Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 08 août 2022 - 03:58  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de James Pond 3: Operation Starfi5h
(Article écrit par Jérôme Bonnet et extrait de Joystick - juin 1994)


La mascotte de Millennium reprend du service, opposée comme toujours à son vieil ennemi le Dr Maybe. Un jeu de plates-formes "à la japonaise", pas très beau mais immense et bourré d'astuces.

James Pond 3: Operation Starfi5h

Ah, la vache, les crapules ont la peau dure, par les temps qui courent ! Prenez ce vieux fou de Dr Maybe, par exemple. Ce savant génial n'avait qu'une obsession : devenir maître du monde. Il avait à cet effet installé une base au fin fond de l'océan dans laquelle il entendait bien lancer ses armées de robots contre les hommes. Malheureusement pour lui, l'agent spécial James Pond n'avait rien à faire ce jour-là, son rendez-vous avec le coiffeur ayant été annulé. En deux ou trois coups de nageoires, la base sous-marine de Maybe était en ruine, et ses robots détruits.

Croyez-vous que ça ait découragé Maybe ? Pas du tout ! L'année suivante, le savant mégalomane investit l'usine de jouets du Père Noël, au Pôle Nord, et place des explosifs dans les cadeaux des enfants du monde entier, comme ça, par méchanceté gratuite, pour se venger de l'humiliation subie un an plus tôt. Il aurait mieux fait de rester couché ce jour-là, car James avait prévu d'aller manger un hamburger et le Maquereaunald local était fermé. Quelques heures plus tard, les jouets étaient tous désamorcés et les légions du savant à nouveau défaites.

James Pond 3: Operation Starfi5h

Alors là, cette fois-ci, le Dr Maybe en a vraiment ras le bol de ce requin d'eau douce, il pique carrément sa crise et va se réfugier sur la Lune. C'est là qu'il découvre un truc complètement dingue : cette dernière est intégralement faite de fromages. Bon, d'accord, on s'en fout complètement, mais tout de même, vous vous imaginez l'odeur d'un bloc de milliards de tonnes de Munster, vieux de milliards d'années ? De quoi asphyxier la Terre entière ! Comme si cela ne suffisait pas, le vieux savant a décidé d'inonder la Terre de ces fromages, grâce à de nombreuses mines creusées dans le sous-sol lunaire, afin que le marché de cette denrée s'effondre Cette fois, rendez-vous ou pas, il va falloir se bouger la nageoire caudale, ou il n'y aura pas de James Pond 4. Que débute l'opération "Étoile de Mer" !

Un poisson suréquipé

Pour ce troisième volet des aventures du seul poisson agent secret (Aquabatic Games n'étant qu'une basse récupération du nom de James Pond accolée à un jeu de sports), Millennium n'a pas dérogé à la règle et nous propose des plates-formes, encore des plates-formes, toujours des plates-formes ! Vous incarnez bien entendu le héros et devez parvenir à la sortie de chaque tableau, non sans avoir détruit la balise permettant au Dr Maybe de contrôler les environs.

James Pond 3: Operation Starfi5h

Comme tout agent secret qui se respecte, James Pond possède de nombreux gadgets pour lui venir en aide. S'il a - hélas pour lui ! - perdu son corps télescopique de RoboCod, il dispose maintenant de bottes aimantées lui permettant de marcher au plafond. Il pourra de surcroît trouver sur son passage de nombreux bonus tels qu'une ombrelle à l'aide de laquelle il planera gracieusement, des bottes à réacteur pour courir très, très vite, des ressorts pour bondir à des dizaines de mètres de hauteur ou encore un pistolet à réacteur grâce auquel James se déplace dans les airs.

Il faut dire que les niveaux d'Operation Starfi5h sont particulièrement immenses, et tous ces gadgets sont loin d'être superflus. D'autant qu'il existe bien évidemment de nombreux ennemis pour vous mener la vie dure, une armée de rats spécialement dressés à la chasse au poisson ! Certains des méchants sont intelligents, ils se précipitent sur vous ou vous survolent en lâchant des bordées de missiles à tête chercheuse, tandis que d'autres sont complètement stupides et se contentent de patrouiller sans cesse de long en large.

Et qui trouve-t-on parfois sur sa route, au terme de chacun des mondes qui composent le jeu ? Gagné, des chefs de fin ! Gigantesques comme il se doit, les divers aigle, vache, coq et autre crapaud géants vont vous donner du fil à retordre, c'est sûr ! Pour les détruire, James Pond peut leur sauter dessus de tout son poids, ou, ce qui est une nouveauté, leur aligner une méga-droite à côté de laquelle une charge de mammouth ressemble à une piqûre de moustique ! Et si cela ne suffisait pas, vous trouverez sur votre chemin divers pistolets à fruits (chez James, on a définitivement choisi de faire dans le non-violent), à colle, ainsi que des bâtons de dynamite et autres bombes (NDLR : c'est de la non-violence active).

