Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 21 novembre 2017 - 07:23  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Panorama des cartes graphiques Amiga (1990-1993)
(Article écrit par Fabrice Neyret et extrait d'Amiga News - avril 1993)


Aux tous débuts, l'Amiga était une machine offrant une profusion de pixels et de couleurs, avec ses résolutions en 320x256 jusqu'à 640x512 plus le suraffichage (overscan), ses 32 couleurs pouvant par la magie Amiga devenir 64 voire 4096. Les manipulations de l'image au Blitter et au Copper permettaient de faire danser le tout sous les yeux ébahis des copains qui avaient eu le malheur d'avoir acheté un PC ou un Amstrad.

Il faut voir qu'à l'époque, les PC étaient le plus souvent en mode texte, et les Mac hors de prix n'avaient que leur noir et blanc à offrir...

Après une longue période où les autres machines évoluaient en grignotant l'écart tandis que les amigaïstes ne pouvaient guère que pester contre la lenteur des développements de chez monsieur Commodore, les constructeurs de matériel ont fini par prendre eux-mêmes les choses en main, chacun de son côté, et aujourd'hui les cartes graphiques fleurissent dans le désordre le plus complet.

De principes, de performances, de résolutions, de prix très variables, leur comparaison est au premier abord difficile et il n'est guère aisé de faire un choix. Elles ne sont bien sûr pas compatibles, ce qui alourdit l'écriture des logiciels qui doivent les prendre en compte une à une, limitant ainsi le parc d'applications acceptant une carte donnée.

Pour simplifier le tout, la machine se met à nouveau à évoluer et propose de nouveaux modes un peu plus fins, un peu plus colorés, et un peu plus rapides, eux-mêmes peut-être bien provisoires (ECS, AGA, AAA)... Mais il est de moins en moins possible d'en faire bénéficier les machines existantes.

De plus, on entend vaguement parler d'un futur standard, le RTG, qui un jour devrait balayer ce problème d'incompatibilité entre les cartes, standard qui aurait plutôt du être imposé avant leur profusion...

Difficile d'y voir clair

C'est pourquoi nous allons aujourd'hui nous risquer à classifier et comparer les cartes, mais surtout à donner quelques critères et proposer quelques pistes de réflexion. Car il n'y a bien sûr pas de "meilleure carte", tout dépend des besoins.

Ces propos ne sauraient avoir valeur de vérité absolue, dans la mesure où les différentes personnes qui ont nourri cette analyse ont chacune ses préférences... Ainsi, même si l'on parlera un peu de vidéo, l'optique générale concerne essentiellement les applications de type palette graphique.

Disons que ces pistes et mises en garde pourront vous aiguiller dans les tests que vous ferez avant d'acheter.

Commençons par quelques critères de choix

La résolution

Voilà un vrai critère, à condition d'avoir suffisamment de mémoire sur la carte pour y avoir réellement accès, et un moniteur capable de l'afficher... De plus, tracer beaucoup de points demande à priori plus de temps ou plus de puissance.

Il vaut mieux également que le pixel soit à peu près carré, faute de quoi la finesse horizontale est gâchée par le crénelage vertical (ou l'inverse), et l'épaisseur des droites varie avec leur orientation (VD2001). Le ratio largeur/hauteur doit approcher celui des moniteurs, normalement de l'ordre de 1,3.

Le nombre de couleurs

16 millions de couleurs, c'est le nirvana mais c'est peut-être aussi du luxe : 15 bits avec un tramage donnent presque le même rendu, voire 12 bits si l'on ne met pas le nez sur l'écran (au lieu de bandes d'iso-couleur bien marquées, cette opération donne alors un dégradé légèrement granuleux).

Mais bien sûr, encore faut-il utiliser un logiciel disposant du tramage, ce qui ralentira un peu les traitements. Et à nouveau, 16 bits se transfèrent à priori plus vite que 32.

La mémoire

Il en faut suffisamment sur la carte pour bénéficier des résolutions promises. Mais plus, c'est rarement utile, sauf pour les cartes à processeur ou pour quelques applications très spécifiques.

