Obligement - L'Amiga au maximum

Vendredi 17 novembre 2017 - 18:30  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Les jeux de guerre
(Article écrit par Alain Huyghues-Lacour et extrait de Tilt - novembre 1989)


Pas besoin de passer par Saint-Cyr ou West Point pour apprendre à diriger une armée : grâce aux micros, les jeux de guerre sont maintenant à la portée de tous. Alain Huyghues-Lacour, en grand uniforme, divulgue ses trucs pour battre César ou Napoléon.

Jeux de guerre

Jeux de guerre, mode d'emploi

Ce type de jeu semble exister depuis la nuit des temps, sous une forme ou une autre. Il y a quelques siècles de cela, des passionnés recréaient déjà des batailles célèbres à l'aide de soldats de plomb. En remontant encore plus loin, on peut considérer que les échecs et le jeu de go sont les premiers jeux de guerre ("wargames" en anglais) que l'on connaisse.

Le principe est de mettre en présence deux armées ennemies, de force égale ou non, sur un terrain donné. L'affrontement peut se dérouler sur un simple champ de bataille, ou un pays entier, voire un continent. La grande majorité des jeux de guerre reprennent une bataille célèbre de l'histoire, mais il existe également des créations originales inspirées de thèmes de science-fiction ou de médiéval-fantastique. Mais même lorsqu'un jeu de guerre s'écarte de la réalité, il n'en conserve pas moins une grande rigueur et des règles précises. C'est le jeu de stratégie par excellence, car le succès repose tout entier sur la réflexion et le hasard n'y joue aucun rôle. De judicieux choix stratégiques, et une bonne estimation des intentions de l'ennemi sont les clefs du succès.

Les jeux de plateau

Les jeux de guerre modernes se jouent à deux sur une carte, généralement divisée en hexagones, sur laquelle les adversaires déplacent des unités, sous la forme de figurines ou de pions ornés de symboles. Les hexagones sont de différentes couleurs pour différencier la nature des terrains. Il est évident que le déplacement d'une unité est plus ou moins rapide selon le terrain traversé. Certains hexagones sont infranchissables car ils correspondent, par exemple, à une rivière traversant le champ de bataille.

Les règles de ces programmes s'inspirent de principes communs, mais il existe de nombreuses variantes en fonction des époques généralement. Il est indiscutable qu'une bataille de l'antiquité ne se déroule pas de la même façon que les guerres napoléoniennes ou, à plus forte raison, qu'un conflit du XXe siècle. L'évolution des armes et des moyens de transport, à travers les siècles, rendent impossible l'adoption d'une règle unique. Dans les jeux de guerre qui se déroulent au XXe siècle, l'aviation joue un rôle déterminant. On ne la représente pas sur la carte, mais des points de soutien aérien sont attribués aux unités sur le terrain.

Les "wargamers"

Les joueurs sont des passionnés de tous âges, qui se consacrent aux jeux de guerre comme d'autres entrent en religion. Il existe de très nombreux clubs qui leur permettent de se retrouver pour livrer des batailles acharnées. La plupart des programmes sont réalisés aux États-Unis, où ils sont très populaires. Une bonne connaissance de la langue anglaise est indispensable pour un wargamer. En effet, les notices ne sont pas souvent traduites, bien que certaines boutiques spécialisées fournissent parfois à leurs clients des traductions photocopiées.

Boutiques et revues

Les magasins qui vendent des jeux de guerre sont également spécialisés dans les jeux de rôle et les jeux de société. La plus célèbre est la boutique Descartes qui a des relais dans de nombreuses villes de France. Temps Libre est également une boutique bien connue des wargamers parisiens et il existe même des sociétés de vente par correspondance. A titre indicatif, le prix d'un jeu de guerre se situe entre 50 et 250 FF.

Quant aux magazines, on en compte trois. Deux d'entre eux se consacrent aux jeux de guerre, mais aussi aux jeux de rôle et aux jeux de société : Casus Belli et Jeux Et Stratégie. Ce dernier avait cessé de paraître l'été dernier, mais le titre a été racheté depuis et il sera à nouveau dans les kiosques à partir d'octobre 1989. Ces magazines sont fort bien faits et on y trouve fréquemment des jeux de guerre sous forme de cartes et de pions à découper, ainsi que les scénarios et les tables de résolution de combats.

