplement votre système d'unités et votre ville. Ensuite, pour y accéder, allez dans Centre d'informations/Météo.









9.6.4.3 Jeux :

Pour installer Xmame :

emerge xmame gxmame
mkdir -p /usr/share/xmame/{highscore,roms,snaps}
ln -s /usr/share/games/xmame /usr/local/share/xmame

Il vous faut ensuite des ROM (ou jeux). Vous pouvez déjà récupérer deux ROM légales aux adresses suivantes pour essayer : www.mame.net/roms/gridlee.zip et www.mame.net/roms/robby.zip. Copiez les deux fichiers sans les décompresser dans /usr/local/share/xmame/roms :

cp /root/Desktop/Downloads/gridlee.zip /usr/local/share/xmame/roms
cp /root/Desktop/Downloads/robby.zip /usr/local/share/xmame/roms

Ajout de l'utilisateur "root" dans le groupe games (indispensable pour utiliser des jeux) :

gpasswd -a root games

Éditez également le fichier /root/.bash_profile et ajoutez les lignes suivantes :

PATH=$PATH:/usr/games/bin
export PATH

Configurez ensuite le profil xmame :

nano /root/.xmame/xmamerc

Ajoutez les lignes suivantes :

rompath /usr/local/share/xmame/roms
snapshot_directory /usr/local/share/xmame/snaps
cheat_file /usr/local/share/xmame/cheat.dat
hiscore_file /usr/local/share/xmame/hiscore.dat
hiscore_directory /usr/local/share/xmame/hiscore
history_file /usr/local/share/xmame/history.dat
mameinfo_file /usr/local/share/xmame/mameinfo.dat

Faites ensuite "source /root/.bash_profile" pour le prendre en compte immédiatement. Pour lancer MAME, faites "gxmame" pour la version graphique ou "xmame nomdujeu" pour la version en ligne de commande. Au premier lancement de gxmame, l'application va créer une petite base de données à partir des jeux absents/présents. Exemple de lancement avec xmame :

xmame gridlee

Lancez MythTV et allez dans le menu Configuration/Configuration/Configuration multimedia/Jeux. Allez ensuite dans le menu "Player" et saisissez les champs suivants :

Player name : Xmame
Type : MAME
Command : /usr/games/bin/xmame -fullscreen
Rom path : /usr/local/share/xmame/roms
Screenshots : /usr/local/share/xmame/snaps
Working Directory: (laissez vide)
File Extensions: (laissez vide)
[] Allow games to span multiple roms/disks (laissez décoché)
Sortez en faisant ESC, puis ESC et faites "scan games".

Allez ensuite dans le menu principal (ESC, ESC, ESC), puis dans Médiathèque/Jeux pour profiter de MAME.

10. Sauvegarde de votre système

Un script permet de sauvegarder votre système. Une variante de ce script a été utilisée pour créer le CD EZPegTV. Pour plus d'informations : blinkeye.ch/mediawiki/index.php/GNU/Linux_System_Backup_Script_%28stage4%29.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]