Obligement - L'Amiga au maximum

Vendredi 23 juin 2017 - 17:35  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


En pratique : Magellan - installation et configuration de base
(Article écrit par Franck Anière et extrait d'Amiga News - mai 1998)


Directory Opus a bien changé au fil des années. D'un simple gestionnaire de fichiers à la CliMate il est devenu un logiciel puissant capable de remplacer et même de surpasser le Workbench. Cette série d'articles a pour but de décrire l'utilisation quotidienne de Magellan, dernier avatar en date d'Opus, en tant que Workbench de substitution.

Dans ce premier article, nous allons commencer par voir comment installer la bête et la configurer pour que le Workbench soit émule de la meilleure façon possible, en tenant compte des divers correctifs pouvant perturber son fonctionnement (ou rendus obsolètes car intégrés). Le but du jeu est d'obtenir un Opus Workbench du même genre que celui visible sur la figure 1 (il s'agit du mien).

Magellan

Installation et mise à jour

Avant toute chose, je conseille vivement de faire une copie de sauvegarde de votre partition système, au cas où quelque chose tournerait mal (une coupure de courant par exemple), ou si vous ne voulez pas conserver Magellan comme nouveau Workbench.

Magellan est distribué sur trois disquettes : deux pour Directory Opus 5.5 et une pour la mise à jour Magellan. Sur Aminet (dans biz/dopus) et sur le site de GPSoftware (www.gpsoft.com.au), se trouvent également une série de correctifs pour arriver à la version 5.661 (au moment où sont écrites ces lignes).

L'installation se déroule en cinq étapes :
  • Installation d'Opus 5.5 : un script Installer permet une installation très facile. Quand on vous le demande, choisissez "Workbench remplacement".

  • Premier redémarrage de test : normalement, le système doit démarrer sans problèmes sous Opus. Si un problème survient, renommez le tiroir WBStartup en WBStartup.old (ou autre chose) pour éliminer les commodités et recommencez (normalement pas de problème).

  • Installation de la mise à jour : encore un script Installer, rien de spécial à noter, sauf qu'il faut entrer une seconde fois le numéro d'utilisateur.

  • Second redémarrage : Magellan doit maintenant être lancé, avec des fenêtres partout.

  • Installation des correctifs : il faut lancer le Workbench d'origine, donc maintenir la touche "Shift" enfoncée jusqu'à la fin du démarrage. Ensuite, il faut extraire chaque archive de correctif une par une (dans RAM: par exemple) et appliquer le correctif. Après un bon redémarrage, la version sera la bonne. Pendant qu'on y est, nous pouvons également installer l'excellente traduction réalisée par Melkor et Emmy : rien de plus simple, tout est dans la doc (envoyez-leur donc un petit message si vous installez cette traduction, cela leur fera plaisir).
Si tout s'est bien passé, vous êtes maintenant l'heureux propriétaire d'un Opus Workbench. Pour le moment ce n'est pas encore très beau mais cela va venir.

Correctifs du système

Les correctifs si pratiques sous Workbench peuvent poser un problème, ou même être inutiles. Par exemple, Multi CX fonctionne, mais les options WBABOUT, WBTITLE et CLOCK sont totalement inutiles. Notons également que Magic Copper (distribution Magic Workbench) est totalement inutile car il ne sait pas faire son affichage sur un autre écran que celui du Workbench.

Pour pouvoir utiliser cette petite merveille de SwazInfo il faut ruser, car Magellan a sa propre fenêtre de gestion des icônes (bien moins pratique que SwazInfo). Sous Shell il faut taper la ligne suivante :

echo 1 >ENVARC:Dopus/UseWBInfo

Avec cette ligne, Magellan passe la main au Workbench pour les informations, donc à SwazInfo.

En règle générale, il vaut mieux au départ neutraliser tous les correctifs et les tester un par un, pour voir si le système reste stable et surtout s'ils fonctionnent normalement. J'ai testé ToolManager (2.1) qui fonctionne également parfaitement, mais prenez garde à AStart : cet utilitaire qui affiche une image de démarrage accompagnée de données sur la machine (système, mémoire...) fait planter Magellan au moins trois fois sur quatre (j'ai mis un certain temps à cerner le problème).

Configuration de base

Pour le moment, Magellan ne ressemble pas à grand-chose. Voyons comment on peut en faire un vrai Workbench. Le Workbench que nous allons utiliser sera très orienté Magic Workbench (question de goûts) mais rien n'empèche d'adapter ces notions pour un autre type de Workbench.