Le jeu le plus long du monde

Vous l'avez compris à l'énoncé de tous ces gadgets, Millennium a tout fait pour doter Operation Starfi5h de la plus grande diversité possible, et l'on sent que chaque niveau a été soigneusement pensé pour offrir un défi différent des précédents. La solution se trouve parfois dans le combat, parfois dans la fuite, parfois encore dans l'habileté à effectuer des sauts très précis, mais on n'a jamais l'impression de refaire les mêmes choses. Il existe naturellement de nombreux passages secrets, auxquels il est possible d'accéder à l'aide d'interrupteurs, ou plus simplement en ouvrant la voie à grands coups de dynamite ! Parfois très difficiles à trouver, ces passages sont en revanche toujours très rémunérateurs en points et bonus, cela vaut vraiment le coup d'explorer soigneusement le terrain. Et ça, ça va vous prendre très, très longtemps, croyez-moi !

James Pond 3: Operation Starfi5h

Déjà, certains niveaux sont absolument immenses, allant jusqu'à... beaucoup d'écrans sur encore plus d'écrans (vous ne croyiez tout de même pas que j'allais m'amuser à les compter, non ?). Et il est très heureux que les plus grands d'entre eux comportent des poteaux mémorisant votre position afin que vous puissiez redémarrer de cet endroit s'il vous arrivait (et c'est très facile) de perdre une vie. Mais en plus, le nombre des niveaux eux-mêmes est complètement délirant ! Plus de cent tableaux vous attendent, et ils risquent du reste d'attendre longtemps, car je défie quiconque de terminer James Pond 3 sans mode de triche. Bref, la durée de vie de ce programme est carrément immense, énorme, incroyable, et c'est bien là son atout principal.

La réalisation est en baisse

Bon, ça commence à ressembler un peu trop à un panégyrique, ce petit test-là, on va croire que j'ai des actions chez Millennium, aussi vais-je à présent enfiler mon costume de Père Fouettard. Ça tombe bien, puisqu'il me faut aborder le chapitre de la réalisation de James Pond 3 qui est, il faut bien le reconnaître, assez décevante.

Prenons le graphisme, par exemple : ce n'est pas que celui d'Operation Starfi5h soit moche, mais quand on repense à la qualité de RoboCod, on est bien obligé de constater que ce nouvel épisode marque une régression. Même sur Amiga OCS, RoboCod était plus sympathique, c'est vous dire si le gouffre est grand par rapport à cette version AGA. Si l'on avait par exemple pu avoir de vrais décors colorés au deuxième plan en lieu et place de ces affreux fonds noirs piqués de rares pixels rouges, peut-être l'aspect visuel du programme s'en serait-il trouvé amélioré. Il faut rappeler que James Pond 3: Operation Starfi5h fut développé à l'origine pour consoles (Mega Drive notamment) et qu'il ne prend donc pas en compte les capacités des Amiga AGA.

De plus, le nombre de couleurs exploitées est trop faible, certaines parcelles des décors n'exploitant que trois ou quatre teintes différentes, ce qui est vraiment trop peu. Les sprites sont en revanche bien dessinés, et certains d'entre eux atteignent une taille plus que respectable, voire gigantesque dans le cas des monstres de fin. L'animation, elle, alterne le bon et le moins bon. En effet, si le déplacement du personnage est fluide et atteint parfois - pourvu que James ait pu se lancer sur une pente - des vitesses ahurissantes, de forts ralentissements se font sentir de temps en temps, lorsque trop de sprites se déplacent simultanément à l'écran. Certes, le phénomène reste assez marginal et ne rend pas le jeu injouable, mais il est toujours agaçant, lorsque l'on possède un A1200, de voir se produire ce genre de choses.

James Pond 3: Operation Starfi5h

Enfin, terminons sur une bonne note (!) avec les bruitages et surtout les musiques de James Pond 3. Les mélodies composées pour l'occasion sont très entraînantes et ne deviennent pas rengaine trop vite, ce qui est assez rare dans un jeu vidéo. Moi-même, qui habituellement désactive très vite ces dernières, je me suis surpris à jouer des heures entières en fredonnant les thèmes musicaux.

Operation Starfi5h est donc un excellent jeu, doté d'une très bonne jouabilité (le personnage répond au doigt et à l'oeil), d'un intérêt immense (pour un jeu de plates-formes) et surtout d'une durée de vie vraiment conséquente. Quelques défauts de réalisation l'empêchent toutefois d'entrer dans le cercle très fermé des jeux exceptionnels.

Nom : James Pond 3: Operation Starfi5h.
Développeurs : Vectordean.
Éditeur : Millennium.
Genre : jeu de plates-formes.
Date : 1994.
Configuration minimale : Amiga AGA, 68020, 2 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 7,5/10.

Les points forts :

- La taille du jeu.
- La diversité des situations.
- Les musiques entraînantes.

Les points faibles :

- Le petit nombre de couleurs exploitées pour les décors.
- Le manque de fonds colorés.
- L'animation parfois un peu hésitante.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]