Obligement - L'Amiga au maximum

Vendredi 24 novembre 2017 - 21:18  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Le MIDI
(Article écrit Rémi Moréda et extrait d'Amiga News - juillet/août 1996)


Généralités

Le MIDI ou Musical Instrument Digital Interface est né officiellement en 1983 par la publication du document officiel de la norme MIDI v1.0. Sa création a été conditionnée par la nécessité de pouvoir relier deux synthétiseurs différents quelle que soit sa marque. En effet, avant cette normalisation, les marques qui proposaient ce genre de connexion, avaient leur propre format. A présent, grâce à l'évolution technique, nous pouvons connecter facilement et sans problèmes de compatibilité, un Amiga à un synthétiseur.

MIDI n'est autre qu'une norme de communication entre systèmes à microprocesseur spécialisés en musique. MIDI est aussi une interface dont l'aspect matériel ne présente pas l'ombre d'une spécificité musicale. Du point de vue logiciel, il s'agit d'un ensemble de protocoles de communication d'informations et de paramètres musicaux. Lors de sa conception, l'une des principales contraintes imposées à l'interface MIDI était d'une part qu'elle présente un débit sériel suffisamment élevé pour ne pas agir comme un frein sur le processus musical. Sur Amiga nous avons de la chance, l'interface série s'en accommode très bien. D'autre part, la transmission s'effectuant via des opto-coupleurs, ceci nous garantit un découplage parfait des différents potentiels mis en présence lors de la connexion de plusieurs appareils, ainsi que l'absence de boucles de masse qui sont toujours très gênantes dans le domaine musical.

L'instrument de musique MIDI est construit autour d'un microprocesseur qui traduit les actions physiques du musicien en un code. Celui-ci est d'une part envoyé au module générateur de son du synthé, et, d'autre part, envoyé par la prise OUT à destination d'un récepteur MIDI.

Le MIDI est à la fois une interface qui permet les connexions entre instruments et une norme de communication :
  • Dans l'interface, la prise IN permet la réception de données MIDI, la prise OUT l'émission de données et la prise THRU transmet ce que reçoit la IN sans modifications.
  • Les messages MIDI : il existe deux grands types de messages, les "Chanel messages" et les "System messages" :
    • Le "Chanel message" : la norme MIDI comprend 16 canaux qui permettent d'adresser des messages à 16 périphériques MIDI différents. On peut régler sur chaque périphérique le canal de réception. C'est grâce à cela que l'on peut organiser le pilotage des divers instruments. Par exemple sur l'image, si l'Amiga émet une piste par le canal 3, les deux premiers périphériques vont laisser passer le message par leur prise THRU car ils ne l'acceptent pas, seul l'expandeur en canal 3 acceptera le message. Les messages canal permettent ainsi la transmission de la note jouée, de sa force, du programme de l'instrument et des réglages ou activités des pédales, molettes, et effets utilisés.

      MIDI

    • Le "System message" : est accepté par tous les appareils quel que soit leur canal de réception. Il comporte les messages destinés à la gestion du temps.
A présent, abordons quelques notions générales qui peuvent vous intéresser, sur les différents standards et formats :
  • Je vous ai déjà parlé du "Sample Dump Standard". Il s'agit d'un procédé MIDI permettant le transfert de sons échantillonnés et de leurs points de bouclage entre deux machines via la prise MIDI. Le "Sample Dump" accepte les échantillons de 8 à 28 bits avec des fréquences allant jusqu'à 1 GHz.

  • Le "Standard MidiFile" permet l'échange de morceaux musicaux d'un support à un autre, en préservant la structure des pistes et l'indication de mesure et de tempo. La réalisation d'un fichier MIDI doit suivre certaines règles propres au standard afin qu'elle soit en mesure d'être chargée par tous les programmes compatibles. Sur Amiga, nous disposons de logiciels permettant la création et le chargement de fichier MIDI tels qu'OctaMED v6 et Dominator mais avec de nombreux défauts lors du chargement (surtout avec Dominator). Si vous recherchez un logiciel pour écouter des fichiers MIDI, choisissez MIDIPlay qui est "le Delitracker" MIDI, vous le trouverez sur Aminet.
Faisons à présent le tour des différents formats que l'on peut rencontrer :
  • Le General MIDI ou GM : l'avantage est qu'avec ce format tout appareil compatible GM a les mêmes instruments accessibles par le même numéro de programme ("preset" ou "program change"). Ainsi, un fichier MIDI créé sur votre synthé GM, se jouera avec les mêmes instruments sur un synthé ou expandeur GM différent. On dispose avec ce format d'un "chorus" et d'un "reverb". La norme GM comprend certaines restrictions, tel que le nombre maximum de numéros de programmes d'instruments : 128.

