Obligement - L'Amiga au maximum

Samedi 20 octobre 2018 - 22:56  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de LightROM 4
(Article écrit par Mickaël Bourgeoisat et extrait d'Amiga News - janvier 1998)


La première chose que j'aie vue en voyant ce CD, et qui m'a rempli d'un plaisir sans nom, a été sa couverture : le rendu d'un A1200, accompagné de la bonne vieille souris Commodore. Ça a été ma première bonne impression, et qui m'a fait me hâter de l'ouvrir. Avec violence et rage j'ouvre le boîtier, et là, c'est magique, il n'y a pas un CD, mais deux, dont l'un bourré de textures, près de 3000.

Présentation

Ce CD, nommé tout simplement "3000 JPEG Textures", contient près de 370 Mo de données JPEG et m'a étonné par sa diversité. Il contient à peu près tout ce dont on peut avoir besoin, y compris toutes les images nécessaires à la création d'une animation texturée de flammes, qui donne un résultat étonnant. L'on y trouve aussi des textures excessivement bizarres que l'on croirait sorties des délires de Bill Graham (par exemple l'image n°75 du répertoire "neartile"), ou encore des images prêtes à être plaquées, comme un clavier en pièces détachées. Il y a les habituels textures de notre bonne vieille Terre, des cartes à jouer, des peaux d'animaux (de léopard, de grenouille...), et même des fonds tirés du Web en quantité astronomique.

Par contre, j'ai été un peu déçu du peu de textures du répertoire "organic", qui comme nous allons le voir auraient été extrêmement utiles.

Continuant à explorer le boîtier du CD, je me mis à lire la doc papier, malheureusement en anglais, et vis à ma grande joie une FAQ (Frequently Asked Questions) sur LightWave, ainsi que les adresses Internet qui ont servi à la création de ce CD ; ma joie fut quand même mitigée de m'apercevoir que la FAQ ne répondait quasiment qu'aux questions de base, mais satisfaisait tout de même aux attentes des novices.

Par contre, les adresses Web menant à des sites sont assez riches, ce qui permettra aux personnes en ligne de compléter leurs collections de textures ou de greffons. Certains de ces sites sont assez méconnus, et quasi introuvables via les moteurs de recherches. En cela, la doc papier donne un coup de main appréciable.

Le contenu

Par la suite, n'y tenant plus, j'extirpe le CD LightROM 4 de son boîtier honteusement en plastique alors qu'il devrait être en or et l'enfourne avec force à grands coups de maillet dans mon lecteur : haaaaaaaaaaaa, aucun problème, il le lit (en effet, mon lecteur de CD est souvent mécontent avec les LightROM. A vrai dire, c'est le premier que j'arrive à lire. Celui-ci est certifié aux normes ISO-9660, et donc passe sur tous les lecteurs (il était temps !).

Je me rue sur Directory Opus pour l'explorer... Le contenu :
  • Demos :73 Mo.
  • Images : 108 Mo.
  • Indexes : 82 Mo (glups !).
  • lw3_5 : 216 Mo.
  • Motions : 3,7 Mo.
  • Objects : 89 Mo (oula y'a du boulot).
  • Scenes : 14 Mo.
  • Surfaces : 26 ko.
  • Texts : 84 Mo (84 Mo de texte !).
Le répertoire "text" comporte la FAQ de LightWave, un répertoire "mailist" et un répertoire "net-news". Et là, déception, cataclysme, tout est en .doc. c'est du Word. Là je me tire une balle, j'essaye d'en ouvrir un avec le lecteur d'Opus et effectivement, la moitié des fichiers sont quasi illisibles pour cause de pollution d'ASCII wordien. 84 Mo de perdus.

Déçu, je passe à la suite et vais voir ce qui se passe dans "indexes" pour voir s'il n'ont pas tout mis en BMP. Là, non, ça va, pas de problèmes, des IFF en HAM8, en haute résolution et en 24 bits (ils ont pensé aux gens en ECS), des JPEG, des Targa, des TIFF.

Objets

En explorant les IFF, j'ai l'impression de me tromper de CD, et de me trouver devant le calendrier de Miss 3D 97, ou celui de Babylon 5. Non, je ne me suis pas trompé. Je lance mon modeleur et saute sur le répertoire "object". Là, je constate que le LightROM 4 est excessivement axé sur l'organique et la poupée barbie. On trouve des mannequins étonnants, tellement étonnants qu'on croirait que quelqu'un est tombé dans un scanner 3D. Les objects tel que "angelite" ou "barbare" sont des exemples impressionnants de ce que l'on peut faire avec les NURBS, et restent suffisamment simples pour être modifiés.

