Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 20 novembre 2017 - 01:09  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Le packet-radio
(Article écrit par Yann Malcuit et extrait d'Amiga News - février 1997)


Amigaïstes et OMigaïstes de tout poil, bonjour. Il faut un volontaire et bien me voici, je prends la plume aujourd'hui pour vous parler d'Amiga et de radioamateurisme qui, contrairement à ce que certains pourraient penser, se marient très bien. Vu qu'il est impossible de traiter de toutes les applications radioamateurs sur Amiga en un seul article, c'est de packet-radio dont je vais vous parler.

Pour les novices

On pourrait définir le packet-radio comme une sorte de réseau Internet mais à petite échelle, non pas par son ampleur puisque c'est un réseau mondial mais par la taille des fichiers qui y circulent. En effet, le transfert ne se fait qu'à une vitesse de 300, 1200 ou 9600 baups donc rien à voir avec les 14,4 ou 28,8 kilo baups pour Internet.

Ce réseau est utilisé par les radioamateurs pour communiquer entre eux. Cela permet de s'échanger des messages (fichier texte) ou des fichiers binaires. On peut également se connecter à des BBS pour charger ce qui nous intéresse. Pour simplifier les choses, disons que la transmission des données se fait un peu comme sur un port série, les bits circulent les uns derrière les autres et les niveaux logiques 0 et 1 sont convertis en tonalités : 1200 Hertz pour le 0 et 2200 Hertz pour le 1. La station réceptrice, quant à elle, effectue l'opération inverse et convertit les tonalités en signaux logiques. Ces conversions sont réalisées à l'aide de modems (modulateur/démodulateur) qui sont beaucoup moins rapides que ceux que l'on trouve dans le commerce pour se connecter sur Internet.

L'existence de ce mode de trafic est certainement l'une des principales explications au fait qu'il n'y a quasiment pas d'articles concernant la radio dans les revues Amiga car il est utilisé par beaucoup de radioamateurs amigaïstes, mais de là à dire qu'aucun radioamateur n'utilise l'Amiga, il y a un grand pas.

Comme sur Internet, chaque radioamateur possède une adresse où l'on peut lui laisser des messages, par exemple la mienne est : F5BTX@F6KVE.FCAL.FRA.EU.

Elle se décompose de la manière suivante :

F5BTX est mon indicatif,
F6KVE est l'indicatif de mon BBS habituel,
FCAL signifie que le BBS se trouve dans la région Champagne-Alsace-Lorraine,
FRA indique qu'il se trouve en France,
EU signifie qu'il se trouve en Europe.

Et l'Amiga dans tout ça ?

Pour pratiquer la packet-radio avec un Amiga, le logiciel de référence est certainement AmiCom. Ce logiciel est freeware et nous vient d'un radioamateur allemand dont l'indicatif est DLSMGQ. La dernière version est la 2.2 et elle est disponible dans les CD Aminet. La configuration minimum requise par AmiCom est un Kickstart version 1.2, un Workbench version 1.3, 512 ko de mémoire et un lecteur de disquette, mais 1 Mo de mémoire et un disque dur sont recommandés pour une utilisation optimale.

AmiCom

Ce logiciel gère jusqu'à six voies, c'est-à-dire que vous pouvez connecter simultanément six stations différentes. Il fonctionne avec un modem de type Baycom ou un TNC avec une EPROM HOST ou KISS. La différence entre un modem et un TNC (Terminal Node Controler) se situe dans le fait qu'un modem n'effectue que la conversion des signaux. Le protocole de transfert (protocole AX25 pour le packet-radio) est alors géré par l'ordinateur alors que le TNC, lui, est quasiment autonome puisqu'il contient un microprocesseur, une EPROM contenant le programme de fonctionnement et de la mémoire. Dans ce cas, l'ordinateur est utilisé comme terminal (écran et clavier) ce qui ne prend que peu de temps machine.

AmiCom est un logiciel assez convivial, qui offre la possibilité de transférer des fichiers texte, binaire ou 7plus. Le 7plus est un principe qui permet de convertir un fichier binaire en plusieurs fichiers texte (qui n'ont aucun sens bien sûr) car certains BBS ne permettent pas d'échanger directement des fichiers binaires. Ainsi, la station réceptrice n'a plus qu'à faire l'opération inverse, c'est-à-dire reconstituer le fichier binaire de départ à partir des fichiers texte. AmiCom se charge de sauvegarder automatiquement les fichiers 7plus par la reconnaissance de la ligne de départ et de la ligne de fin.

L'écran d'AmiCom se décompose en trois parties : sur la partie supérieure se trouve la fenêtre d'entrée dans laquelle s'inscrivent toutes les lignes que vous tapez au clavier. Au centre, la fenêtre de sortie dans laquelle s'affichent les lignes qui vous sont destinées, et, en bas, se trouve le moniteur où défilent toutes les trames qui passent sur l'air et où est indiqué l'indicatif des stations entendues.

AmiCom

Le programme génère automatiquement un carnet de trafic sous forme de fichier texte dans lequel sont inscrits la date et l'heure de début et de fin de la connexion, la voie utilisée et l'indicatif de la station connectée. Alors, n'oubliez pas de remettre les pendules à l'heure si vous ne possédez pas d'horloge (merci Commodore).

Conclusion

J'espère que cet article vous aura donné envie de pratiquer le packet-radio si ce n'est pas encore fait. En ce qui concerne l'utilisation des fréquences radioamateurs et l'obtention d'une licence je vous renvoie à l'article écrit par François-Xavier Peyrin paru dans le numéro 82 de septembre 1995.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]