Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 22 novembre 2017 - 10:05  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de MysticView
(Article écrit par David Brunet - août 2003)


Vous trouvez Multiview un peu limité pour visualiser les images ? Eh bien nous aussi ! Mais pas de panique, le domaine public offre de petits bijoux en matière de visualisation d'images et MysticView en fait partie.

C'est l'histoire d'un datatype...

Avec les datatypes appropriés, Multiview sait tout lire. Mais il n'offre pas vraiment d'options de configuration et son utilisation est vouée aux oubliettes, surtout quand des concurrents tels que MysticView apparaissent.

MysticView n'est pas un multivisualisateur, il ne peut afficher que des images, mais il le fait bien. Il est l'oeuvre de Timm Mueller du groupe NeoScientists. Il s'appuie sur les datatypes de votre système et il est donc compatible avec la totalité de la gamme AmigaOS 3.0 et supérieur. Les dernières versions sont la 1.05 pour AmigaOS et la 1.08 pour MorphOS. Cet article se base sur la 1.08 mais les différences entre ces deux versions sont vraiment minimes et aucune option importante ne manque à l'appel dans la 1.05.

Sur Aminet, on ne trouve qu'une vieille version shareware 0.99f. Il faut donc aller sur le site de l'auteur (neoscientists.org) pour trouver son bonheur. Pour les heureux possesseurs de MorphOS, inutile de chercher bien loin car MysticView est inclus au système.

Le logiciel a besoin, au minimum, d'AmigaOS 3.0, de la datatypes.library v39, d'un 68020 et de 16 Mo de mémoire. Mais pour un confort optimal, un processeur costaud et une carte graphique sont de mise. De plus, pour profiter de toute la puissance du logiciel, il faudra posséder la newicon.library v40 (pour la création de vignettes) et de nombreux datatypes (pour une compatibilité maximale).

Caractéristiques

Voici quelques-unes des options qui font de MysticView un visualisateur très puissant :

1) Gestion de tous les modes d'affichages

Il gère n'importe quel mode d'affichage dans toutes les résolutions et profondeurs d'écran. Bien qu'un peu obsolète, une optimisation toute particulière a été apportée au mode HAM8 qui, selon l'auteur, surclasse le mode HiColor des cartes graphiques. La quantification des couleurs a fait l'oeuvre d'une très bonne élaboration, surtout quand on affiche des images dans un nombre de couleurs modeste : le tramage 16 couleurs d'une image JPEG 24 bits est assez étonnant de qualité. Aucun problème pour les possesseurs de cartes graphiques, toutes les images s'affichent sans la moindre perte de qualité.

2) Configurabilité étendue

Le logiciel est hautement configurable. Des dizaines de types d'outils/arguments sont disponibles pour coller au mieux au goût de chacun des utilisateurs : taille du cache, quitter après la visualisation, mode de tramage, qualité du rendu, image de démarrage, etc.

3) Simplicité d'utilisation

Pour les néophytes, rien de plus simple : on double-clic sur l'icône et ça marche. Les images peuvent être chargées depuis le menu ou bien par glisser-déposer. De nombreux raccourcis clavier sont présents ainsi que des boutons d'actions rapides.

MysticView
L'interface se présente sous la forme d'une fenêtre avec une barre de boutons au-dessus

4) Aspect des images

L'aspect des images est définit selon plusieurs méthodes : mise à l'échelle selon la forme de la fenêtre de visualisation (utile quand on veut voir toutes nos photos au même format), mise à l'échelle en gardant l'aspect de l'image, et affichage exact au pixel près ; tout ça pour permettre une visualisation optimale en rapport à la taille de l'image et à votre résolution d'écran.

5) Fonction "slide-show"

C'est l'une des fonctions importantes que l'on attend de ce genre de logiciel. La projection de diapositives permet de faire défiler vos images avec un délai réglable. Ici, les délais prédéfinis vont de 0 seconde à 10 minutes, avec ou sans boucle. Si aucun des délais prédéfinis ne vous convient, vous pouvez entrer votre propre valeur grâce au type d'outil "SLIDEDELAY=x" où "x" sera le nombre de 1/100e de seconde. Avec un processeur ultra rapide et enclenchement de l'option "délai 0 seconde", vous n'aurez pas le temps de voir les images tellement c'est rapide :-). Les délais très courts servent, en fait, pour les animations, et ça marche plutôt bien (un exemple est fourni dans l'archive de MysticView 1.05). Par contre, on regrettera l'absence totale, pour les projections, d'effets de transition. A ce propos, l'auteur ne pense pas inclure cette possibilité à cause des trop grosses restrictions que cela engendrerait (adaptation dynamique de la palette, tramage...).