Il existe également un magazine exclusivement dédié aux jeux de guerre, Le Journal Du Stratège. A mi-chemin entre fanzine et journal professionnel, il n'est distribué que dans les boutiques spécialisées. Contrairement aux deux autres, qui jouent plutôt un rôle d'initiation aux jeux de guerre, cette revue s'adresse uniquement aux spécialistes du genre et un néophyte serait bien en peine de comprendre une seule ligne.

Micro et jeux de plateau, même combat ?

Divers facteurs font que jeux de guerre et micro étaient faits pour se rencontrer. Tout d'abord, un micro est un adversaire qui est toujours disponible. S'il n'est pas difficile de trouver un partenaire pour faire une belote, c'est une autre affaire quand il s'agit de simuler une bataille historique.

Les jeux de guerre sur micro sont très populaires aux États-Unis où les nombreux fans s'entraînent devant leur écran entre deux rencontres avec des partenaires compétents. C'est surtout pour cette raison que la grande majorité des jeux de guerre sur micro ne sont que des adaptations de jeux de plateau. On peut regretter que les énormes capacités d'un ordinateur ne soient pas mieux utilisées. Mais les programmeurs spécialistes des jeux de guerre sont rares et c'est un genre qui ne s'improvise pas.

Dommage, car l'ordinateur permet des innovations très intéressantes. Par exemple, dans le Waterloo de PSS qui vient d'être publié, les ordres que vous donnez peuvent être mal compris et ils ne parviennent aux unités concernées qu'après un certain délai. Ce type d'innovation, difficilement applicable à un jeu de plateau, va indiscutablement dans le sens d'un plus grand réalisme. En outre, l'ordinateur est l'instrument idéal pour gérer les combats entre plusieurs unités, en effectuant presque instantanément des calculs complexes en prenant en compte de nombreux facteurs.

En revanche, la grande faiblesse de l'ordinateur, par rapport aux jeux de plateau, repose sur la représentation du champ de bataille. Comment faire tenir la totalité du théâtre d'opérations sur un écran ? Il serait alors pratiquement impossible de distinguer les unités engagées en raison de leur petite taille. Dans leur grande majorité, les jeux de guerre sur micro ne représentent qu'une petite partie du terrain sur l'écran et vous devez déplacer l'image pour découvrir les autres zones. Cela constitue un sérieux handicap, car le joueur ne peut avoir une vision globale de la situation, comme c'est le cas pour les jeux de plateau. Cela vous oblige à faire l'effort supplémentaire de mémoriser la position des unités dans chaque portion de terrain et à l'assembler dans votre tête à la manière d'un puzzle. On pourrait comparer cela à une partie d'échecs dans laquelle les joueurs ne pourraient voir plus de quatre cases à la fois. Ce n'est pas impossible, après tout certains joueurs d'échecs font des parties en aveugle, en se donnant les coordonnées de leurs déplacements, qu'ils mémorisent sans avoir besoin d'un échiquier.

Le second inconvénient de l'ordinateur c'est que, dans un tel jeu, la présence d'un adversaire en chair et en os est bien plus stimulante. Sans même parler de la complicité qui existe entre deux passionnés d'un type de jeu aussi particulier.

Un jeu de guerre, ça use...

C'est un genre difficile qui exige de gros efforts de la part des joueurs désireux de s'initier. Première source de frustration : la notice. En effet, le néophyte qui achète son premier jeu de guerre "pour voir" et court chez lui se mettre à son clavier sera déçu. Il devra en effet commencer par étudier la notice pendant des heures, voire des jours, avant de pouvoir faire quoi que ce soit. Dur, dur ! De plus, les notices sont généralement aussi volumineuses que complexes et de nombreux débutants risquent fort de craquer avant même de commencer à jouer.

Jeux de guerre

D'autant plus que, les jeux de guerre n'étant guère populaires dans notre pays, les notices sont rarement traduites en français, ce qui n'arrange pas les choses. Si vous ne maîtrisez pas l'anglais, l'étude d'une notice volumineuse à l'aide d'un dictionnaire risque d'être le plus mauvais souvenir de votre carrière de joueur... C'est l'enfer !

