Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 21 novembre 2017 - 16:44  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Laurent Zorawski
(Entrevue réalisée par Lionel Menou - août 2004)


Laurent Zorawski D'abord passionné d'Amiga, Laurent Zorawski n'a pas hésité à franchir le pas pour s'invertir dans la société FL Computer, et ainsi gagner sa vie grâce à l'Amiga.

- Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

J'me présente, je m'appelle Henri, je voudrais bien... Ah non, ce n'est pas moi ça ! Trêve de plaisanterie, je m'appelle Laurent, et mon collègue Franck, nous résidons tous les deux en France. Moi du côté de Metz, en Lorraine, et mon collègue plus près de Longwy en Meurthe-et-Moselle.

J'ai 30 ans et mon camarade un tout petit peu plus. Je ne connais pas tout le cursus de mon collègue, mais il est spécialisé en gestion des réseaux et dans l'électronique. Pour ma part, j'ai un parcours très éclectique, je sors d'études scientifiques, pour continuer dans la comptabilité et le secrétariat, et enfin terminer par un DUT Informatique et Logiciels. J'ai fait divers boulots, la plupart en tant que vendeur informatique dans de grandes enseignes (on fait tous des erreurs !). Après une période très noire, j'ai enfin trouvé ma voie (n'y voyez rien de spirituel là dedans, ce n'est qu'une expression). Voilà pour les présentations.

- D'où vient votre pseudonyme "Faranheit" ?

Eh bien en fait, le terme "Farenheit" pour la température me plaisait, et pour pas qu'il y ait de confusion, j'ai enlevé un "e" pour mettre un "a", tout simplement.

- Quand et comment avez-vous découvert l'Amiga ?

J'ai découvert l'Amiga à la grande époque, il y a maintenant un peu plus de 15 ans. Le père d'un ami avait acquis deux Amiga 1000 et ça m'a tout simplement émerveillé de les voir tourner et de pouvoir faire des courses de karting (Stunt Car Racer je crois) avec un câble null modem ! Ensuite, j'ai pu m'acheter un A500, puis un A1200 et faire évoluer ce dernier.

- Comment a évolué votre configuration et quelle est-elle actuellement ?

Actuellement, je possède un Amiga 1000 en clavier qwerty, un Amiga 1200 avec 68040 à 30 MHz, PowerPC 603 à 240 MHz, BVisionPPC 8 Mo, 96 Mo de mémoire, 10 Go de disque dur en IDE, 3 Go de disque dur en SCSI, un autre disque dur SCSI de 9 Go, un graveur CD SCSI Yamaha 8x 8x 24x, une tour MicroniK, un lecteur de disquette HD, un Mediator PCI, une carte réseau RTL8139, une carte graphique S3 Virge DX 4 Mo, un FastATA, et surtout un Pegasos G3/600 MHz avec 512 Mo de mémoire, une carte graphique Radeon 9200se, un DVDRom IDE et un disque dur IDE de 15 Go. Le Pegasos me sert quasiment en permanence maintenant, et l'A1200 pratiquement plus.

- Qu'avez-vous fait sur votre Amiga depuis le début, et comment l'utilisez-vous actuellement ?

Depuis le début, j'ai surtout joué dessus, comme la plupart des utilisateurs. Ensuite, je me suis plus tourné vers les applications bureautiques, après, je suis arrivé sur Internet. Actuellement, le Pegasos me sert pour les messageries instantanées, courriels, web, avoir les programmes télé, un peu de bureautique, faire des bêta-tests (logiciel et matériel, selon mes disponibilités), contrôler mon PC du réseau local, faire un peu de jeu pour se détendre, écouter mes fichiers ou CD audio, graver, enfin, tout ce que peuvent faire la plupart des utilisateurs "de base".

- Vous êtes revendeur informatique. En premier lieu, que signifie FL Computer ?

C'est tout simple : F comme Franck, et L comme Laurent (moi), et Computer parce que Informatique faisait trop long pour le nom de domaine de notre site.

- Pouvez-vous nous raconter l'histoire de F.L. Computer, depuis ses origines jusqu'à maintenant ?

Alors, il fut un temps où je proposais mes services pour du dépannage à domicile. Mon collègue est tombé sur une de mes annonces, et comme il avait une société au Luxembourg depuis un certain temps, ainsi qu'un local, nous nous sommes mis d'accord pour lancer la boutique.

- Comment évolue le marche du matériel Amiga depuis que vous en proposez, et quelle évolution prévoyez-vous dans l'état actuel ?

Depuis l'arrivée du Pegasos II, ainsi que la sortie de MorphOS 1.4.2, nous constatons une "relance" de l'engouement pour cette machine. L'avantage est que grâce à cela, nous n'avons plus à fournir du matériel spécifique, et c'est un gros avantage. C'est une machine qui aujourd'hui est très stable et permet de palier à certains manques de ce côté-là et n'oblige plus les utilisateurs à investir des fortunes en matériel bidouillé à tout va ! Nous ne pouvons pas prévoir d'évolution très précise ; ce que nous espérons c'est que la logithèque s'agrandira de plus en plus et que les développeurs pourront voir leur travail rétribué à terme. De plus, plus de machines seront vendues et présentées, plus les gens seront attirés vers elles.

- L'Amiga représente quelle part de votre activité ?

Pour être exact, une petite part ! Mais nous proposons cette machine par passion d'abord. Si le marché explose, tout le monde y gagnera. Mais ce jour n'étant pas arrivé, la passion est la motivation principale.

- Quels sont les produits qui, selon vous, manquent sur le marche, et par quels moyens pensez-vous que le dit marché pourrait se développer (niches commerciales à viser, produits à proposer...).

