Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 18 octobre 2017 - 03:48  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Comparatif : Oxyron Patcher contre Cyberpatcher
(Article écrit par Pascal Willano et extrait d'Amiga News - janvier 1998)


Il y a quelques mois est apparu dans le monde des correctifs FPU pour 68040 et plus un outsider : Oxyron Patcher. Loué de toute part et surtout sur son propre site Web) pour ses performances, il s'imposait de le tester plus en détails. Son concurrent majeur étant Cyberpatcher de Phase 5, je me suis empressé de faire quelques comparatifs.

FPU

Tout d'abord, un petit rappel sur le fonctionnement de ces correctifs FPU. Leur utilité s'impose uniquement pour les possesseurs de 68040 et 68060 en version complète (FPU, MMU). Ils permettent d'adapter le code d'un programme aux spécificités des instructions du 68040 et du 68060. Habituellement, les instructions appelées sont émulées par les 68040.library/68060.library, qui ne sont pas réputées pour leur optimisation.

Mise en place

Oxyron Patcher, à l'inverse de Cyberpatcher, est sensé fonctionner sur toutes les cartes 68040 et 68060. Cyberpatcher est destiné au 68060 de Phase 5 et à quelques autres (à vérifier !). Son installation est des plus simples. Il faut rajouter la commande "C:OpenOxyPPort" à la première ligne de votre startup-sequence (c'est le correctif) et de copier le reste des fichiers (Oxyron pour activer ou désactiver le correctif, le fichier de préférence, la documentation...) dans un répertoire de votre disque dur.

Au démarrage, "OpenOxyPPort" provoque un redémarrage, puis une fois le système démarré, en exécutant une fois le programme Oxyron, on active le correctif. En le lançant une deuxième fois, on accède au menu de configuration. Plusieurs réglages sont possibles comme la taille du tampon mémoire pour l'émulation, la visualisation du correctif grâce à des flashes de couleur, ou encore la désactivation d'Oxyron. Suivant la configuration de votre séquence de démarrage, le correctif "OpenOxyPPort" peut poser problème (comme étant actif uniquement au premier démarrage).

Comparaison

Le tableau de test (voir ci-dessous) effectué sur Cyberpatcher et Oxyron est très hétéroclite ! S'il est incontestable que certaines instructions sont grandement accélérées, lors d'une utilisation d'un logiciel, l'accélération n'est pas forcément visible (quand le logiciel n'est pas ralenti). D'autre part, et c'est normal, les logiciels récents tel que LightWave 5 ne profitent pas énormément de l'optimisation de ces correctifs, car étant déjà optimisé pour ce type de processeurs.

Les programmes qui profitent de grosses accélérations comme MusicIn, Art Department Pro sur certain filtres... sont des programmes qui font appel de façon intensive aux mêmes instructions. De même, il semblerait que les programmes fonctionnant de la même façon mais en appelant des fonctions non rectifiées soient très ralentis. Sur une utilisation moyenne, on observe une accélération. AIBB (non optimisé pour 060) donne un gain moyen de 12%. Cette accélération est très variable, suivant le type de carte. C'est pour cela que leur utilisation est à prendre avec précaution, le mieux étant de faire quelques essais préalables.

Conclusion

Ce test n'aura pas complètement levé le voile sur les correctifs FPU, chaque correctif ayant ses spécificités. Je ne pourrai que recommander aux possesseurs d'une carte de Phase 5 de conserver Cyberpatcher. Il est à mon avis plus homogène qu'Oxyron Patcher, même s'il tire un peu la langue pour le raytracing ! Les possesseurs d'autres types de cartes devront s'orienter vers Oxyron Patcher pour gagner quelques précieuses secondes, surtout pour les possesseurs d'un 68040.

NB : je tiens à remercier François Gutherz pour l'aide sous LightWave, Stéphane Sagui pour les tests sous Magnum060 et Steeve pour les tests sous Blizzard 040.

Oxyron Patcher

Précisions pour les tests

Les tests ont été effectués avec les versions FPU des logiciels. Voici le détail de scènes de LightWave utilisées :

Textures algo

Cette scène utilise divers types de textures algorithmiques fondées, soit sur du calcul fractal itératif (qui réinjecte le résultat du calcul dans la formule autant de fois que nécessaire), soit sur du calcul d'ondes concentriques (qui fait appel au sinus et cosinus). Les ombres sont calculées en "Shadow Map" (donc précalculées dans un tampon 2D), de façon à ne jamais utiliser de raytracing.

Raytrace

Au contraire de la précédente, cette scène utilise le "Raytrace" à outrance, tant pour les ombres que pour les reflets et effets de réfraction. Ce genre de calcul déclenche généralement une série d'appels de fonctions imbriquées (chaque fois qu'un rayon de lumière rencontre un obstacle) : c'est ce qu'on appelle chez NewTek un "FPU-Killer".

Z-Buffer Test

Cette scène est un cas typiquement abstrait, seulement destiné à éprouver l'algorithme de Z-Buffer de LightWave. Cinq mille facettes sont disposées les unes derrière les autres à un millimètre d'intervalle, de manière à ce que LightWave se creuse la cervelle pour savoir ce qui est derrière quoi. Ce test constitue en outre un bon test de performance des accès mémoire.

Scene1, Motion Blur et Classic sont des scènes types qui mélangent un peu toutes les techniques.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]