N'oublions pas également que le plus souvent les logiciels travaillent en mémoire centrale, puis transfèrent les modifications à la carte. Il faut donc également disposer de mémoire centrale et d'espace disque ! Une image 1024x768 en 32 bits prend 3 Mo...

La vitesse

Voilà un autre vrai critère ! Combien de temps faut-il pour afficher toute une image ? L'interactivité est-elle possible ? Le transfert est-il efficace ?

Le test présenté plus bas donne deux mesures originales : sachant que la plupart des programmes actuels transfèrent les parties utiles de leur mémoire de travail vers la carte considérée comme une mémoire d'image, plutôt que d'utiliser d'éventuelles fonctions de tracé incorporées, c'est bien le transfert qui va conditionner les performances effectives. Ce transfert dépend d'une partie matérielle (vitesse de l'électronique de la carte, utilisation du port Zorro II (2 Mo/s) ou Zorro3 III (8 Mo/s), etc.) et une partie logicielle (efficacité des bibliothèques qui gèrent la carte).

La rapidité dépend donc également de la machine : il vaut mieux avoir un processeur puissant et rapide, suffisamment de mémoire, et un port Zorro III (sur A3000 et A4000). Il est dommage que les cartes ne sachent pas prendre d'elles-mêmes leurs données en mémoire par DMA : il faut que le processeur de l'Amiga le fasse, et c'est moins rapide (ceci montre bien que la vitesse de transfert dépend aussi du processeur).

Les tests

Notre premier test évaluera donc le temps nécessaire au transfert de gros blocs (mesure du débit), tandis que le second s'intéressera aux petits (coût de traitement).

Le premier critère rend compte des opérations de type fenêtrage, manipulation globale de l'image, voire animation, tandis que le second reflète la souplesse du tracé et de l'interactivité. Pour être efficace, une véritable carte graphique doit bien entendu permettre un accès au pixel près, et pas seulement le chargement de tout l'écran.

Le logiciel intervient plus qu'on ne pourrait le croire : la VD2001 n'offre presque aucune gestion du matériel (juste lecture/écriture de pixel), l'A2410 de Commodore passe par un device, bien plus lent qu'une bibliothèque, le prototype de la Vivid 24 n'atteint pas encore la vitesse offerte par le Zorro III (mais c'est provisoire)...

A propos de taux, il faut prendre garde en considérant ceux des tampons mémoire d'image (AVideo, Impact Vision 24, OpalVision) dont on reparlera plus bas : il faut autant de temps pour modifier un pixel que toute l'image, et les temps de transfert maximum sont donc peu révélateurs de la souplesse d'utilisation.

Les gadgets

Deuxième page graphique, défilement matériel, genlock ou fonction de capture vidéo incorporés sont autant de fonctions sur lesquelles la publicité peut appuyer mais qui sont la plupart du temps de peu d'utilité pour un graphiste, sauf application spécifique (à la rigueur, le défilement est un plus en cas d'écran virtuel, plus grand que le moniteur).

Rien n'interdit d'avoir une bonne carte, et un bon appareil de capture séparé ! Il faut bien se rendre compte en effet que l'opération de capture dure bien moins longtemps que le temps passé en retouche d'image, et qu'il ne faut donc pas négliger l'ergonomie de cette deuxième phase juste pour le plaisir d'économiser un port...

La gestion d'Intuition est par contre bien agréable (tampons mémoire d'image, Domino, Retina, systèmes EGS), on traitera de cet aspect plus bas.

Certaines cartes sont munies d'un pointeur matériel pour la souris, ce qui économise des transferts (faute de quoi le programme doit lui-même dessiner la souris et restaurer l'image masquée).

Enfin, beaucoup de cartes se vendent maintenant accompagnées de logiciels, ce dont il faut tenir compte (s'ils sont valables et si vous en avez l'usage !).

Codage des couleurs et performances

Il y a plusieurs façons de coder les couleurs. La forme HLS, chrominance (couleur pure), luminance (intensité), saturation (opposé de la blancheur) ou l'une des nombreuses variantes serait sans doute plus adaptée au réel et plus compacte ; mais la forme RGB, rouge, vert, bleu (décomposition de l'intensité dans ces trois couleurs) est beaucoup plus simple à manipuler et à afficher.