Sur le marché du Pegasos, ce qui manque encore, ce sont la gestion des cartes d'acquisition vidéo, et les logiciels de traitement musicaux. Nous n'avons pas de produits précis à proposer, mais la gestion des cartes de chez Pinnacle par exemple serait un grand atout vu la vitesse à laquelle le Pegasos peut traiter les données. La gestion des ports FireWire aussi, afin de brancher des caméscopes numériques (en précisant que nous parlons sous MorphOS et non sous Linux). Mais les choses évoluant à leur rythme, ces ajouts seront sûrement développés dans un avenir à moyen terme.

- Quelles sont vos relations avec vos fournisseurs ?

Nos relations avec les fournisseurs (en règle générale, ça se résume à 1 !) ont le même trait de caractère que pour tous les revendeurs de Pegasos II. Nous ne pouvons pas faire ici étalage de ce genre de relation. Désolé.

- Quels sont les produits qui ont le plus de succès auprès des utilisateurs ? Et ceux qui font des "bides" ?

Le produit ayant fait le plus de succès est sans conteste la carte mère de Pegasos II mais en G4. Le G3, quant à lui, n'a eu que moitié moins d'intérêt. Ensuite, comme nos produits ne sont pas ciblés que pour le Pegasos ou les Amiga Classic, nos ventes sont identiques à tout revendeur de pièces détachées.

- Quel est l'état du marché/communauté Amiga dans les pays où vous réalisez des ventes ?

Toutes nos ventes ont été réalisées sur la France, et pratiquant beaucoup le tchat par IRC, nous portons un regard positif sur le marché et la communauté Amiga aujourd'hui. Le Pegasos a l'avantage d'avoir donné un second souffle aux utilisateurs actuels. Ce qu'il faudrait dorénavant, ce sont des productions de machines plus soutenues, et non pas au compte-goutte, et à notre avis, MorphOS pourrait tôt ou tard devenir payant pour motiver les personnes y passant énormément de temps pour le faire évoluer, sans avoir de soutien financier ! Comme AmigaOS 3.9 par exemple quand il est sorti !

- Que pensez-vous de MorphOS et du Pegasos ? De bPlan, et de Genesi ?

Le Pegasos est pour nous LA machine qui offre le plus de perspective d'avenir. En ce qui concerne bPlan, nous pensons qu'ils font le maximum avec des moyens assez réduits, et nous trouvons qu'ils s'en sortent de mieux en mieux. Concernant Genesi, nous ne préférons pas faire de commentaires. En résumé, des erreurs ont été faites, du moins beaucoup le pensent, et des améliorations sont en train de voir le jour.

- Que pensez-vous du travail d'Hyperion, de l'AmigaOne et de ce que vous avez pu voir d'AmigaOS 4.0 ?

Pour avoir vu une démonstration de l'AmigaOne avec AmigaOS 4 installé, nous pensons que certains choix matériels n'ont pas été des plus judicieux (en particulier utiliser de la mémoire SDRAM pour portable qui est hors de prix !). AmigaOS 4, quant à lui, fonctionne bien (mis à part l'émulation 68k qui n'était pas au mieux lors de la démonstration), le développement se poursuit pour offrir un choix aux utilisateurs et c'est une bonne chose. Nous ne sommes pas contre mais nous préférons attendre encore un peu avant de nous engager dans la revente de ce matériel et ce système.

- Que pensez-vous d'AmigaDE et de KMOS/Amiga Inc. ?

Là, sérieusement, aucune idée. Cependant, nous trouvons que le rachat d'Amiga Inc par KMOS remet au goût du jour les nombreuses tentatives de remettre le nom Amiga en haut de l'affiche. Et à chaque tentative, les utilisateurs ont été déçus par des décisions prises par des comités ou personnes ne s'attachant qu'aux éventuels profits engrangés par les licences !

- Quels sont vos meilleurs souvenirs professionnels et non professionnels, avec l'Amiga ?

Personnellement, mes meilleurs souvenirs restent les AmiParties que nous organisions en Moselle avec essentiellement 4 ou 5 personnes : Lionel "Braver" Thillot, Yann "Tourment" Cousson, Mathias "Thorgal" Nuret, Benoît "Spaille" Adam, Jean-Marc "CptBlood" Mossu et leurs amies respectives. C'était une époque trouble où quelques personnes essayaient de faire revivre le mythe. Mais peut-être l'avenir nous amènera d'autres rassemblements de ce type dans notre région.

- Y a-t-il une question que je ne vous ai pas posée et à laquelle vous aimeriez répondre ?

Ça fait déjà beaucoup d'un seul coup !

- Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Au risque de choquer certains ou certaines, nous pensons que l'avenir n'est plus depuis longtemps dans la survie des Amiga Classic comme les 1200 ou les 4000. Pour avancer, il faut se mettre à jour, et que ce soit avec le Pegasos ou l'AmigaOne, ces machines ont l'avantage de soutenir des matériels standards et de ne plus imposer à l'utilisateur des bidouilles matérielles et logicielles à n'en plus finir !

Les Amiga tels que nous les avons connus pour la plupart des gens sont de bonnes machines de musée mais ne peuvent plus offrir d'intérêt aujourd'hui. Il faut se dire que passer d'un 1200/4000 à un Pegasos II ou AmigaOne pose le même problème qu'il y a des années quand les utilisateurs voulaient passer du 1000 ou du 500 au 1200/4000 : problèmes de comptabilité pour certains programmes la plupart du temps. Le résultat est qu'il faut arrêter de se trouver des excuses pour ne pas faire le pas, ce n'est pas comme ça que les choses avanceront ou évolueront.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]