Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 23 juillet 2017 - 00:48  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Point de vue : PC ou Amiga ?
(Article écrit par Patrick Conconi et Gilles Soulet et extrait d'Amiga News - janvier 1993)


Deux lecteurs nous ont écrit ce mois-ci pour demander qu'on leur donne des raisons de "rester avec l'Amiga" en cette période où la machine change de génération. Nous avons à notre tour demandé à plusieurs de nos collaborateurs et autres qui connaissent bien les deux familles Amiga et PC (et dans certains cas le Mac) d'essayer de faire le point à ce sujet, tout en essayant de rester le plus neutre et le plus objectif possible. Il est important d'éclairer de véritables points noirs, y compris sur l'Amiga.

Le doute règne...

Lettre de Franck de Toulouse

Cher Amiga News,

L'Amiga pour moi, c'est une vraie passion, je l'ai toujours défendu face aux autres systèmes, j'ai lancé plus de vingt personnes sur cette merveilleuse bécane, c'est simple je l'aime... j'en suis fou ! Mais je me trouve aujourd'hui devant un problème grave. Voilà docteur :

Je possède un A500 + 68030/68882 à 28 MHz. Mon activité principale est la 3D ou la PAO. Mais voilà, malgré une puissance non négligeable, je trouve mon Amiga lent pour les calculs 3D. J'avais donc décidé de tout vendre pour acheter un A4000. Mais quel prix ! Chez FBI, un A4000 avec disque dur de 40 Mo est à 18 000 FF. Il faut rajouter le prix du moniteur, ce qui fait un A4000/25 MHz pour un prix variant entre 20 000 et 25 000 FF. C'est cher, très cher.

Un ami a, lui, vendu son A2000 (9 Mo de mémoire, disque dur de 52 Mo, 68030/82/28 MHz) pour à l'origine acheter un A4000. Mais maintenant il hésite. Aussi nous sommes allés chez un type de sa connaissance qui possède un PC. Sa configuration : PC 486DX/33 MHz, disque dur de 120 Mo, dérouleur de bandes, lecteur de CD, écran SVGA, carte graphique 32 000 couleurs. Et là, moi qui méprise le PC, j'ai été épaté par la vitesse, la souplesse et le prix. Aujourd'hui pour 12 000 FF vous pouvez avoir un PC 486 DX/33 MHz, 8 Mo de mémoire, un disque dur 170 Mo, une carte graphique 32 000 couleurs, un moniteur SVGA, une carte son 16 bits, un lecteur de disquette 3"1/2 1,44 Mo, un lecteur de disquette 5"1/4 1,2 Mo. En rajoutant 2000 FF, on peut même avoir un 486 DX2/66 MHz.

Voici donc ma question : le prix des A4000 va-t-il baisser et se mettre au niveau des PC (rapidement) ? Vous savez, je ne me suis jamais autant plu à travailler que sur un Amiga. La convivialité, le multitâche, tout me plait, même les gourous ! Le copain qui a vendu son A2000 est comme moi un vétéran de l'Amiga, et si la situation ne bouge pas très rapidement, c'est la mort dans l'âme que nous passerons sur PC.

Autre question : une image de synthèse en 24 bits en 800X600 de complexité certaine ne prend pas plus de soixante secondes (maxi !). Qu'en est-il sur 68040 avec Imagine ? (temps relevé sur 486 DX/33 MHz). Voilà, ne sachant plus que faire, le doute règne et j'attends une réponse concrète de votre part qui j'espère m'incitera à rester sur Amiga.

Lettre de Freddy Berriau de Vitry

Chère revue préférée,

Je vous lis depuis le numéro 6 (et oui, il y en a) et pour la première fois j'utilise mon vieux KindWords pour vous écrire (je n'ai que 1 Mo de mémoire sur mon A500) mais je vais vous parler en quelques lignes du désastre que sont en train de vivre les écoles d'ingénieurs (tout du moins la mienne) : une épidémie de PC-taiwanite-486-à-pas-cher.

Mais tout d'abord, j'ai un problème avec mon A500 (Kickstart 1.2, 1 Mo de mémoire, deux lecteurs de disquette, imprimante matricielle 9 aiguilles) que j'aimerais résoudre. Premièrement, si à chaque fois que le gourou apparaissait mon Amiga pouvait produire une petite pièce de 10 FF, je pense qu'aujourd'hui je serais à la tête d'une des plus grosses fortunes de France. Cela m'arrive parfois pendant l'exécution d'une startup-sequence, il suffit généralement de redémarrer pour que tout se passe bien.