Le RGB est donc quasi universellement employé pour la mémoire écran des ordinateurs. Pour représenter ces informations, on dispose d'un certain nombre de bits, conditionnant le nombre de couleurs différentes affichables. Mais comme on l'a dit, les codages ne sont pas équivalents et il faut donc se méfier de ce nombre : d'une part l'oeil ne distingue pas 16 millions de couleurs, mais d'autre part paradoxalement, les 16 millions de couleurs qu'on nous propose de nos jours ne rendent pas compte de tout ce que l'oeil est susceptible de percevoir...

Car, foin de binaire et d'arithmétique esthétique, l'oeil n'est pas du tout un capteur linéaire. Nous percevons le vert deux fois mieux que le rouge et six fois mieux que le bleu, nous distinguons mal les couleurs sombres ou blanchâtres. C'est donc du gaspillage que de répartir les bits à équité. Réciproquement, le blanc maximum en RGB est trois fois plus lumineux que peuvent l'être chacune des trois couleurs isolément, aussi faudrait-il théoriquement veiller à ce que la somme des composantes ne dépasse pas la valeur maximum pour une composante seule...

Mais ces commentaires anecdotiques ont peu de conséquences puisqu'on n'a pas de prise sur ces paramètres, et ne servent qu'à relativiser les choses...

Ensuite, on peut travailler en "vraies couleurs" (True Color), la valeur d'un pixel correspondant réellement à sa teinte, ou en "table de couleurs" (LUT, ColorMap), auquel cas on indique un numéro de couleur à chaque pixel, ce numéro étant défini dans une palette.

Enfin, la mémoire écran peut regrouper les données par pixels (écran = suite de valeurs ou "chunks") ou par plans de bits (les bits composant un pixel sont répartis dans les différents plans).

Le concept des bitplanes était très adapté il n'y a pas si longtemps : le coût en place et en temps limitant le nombre de couleurs, il n'y avait guère d'intérêt à imposer un ou des octets entiers pour décrire un seul pixel, alors que les bitplanes permettaient bien plus de souplesse : nombre de plans variable, défilement de certains plans, avant plan (pop-up)...

Maintenant que la puissance augmente et que le prix de la mémoire diminue, il n'est plus choquant de vouloir consacrer 16 ou 32 bits par pixel. Cet alourdissement du pixel permet de lui consacrer une unité de mémoire entière (octet, mot ou mot long), alors qu'un nombre élevé de bitplanes rend les traitements plus coûteux : pour écrire un seul pixel, il faut décomposer la valeur en bits, puis insérer ces bits dans les mots correspondants de chaque bitplane, et réciproquement pour le relire.

Tracer une droite en 24 bitplanes revient à tracer 24 droites, plus le masquage et l'insertion de chaque point qui nécessitent plusieurs opérations logiques (puisqu'il faut modifier un seul bit à chaque emplacement mémoire)...

Avec leurs processeurs bien plus rapides qu'autrefois, alors que le matériel de l'Amiga a peu évolué, les machines simplistes qui laissent au processeur le soin de s'occuper des dessins affichent aujourd'hui plus vite dans les conditions de tracé intense.

Les cartes graphiques, ayant cette organisation en "chunk", elles gagnent automatiquement en vitesse (une Domino, qui est une simple carte VGA fichée sur une carte Amiga, permet de dessiner plusieurs dizaines de fois plus vite qu'en mémoire Chip). Mais sans doute les circuits de l'Amiga suivront-ils un jour cette voie.

Classification des cartes graphiques

Les tampons mémoire d'image ("buffers")

Ils prolongent les circuits vidéo de l'Amiga en se branchant sur le bus vidéo. Les résolutions sont donc celles de l'Amiga, l'objectif étant d'ajouter plus de couleurs. Le principe consiste à utiliser les images 6 ou 8 bitplanes classiques de la machine, via un codage idoine des couleurs, pour transférer en plusieurs fois les 12 ou 24 bits dans la carte.

