Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 29 juin 2017 - 16:17  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


En pratique : utiliser un PalmPilot sur Amiga
(Article écrit par Dominique Lebrun et Rocou et extrait d'ANews - décembre 1999)


Ancien utilisateur de Newton, relégué depuis dans un tiroir et n'ayant jamais réussi à le connecter sur mon Amiga, j'étais circonspect devant le PalmPilot. De plus, la taille et la reconnaissance de caractères laborieuse du Newton ne m'avaient pas encouragé à persévérer dans mes différents montages ou configurations logicielles. La prise en main d'un PalmPilot (voir encadré) m'a incité à voir ce qui pouvait exister sur notre machine. Un petit tour sur Aminet et la lecture des spécifications des logiciels téléchargés m'ont amené à un nouvel achat irraisonné mais réfléchi : un beau Palm III.

Côté matériel

La connexion physique s'effectue par le port série, donc exit le modem ou la tablette le temps de l'utilisation, à moins de disposer d'un répartiteur série ou d'être propriétaire d'une carte multi-IO.

Le Palm est livré avec une base sur laquelle il se connecte et qui se termine par une prise série DB9 (l'adaptateur DB9-DB25 est fourni). Il est fortement recommandé d'effectuer les branchements Amiga et Palm la machine éteinte.

Côté logiciel, trois solutions

SpitFire

Shareware 20 $ par mandat international ou espèces. Solutions coûteuses dans tous les cas (frais postaux ou bancaires) ou risquées dans l'envoi de billets verts (c'est pourtant ce que j'ai fait).

Spitfire

SpitFire assure la connexion entre votre Amiga et un PalmPilot, du PalmPilot Personal au Palm V, donc tous les modèles vendus en France. SpitFire est le reflet complet du PalmDeskTop, livré d'origine pour PC ou Mac. Grâce à son interface graphique séduisante, SpitFire comporte toutes les fonctions nécessaires à :
  • La sauvegarde des données de votre Palm sur votre Amiga.
  • La visualisation et l'édition des données, des programmes agenda, carnet d'adresses, bloc-notes et tâches sur l'Amiga, pour les réenvoyer plus tard sur le Palm.
  • La synchronisation de vos fichiers entre les deux machines avec des préférences suffisamment élaborées, comme la gestion des priorités de mise à jour.
  • L'importation et l'exportation de fichiers textes à partir ou vers le bloc-notes.
  • L'importation et l'exportation des adresses au format CSV (non testé) ou vers CManager de Simone Tellini (testé et fonctionnant à merveille).
L'installation se fait dans les règles de l'art, mais la version démo est limitée dans le temps et, plus gênant, des requêtes permanentes entre chaque changement de fonctions gâchent le plaisir pendant l'essai. Avec la version enregistrée, cela devient un régal.

La configuration recommandée par l'auteur :
  • Un Amiga 68020 avec 2 Mo de mémoire et un port série ?! :-)
  • AmigaOS 3.0 ou +.
  • Un PalmPilot et son "cradle" (sa base).
  • MUI 3.8 (tout le reste est fourni dans l'archive).
Utilisation

A la première utilisation, vous devez :
  • Fournir au programme votre nom d'utilisateur, le même que celui enregistré dans les préférences de votre Palm (à la première ligne de la rubrique utilisateur).
  • Choisir votre port série et sa vitesse.
Effectuez votre première "HotSynchro". A ce stade, ne vous inquiétez pas si vous n'avez pas mis le bon nom (ou si votre Palm n'est pas vierge) d'utilisateur, le programme crée un nouveau répertoire au bon nom sans effacer le premier. SpitFire est donc bien multi-utilisateurs.

Grâce à l'interface graphique, quand vous cliquez sur le téléphone, vous avez accès au répertoire, quand vous cliquez sur le petit carnet, vous avez accès au bloc-notes, idem pour l'agenda et la liste des tâches, rien de plus facile. L'édition des items de l'agenda ne fonctionne pas, même avec la version enregistrée. Dans chacune de ces catégories, on peut éditer tous les items avec toutes les fonctions classiques d'édition.

Le bouton "HotSync" permet d'effectuer une synchronisation à la demande et le bouton "Instal" demande le choix du ou des programme(s) destiné(s) au Palm (.prc, .pdb). L'onglet "conduits" permet de configurer les préférences pour HotSync : choisir, par application, lequel de votre Amiga ou de votre Palm va écrire sur l'autre. Intéressant lorsque l'on saisit par exemple tout un carnet d'adresses sur le micro ou, inversement, des notes ou des items de l'agenda, sur le Palm. Regrettons le manque d'un "conduit" pour le courrier, une gestion d'ARexx et un historique pour les HotSync.