J'ai également un problème avec mon port parallèle. Dois-je jeter mon vieil A500 pour un bel A1200 tout neuf ? Dois-je le faire réparer en prenant le risque d'attendre de longs mois (comme j'ai pu le lire dans les derniers numéros) ? Ou bien dois-je me laisser contaminer par la PC-taiwanite-486-à-pas-cher ?

A propos de cette ignoble maladie, tout le monde est contaminé dans mon école. J'ai moi-même eu du mal à résister. Que voulez-vous répondre lorsque l'on vous propose un PC 386SX 25 MHz, 4 Mo de mémoire, disque dur de 40 Mo, lecteur de disquette 1,44Mo, souris, moniteur SVGA pour un peu plus de 5000 FF ? Quand un ami de l'école m'a un jour demandé conseil pour acheter un ordinateur, j'avais le sentiment de ne pas être honnête en lui conseillant l'Amiga. En effet, du point de vue du prix, les PC n'ont pas de concurrence et pour travailler avec un groupe de PCistes endurcis dans une école d'informatique, il est plus pratique d'avoir un PC. Pour ma part, j'ai pensé acheter un disque dur et une carte KCS ou ATonce mais l'achat d'un PC équivalent ne me reviendrait pas plus cher.

Il faudrait peut-être que Commodore pense aux étudiants. En cette rentrée 1992 les vendeurs de PC doivent se faire une fortune. Quand tous mes copains et tous les copains de mes copains ont de supers ordinateurs qui font pleins de trucs géniaux pour pas un brouzouf, moi j'achète le même. Mais voilà, ils ont tous un PC...

Mais ne désespérons pas un jour viendra où l'Amiga sera roi.

De la part d'un amigaphile vacciné.

L'avis de Patrick Conconi

Je vous propose un petit pour et contre de chaque machine. Il est clair que selon les préférences de chacun, tel ou tel argument sera ou ne sera pas valable. Nous ne désirons pas faire de la polémique, c'est pourquoi je n'ai pas fait de comparaison, je me contente d'exprimer ce que je considère bon ou pas pour l'utilisateur moyen. La liste ci-dessous n'est pas exhaustive, mais je crois qu'elle reflète assez bien ce que pensent les utilisateurs des différentes machines.

Macintosh

Le pour :
  • L'interface graphique, ou tout est fait pour être utilisé à la souris. Sans oublier que l'interface de l'Amiga et de Windows sont plus ou moins des clones du Finder d'Apple et qu'ils ont été les premiers à utiliser une souris (mis à part Xerox) et à concevoir l'utilisation d'un "bureau".

  • La qualité des logiciels et la quasi-hégémonie qu'a le Mac sur le monde des architectes et sur celui de la PAO. La base de données la plus puissante du monde du micro soit 4e dimension (rien qu'avec ce logiciel, Apple doit vendre 30% de machines de plus que si celui-ci n'existait pas !).

  • Une gamme complète, qui passe de la machine à bas prix, par le portable pour finir avec un Quadra surpuissant. L'utilisation d'écrans de toutes dimensions du 9 au 21 pouces qui équipés de cartes ad hoc travaillent en 16 millions de couleurs.

  • Un réseau fourni en standard avec votre machine pouvant gérer autant de machines que vous avez les moyens de vous payer.

  • Une compatibilité grandissante entre les applications avec le monde du compatible PC (Word, Excel, PageMaker les bases SGDB, etc.). Lecture des fichiers PC, bien entendu...

  • La compatibilité avec le PostScript (Apple est l'initiateur du PostScript sur les micros !).

  • Un faux multitâche très au point et intégré au système.
Le contre :
  • Le prix... Les configurations de base sont déjà chères, bien qu'Apple soit en train d'aligner ses prix sur ses concurrents. Les stations haut de gamme sont inaccessibles aux particuliers...

  • Des imprimantes qui ne se servent pas du mode texte, soit des impressions pour une page de texte qui prennent beaucoup de temps sur des imprimantes non PostScript.

