Obligement - L'Amiga au maximum

Samedi 29 avril 2017 - 19:27  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Actualité : LAVA, l'éruption de Carl Sassenrath
(Article écrit par Bruce Lepper et extrait d'Amiga News - mars 1997)


"La raison d'être de l'informatique personnelle est que l'ordinateur accomplit les tâches pour vous, et n'a rien à voir avec les idées obscures et bureaucratiques concernant les façons pour réaliser cela (C++, Windows, etc.)."

LAVA

C'est avec ces mots de protestation que Carl Sassenrath, ancien programmeur du noyau du système Amiga, a explosé sur le monde de l'Internet le 20 janvier 1997.

Sassenrath en a marre de ce qu'il conçoit comme une ineptie croissante de la technologie logicielle. Il constate que nous vivons une époque d'énorme puissance informatique, que nos systèmes personnels calculent des centaines de fois plus vite que les coûteux "mainframes" d'autrefois. Et pourtant, l'ordinateur reste difficile à utiliser et demande autant d'heures de configuration et de réglages qu'il fournit en heures de travail productif.

La raison ? C'est simple, d'après Sassenrath. Pendant la dernière décennie, les augmentations de puissance du matériel ont été annulées par une croissance excessive de la taille et de la complexité du logiciel système.

Le problème de la complexité

"Les développeurs des logiciels modernes ne comprennent pas les conséquences pour les utilisateurs de leurs systèmes surgonflés. Les sociétés comme Microsoft se trompent en pensant que nous avons beaucoup de temps à gaspiller, ou même, qu'on aime bricoler sans fin avec leur systèmes."

"Cette attitude irréfléchie se manifeste dans tous les aspects du logiciel moderne, y compris les systèmes de développement pour le créer, jusqu'aux bibliothèques d'applications (API) pour les interfaces, et les systèmes d'exploitation nécessaires pour l'exécuter..."

"Depuis quelques années, il est devenu normal que la technologie logicielle soit complexe au point de l'absurde. Les systèmes sont devenus incontrôlables et disproportionnés en comparaison avec leur utilité. Ils sont gaspilleux, fragiles, maladroits et lents. Comme notre gouvernement fédéral (NDLR : Carl est américain), ces systèmes logiciels complexes s'auto-éternisent, grâce aux vigoureuses bureaucraties de non pensée, nourries par leurs clients désespérés et inexpérimentés, qui ne voient pas d'alternative."

Retour vers le futur

Sassenrath rêve du passé d'une époque de productivité enivrante sur un système à 7 MHz avec un disque dur de 10 Mo. En cas de pépin, avec un peu de chance, on pourrait récupérer les choses soi-même. Il s'agit d'être maître de son ordinateur, et non l'inverse. Sera-t-il possible de retrouver une telle situation ? Où est-ce perdu pour toujours ?

"Tout le monde me dit que l'univers de l'ordinateur personnel est maintenant totalement dominé par un seul système, un système qui, je crois, manque une architecture efficace et sûre, et n'a pas une vision intelligente de l'avenir."

"Nous sommes peut-être à un point pivot en informatique personnelle, et nous devons prendre position. J'espère sincèrement qu'il y a suffisamment d'avant-postes dispersés de rebelles qui croient comme moi et refusent de s'incliner devant "l'empire". Avec une masse critique, nous pouvons construire notre propre avenir et revenir aux véritables raisons d'être de l'ordinateur personnel."

Un plan à deux volets

Sassenrath décrit les années qui ont suivi sa création de l'architecture multitâche de l'Amiga. Il a cru à tort que les systèmes d'exploitation allaient s'améliorer avec le temps,et il regrette son erreur.

Je suis maintenant prêt à développer le système que je contemple depuis dix ans. Je ne parle pas d'un clone d'un système existant, y compris l'Amiga, ce que je veux est un ordinateur personnel que j'aimerais utiliser : un système qui est vraiment facile à opérer, consistant, flexible, puissant, compact et rapide."

Son plan est à deux volets :

D'abord, terminer LAVA, un nouveau langage de scripts et de contrôle, langage sur lequel il travaille à temps partiel depuis de nombreuses années. Depuis plusieurs mois (Bruce Lepper : depuis son départ de VIScorp, société qu'il a traité d'incompétente, où il travaillait sur des projets de set-top box), il travaille à plein-temps sur ce projet et le langage est presque prêt pour sa sortie en version prototype (alpha). Des versions seront disponibles pour les "principales plates-formes" dans l'espace d'un mois. A la question pourquoi commencer avec un langage ? Il répond : "Parce que je crois que le noyau de l'informatique est basé sur son aptitude en langage, et non pas sur le système d'exploitation ni sur les technologies microprocesseur. Nous exécuterons ce que nous pouvons exprimer."