... mais c'est bon

Il faut vraiment s'accrocher pour assimiler le fonctionnement d'un jeu de guerre, mais si on va jusqu'au bout, on peut vraiment s'éclater. Je verse une larme d'émotion au souvenir de ma première victoire sur Rommel, lors du débarquement en Normandie (Battle For Normandy sur C64). Et même les défaites qui avaient précédé étaient très excitantes. Une fois qu'on a franchi le pas, un jeu de guerre est un jeu qui se vit avec beaucoup d'intensité et dont on ne se lasse pas rapidement.

Y jouer c'est mettre le doigt dans un redoutable engrenage qui vous prend la tête et vous fait perdre toute notion du temps. Même moi, qui ne jure que par l'arcade, j'ai passé des nuits blanches à guerroyer sur les plages de Normandie ou sur les champs de bataille de la troisième guerre mondiale. Je ne me rendais compte de l'heure qu'à la lumière du petit matin et j'allais m'écrouler sur mon lit... pour y dormir d'un sommeil agité en rêvant de troupes en déroute et de brillantes offensives. Vu de l'extérieur, on a l'impression qu'un jeu de guerre est un jeu lent et ennuyeux, mais si on s'en donne la peine, ce type de programme se révèle particulièrement riche en sensations fortes.

La nouvelle génération de jeux de guerre

Si vous n'avez jamais joué, faites donc une tentative car ce genre difficile ne manque pas d'intérêt. Pour une première approche, il est important de faire le bon choix. Si vous commencez par des jeux complexes comme UMS ou Waterloo. A moins que vous ne soyez particulièrement doués, l'affaire risque de mal tourner et vous risquez de développer une véritable allergie à ce type de jeux. Le jeu de guerre est un genre à manier avec beaucoup de précautions. Si vous voulez conserver votre santé physique et mentale, l'ordonnance prescrit de commencer par des jeux de guerre "doux".

Récemment, nous avons assisté à la naissance d'une nouvelle génération de jeux, bien plus simples d'accès et s'inspirant plus ou moins de ce genre. A des degrés divers, Conflict Europe, Lords Of The Rising Sun et Populous participent au renouvellement du genre.

Concept et scénario

Conflict Europe est un jeu de guerre qui oppose les forces de l'OTAN à celles du Pacte de Varsovie lors de la prochaine guerre mondiale. Cinq scénarios très plausibles vous sont proposés, le conflit commence après deux semaines de tension et les troupes du Pacte sont sur leurs positions ; ou bien le conflit est déclenché subitement et aucun des deux camps n'est en position ; ou bien un traité a permis le retrait des armes nucléaires (leur utilisation déclencherait automatiquement une guerre nucléaire totale) : ou bien l'option guerre des étoiles a été développée par les deux grands et tout missile sera détruit automatiquement à l'exception des armes nucléaires tactiques de courte portée ; ou bien les Américains se sont retirés de la scène européenne et la Pologne ainsi que la Roumanie ont rompu avec le pacte de Varsovie. La grande variété de ces scénarios vous impose des stratégies adaptées à chaque cas, ce qui est un gage de longévité pour ce programme.

La grande innovation de Conflict Europe est de présenter un jeu de guerre assez réaliste tout en simplifiant les procédures de fonctionnement. Ce programme fait l'impasse des problèmes de ravitaillement qui sont généralement l'un des facteurs déterminants de la plupart des jeux de guerre. Ces questions sont prises en charge par l'ordinateur, sans que vous ayez à vous en préoccuper.

Lords Of The Rising Sun met en scène deux seigneurs dans le Japon du XIIe siècle qui s'affrontent lors de la guerre du Gempei. L'enjeu est de devenir le shogun (le maître du Japon, l'empereur ne jouant pas de rôle politique) et tous les coups sont permis pour y parvenir. Ce programme est assez proche d'un jeu de guerre, mais sa particularité repose sur la présence de nombreuses scènes d'action. Cinemaware avait déjà utilisé ce mélange d'action et de stratégie avec succès dans des programmes comme Defender Of The Crown ou Sinbad. Toutefois, les scènes d'action ne sont pas gratuites car elles influent beaucoup sur le déroulement de ce jeu de guerre. Ainsi, l'habileté dont vous faites preuve en chargeant vos ennemis dans une bataille ou en tirant à l'arc lors du siège d'un château, modifie très sensiblement l'efficacité de vos troupes lors des prochains combats.