L'Impact Vision 24 envoie successivement le rouge, le vert et le bleu, l'AVideo 24 envoie les poids forts (le plus lumineux) puis les poids faibles (les nuances), l'OpalVision entrelace... Dans un cas comme dans l'autre, il faut plusieurs trames pour obtenir une image achevée quelle que soit la taille de l'élément modifié, mais les deux dernières stratégies sont plus agréables visuellement dans la mesure où les images intermédiaires gardent un sens et semblent se raffiner progressivement. Le DCTV, un peu différent, utilise un codage exploitant les défauts du PAL pour gagner des couleurs.

AVideo 24
AVideo 24

Les cartes graphiques "simples"

Intéressantes au début car peu onéreuses, on leur préférera aujourd'hui les "véritables" cartes graphiques (voir ci-dessous) pour les applications de type palette et plus généralement celles qui s'appuient sur l'interactivité (on doit voir immédiatement les conséquences de chaque geste). Par contre, ces cartes sont aux normes vidéo, puisqu'elles se greffent sur les signaux de l'Amiga qui suivent déjà ces normes, ce qui les rend utiles pour cet usage. Nous reparlerons plus bas des considérations liées à la vidéo.

Les cartes graphiques à processeur

Les "véritables" cartes graphiques se distinguent selon la présence ou non d'intelligence sur la carte. Le processeur est le plus souvent un TI34010 ou 34020 de Texas Instruments (permettant respectivement 16 et 32 bits), ce dernier pouvant se faire assister d'un ou plusieurs coprocesseurs TI34082.

Avec ses quatre coprocesseurs, la Vivid 24 dispose de 160 MFlops ! Encore faut-il pouvoir s'en servir... Ces processeurs relativement généraux (même le coprocesseur dispose d'une certaine indépendance) sont à peu près équivalents à un 68020 ou 68030 assisté d'un Blitter. Sous réserve que le fabricant de la carte les ait programmées, ils permettent d'implémenter directement les fonctions de tracé, comme le fait le Blitter de l'Amiga (droites, remplissage, copie et traitement de blocs) (TIGA), mais également de gérer le 3D (changement de repère, détourage, projection, facettes triangulaires ombrées, Gouraud, tampon de profondeur...) (Vivid 24, Rambrandt, à des degrés divers).

Un certain nombre de fonctions sont fournies, mais on peut tout à fait programmer soi-même ce matériel selon les besoins. Ainsi, le protocole TIGA (SAGE pour la partie Amiga) est une bibliothèque graphique 2D standard pour TI340x0 que la machine hôte stocke dans la carte à son démarrage. SAGE/TIGA se retrouve sur toutes les cartes utilisant cette technologie (Rambrandt, Resolver, A2410, Vivid 24).

Cependant, il n'existe actuellement aucune application faisant appel à ces possibilités (c'est dommage car un modeleur 3D en filaire voire en faces pleines pourrait manipuler les objets en temps réel, comme sur les stations. Mais c'est toujours pareil, les éditeurs ne s'occupent que des matériels répandus). A moins que l'on fasse sa propre application, le surcoût ne semble donc pas justifié, du moins pour l'instant.

Les cartes et la vidéo

Qui dit haute résolution dit adieu au standard vidéo, par définition. Les tapons mémoire d'image ont l'avantage d'être à ce format (on les appelle d'ailleurs parfois "cartes vidéo"), et de se superposer à la vidéo de l'Amiga (ceci permet par exemple de générer des animations Amiga classiques, apparaissant en avant-plan d'une image 12 ou 24 bits fixe).

Ces cartes mettent donc à disposition une image vidéo directement utilisable en régie, et offrent parfois des fonctions de capture ou de genlock. Elles sont en outre suffisantes lorsqu'il s'agit de visualiser des images fixes (images numérisées, images de synthèse au format vidéo mais en 24 bits...).

Certaines cartes à résolution programmables acceptent ce format vidéo (Harlequin), et les cartes Rambrandt et VD2001 offre quelques adaptations de ce type (capture temps réel).

