Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 28 mai 2017 - 02:51  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Point de vue : Les lacunes des navigateurs Amiga en 2000
(Article écrit par Frédéric Perniceni - février 2001)


Suite à un long échange avec d'autres amigars sur la liste de diffusion Amiga Impact au sujet de la compatibilité des navigateurs communément utilisés sur notre machine préférée, j'ai testé les instructions que l'on rencontre le plus souvent sur Internet. Pour ces essais, j'ai utilisé IBrowse 2.2 et de AWeb 3.3 SE qui sont, à mon avis, les deux navigateurs les plus utilisés, bien que IBrowse ait réellement la faveur des utilisateurs. Chose intéressante, lors de l'installation de IBrowse, on nous prévient que cette nouvelle version gère correctement les spécifications du HTML 4 et les rajouts a la sauce Netscape... et bien on va voir ça !

Pour ces essais, je me suis basé sur les fichiers exemples de divers ouvrages de programmation en HTML 4 et "d'enluminures" de pages Web ainsi que de la visite de sites dit généralistes comme "Le site du jour de M. Internet sur TF1".

Les spécifications du HTML 4 sont décrites dans le document de travail du W3C (World Wide Web Consortium) de juillet 1997 (oh oh oh ! une technologie du siècle dernier). Le travail de ce consortium est de normaliser le code HTML afin de mettre tout le monde d'accord quant à sa rédaction et aux fonctions à lui implémenter. Mais voilà, le gros problème des deux grands éditeurs de navigateurs Internet (Microsoft et Netscape) ont la fâcheuse habitude de n'en faire qu'à leur tête. Microsoft et Netscape ont, tour à tour, introduit des extensions propriétaires à leurs navigateurs.

Quid du HTML 4 ?

Le HTML 4, c'est du HTML 3 avec quelques trucs en plus comme des balises et des nouveaux arguments. A l'heure actuelle, les navigateurs Internet sont supposés supporter les nouvelles fonctions du HTML 4. En réalité ce n'est pas aussi simple. Tous les ajouts entre la version 3 et 4 ne sont pas reconnus par les butineurs ; dans la majorité des cas, s'ils ne sont pas exploités, ils sont ignorés pour éviter toute erreur. Les feuilles de styles ne sont, par exemple, que très peu traduites par nos butineurs. Si les polices de caractères sont redéfinies dans une feuille de style, AWeb et IBrowse vont carrément les ignorer car les polices définies sont issues du monde Microsoft donc inexistantes sur notre machine.

A vrai dire, ceci ne pose pas de gros problèmes car les seules choses que cela peut provoquer ce sont de légères différences de mise en page, de couleurs de caractères (noir au lieu de rouge) mais les pages comportant des feuilles de styles resteront exploitables. Le code HTML n'est pas le responsable des problèmes d'incompatibilités et n'occasionne que des troubles mineurs.

Le JavaScript : la bête noire

Premièrement, nos navigateurs ne gèrent pas toutes les instructions JavaScript, c'est déjà un gros handicap bien que la grande majorité des scripts écrits pour la gestion de lien, pour les formulaires et les cookies fonctionnent correctement.

Deuxièmement, dès que l'on s'attaque à des scripts utilisées pour la gestion d'événements comme les survols de boutons ou d'enluminures des pages, dans ce cas précis, les pages visitées peuvent devenir inexploitables voire illisibles. Qui ne s'est jamais retrouvé devant une belle page vide ? Ces pages sont souvent créées avec des outils d'aides comme DreamWaver qui utilisent du JavaScript à la mode Microsoft. En effet, Internet Explorer étant utilisé par 4/5 des internautes, Microsoft a revendiqué le droit d'ajouter de nouvelles instructions au JavaScript, même Netscape se voit incapable de traduire certaines d'entre elles. On voit apparaître dans les bouquins sur JavaScript des signets qui indiquent au lecteur des scripts non gérés par Netscape et d'autres navigateurs comme les nôtres. Pour les webmasters qui veulent avoir des pages animées sur Amiga, le meilleur moyen c'est le pillage. Surfez, repérez des pages qui comportent des scripts qui marchent bien sur notre machine, désossez-les pour comprendre leurs fonctionnements et réutilisez-les car les scripts "tout faits" des bouquins ne marchent pas à 90%.

L'autre grand problème : le Flash

Flash est un outil de création de graphismes animés vectoriels. Ces animations sont très largement utilisés dans la création de pages Web, mais voilà, pour les visionner, il faut un module d'extension. Il en existe un ou deux sur Amiga (notamment VFlash pour Voyager) mais ceux-ci ne sont pas compatibles avec les dernières versions de Flash.

En résumé

Pour l'instant, de nombreux sites restent encore visitables avec nos navigateurs, mais si aucun éditeur ne se dépêche à sortir un navigateur qui gère les technologies actuelles dans leurs intégralités, la navigation ne se fera plus en pleine mer mais dans un plan d'eau.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]