  • Une collection de jeux réduite.
Les compatibles PC

Le pour :
  • Les prix !... L'arrivée en masse des clones d'Asie a eu pour effet de mettre des configurations 386 ou 486 complètes à des prix sans concurrence. La nouvelle technologie, où tous les composants sont soudés sur la plaque mère, a permis cela.

  • Beaucoup d'interfaces à choix, le mode texte, Windows que tout le monde connaît et maintenant OS/2 qui apporte le vrai multitâche sur des PC haut de gamme (8 Mo de mémoire minimum) sans parler d'Unix et des autres que je ne citerai pas.

  • Une quantité de programmes incroyable dans tous les domaines de par la quantité de PC vendue dans le monde entier depuis une quinzaine d'années. Et la plupart de ces programmes coûtent souvent moins cher que chez leurs homologues, car vu la distribution possible, les éditeurs peuvent tabler sur la quantité de ventes pour amortir leurs coûts.

  • Des périphériques en nombre incroyable pour tous les prix et toutes les nécessités. Il est rare le domaine où le périphérique nécessaire n'existe pas ! Pareil pour les jeux, de tout pour tous !

  • Des possibilités de mise en réseau pas chères, et des connexions avec presque tous les types de réseau existants, gros ou petits.
Le contre :
  • Les difficultés de paramétrage des périphériques. Bien souvent, il faut être très au courant pour installer des logiciels.

  • Idem pour les imprimantes, le plus souvent ce sont les paramétrages d'imprimantes qui découragent les utilisateurs.

  • Des rafraîchissements d'écran très lents, même avec des microprocesseurs surpuissants.
L'Amiga

Le pour :
  • Le vrai multitâche !

  • Le prix d'une configuration "traitement de texte" pour moins cher qu'un PC !

  • Des possibilités graphiques incroyables et la possibilité de mettre un genlock très bon marché.

  • La compatibilité avec la plupart des périphériques PC.

  • La possibilité d'émuler un Mac (en noir et blanc), et celle de mettre des cartes PC (qui sont de vrais ordinateurs à part entière) dans un Amiga (jusqu'au 486 !). Encore plus fort, tous les trois dans la même machine...

  • Lecture des fichiers Mac et PC.

  • Des programmes bon marché et de bonne qualité.

  • Superbase, un programme de base de données très performant, malheureusement en anglais pour la version 4.

  • Deluxe Paint, LE programme de dessins de la fin de ce siècle, il est tellement bien que les amateurs PC ont voulu qu'on le programme sur leur machine.

  • Des logiciels de 3D très puissants tels Imagine ou Real 3D sans oublier Caligari.

  • Un outil multimédia hyper puissant, Scala pour les intimes, qui se sert à merveille des possibilités graphiques de la machine.

  • Deux interfaces, AmigaDOS et Intuition/Workbench pour travailler selon ses possibilités et désirs, plus un langage ARexx pour piloter ses logiciels préférés par script (importé d'Unix).

  • Des jeux d'une qualité sans pareil avec une fluidité et des graphismes incroyables. Et en quantité !

  • Et maintenant, avec l'arrivée des Amiga 1200 et 4000, 262 144 couleurs simultanément sur votre écran ! Un rapport qualité/prix jamais égalé...
Le contre :
  • Trop peu de programmes de qualité professionnelle en bureautique. Des traitements de texte (français) suffisants pour le travail à domicile, mais pas pour le bureau. Idem pour les tableurs.
Mon avis personnel : Actuellement, il y a peu d'arguments qui soient en faveur de telle ou telle machine qui soit si fort qu'il faille obligatoirement acquérir cette machine ou celle-ci. Ce qu'il faut regarder surtout, c'est quelle utilisation vous allez en faire !

En effet, si c'est pour travailler au bureau, faire de la compta et de la gestion, le Mac et le PC se valent, avec un atout pour le Mac quant à son interface plus conviviale que celle du PC et ce malgré l'arrivée de Windows. Ensuite, vous aurez peut-être besoin d'une application plus pointue... Alors là, il faudra chercher le programme qui vous convient et ensuite acquérir la machine qui va avec.