Mais il ne faut pas hésiter à séparer les rôles, et à prendre une bonne carte plus une bonne capture d'images, ou une "vraie" carte graphique plus un tampon mémoire d'image sur le bus vidéo de l'Amiga, plutôt qu'un mauvais mélange des deux... Au passage, la capture temps réel implique que l'on dispose d'une très bonne source. Pour des images fixes, un scanner donne souvent de meilleurs résultats si l'on ne peut consacrer qu'un petit budget.

L'animation temps réel est utile pour certaines applications particulières. Mais on peut faire une sortie image par image... ou se limiter à sortir ses images sur support magnétique et à les monter sur bande vidéo en utilisant les services d'une régie professionnelle.

Le DCTV offre des mécanismes de décompression en temps réel au prix d'une image moins nette en utilisation graphique. Une remarque en passant : les "vraies" cartes graphiques n'étant pas sur le port vidéo, rien n'interdit d'en installer plusieurs...

Les cartes et Intuition

Les tampons mémoire d'image se superposant aux signaux de l'Amiga, Intuition apparaît en avant-plan tout naturellement. En général, les autres cartes ne se soucient pas d'Intuition (auquel cas il vaut mieux consacrer un moniteur pour la carte et un moniteur "normal" pour le Workbench, ou à la rigueur utiliser un commutateur pour brancher alternativement le moniteur à la sortie de la carte ou à celle de l'Amiga).

Quelques cartes émulent néanmoins Intuition à des degrés divers : en attendant que Commodore finalise le RTG (Retargetable Graphics) dans environ un an, qui permettra d'exécuter la plupart des opérations graphiques - donc Intuition aussi - sur n'importe quelle carte de façon transparente, le protocole EGS construit dans le même esprit par la société allemande Viona (et depuis racheté par GVP) est disponible depuis déjà quelque temps sur un certain nombre de cartes (Visiona, Rainbow 3, la future EGS de GVP). Comme c'est un standard, les logiciels n'ont en principe pas à se soucier de la marque de la carte à partir du moment où ils acceptent ce protocole.

EGS s'offre même le luxe d'apporter quelques plus à Intuition (fenêtres se translatant en temps réel avec leur contenu, pouvant partiellement sortir de l'écran, souris changeant de moniteur en sortant du cadre de l'écran...), par contre il est hors de question d'abaisser un écran (ça c'était la magie du Copper), et il n'y a que du simple rafraîchissement dans les fenêtres (quand une fenêtre réapparait, le programme propriétaire doit la redessiner lui-même). "L'émulation" est donc plus ou moins fidèle.

La Retina émule elle aussi Intuition, mais comme toute émulation elle a ses limites (un programme comme Deluxe Paint qui modifie directement la mémoire écran sans passer par des instructions de la graphics.library peut difficilement voir son affichage redirigé de façon transparente !).

Retina
Retina

La Domino est une carie un peu à part, sur laquelle on peut travailler sous Intuition sans trop de problèmes : comme elle est capable d'alterner entre son affichage et celui de l'Amiga, elle est accompagnée d'un fichier "liste de montage" modifiable qui permet de choisir le mode dans lequel chaque application va tourner.

Conséquemment, à moins d'utiliser un tampon mémoire d'image ou une Domino, il est quasiment indispensable de se munir de deux moniteurs, pour la carte et le Workbench, ou d'un boîtier commutateur... (Cf. le chapitre sur les moniteurs). Tant qu'on en est à l'ouverture, signalons que peu de cartes sont utilisables sous Unix. Les cartes A2410 et Resolver disposent des pilotes adéquats, la première pouvant difficilement servir à autre chose étant donné la lenteur de son device côté Amiga.

