Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 19 novembre 2018 - 04:49  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Philippe Rimauro
(Entrevue réalisée par David Brunet - septembre 2018)


Certaines personnes ont su concilier l'amour de deux plates-formes rétro. C'est le cas de Philippe Rimauro, qui sévit sur les scènes Amstrad et Amiga/MorphOS. Il est même l'auteur d'un émulateur, que dis-je, du meilleur émulateur Amstrad, et en plus, il est natif MorphOS !

- Bonjour Philippe. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Or donc, je m'appelle Philippe, mais tout le monde sur la scène démo me connaît sous le pseudo OffseT. Mes passe-temps, c'est principalement programmer et écrire, mais accessoirement, il m'arrive aussi d'écrire et de programmer. :-)

Je suis sur la scène démo depuis le tout début des années 1990, notamment avec la publication d'un fanzine papier consacré à la programmation sur Amstrad CPC de 1992 à 2007 (Quasar CPC). Je participe régulièrement à des demoparties, plus spécifiquement aux rassemblements Amstrad, et aussi à la Revision où je vais presque tous les ans.

- D'où vient votre pseudonyme "OffseT" ?

D'où il vient, je n'en sais rien ; il a été choisi comme ça un peu au pif je pense :-). Tout ce que je peux dire, c'est que depuis mes premières publications, j'ai toujours été connu sous ce pseudo.

- Quel a été votre premier ordinateur ?

Le tout premier qui est rentré à la maison, c'était un Amstrad CPC 6128. Mais avant ça, je programmais déjà, sur tout ce qui pouvait se programmer : des calculatrices, des agendas électroniques, et aussi, sur les ordinateurs des copains ou de l'école. ^^

Et à défaut d'avoir une machine sous la main, j'écrivais mes algorithmes sur papier :-p (oui je sais, c'est beaucoup moins facile à déboguer, mais ça plante aussi nettement moins souvent !)

- Quand et comment avez-vous découvert l'Amiga ?

J'ai l'impression d'avoir toujours connu l'Amiga. Dans mon esprit, ça a toujours été l'ordinateur à posséder, la référence. Mais c'était beaucoup trop cher, et je n'ai jamais pu en avoir à l'époque. J'ai enfin commandé mon premier Amiga en 1996, à moitié désespéré d'entendre tout le monde me dire que je ferais mieux d'acheter un PC. C'était un Amiga 1200 avec un disque dur et une carte mémoire.

J'en attendais beaucoup, il a dépassé mes plus folles espérances, et j'ai de suite adoré AmigaOS pour sa simplicité et son élégance. :-)

- Quelles sont vos configurations Amiga actuelles et quelles sont vos activités favorites dessus ?

J'ai trop d'Amiga.

Chez moi, j'ai un bon vieil A1200 avec une carte accélératrice Blizzard 1230 MK/III qui tourne 24/7 depuis 2004. Il est farci de petits outils maisons et me sert pour toutes mes activités en ligne (serveur FTP, bot IRC, partage de photos, archivage, serveur dynamite, etc.).

Branché sur ma télé, fanfaronne un autre A1200, avec une Blizzard 1260 cette fois-ci, qui me sert pour mes séances de "demomatage", voire aussi de temps en temps pour jouer (un bon KnockOut 2 entre amis vaut bien n'importe quel jeu sur la PlayStation 3).

Ensuite, j'ai mon vieil A4000 suréquipé (CyberStorm MK2, CyberVision64, Deneb USB, Prisma Megamix, Indivision...), mais depuis que je suis passé sur MorphOS, il s'est retrouvé en ordi auxiliaire chez mes parents, et il me sert uniquement pendant mes vacances en famille.

Et puis, il y a mon A1200 historique, celui que j'avais acheté à l'époque et personnalisé au fil des années, avec une Apollo 1260 et une Subway USB, qui servait de console de jeux à mes parents avant d'être détrôné par une Switch, et qui dort sagement sur une étagère maintenant.

Un jour un grand ménage va s'imposer !

Ensuite bien sûr, j'ai mon Pegasos II et un PowerBook G4, tous deux sous MorphOS.

- Avant de passer sur MorphOS, quels ont été vos principaux développements et travaux artistiques sur Amiga Classic ?

Avant de passer sur MorphOS, j'ai assez peu programmé sur Amiga. Du moins, rien de public, je ne faisais que des outils pour moi-même. L'Amiga était l'ordinateur du quotidien pour gérer mes photos, rédiger mes courriers électroniques, discuter sur Internet, aller sur le Web, écouter de la musique, jouer, etc.

Et je ne compte plus les heures que j'ai passées à tester tous les logiciels, à bidouiller toutes les configurations possibles de GoldED, Directory Opus 4 et MUI (on n'a pas idée d'inventer des trucs avec autant d'options !).

- Quand et pourquoi avez-vous choisi MorphOS ?

C'était en 2006. J'ai finalement renoncé à mon fier A4000 pour un Pegasos II/G4 sous MorphOS 1.4.5. Ça me semblait à l'époque la seule option viable pour rester sur Amiga au quotidien.

Je n'ai jamais regretté, et mon Pegasos II me sert encore tous les jours aujourd'hui.

- En tant que développeur, que pensez-vous de FlowStudio, l'environnement intégré de développement pour MorphOS ? L'utilisez-vous et son arrivée a-t-elle changé quelque chose dans votre façon de programmer ?

Comme j'ai tous mes projets sous Cubic IDE, je n'ai pas encore pris le temps de m'investir sur FlowStudio. Mais des quelques tests que j'ai fait dessus, il me fait bonne impression ; logiquement je l'utiliserai pour le prochain projet dans lequel je me lancerai.

- Qu'attendez-vous des prochaines versions de MorphOS ?