  • Deux autres formats existent et ont été créés l'un par Yamaha, c'est le XG, et l'autre par Roland, c'est le GS. XG et GS reprennent toutes les spécifications du GM, ils sont par conséquent 100% compatibles. Bien sûr, ces nouveaux formats présentent des avantages tels que, grâce aux "codes bank select" la possibilité d'avoir accès à 16384 (128x128) numéros de programmes. Ceci ne veut pas dire que tous les périphériques MIDI XG ou GS ont 16384 instruments (pour une raison de prix) mais ils peuvent les gérer. On peut de plus avec ces formats utiliser plusieurs kits de batteries différents (128). GS et XG autorisent de 16 à 32 voies de multitimbralité (16 max pour le GM) et de 24 à 64 voies de polyphonie (4 à 24 pour le GM). Des réglages sur les instruments (vibrato, attaque, reverb sur percussions...) sont possibles.
Enfin, j'ai cité ci-dessus les termes de polyphonies et de multitimbralités. La polyphonie est le nombre de notes qui peuvent être jouées simultanément. La multitimbralité correspond à l'aptitude du générateur de son à combiner plusieurs timbres. Il traduit la richesse et la variété des instruments.

Que peut-on conclure de tout cela ?

Pour piloter un synthé ou un expandeur en exploitant ses capacités, il faut un logiciel adapté à son format donc compatible GM, GS ou XG selon le cas. De nombreux claviers d'entrée de gamme n'offrent aucun de ces formats d'autant plus s'ils ne sont pas de marque Yamaha ou Roland. On trouve à présent des petits expandeurs à la norme GM, à petit prix, comme l'expandeur se trouvant dans le Hello Music Kit de Yamaha. La majorité des fichiers MIDI sont au format GM. Actuellement, on commence à trouver des fichiers MIDI utilisant des kits de batteries multiples (XG et GS) mais le GM reste le plus représenté.

Par conséquent, lorsque vous vous renseignerez sur un périphérique MIDI, intéressez-vous à ces différents critères et à la qualité des instruments.

Les logiciels MIDI sur Amiga

Le nombre de logiciels MIDI sur Amiga n'est pas énorme et si l'on enlève en plus ceux qui sont tristement mauvais il ne reste plus grand-chose. Heureusement, nous disposons de quelques très bons logiciels et bien que nous soyons pauvres en diversité nous pouvons nous offrir la logithèque complète à peu de frais. Je vous parlerai ici de ce qui existe de mieux (à mon sens bien sûr), sur notre bonne vieille machine.

Nous avons actuellement accès à un nombre très important de musiques au format MidiFiles Standard. Que ce soit pour écouter, récupérer la partition ou étudier un style, il s'agit d'une banque sans cesse enrichie à laquelle il est intéressant d'accéder. Vous y trouverez les musiques de vos groupes, animations, films ou compositeurs préférés. Évidemment, qui dit diversité dit aussi grand fouillis et qualité variable, mais bon... Il m'a fallu quelque temps pour trouver un logiciel valable pour me permettre d'écouter ces fichiers. Il s'agit de MIDIPlay de Jan Syväniem (sur Aminet) qui permet de lire et jouer les fichiers MIDI et affiche, si elles existent, les paroles accompagnant la musique. Il est possible de configurer le logiciel afin qu'il joue correctement les fichiers au format General MIDI sur un synthé non GM, en lui indiquant à quel numéro de programme et quel canal il trouvera chaque instrument. Il est rapide au chargement des fichiers. Sur les machines 68000, il arrive qu'il y ait des défauts de tempo dus à une surcharge de travail mais le tout reste audible.

Vu le nombre impressionnant de prises sur certaines interfaces MIDI, on peut se demander l'utilité de plusieurs MIDI IN ou plusieurs MIDI OUT :
  • Plusieurs MIDI OUT : dans le cas où vous avez plusieurs instruments MIDI, cela permet de doter chacun d'entre eux de son propre cordon MIDI et de le raccorder directement à l'ordinateur en évitant ainsi les délais dus aux enchainements multiples par des prises THRU.
  • Plusieurs MIDI IN : ceci permet d'enregistrer plusieurs instruments simultanément avec un séquenceur. On peut également se servir d'une des entrées comme horloge pour une synchronisation par MIDI.
A présent, pour composer

Plusieurs alternatives s'offrent à vous.