Resolver
Resolver

Les moniteurs

Disposer d'une forte résolution c'est bien, pouvoir l'afficher c'est encore mieux ! Il y a là aussi quelques pièges : les moniteurs se caractérisent surtout par leur bande passante. On peut jouer sur quatre paramètres :
  • La fréquence ligne (correspondant au temps qu'il faut pour afficher une ligne).
  • La fréquence trame (pour parcourir tout l'écran).
  • Le piqué de l'image (un pixel flou consomme moins de hautes fréquences).
  • L'entrelacement (on affiche alternativement lignes paires et lignes impaires en jouant sur la persistance rétinienne). Il s'agit donc de choisir un compromis entre ces fréquences afin que le signal résultant utilise au mieux la bande passante sans en sortir.
Un certain nombre de cartes ont ainsi leur résolution entièrement paramétrable, certaines annonçant 2048x2048 voire 4096x4096... A un certain stade cela se fait au détriment de la qualité de l'image ou de la capacité du moniteur à l'afficher. La "résolution maximale" annoncée par ces cartes est donc forcément un peu arbitraire.

Les formats PAL et SVGA contraignent la fréquence ligne (à respectivement 15,5 et 31,5 kHz, 15,5 k = la moitié de 625 lignes tous les 50e de seconde), les multisynchros courants ont une plage qui va généralement de 24 à 60 kHz.

Pour une résolution horizontale donnée, les cartes peuvent ensuite atteindre une résolution verticale sans dépasser la plage des moniteurs courants en jouant sur la fréquence trame (40 à 75 Hz) et le piqué du pixel. La Retina parviendrait ainsi à obtenir 1152x852 sur un moniteur SVGA.

La plupart des moniteurs SVGA (ils doivent se synchroniser, et descendre jusqu'à 29 kHz), bon marché (environ 2000 FF), sont donc utilisables sur la plupart des cartes, ainsi que sur un désentrelaceur (ou en Euro72, ou en DoublePAL). Mais on obtiendra rarement des performances extraordinaires (très haute résolution et piqué simultanément).

Les moniteurs qui montent à 1280x1024 sont chers, et la plupart des multisynchros ne gèrent pas les modes de base (format PAL). De plus, certains multisynchros sont en fait des tri ou quadrisynchrones, qui n'acceptent pas n'importe quel format d'image).

Les cartes graphiques ayant leur propre sortie, il faut en principe deux moniteurs quand Intuition n'est pas émulé. Mais si l'on ne passe pas sans arrêt de l'un à l'autre, on peut se munir d'un commutateur permettant de basculer l'affichage entre la carte et l'Amiga. Hélas, cela s'accompagne souvent d'une perte de signal (contraste affaibli). Si l'on compte utiliser un seul moniteur, le format PAL doit être reconnu (pour les applications "de base", notamment les jeux !), à moins que l'on ne travaille qu'avec Intuition désentrelacé (29 kHz, soit pratiquement SVGA). Et là le bât blesse car il n'y a pas beaucoup de choix. Le moniteur 1960 de Commodore constitue un bon compromis, dans la mesure où il est bon marché (environ 3500 FF) et affiche du format PAL (740x576) au 1024x768 (entrelacé). Hélas, à l'heure où nous écrivons ces lignes, Commodore International est en rupture de stock depuis plus d'un mois...

Les nouveaux Nec ne gèrent plus ce format, et en matière de moniteur il est risqué d'acheter d'occasion (ils vieillissent mal et leurs qualités se dégradent).

Il y aurait bien également certains "super" moniteurs, comme l'Eizo 1235, mais ils coûtent pratiquement le même prix que l'A4000... Quant aux applications vidéo sur tampon mémoire d'image, elles utiliseront bien sûr les habituels écrans 1084 ou dérivés, et ne sont donc pas concernées par ces tracas...

Tableau comparatif

Ce tableau n'est pas exhaustif, et ne retient qu'une famille de critères généraux, l'application visée étant de type palette graphique. Les atouts correspondant à des usages spécifiques n'y sont donc pas mentionnés. Rappelons que le test 1 mesure la vitesse de transfert de petits blocs, et le test 2 celle des gros blocs.