6) Fonction vignette

Cette option peut paraître inutile pour certains utilisateurs, cela crée une icône (réplique exacte de l'image en miniature) pour chaque image chargée. Ceci présente un petit avantage : visualiser d'un coup d'oeil l'ensemble des images d'un répertoire sans à avoir à charger un visualisateur.

7) Effets sur les images

Pour bien voir tous les détails de vos images, rien de tels que quelques effets comme le zoom, les déplacements et les rotations. On a aussi le négatif mais le nombre d'effets demeure modeste comparé à un logiciel de retouches ou à ShowPPC, l'un des autres grands visualisateurs pour Amiga PowerPC.

8) Utilisation des listes

Encore une fonction pour gagner du temps et se simplifier la vie. Avec les listes, vous aller pouvoir charger vos images favorites et les sauver en liste. Vous pourrez donc, plus tard, retrouver en un clin d'oeil toutes vos images en chargeant uniquement la liste (gain de temps). En outre, MysticView autorise le chargement de plusieurs listes à la fois (nombre illimité).

9) Gestion des images

Si vous souhaitez trier ou gérer une grande quantité d'images, MysticView peut vous y aider. Il peut non seulement ajouter des images à celles déjà chargées, les supprimer (de la liste ou carrément du disque dur ou autre support), mais aussi et surtout faire des copies et des déplacements à la volée : vous avez une galerie de voitures anciennes et vous voulez créer des sous-galeries en fonction de leurs constructeurs ? Vous n'aurez qu'à appuyer sur les différentes touches de fonctions pour qu'elles se copient vers vos répertoire Bugatti, Rolls-Royce, Ford, etc. De plus, la fonction tri se révèle extrêmement utile grâce à ses nombreux paramètres (nom, chemin, date, hasard, inversé...) et sa vitesse d'exécution instantanée.

Pour une meilleure gestion, je pense que l'auteur aurait pu implémenter la gestion de la fonction album, cela aurait permis de charger toutes les images en miniatures dans une fenêtre. PhotoAlbum le fait très bien et je suis un peu déçu que cette fonction ne soit pas disponible dans MysticView.

10) Rapide

Le logiciel maximise la vélocité de vos datatypes. Tout est fait pour une lecture rapide : actions en multitâche (rendu, mise à l'échelle...), possibilité de mettre le chargement en asynchrone (on voit les premières images alors que les autres continuent à se charger), utilisation d'un cache mémoire réglable (pour accélérer la visualisation d'images déjà vues), etc. Pour ceux qui ont des datatypes natifs PowerPC ou via Amithlon, l'affichage des images est très rapide, le logiciel ne souffre d'aucune lourdeur windowsienne. :-)

11) Stabilité sans faille

MysticView est très bien intégré au système, c'est une commodité 100% respectueuse du système, il s'est avéré très stable durant toutes nos manipulations et ce n'est pas un hasard si l'équipe de développement de MorphOS l'a inclus d'office dans son système.

Le visualisateur ultime ?

En fait, quelques oublis viennent un peu gâcher la fête, mais rien de méchant. La sauvegarde des préférences ne fonctionne pas avec la version MorphOS : les PNGIcons ont quelques problèmes avec les types d'outil... Il faudra donc ruser : éditer soi-même les types d'outil (par exemple mettre ASYNCSCANNING=YES si vous voulez enclenchez la lecture asynchrone) ou utiliser les réglages prédéfinis. Autre limitation, le nombre de datatypes natifs MorphOS est, pour l'instant, loin d'être exhaustif, cela veut donc dire que MysticView ne pourra pas lire tous les types d'images, ce qui est bien embêtant pour un visualisateur moderne comme celui-ci. Enfin, on regrettera l'absence d'une fonction bien utile : l'album.

Mais qu'on ne s'y trompe pas, ce logiciel est bien conçu, stable et a de nombreuses fonctions qui en font un visualisateur pratique à utiliser. Avec des datatypes nombreux et rapides (PowerPC...), c'est une joie de pouvoir l'utiliser, et c'est donc tout à fait normal de le retrouver directement dans un système d'exploitation comme MorphOS.

Nom : MysticView 1.08.
Développeurs : Tim Mueller.
Genre : visualiseur d'images.
Date : 2003.
Configuration minimale : 68020, AmigaOS 3.0, datatypes.library v39.
Configuration souhaitée : 68060 ou PowerPC, AmigaOS 3.9 ou MorphOS, 32 Mo de mémoire, carte graphique.
Licence : shareware.
Prix : 10 $ pour la version AmigaOS. Inclus dans MorphOS.

NOTE : 8/10.

Les points forts :

- Gestion de tous les modes d'affichages.
- Mode projection de diapo.
- Génération de vignettes.
- Gestion des listes.
- Possibilité de zoom, rotation et déplacement dans l'image.

Les points faibles :

- Pas de visualisation par vignettes.
- Pas d'option lissage pour l'affichage.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]