1. Premier cas : vous savez composer directement en jouant sur un clavier, alors vous choisirez Dominator ou Bars&Pipes. Si vous avez un modem ou un ami connecté vous choisirez Bars&Pipes Pro. Il est, comme je vous l'ai déjà dit, gratuit. Vous le trouverez dans le "forum Microsoft" tiroir "Blue Ribbon" de Compuserve. Il est accompagné de SuperJam, de plusieurs outils et accessoires le tout équivalent à six fichiers au format DMS. L'embêtant est qu'il faut être abonné à Compuserve. Voici ma recette : trouver un ami ayant un modem et un PC, appeler le service commercial de Compu en disant que vous aimeriez essayer leur serveur. Ils vous enverront sous une quinzaine le logiciel de connexion PC et un numéro de compte offrant un mois d'utilisation gratuite limitée à cinq heures. Après 20 minutes de téléchargement (avec un modem 14000 bauds) vous serez en possession de Bars&Pipes. Le logiciel est très complet (déjà testé dans Amiga News n°58). Il vous permettra également d'éditer et d'imprimer vos partitions, ou encore de convertir une portée en tablature pour les amateurs de guitare.

MIDI
Bars&Pipes

MIDI
Dominator

Si vous n'avez aucun moyen d'obtenir Bars&Pipes, vous vous rabattrez sur Dominator qui est un bon petit séquenceur MIDI 248 pistes (shareware, Aminet). Il reconnaît les formats MusicX et Standard MidiFiles, avec certains problèmes au chargement des fichiers MIDI. L'utilisation est agréable et simple, un exercice d'utilisation fourni permet une prise en main rapide. Le programme est globalement bien réalisé.

2. Si vous préférez composer vos musiques MIDI de manière intuitive, car vous ne jouez pas comme Mozart, alors l'alternative est OctaMED. Je ne vais pas encore vanter ce logiciel, sachez simplement que la version 5 (séquenceur 64 pistes) est fournie complète sur le CD Aminet 12 qui comporte aussi de nombreux échantillons sonores et modules.

3. Enfin, autre possibilité, votre Amiga ne vous sert pas de séquenceur, et vous souhaitez l'utiliser comme périphérique MIDI. Le logiciel vous permettant de transformer votre machine en boîte à sons est ProjectMidi de Matthias Specht (Aminet). Il vous permet de faire correspondre à chaque note MIDI envoyée (jusqu'à 7 octaves) par votre synthé un échantillon sonore au format IFF, le tout avec sélection sur 4 voies. Le canal MIDI de réception de l'Amiga est réglable.

Je citerai également :

MIDIFilter, qui vous permet de réaliser une table de correspondance entre les instruments GM et les instruments de votre clavier afin d'émuler un synthé GM ou GS.

Camouflage, un séquenceur très complet mais réservé à ceux qui savent lire l'allemand (NDLR : il est aussi en anglais).

MIDIAnalyser de Michel Doza qui vous permet de connaître tous les messages MIDI envoyés par votre synthé, les messages tolérés, les canaux utilisés. C'est pratique pour faire rapidement le point sur les caractéristiques d'un clavier.

Pour les malheureux n'ayant pas de périphériques MIDI et souhaitant pouvoir écouter des fichiers MIDI, le logiciel GMPlay joue ces fichiers en utilisant des échantillons sonores. Les scores MIDI comportant bien souvent plus de 4 voies, le logiciel mixe les sons de toutes les pistes. Le résultat est honnête mais est d'autant plus mauvais que la machine est lente. Un A1200 accéléré est souhaitable. Il s'agit également d'une banque de sons intéressante puisqu'il est accompagné de tous les instruments GM numérisés.

Je vous ai présenté une partie des logiciels MIDI disponibles actuellement. Tous ces logiciels sont accessibles à des prix faibles ou nuls, et grâce à eux, votre Amiga pourra tout faire. Bien sûr, vous n'aurez peut-être pas une superbe interface pleine de couleur et de gadgets, mais à chaque fois, vous pourrez exprimer votre créativité aussi bien qu'avec des logiciels présents sur d'autres machines. Le gros avantage est que vous pourrez profiter de l'économie effectuée sur les logiciels pour acquérir un périphérique MIDI.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]