On fait les mesures avec la palette graphique TVPaint, qui est assez typique de ce qu'on peut demander à une carte de gérer. Le premier test consiste en un programme ARexx qui évalue le temps nécessaire pour tracer 10 cercles d'épaisseur 10 et de rayon 200. Le second charge toute l'image plusieurs fois et en déduit le taux de transfert en milliers de pixels par seconde. En un mot, le premier chiffre doit être petit et le second important...

On essaie de viser une qualité d'image constante, le tramage est donc utilisé pour les cartes à moins de 24 bits. Toutes les cartes ont bien sûr été testées dans le même Amiga 3000, 68030 à 25 MHz, muni de 14 Mo de mémoire.

Cartes Prix Port Type Test 1 Test 2 Bits Résolution
AVideo 24
(Archos)
4000 FF vidéo vidéo 30-42 185 6-12 (24) 736x566
Harlequin
(ACS)
15 000 FF Zorro II 15 490 24 910x576
Retina
(MacroSystem)
4000 FF Zorro II 20 424 24 910x576
(1280x1024)
Impact Vision 24
(GVP)
17 000 FF vidéo vidéo 30-42 185 6-12 (24) 736x566
Rambrandt
(PPI)
40 000 FF Zorro II SAGE/TIGA 10 480 24 1024x1024
Resolver
(DMI)
6000 FF Zorro II SAGE/TIGA 20 200 8 1024x768
(2048x1366)
A2410
(Commodore)
? Zorro II Device/TIGA 166 182 8 800x600
(1024x768)
VD2001
(Koehler)
5000 FF Zorro II 24 400 24 512x580
Visiona
(X-Pert)
30 000 FF Zorro II EGS 8-12 500 8-12 1024x1024 1600x1280
OpalVision
(Centaur)
8000 FF vidéo Cf. AVideo ? 24 736x566
Domino
(X-Pert)
2500 FF Zorro II Intuition 10 260 4 (15) 800x600
(1280x1024)
Rainbow 3
(Helfrich)
10 000 FF Zorro III EGS 10 1875 (8) 24 1024x1024
Vivid 24
(Helfrich)
27 000 FF Zorro III SAGE/TIGA - - 24 1600x1280

Remarques

La lecture de l'article aura fait comprendre à quel point toutes ces valeurs sont subjectives (résolution maximale réellement utilisable, etc.). Ce tableau sert donc essentiellement à fixer les idées en donnant quelques ordres de grandeur.
  • Les résolutions entre parenthèses sont disponibles, mais ne sont pas utilisées lors du test (de plus, on a rarement encore 24 bits dans les résolutions maximales).
  • Les prix dépendent des options, et notamment de la mémoire.
  • En ce qui concerne la Rambrandt, il semblerait que la future version, la Rambrandt Personal, soit en Zorro III et abandonne les fonctions de capture.
  • La Vivid 24 est provisoirement ralentie, c'est pourquoi nous n'indiquons pas de valeurs pour les tests. De récentes modifications de DMI lui confèrent les performances d'une Harlequin, mais elles devraient bientôt atteindre celles de la Rainbow 3.
  • La Rambrandt et la Vivid 24 disposent de 8 bits supplémentaires permettant de constituer une image 256 couleurs en avant-plan.
  • La Domino ne tourne pas encore sur A4000.
  • La IV24 de GVP est surtout une carte à vocation "vidéo pro".
Il existe encore beaucoup d'autres cartes, de tous les types, certaines étant difficiles à trouver en France, d'autres n'étant qu'annoncées... Nous ne pouvions toutes les mentionner, mais les quelques critères exposés ici vous permettront sans doute de vous faire une idée par vous-mêmes.

En guise de résumé
  • Pour de l'image (synthèse, palette graphique), une carte graphique en Zorro III est mieux qu'une carte en Zorro II elle-même préférable à un tampon mémoire d'images sur le bus vidéo.
  • Un processeur sur la carte n'est pas très utile.
  • Il faut la mémoire juste nécessaire pour la résolution voulue.
  • Mieux vaut installer une carte rapide et puissante sur une machine rapide, puissante, disposant de mémoire et de capacités de stockage.
  • Testez avant d'acheter, sur une machine de puissance comparable à la vôtre, et faites tourner quelques applications connues.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]