Les coordonnées de l'auteur :

3069 Suffolk
Windsor, Ontario
Canada N8R 1P1
Courrier électronique : torchia@windsor.igs.net
Page web : www.windsor.igs.net/~torchia

PalmBackUp

Shareware : 10 $ US, enregistrement en ligne. Dernière version : 1.7.
Auteur : Marcin Orlowski, carlos@amiga.com.pl
Page web : amiga.com.pl

PalmBackup

C'est un programme qui assure lui aussi la connexion entre votre Amiga et un PalmPilot, du PalmPilot Personal au Palm III et compatibles (IBMWorkPad). Ce logiciel permet la sauvegarde des données du Palm sur votre Amiga ainsi que l'installation des programmes que vous voulez utiliser sur celui-ci. PalmBackUp est localisé et multi-utilisateurs.

La configuration conseillée par l'auteur :
  • Un Amiga avec AmigaOS 2.x ou mieux.
  • Un organiser PalmPilot.
  • MUI 3.8 ou mieux.
C'est la solution que j'ai adoptée. Un peu moins élaborée que SpitFire, PalmBackUp permet d'effectuer des sauvegardes partielles (seules les données modifiées sont sauvegardées) et d'importer ou exporter des fichiers textes (de la même manière qu'un fichier .prc ou .pdb).

Les textes sont convertis au format Aportis qui offre un bien meilleur confort que le bloc-notes. PalmBackUp n'offre pas encore la possibilité de modifier les données de son Palm directement sur l'Amiga. SpitFire est donc supérieur dans ce domaine.

Ici non plus, pas d'ARexx, ce qui est limite inconcevable pour un logiciel Amiga en 1999 !

Le développement de PalmBackUp est plus lent que celui de SpitFire mais ce dernier est nettement moins stable. Depuis la version 1.7, PalmBackup ne plante plus chez moi.

L'enregistrement se fait en ligne, ce qui est très pratique. La version démo n'est pas limitée, seule une requête apparaît de temps en temps. En outre, l'auteur offre un datatype afin de permettre à l'Amiga de lire une image au format Palm. Vous pourrez trouver ce datatype sur Aminet.

PalmGui 3

Freeware
Page web : wfmh.org.pl

PalmGUI

Simple et efficace, son interface se présente comme un gestionnaire de fichiers (on pourrait dire "à la DOpus"), avec deux fenêtres : une pour le Palm, l'autre pour l'Amiga. Et entre les deux, les outils nécessaires aux sauvegardes et installations de tous genres. C'est le plus simple, mais aussi le plus stable.

PalmPilot

Quelques mots sur le PalmPilot : c'est un outil très pratique, car pour tenir dans la poche (réellement !) ou dans la main, il possède une puissance et des fonctionnalités étonnantes et pratiques :
  • Une reconnaissance de caractères performante et rapide.
  • Les logiciels préinstallés en ROM (Agenda, Répertoires, Tâches programmées, Bloc-notes, Calculette et un Gestionnaire de courrier) sont bien conçus et de plus, nombre de "hacks" sont disponibles pour les améliorer en fonction des goûts ou des besoins.
  • Mais où cela devient un régal, c'est la quantité de logiciels disponibles, prêts à installer (freeware, shareware ou commerciaux), qui peuvent certainement couvrir toutes les passions, activités...
Idem pour le matériel, que ce soit sur le port série ou l'interface infra-rouge. Le Palm se connecte sur Internet et permet de récupérer ses courriers électroniques avec un montage null-modem sur un modem RTC. Il existe même des navigateurs (pas encore testé). Et tout cela avec des fichiers impressionnants par leur petitesse.

La référence des sites consacrés au Palm en français semble être le PalmPilot Gaulois, qui regroupe, en plus des articles de l'auteur Pascal Meney, tous les liens nécessaires. L'adresse : www.palmpilot-gaulois.younix.com.

Aportis

Le format Aportis a été inventé par les créateurs du logiciel AportisDoc. C'est le premier logiciel pour Palm permettant de lire des livres, des docs, des articles, etc., sur PalmPilot [www.aportis.com].

Le format Aportis est devenu un standard et tous les logiciels de lecture l'utilisent (CSpotRun, ISolo, TealDoc) sauf Liberciel qui utilise son propre format.

Parmi les trois applications Amiga permettant de synchroniser un Palm, seul PalmBackup offre la possibilité de convertir de l'ASCII en .pdb (Aportis).


[Retour en haut] / [Retour aux articles]