Deuxièmement, le développement de MagmaOS, un système d'exploitation compact et flexible qui sera intégré d'une façon unique avec le langage. Le réglage des attributs, les scripts de contrôle, la configuration, l'installation, les communications inter-processus et le traitement distribué seront faciliter par le langage. Les applications peuvent encore être écrites en C, mais une partie de leur interface avec le système sera gérée par le langage de l'OS. Ce système sortira en version prototype, ultérieurement cette année, sur quelques différentes plates-formes matérielles.

Et les finances ?

Carl Sassenrath n'a pas d'autres activités, et n'a pas l'intention de vendre ses productions. Il aurait trop peur d'en perdre encore le contrôle, au profit de ceux qui manquent de compréhension nécessaire pour faire de bons choix dans les années à venir. Il propose un système de contribution pour ceux qui voudraient assurer l'avenir de LAVA et MagmaOS. Pour 50 $, vous devenez "Contributing User" et vous recevrez LAVA sur une disquette signée par la main de son auteur. Pour 100 $ vous être "Contributing Developer" et vous serez invité à rejoindre la LAVA Flow Developer Program, avec des privilèges en termes de documentation, logiciels et communications avec Carl Sassenrath via courrier électronique. Enfin, les "Supporting Contributors" (250 $ et plus) et "Founding Contributors" (1000 $ et plus) seront honorés par l'affichage de leur nom sur le site Web de LAVA. Les contributions sont à envoyer à Carl Sassenrath, PO Box 264 Calpella, CA 95418 USA, et vous pouvez envoyer vos commentaires à lava AT sassenrath POINT com.

Caractéristiques techniques

LAVA (Language for Audio Visual Applications) est un langage facile à utiliser, puissant et portable, pour la création d'applications compactes (graphisme, audio, multimédia, réseau et contrôle) sur ordinateurs personnels. Un logiciel écrit pour l'Amiga doit pouvoir tourner sans modification sur PC, Macintosh ou n'importe quel autre système.

D'après Sassenrath, la rédaction de sites Web en LAVA sera très supérieure au langage HTML. LAVA permettra une puissance de présentation accrue, un style plus consistant, flexible et plus facile à écrire, une meilleure utilisation des ressources, et des téléchargements moins lourds.

Il y a plusieurs variétés de LAVA
  • LAVA, le langage de base, avec translator (compilateur) et environnement d'exécution. Utile pour faire des scripts, de la configuration, du Shell, de la manipulation de fichiers, etc.
  • Hot LAVA est la version réseau pour utilisation avec TCP/IP. Gestion (client) du Web, FTP, mailto et de nouveaux protocoles LAVA.
  • Molten LAVA est la version pour multimédia, avec gestion des graphismes, son, musique, vidéo, effets vidéo, séquençage, synchronisation et gestion d'événements.
  • Hot Molten LAVA est la somme des versions précédentes en un seul système.
  • MagmaOS est un système d'exploitation compact, efficace et multitâche qui intègre LAVA.
LAVA n'est pas limité à une seule plate-forme, OS ou processeur, et Sassenrath voudrait le rendre accessible pour tout le monde. Mais, en attendant de franchir le seuil de rentabilité, LAVA sera disponible sur ces plates-formes :
  • Amiga. LAVA sera disponible pour toute la gamme, de l'A500 à l'A4000T avec AmigaOS 2 ou 3 (et plus tard 1.3). Hot LAVA exigera TCP/IP, Molten LAVA aura une qualité d'affichage moindre sur certains modèles, suivant le matériel et les performances du processeur. La gestion des cartes graphiques est une possibilité pour l'avenir.
  • PC. Il est important que LAVA gagne une base d'utilisateur importante rapidement. Pour cette raison, il gérera Windows 95, 3.1, NT et DOS. D'après Carl Sassenrath la version PC n'a créé que 5 à 10% de travail supplémentaire.
D'autres possibilités pour l'avenir sont : A\Box, BeBox, PIOS, Village Tronic (?), Mac 68k et PowerPC, Unix, Sun SGI, Next et d'autres stations de travail. LAVA sera disponible comme shareware. Les scripts LAVA seront distribués sous forme de code source. C'est l'une des idées clé qui ont contribué à la réussite rapide du World Wide Web : les auteurs pouvaient apprendre en étudiant le travail des autres.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]