Nous allons d'abord commencer par charger l'environnement défaut MagicWB, au moyen du menu Réglages/Environnement/Charger. Puis, à présent, supprimons cette barre de boutons inutile qui encombre l'écran en cliquant dessus puis en choisissant le menu Boutons/Fermer. Maintenant, utilisons le menu Réglages/Environnement/Éditer pour commencer à configurer correctement notre Magellan Workbench. Comme le montre la figure 2, les options de configurations sont nombreuses. De plus, elles dépendent fortement des goûts personnels de l'utilisateur. Je vais donc me borner a présenter les options de base, mais si vous voulez en savoir plus sur ma configuration personnelle, n'hésitez pas à me contacter.

Magellan

Fonds

Si vous ne voulez pas d'image de fond, passez votre chemin. Dans le cas contraire, cochez le gadget "Utiliser un motif". Je recommande de ne pas utiliser les préférences WBPattern (donc ne cochez pas le gadget correspondant), afin d'avoir une configuration différente en cas de lancement du Workbench d'origine. Je recommande également de ne pas mettre d'image de fond pour les requêtes : c'est joli mais la mémoire Chip n'est pas extensible...

Bureau

Vous avez ici la possibilité de cacher des disques, en permanence ou seulement s'ils ne sont pas corrects. Cette possibilité est très pratique si vous utilisez souvent des volumes (disquettes, disques, Zips...) PC ou Mac, comme ça une seule icône est visible sur le Workbench. Personnellement, j'ai choisi de cacher DF0: et DF1: (mauvais disque seulement).

Lancement CLI

Vous avez ici la possibilité de choisir la pile du CLI. Pour éviter des ennuis évitables avec les applications gourmandes en pile (par exemple toutes les applications de l'ADE), il vaut mieux mettre une taille de pile de 100 ko (entrez la taille de la pile en octets).

Mode écran

En tout premier lieu, choisissez "Workbench : utiliser" et surtout pas "Workbench : cloner", sinon Magellan va ouvrir un écran séparé. La configuration du mode d'écran passera donc par le classique "Screen Mode" du Workbench. Je préconise d'être économe en nombre de couleurs, car encore une fois, la mémoire Chip risque de vous faire défaut, surtout si vous êtes en DblPAL. Personnellement, je suis en 8 couleurs et cela me suffit.

Réglages icônes

Cochez le gadget "Real time icon scrolling" (désolé, le nouveau catalogue n'est pas encore disponible au moment où j'écris ces lignes) pour que le mode icônes soit le plus proche possible du Workbench. Évitez également de cocher le gadget "Cache des images d'icônes", car cela ne nous fait pas gagner de temps (au contraire, cela ralentit l'affichage et gaspille de la mémoire). Si votre disque est vraiment lent au point d'avoir besoin de cette option, penchez plutôt vers un cache de disque (Power Cache, Hypercache, DynamiCache...).

Une fois ceci fait, sauvez l'environnement (n'oubliez pas de choisir le menu "Réglages/Environnement/Sauver disposition" avant de sauver).

Dans le menu "Listeurs", choisissez l'option "Afficher par/Icône". En faisant cela toute fenêtre ouverte par un clic sur une icône de disque sera affichée en mode icône. Il sera ensuite possible de passer en mode "Nom" (donc en gestionnaire de fichiers) en utilisant le menu contextuel associé à la barre de titre de la fenêtre "Afficher par/Nom" (donc en cliquant sur le bouton droit de la souris pour ceux qui n'ont pas suivi). La figure 3 et la figure 4 montrent comment on passe d'un mode à l'autre, et illustrent surtout le fait que ce menu contextuel est local : seule la fenêtre choisie change de mode (au contraire du menu "Listeurs/Afficher par", qui lui est global).

Magellan

Magellan

Le menu "Réglages/Options" contient quelques paramètres supplémentaires, mais ceux-ci dépendent trop fortement des goûts personnels de l'utilisateur pour que je m'y attarde.

Donc, si tout a été suivi à la lettre, vous êtes maintenant en possession d'un Workbench Magellan, et vous pouvez passer d'un mode à l'autre d'un simple clic sur un menu contextuel.

A suivre...

Bien qu'ayant été un défenseur acharné de Browser II pendant très longtemps, je dois avouer que Magellan m'a séduit, car je trouve très pratique d'avoir un Workbench également capable de se conduire comme un gestionnaire de fichiers. Après cette première approche de Magellan, nous verrons la prochaine fois quelques notions plus sophistiquées de configuration, avec comme application le remplacement total de ToolManager par les fonctions de Magellan (le dock de la figure 1 n'est en effet pas du tout issu de ToolManager).

Un peu d'humour...

Voici un petit gag relevé dans la documentation de Magnum Opus (qui sera présenté dans un article consacré aux extensions de Magellan). Lancez le CLI interne de Magellan (menu "Opus/Exécuter une commande" puis un clic sur CLI) et tapez "joshua". Si vous connaissez bien le film War Games la réponse de l'Amiga (figure 5) devrait vous amuser...

Magellan


[Retour en haut] / [Retour aux articles]