Pour une utilisation familiale, l'Amiga est vraiment la machine à acheter car elle comble tous les désirs simultanément. Papa peut faire sa compta sur un PC via une carte d'émulation et se servir de la même imprimante que maman qui elle utilise le traitement de texte du côté Amiga. Les deux enfants, eux, ne font que jouer et le grand frère qui, lui, travaille sur Mac à l'université se sert de l'émulateur Macintosh pour faire ses travaux de maths qu'il sort sur la même imprimante que papa et maman.

Bien sûr, pour arriver à cette configuration, il faut investir un peu, mais cela revient moins cher que l'achat de trois machines. Même si vous n'achetez qu'une machine, elle offre de réelles possibilités dans tous les domaines. Quant à moi, si j'avais des sous je m'achèterais un NeXT...

L'avis de Gilles Soulet

Les lettres alarmistes de ces deux fidèles lecteurs sont très symptomatiques de ce qui se passe en ce moment dans le monde de la micro : une vague déferlante de PC puissants et pas chers, qui, couplés à des cartes graphiques et sonores, deviennent de redoutables concurrents pour l'Amiga. Le phénomène ne date pas d'hier. Depuis deux ou trois ans, nous avons vu le PC devenir lui aussi une machine familiale. Peu à peu, il semble s'imposer dans beaucoup de domaines : jeux, graphismes, PAO, etc.

L'invasion s'est considérablement accélérée depuis quelques mois, avec la chute spectaculaire du prix des PC 386 et 486. Aujourd'hui, avec un PC, on peut disposer d'une grande puissance de calcul à un prix dérisoire. Ajoutez à cette puissance de calcul des cartes SVGA, Ad-Lib ou Soundblaster et vous obtenez une machine efficace pour faire du graphisme, du son, et aussi pour jouer. Comme le PC est la machine la plus vendue aux États-Unis, tous les éditeurs américains développent activement sur PC, et comme ces éditeurs sont les plus nombreux et les plus productifs du monde, le PC devient aussi un ordinateur de jeu...

Bref, telle une épidémie à l'échelle mondiale, le fléau gagne du terrain et ébranle toute la micro. L'Amiga, qui était jusqu'à présent bien protégé par des capacités graphiques et sonores hors du commun, est touché lui aussi. De plus en plus d'amigaïstes achètent des PC comme "deuxième machine". Ce phénomène s'est déjà produit chez les possesseurs d'Atari ST qui ont toujours refusé d'acheter un Amiga, mais pas un PC ! Ceci a abouti à la mort de l'Atari ST, tué non pas par l'Amiga, mais par le PC !

Face à de tels événements, il faut savoir rester serein et faire la part des choses. L'Amiga est avant tout une machine de passionnés. Ceci explique pourquoi les amigaïstes défendent toujours fièrement leur machine. Et ceci explique aussi pourquoi il y a tant de logiciels du domaine public sur Amiga : les amigaïstes aiment travailler sur leur ordinateur, même le soir après une longue journée ! En ce sens, la lettre de Franck est tout à fait significative... tout lui plaît sur Amiga, même les gourous !

Alors je préviens tout de suite les amigateux qui se posent des questions : vous n'aurez jamais les mêmes sensations et le même plaisir avec un PC ! Vous n'aurez que des ennuis et des déceptions. Un jour ce sera un problème de conflit entre un pilote souris et un gestionnaire de mémoire, un autre jour ça sera Windows qui plante parce que mal installé ou mal configuré. Et à propos de Windows justement, avez-vous essayé de lancer deux commandes "dir" en même temps dans deux fenêtres différentes ? Ça se traîne lamentablement, même avec un 486 ! Or, tout amigaïste est habitué à travailler dans un environnement rapide et parfaitement multitâche. Passer sous Windows, c'est revenir cinq ans en arrière...

Performances

Abordons le problème des performances, posé par Franck. Il faut être très clair là-dessus : le 68040 est le processeur CISC le plus rapide du moment, et de loin ! Grâce à un pipeline extrêmement évolué, il exécute pratiquement toutes ses instructions en un cycle d'horloge. Son coprocesseur mathématique intégré (FPU) peut travailler en parallèle avec le processeur, et ceci de façon totalement transparente. Plus besoin d'attendre que le résultat soit prêt !

