Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 22 juin 2017 - 14:06  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Programmation : Java - présentation
(Article écrit par Jérôme Palaysi et extrait d'Amiga News - décembre 1997)


Java : l'antidote contre Windows ?

Sous l'extraordinaire monopole de Windows, des dizaines de systèmes d'exploitation ne voient aujourd'hui leur seul salut que dans Java. Un langage compilé universel qui pourrait bien, si Microsoft ne parvient pas à le contrer, bouleverser le paysage informatique de cette fin de millénaire.

Avant-hier, Amstrad avait des disquettes un peu plus petites que celles de l'Atari ou de l'Amiga et beaucoup encore se servaient de cassettes. Il n'était pas question d'échanger des données ! Hier sont apparus l'IDE, le SCSI, le JPEG et les mods, autant de standards ou de formats répandus, qui firent entendre pour la première fois entre eux les diverses familles et générations d'ordinateurs. Aujourd'hui, poussant à l'extrême la standardisation, quelques sociétés conçoivent l'informatique comme ne pouvant être qu'une seul OS sur une seule machine. C'est ainsi que de nombreux systèmes n'ont plus le droit de cité, quand bien même leurs qualités sont réelles...

Telle n'était pas la destinée de l'informatique dont l'évolution naturelle, quoique passant par l'adoption de certains standards pour permettre l'échange, n'avait pas à être restreinte par l'imposition d'une seule solution.

Internet est arrivé

Il faut bien l'admettre, sans l'aide précieuse de l'Internet, Java serait sans doute resté dans l'ombre. Imaginez que le Web réunisse des millions de personnes et de machines, concevez que parmi tout ce monde débordant d'imagination naissent chaque jour des idées nouvelles, des formats de musiques ou d'animations... combien de versions de Netscape chaque jour faudrait-il pour assurer le libre épanouissement de la création ?

A moins bien sûr de se servir par exemple d'un langage comme Java (frère syntaxique du C++). L'idée est la suivante : un serveur qui désire présenter une nouveauté doit fournir les outils qui permettent de la découvrir, par exemple, un fichier exécutable qui va vous être envoyé, qui contient une animation et la façon de l'afficher.

Ceci n'est que l'aspect qui permit un essor significatif du langage. De manière générale, toutes les applications que vous connaissez auraient pu être écrites en Java : traitement de texte, logiciel de dessin, jeux... Imaginez-vous demain choisissant un logiciel pour votre Amiga dans tous les rayons de la FNAC !

Java

Comment ça marche ?

Mettre en place une telle possibilité aurait pu se faire par le biais d'un langage interprété. Ainsi, chaque utilisateur devait posséder cet interpréteur "universel" pour comprendre ce qui lui était destiné. Sun, en concevant Java, a préféré une solution plus avantageuse. Ainsi le Java est un langage compilé, mais dans un langage machine défini par Sun, pour un microprocesseur universel... et qui n'existe pas (quoique : explications le mois prochain). En fait, une application Java sur micro-ordinateur c'est un peu une application Amiga sous UAE. Ainsi, pour faire tourner une application Java sur un OS il suffit de posséder un émulateur, ce qu'on appelle JVM, pour "Java Virtual Machine".

Le programmeur aura besoin, lui, d'un compilateur qui produira un code spécifique au microprocesseur de Sun.

Java est orienté objet

Tout comme la plupart des langages de programmation modernes, Java est orienté objet. Nous ne pouvons pas formellement le qualifier de tout objet (ou encore langage objet pur) puisque des types primitifs demeurent, mais la proportion des classes dans Java est bien plus importante que pour le C++ par exemple. Les types du Java se comptent sur les doigts de la main.

Je vais rapidement expliquer ce que les informaticiens entendent par langages orientés objet. Dans un langage traditionnel, la définition de structure se limite quasiment à la réunion de types primitifs et d'autres structures définies. Par exemple, la structure "personne" peut être définie comme un espace mémoire contenant 12 octets pour le nom, 12 autres pour le prénom et 10 enfin pour le numéro de téléphone.

Imprimer cette information nécessite une procédure à part qui prendrait la structure client et qui afficherait le résultat sur l'écran par exemple. Dans un langage orienté objet, la procédure est inclue (non pas vraiment physiquement mais logiquement) dans la structure personne, et du coup, cet objet de programmation prend le nom de classe. L'intérêt consiste dans la facilité de maintenance et dans les possibilités d'évolution de tels programmes par les concepteurs. Les sources peuvent être plus longs tout en restant très compréhensibles, l'évolution du programme est infiniment plus ouverte... bref, en facilitant le travail de programmation, les applications peuvent atteindre aujourd'hui, et atteindront encore d'avantage demain, des niveaux inexplorés.

Java est sécurisé

En abolissant par exemple l'arithmétique des pointeurs, Java sécurise les systèmes et évite les effondrements dus à des erreurs de programmation. De la même façon, l'interpréteur peut détecter et neutraliser un virus s'attaquant à des zones sensibles. Soit dit en passant, cet aspect du langage donne à l'Amiga la protection mémoire qui lui fait défaut.

Pour conclure

Le mois prochain nous reviendrons sur les notions essentielles de classe et d'objet. Le mois prochain, j'irai à Bièr'Académie et je porterai un pantalon long peut-être. Mais le mois prochain, ce qui est plus certain, c'est que nous découvrirons un premier petit exemple dans cette rubrique !

Java sur Amiga

Je n'ai pas pour l'instant d'interpréteur ni de compilateur Java sur Amiga. Des projets sont cependant sur le point d'aboutir :
  • Merapi de Haage & Partner devrait être présenté au salon de Cologne. Peut-être le seul des trois projets qui proposera un compilateur [www.haage-partner.com].
  • MOca de Finale Development est une JVM. Le principe de fonctionnement de MOca repose sur une recompilation du code Java en instructions machine propres aux microprocesseurs de Motorola, ce qui garantit une meilleure rapidité d'exécution. Ce principe s'appelle le JIT pour Just In Time [www.finale-dev.com].
  • Kaffe est une JVM également, mais gratuite. Elle utilise le JIT [www.kaffe.org].


[Retour en haut] / [Retour aux articles] [Article suivant]