Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 20 novembre 2017 - 03:04  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Point de vue : Le mariage entre PostScript et Amiga
(Article écrit par Johnny Daubes et extrait d'A-News (Amiga News) - août 1988)


Do you speak PostScript ?

Comment expliquer que, depuis quelques mois, le nom de PostScript soit devenu quasi indissociable de la notion de qualité en matière de publication assistée par ordinateur ?

Le PostScript est un langage de description de page. Il est chargé de guider, de programmer l'imprimante laser sur laquelle il est implanté. Il s'agit bien d'un langage à part entière, au même titre que le BASIC ou le Pascal. Il faut bien comprendre que le PostScript est le langage de l'imprimante et que le micro utilisé importe peu pourvu que le programme de micro-édition utilisé soit apte à envoyer des ordres tels qu'ils puissent être interprétés par le langage PostScript.

Ainsi une imprimante LaserWriter de chez Apple acceptera d'éditer les fichiers reçus aussi bien d'un Mac que d'un Amiga (et même d'un Atari ST si on lui bande les yeux !). Pour l'Amiga, il faudra disposer d'un câble série adapté et positionner la LaserWriter sur 9600 bauds.

Sur une imprimante (même laser) non PostScript (par exemple la HP-LaserJet Plus de chez Hewlett-Packard) les graphismes et les caractères sont stockés puis imprimés sous forme d'images bitmap (point par point). La résolution maximale d'un caractère imprimé est donc fonction d'une part de la résolution à laquelle il est stocké dans la mémoire du micro et ensuite en fonction de la résolution de l'imprimante.

Qualité

Un examen du résultat, même à l'oeil nu, met en évidence l'imperfection du tracé obtenu. Pour pallier ce problème des logiciels tels que Publishing Partner Professional (non encore disponible) utilisent des algorithmes de lissage des caractères permettant d'obtenir des résultats acceptables sur des imprimantes non PostScript avec toutefois un écart encore important de qualité avec celles-ci.

Avec le langage PostScript les caractères sont soit initialement stockés dans la mémoire de l'imprimante, soit téléchargés depuis le micro. L'imprimante ne contient qu'un seul jeu de caractères pour chaque police, ceux-ci étant stockés puis traités sous forme vectorisée.

On se rend ainsi compte du fait que la qualité d'impression est indépendante des limites imposées par le micro-ordinateur aussi bien que l'imprimante. Il est donc possible d'obtenir avec le même logiciel (par exemple Professional Page) un document d'une qualité de 300 points par pouce grâce à une sortie sur LaserWriter et une qualité d'environ 2500 PPP en utilisant une photocomposeuse Linotronic 300.

Logiciels

Si la vocation première du langage PostScript est l'obtention de caractères de qualité, ce langage permet également, pourvu que l'on dispose d'un logiciel adéquat, de créer d'impressionnants (sans jeu de mots !) effets typographiques. Ainsi une fois un "objet" défini et composé avec des caractéristiques classiques (par exemple une suite de caractères) il est possible d'intervenir à volonté sur la forme de celui-ci, de l'élargir, de l'incliner, de le déformer, de créer des dégradés de nuances, des trames, des effets de perspective, d'ombrages...

En théorie le PostScript permet donc de réaliser des dessins très élaborés. L'Amiga ne dispose, toutefois, à l'heure actuelle, pas d'un outil exploitant directement ces possibilités ; imaginez donc une version de Deluxe Paint II en dessins vectorisés ! Notez toutefois qu'il est possible avec Professional Page d'importer et d'éditer les dessins techniques créés et sauvegardés avec Aegis Draw Plus.

Le PostScript c'est bien beau, mais ce n'est pas demain que je disposerai des 29 900 FF Hors Taxe nécessaires pour me payer ce joli périphérique qu'est la LaserWriter !

Sachez qu'il existe aux États-Unis de nombreuses boutiques de micro offrant à leurs clients un service "Output PostScript", et en cherchant bien vous en trouverez tout de même quelques-unes en France proposant ce service sur Amiga.

Conclusion

En guise de conclusion, il semble raisonnable d'espérer que le mariage de l'Amiga et du langage PostScript donnera bientôt naissance à de nombreux logiciels de dessin technique, pleins de vecteurs dans tous les sens, avec des courbes de Bézier à la Samantha Fox, des dégradés d'enfer dignes des 4096 couleurs de l'Amiga...

Parlant couleur, il semble bien que les futurs logiciels de PAO permettront d'obtenir les quatre films nécessaires au traitement de documents en quadrichromie. C'est d'ailleurs déjà le cas de Professional Page qui, combiné avec Color Separator, permet à l'Amiga et au langage PostScript de donner le meilleur d'eux-mêmes.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]