Si vous préférez parler en chiffres, sachez qu'un Amiga 4000 tourne à plus de 28 000 Dhrystones, tandis qu'un 486DX 33 plafonne à 16 200 Dhrystones. Je rappelle que cet indice permet d'évaluer les performances d'un processeur, sans tenir compte du coprocesseur mathématique. Ne croyez pas pour autant qu'un 486DX 66 soit deux fois plus rapide. C'est uniquement l'horloge interne qui est doublée. Les accès extérieurs ne sont pas améliorés. A propos, saviez-vous que la plupart des PC 486 continuent d'avoir un bus de données sur 16 bits ?

La présence du 68040 se traduit dans les faits par une accélération spectaculaire des temps de calcul, particulièrement en image de synthèse. Cependant, je ne peux pas répondre à la question de Franck, faute de précisions supplémentaires : que signifie "complexité certaine" ? Combien d'objets et de sources de lumière y a-t-il ? Quel est le mode de rendu (Z-Buffer, Trace) ? La seule chose qu'on peut dire, c'est qu'un Amiga 4000 est typiquement 4 à 5 fois plus rapide qu'un A3000 pour calculer des images en ray-tracing avec Imagine, ce qui en fait actuellement le micro le plus puissant et le mieux adapté pour faire de l'image de synthèse.

Certes, me direz-vous, le prix est conséquent. Seulement, et c'est une manie dans ce pays, l'Amiga 4000 est cher. Mais rien ne vous empêche d'aller acheter votre A4000 à moindre coût en Allemagne. Et puis avec un A4000, pas besoin de rajouter une carte graphique hors de prix ! Au fait, existe-t-il seulement un logiciel équivalent à Imagine sur PC ? Non ! Or Imagine est actuellement ce qui se fait de mieux en matière d'image de synthèse, tous micro-ordinateurs confondus. Et il risque d'être dépassé très bientôt par la nouvelle version de Real 3D, qui promet d'être extraordinaire, avec des fonctions que l'on ne trouve habituellement que sur les meilleures stations de travail, comme la radiosité. Real 3D sortira-t-il sur PC ?

Graphisme et son

Au niveau des capacités graphiques et sonores, grâce au jeu de composants AA, l'Amiga reste le meilleur. Actuellement, pour 3490 FF, vous pouvez acheter un Amiga 1200. Même si cette machine n'est pas extraordinairement rapide, des cartes accélératrices à base de 68030 ou 68040 sortiront bientôt. Et 3490 FF, c'est moins cher qu'une carte graphique 16 millions de couleurs pour PC, alors qu'en mode HAM8, vous avez précisément 16 millions de couleurs (avec quelques contraintes de proximité, pratiquement invisibles). Qui peut en dire autant ? Sûrement pas les PC-VGA, limités à 256 couleurs parmi 262 144 ! Sûrement pas le Falcon 30, dont le mode True Color n'est pas accessible en haute résolution, alors que le mode HAM8 est disponible dans toutes les résolutions, jusqu'à 1280 pixels en largeur !

Vous pouvez aussi être certains que les futures adaptations de jeux PC sur Amiga proposeront désormais un mode compatible AA, avec 256 couleurs parmi 16 millions, car l'adaptation dans ce mode est encore plus facile.

Au niveau du son, le circuit audio de l'Amiga, avec 4 vrais canaux DMA sur 8 bits, fait mieux qu'un carte Soundblaster (un seul canal 8 bits). N'importe quelle adaptation d'un jeu PC sur Amiga le prouve. Et avec l'arrivée prochaine du DSP, l'écart se creusera encore un peu plus ! Et puis ni le PC, ni le Falcon, ni aucun autre micro ne propose en standard un coprocesseur vidéo (le Copper), un coprocesseur graphique (le Blitter), le suraffichage, le dual-playfield, des défilements sur plusieurs plans dans tous les sens, des sprites, etc.

Les sirènes du PC

Aussi, mes amis, je vous demande de bien réfléchir avant de passer dans l'autre camp. Avoir un Amiga, c'est aussi d'une certaine façon se démarquer de la "masse". Dans la vie, il faut savoir faire preuve d'originalité et de personnalité. Il faut aussi savoir rester fidèle à ses convictions, plutôt que d'adopter celles du plus grand nombre. Ne vous laissez pas attirer par les sirènes du PC, vous le regretteriez tôt ou tard...


[Retour en haut] / [Retour aux articles]