Jeux de guerre
Lords Of The Rising Sun

Populous est basé sur un concept d'une grande originalité qui, au premier abord, n'a rien à voir avec un jeu de guerre. Vous tenez le rôle d'un dieu qui contribue à la prospérité de ses adorateurs et à l'affaiblissement des "infidèles". A priori, la religion peut sembler déplacée dans le contexte de la guerre, mais il suffit de s'intéresser à l'histoire pour se rendre compte du rôle déterminant qu'elle a toujours exercé en ce domaine.

Les moyens

Dans Conflict Europe, il ne s'agit pas d'une bataille traditionnelle se limitant aux troupes en présence, mais d'une grande campagne militaire avec des armées modernes disposant de moyens très sophistiqués. Les armes nucléaires et chimiques jouent un rôle très important. Toutefois, il faut y regarder à deux fois avant d'avoir recours à ces armes car cela risque fort de déclencher un processus irréversible qui mène à la destruction du monde. Il est beaucoup plus sage de baser votre stratégie sur l'utilisation de vos troupes et de tenter d'obtenir une supériorité aérienne sur le théâtre des opérations. Vous disposez également d'une certaine marge de manoeuvre sur le plan diplomatique, mais son importance est limitée et ce facteur ne peut en aucun cas jouer un rôle déterminant sur le cours des événements.

Dans Lords oF The Rising Sun, tous les moyens sont bons pour atteindre votre but. Bien sûr, vous devez remporter des batailles et prendre les châteaux occupés par l'ennemi, mais la ruse et la diplomatie jouent également un rôle très important. Il faut essayer de gagner à votre cause les seigneurs qui restent neutres. Attention, votre adversaire ne recule devant rien et il peut engager un ninja pour tenter de vous assassiner.

Dans Populous, le fait d'être un dieu vous donne des pouvoirs largement supérieurs à ceux d'un quelconque chef d'armée. Vous avez donc à votre disposition un large éventail de catastrophes naturelles que vous pouvez déclencher à volonté pour affaiblir vos adversaires. Tremblements de terre et raz-de-marée vous permettent d'infliger de lourdes pertes à vos ennemis, mais bien sûr ils peuvent vous rendre la pareille. A côté de ces phénomènes spectaculaires, la création d'un marais peut paraître dérisoire, mais c'est pourtant un moyen efficace de se débarrasser d'un chevalier qui ravage vos terres. Ces chevaliers jouent un rôle déterminant dans Populous car il suffit de quelques-uns d'entre eux pour mettre le pays à sac.

Jeux de guerre
Populous

Simplicité d'accès

Ces trois programmes ont un énorme avantage en commun : une notice pas trop épaisse et traduite en français. Bien que Conflict Europe soit un jeu de guerre assez complet, tout est conçu pour le rendre accessible. Le théâtre d'opérations est intégralement représenté sur l'écran et les différents terminaux (missions spéciales, armes nucléaires et chimiques, etc.) s'utilisent très simplement. Quant aux déplacements des unités, ils s'effectuent le plus simplement du monde par l'intermédiaire de la souris.

Conflict Europe est indiscutablement l'un des jeux de guerre les plus ergonomiques qui aient vu le jour sur un micro. Si cette simplification peut choquer les spécialistes, il faut reconnaître que la réalisation est suffisamment habile pour que le réalisme du conflit n'en soit pas trop affecté. Les différents éléments qui n'apparaissent pas dans ce jeu (ravitaillement, moyens de transport, etc.) sont gérés par l'ordinateur. Le jeu y gagne beaucoup en rapidité et il est possible de redéployer ses troupes sans les lourdes contraintes d'intendance. Les débutants apprécieront. Il est à noter qu'il a été réalisé par PSS, qui est l'un des grands noms du jeu de guerre. Généralement, les programmes de cet éditeur américain sont d'un haut niveau, et ce jeu de guerre d'initiation bénéficie de sa grande expérience en ce domaine.