On trouve un grand nombre de "pièces détachées" humaines, des organes, un cerveau appétissant, j'en passe et des meilleures. Les objets fournis sont assez intéressants, car ils permettront facilement une modification sur l'expression d'un visage, ou une modification de la position du mannequin pour lui faire prendre des positions diverses. Par contre, il n'y a guère de textures sur ces objets, ce qui donne un aspect très "plastique" si on n'apporte pas une touche personnelle pour les rendre plus "vivants".

Lightrom

Anatomiquement parlant, les objets de ce type ont de bonnes proportions, et les vêtements qui les recouvrent sont assez vraisemblables, mais nécessitent quand même quelques bidouillages. Le répertoire anatomie est donc assez complet, mais l'adjonction des objets que l'on trouve sur les LightROM précédents est tout de même nécessaire si l'on veut disposer de toute la panoplie nécessaire à la création de n'importe quelle forme humaine.

Babylon 5

L'autre grand axe de ce CD, c'est Babylon 5, StarTrek et Star Wars, le répertoire "space" en est truffé, avec par exemple un X-Wing en phase d'attaque sur l'étoile noire, ou encore un combat spatial babylonien avec un vaisseau des "ombres". Un très grand nombre de vaisseaux et des scènes des plus célèbres sont disponibles, ainsi que tous les éléments nécessaires pour reconstituer les grands moments de la "baston" spatiale.

Ces éléments sont eux aussi de grande qualité, c'est à se demander si ce ne sont pas des originaux pour certains, car sur certains vaisseaux, mis à part quelques divergences de textures, je n'ai guère vu de différence. C'est un plaisir de voir le "White Star" de Babylon 5 plongé vers une planète inconnue. On a presque l'impression de regarder la série.

De plus, le temps de calcul sur mon "petit" 4000 est plus qu'honnête, ce qui donne un grand plus à ce CD, puisque même les scènes les plus complexes ne demandent pas une O2 ou un Pentium Pro pour être calculées dans un délai appréciable. D'ailleurs, dans le cas où l'objet est trop lourd, comme dans le cas de l'objet "Barbara", on trouve aussi une version optimisée "lite" tel que, pour l'exemple, "Barbaralite", ce que les amigaïstes apprécieront.

D'autres choses

En explorant le reste du CD, je me suis rendu compte qu'étaient fournis des programmes démo, permettant de découvrir l'usage de greffons ou de programmes d'extension tel que Vertilectric ou Pixel-3D. Le gros problème, c'est que seul Vertilectric est en version Amiga, tout le reste est pour PC. Mais franchement, ces programmes n'ont guère d'intérêt, donc on ne les regrettera pas trop.

Justement, le problème majeur de ce répertoire, c'est qu'il n'y a rien de nouveau. Tous les programmes présents sont vieux de plusieurs mois, voire années. Tant au niveau du PC que de l'Amiga, on s'attendrait à de la nouveauté. Et bien, non, rien que du réchauffé. A quand le pilote Powerglove, le casque 3D, Alias en greffons ! Je me passerai d'Alias en greffons, le rendu en temps réel alors ? Non ? Bon, d'accord, pas de greffon miracle sur le LightROM...

Conclusion

Ce double CD est excellent au niveau tant qualitatif que quantitatif, mais je regrette énormément que tous les fichiers présents ne soient pas utilisables sur toutes les machines. Un texte en ASCII aurait du être présent pour compenser les .doc, et une version Amiga ou des programmes équivalents auraient pu compenser les versions PC des programmes de démo. Dans l'ensemble, je le trouve très complet et très instructif, mis à part un détail : pas de polices de caractères. En effet, je me suis attendu à trouver de nouvelles polices à ajouter à ma collection, et je dois dire que cela m'ennuie de voir que sur le seul LightROM "passe-partout" il n'y en a pas. Les heureux possesseurs des anciens LightROM verront tout de même qu'il y du réchauffé, surtout en ce qui concerne le CD des textures qui comportent à mon sens seulement 1500 textures inédites, les autres se rencontrant très souvent sur le Web. Enfin, je vous le recommande tout de même. Remerciement à François Gastabo pour m'avoir prêté ce CD.

Nom : LightROM Volume 4.
Auteur : Michael Meshew.
Éditeur : Amiga Library Services (Fred Fish).
Genre : diverses choses pour LightWave et autres modeleurs.
Date : 1997.
Configuration minimale : Amiga AGA, 68020, 1 Mo de mémoire, AmigaOS 2.0, lecteur de CD.
Licence : commercial.
Prix : environ 200 FF.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]