En ce qui concerne la simplicité d'accès de Lords Of The Rising Sun, tout dépend de l'angle selon lequel on l'envisage. On peut le voir comme un jeu de guerre simple ou comme un jeu d'action/stratégie beaucoup plus complexe que la plupart des programmes de ce type (comme Defender Of The Crown par exemple). Ce jeu fait autant appel à l'habileté qu'à la réflexion et il est parfois difficile de passer sans transition de l'une à l'autre. Si vous choisissez d'incarner Yoshitsune, vous ne serez pas obligé de participer aux scènes d'arcade et jouerez sur un plan purement stratégique. Mais ce serait dommage car c'est cette dualité qui fait l'originalité du programme. Sans ces magnifiques scènes d'action, Lord Of The Rising Sun ne serait plus qu'un jeu de guerre parmi tant d'autres.

Populous est de loin le programme le plus simple d'accès de cette sélection. Il est assez surprenant de constater qu'un programme aussi riche, et d'une telle originalité, se révèle aussi simple d'utilisation. Il suffit de parcourir rapidement la notice pour saisir l'esprit du jeu et on peut attaquer une première partie sans attendre. C'est le type même de programme que l'on maîtrise en jouant et on se débrouille de manière satisfaisante dès la seconde partie. C'est à l'usage que l'on assimile vraiment le mécanisme du jeu et on parvient assez rapidement à adapter sa stratégie à une situation donnée. Le secret de cette réussite repose sur une progression de la difficulté savamment dosée. Les premiers mondes ne posent guère de problèmes, ce qui vous laisse le temps de bien vous familiariser avec les différentes possibilités qui vous sont offertes. Le jeu se complique nettement par la suite, mais lorsque l'adversaire devient beaucoup plus performant, vous êtes prêts à faire face.

Le champ de bataille

Les combats de Conflict Europe se déroulent sur une partie du continent européen, centrée autour de l'Allemagne. C'est dans ce pays, qui occupe une position charnière entre l'Est et l'Ouest, que se joue le sort de la guerre. Les spécialistes reconnaissent que l'Europe de l'Ouest ne tarderait pas à tomber dans le cas où l'OTAN ne parviendrait pas à tenir en Allemagne. Il faut donc absolument enrayer les tentatives de percée des troupes du Pacte de Varsovie mais il est également évident que ce qui se passe sur d'autres théâtres d'opérations influe sur l'issue du conflit. La domination de l'Atlantique est particulièrement déterminante, puisque l'arrivée de renforts en provenance des États-Unis en dépend. Vous n'avez aucun contrôle sur cette bataille navale, mais il est possible d'obtenir de précieuses informations sur l'issue des combats hors carte en consultant le terminal guerrecom. Il est très important de se tenir régulièrement informé de l'évolution générale du conflit pour pouvoir élaborer sa stratégie. Il n'est pas négligeable, par exemple, d'empêcher les forces du Pacte d'accéder aux ports de l'Atlantique.

Jeux de guerre
Conflict Europe

Dans Lords Of The Rising Sun, le combat pour le pouvoir se déroule sur tout le territoire japonais. Il est fondamental de chercher à contrôler au plus vite certains points stratégiques comme les ports. Populous présente simultanément une carte du monde et un agrandissement de la zone sur laquelle vous exercez une action. Il vous suffit de cliquer sur n'importe quel point de la carte générale pour obtenir un agrandissement de cette zone. Ne négligez surtout pas de jeter un coup d'oeil, de temps à autre, sur ce qui se passe dans les territoires occupés par l'adversaire.

Le monde dans lequel se déroule le conflit est en perpétuelle mutation puisque chacun des adversaires étend son territoire en prenant sur la mer. De même, le relief peut être modifié à chaque instant et un raz-de-marée peut tout changer brutalement. La mer recouvre alors la plus grande partie des terres, ne laissant subsister que les régions les plus élevées. Ce programme d'une grande richesse présente 500 mondes différents dont la géographie et le climat influent sur le déroulement du conflit.

La réalisation

Les jeux de guerre bénéficient rarement d'une réalisation très soignée. Traditionnellement, les graphismes se résument à la représentation d'une carte plutôt laide. Quant à la bande sonore et à l'animation, elles n'ont pas lieu d'être dans ces programmes. Il est vrai que ce type de jeu ne se prête pas à des effets spectaculaires, et les concepteurs de jeux de guerre se donnent rarement la peine d'essayer de rendre leurs programmes plus attrayants sur le plan esthétique. Pour un jeu de guerre traditionnel, Conflict Europe présente une réalisation supérieure à la moyenne. L'écran de jeu représente le quartier général, avec une carte qui occupe la presque totalité du mur du fond. Pas d'animation ni de bande sonore pendant le jeu, mais en revanche on découvre d'agréables écrans de présentation.

Lords Of The Rising Sun bénéficie de la plus belle réalisation de cette sélection. Il est inutile de vanter une fois de plus la qualité des super-productions Cinemaware. Bien sûr, ce sont les scènes d'action qui sont particulièrement mises en valeur avec de superbes graphismes. Le siège d'un château, l'attaque des ninjas ou le déroulement d'une bataille, sont des petits chef-d'ceuvres très stimulants pour les joueurs. Mais rien n'a été négligé et même la partie stratégique est plaisante avec une carte du Japon dessinée avec soin.

Sans parvenir à rivaliser avec la beauté de Lords Of The Rising Sun, Populous bénéficie d'une réalisation de qualité. Une bonne partie de l'écran est occupée par différentes icônes, ce qui ne laisse pas beaucoup d'espace pour la zone d'action. En dépit de cela, la représentation en perspective 3D et la qualité du graphisme sont particulièrement agréables. De plus, les changements de décors, en passant d'un monde à l'autre, apportent une agréable diversité déserts, étendues de glace, etc. Ces trois programmes peuvent vous permettre de vous familiariser avec ce style de jeu sans risquer de vous en dégoûter à tout jamais.

Populous offre un premier contact idéal, car même s'il ne s'agit pas d'un jeu de guerre, à proprement parler, il présente de nombreux points communs avec ce genre. C'est un programme aussi original que passionnant et sa facilité d'accès est également un atout important. Dans un deuxième temps, vous pouvez aborder Lords Of The Rising Sun. Cette fois, il s'agit bien d'un jeu de guerre, mais la présence de scènes d'action contribue à le rendre plus abordable pour un novice et relance l'intérêt du jeu.

Ensuite, il ne vous restera plus qu'à essayer un véritable jeu de guerre. L'ergonomie et la rapidité de Conflict Europe en font un excellent choix pour débuter. Une fois le mécanisme assimilé grâce à ces trois programmes, vous pourrez vous plonger dans une notice et vous laisser séduire par ce type de jeu et choisir parmi le très grand nombre de jeux disponibles sur le marché.

Pour ceux qui veulent aller plus loin

Une autre approche du genre passe par des simulations qui présentent de nombreux points communs avec les jeux de guerre.
  • Carrier Command : un grand programme, mi-simulation, mi-jeu de guerre. Passionnant et très bien réalisé.
  • Falcon : la plus belle des simulations aériennes, qui exige un bon sens tactique.
  • Red Storm Rising : une excellente simulation d'un conflit moderne.
Les débutants :
  • Fire Zone : un autre programme d'initiation, signé PSS sur le thème de la science-fiction. Un jeu de guerre intéressant, et pas trop difficile.
  • Battle Tank : ce programme sur micro s'accompagne d'un plateau sur lequel on déplace des chars. Une bonne approche des jeux de plateau, à mi-chemin entre un jeu de guerre et un jeu de société.
Les joueurs confirmés :
  • Rebel Charge At Chickamauga : un jeu de guerre de bon niveau qui reconstitue une bataille de la guerre de Sécession (notice en français).
  • UMS : une réussite dans le genre sur micro. Des batailles célèbres et la possibilité d'acquérir des modules par la suite, comme celui sur la guerre du Viêtnam. Un gros effort au niveau de la réalisation, le théâtre d'opérations est représenté en 3D, dans son ensemble. Mais les règles sont les mêmes pour le conflit du Viêtnam que pour une bataille de l'antiquité, ce qui est tout de même assez surprenant. Une notice très impressionnante, certes, mais traduite en français.
  • Waterloo : une honnête reconstitution de la dernière bataille de l'Empereur. Une représentation en 3D, mais les différentes unités sont difficilement identifiables. On trouve cependant quelques innovations très intéressantes (notice en français).
Note : Je tiens à remercier la boutique Descartes, la rédaction de Casus Belli et Pierre Grimbert de Jeux et Stratégie pour leur aide précieuse.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]