Clairement, le compilateur à la volée (JustInTime) du JavaScript pour Odyssey ! Le Web devient vraiment compliqué sans ça, et j'en attends beaucoup pour redonner un peu de souffle à mon Pegasos II.

Pour le reste, mes attentes sont davantage dans des détails, l'essentiel est déjà là.

- Vous êtes l'auteur d'ACE, un émulateur Amstrad CPC. Quand et pourquoi vous êtes-vous lancé dans un tel projet ?

C'est le projet par lequel j'ai décidé d'apprendre à programmer sérieusement sur Amiga. J'ai démarré en 2009 en connaissant assez peu les API natives d'AmigaOS/MorphOS (en dehors d'exec et de la dos.library, je n'avais pas touché à grand-chose). C'était un petit défi de monter en compétence avec un projet conséquent qui oblige à toucher à tout (audio, vidéo, multitâche, CyberGraphX, MUI... tout). Jusque-là, les seuls gros projets que j'avais faits étaient en assembleur sur Amstrad CPC, ou en C au boulot (généralement pour du Nulix).

ACE
ACE (les préférences)

Dès lors, MorphOS était la cible de choix puisque c'est le système que j'utilise au quotidien, et qu'il n'existait aucun émulateur CPC digne de ce nom (ni sur MorphOS ni sur Amiga d'ailleurs).

Ayant déjà beaucoup programmé de façon poussée sur l'Amstrad CPC, je savais déjà pour une large part comment émuler la chose... mais en pratique, ça s'est révélé beaucoup plus vicieux qu'attendu (aussi parce que je suis perfectionniste ^^).

- En quel langage est écrit ACE ? Êtes-vous l'auteur de tout le code ou certaines routines proviennent d'un autre projet ?

C'est du C (dans le plus pur style Amiga). J'ai écrit la quasi-totalité du code, aussi bien pour le coeur d'émulation que pour l'interface MUI. Après, je me suis bien sûr aidé d'exemples (notamment pour MUI que je ne connaissais pas) et j'ai pu m'inspirer de choses existantes pour certaines parties génériques (je pense par exemple à l'émulation Z80 où j'ai utilisé le travail de Juergen Buchmueller comme base de départ).

Mais toutes les parties critiques, comme l'émulation du jeu de composants graphiques (dans ses cinq variantes !) ou du rendu audio, c'est du code fait complètement de zéro puisque rien d'existant n'avait le niveau de qualité que je souhaitais.

ACE
ACE (démo StillRising de vanity)

Donc oui, ce sont bien mes doigts qui ont saigné sur le clavier, et mes neurones qui ont fumé dans ma tête. ;-)

- Quels sont les atouts d'ACE par rapport aux autres émulateurs d'Amstrad CPC ?

Déjà, la qualité d'émulation. J'y ai apporté un souci particulier, notamment par rapport aux démos qui utilisent sur Amstrad CPC plein d'astuces très complexes. À ce jour, certaines démos (les plus techniques) ne marchent que sur ACE. De plus, ACE permet la visualisation en 50 Hz (même sur écran LCD) afin de conserver la fluidité des démos.

Ensuite, je pense qu'un autre atout d'ACE est son interface graphique qui est parfaitement intégrée au système d'exploitation et très riche. Beaucoup d'émulateurs ont une interface graphique plutôt pauvre et à l'ergonomie douteuse.

Il y a aussi le port ARexx qui permet de l'utiliser comme un studio de développement ; le seul émulateur qui se rapproche d'ACE de ce point de vue est WinAPE, mais il est beaucoup moins souple et n'offre pas la même qualité d'émulation pour tester ce qu'on développe (et en plus, il impose d'avoir chez soi un PC sous Windows, comble de l'horreur ^^).

ACE
ACE (Éditeur Z80)

ACE est aussi le seul émulateur gérant des greffons qui permettent à n'importe qui d'ajouter l'émulation de n'importe quelle carte d'extension (le SDK de développement des greffons est fourni avec ACE).

ACE est aussi l'émulateur au cycle le plus rapide, notamment en mode CPC+ (il existe des émulateurs CPC plus rapides, mais ils n'émulent pas les jeux de composants au cycle et ne permettent donc pas de faire tourner les démos correctement).

- Quelles nouvelles fonctionnalités comptez-vous ajouter dans les futures versions d'ACE ?

J'ai un peu délaissé la partie disquettes ces derniers temps. Elle est à un niveau d'émulation correct, mais est limitée au format DSK (qui est sans doute le pire format que la terre ait jamais porté ^^). Je prévois de retravailler tout ça, et de gérer des formats plus riches qui permettent une meilleure émulation, comme le HFE, le SCP et l'IPF.

Ensuite, ça sera l'ajout de nouvelles fonctionnalités pour faciliter l'utilisation d'ACE en tant que studio de développement, la création de nouveaux greffons, etc.

La liste des choses à faire est encore d'une taille me garantissant de ne pas m'ennuyer pendant les longues nuits d'hiver. ;-)

- Prévoyez-vous de porter ACE sur AmigaOS 68k, AmigaOS 4 ou AROS ?

Sur AmigaOS 68k, ça n'aurait pas grand intérêt puisque ça ne serait utilisable que sous UAE (ni un 68060 ni même une Vampire ne sont assez véloces). Mais qui sait, un jour peut-être, juste pour l'amusement.

Il y a quelques années, j'avais déjà fait un portage sur AmigaOS 4. Globalement j'avais obtenu un résultat fonctionnel mais un peu décevant. Le MUI disponible sur AmigaOS 4 s'est révélé bogué sur plusieurs points par rapport à l'original sous MorphOS, et la gestion de l'overlay vidéo n'était pas possible. Depuis, il paraît que ça s'est amélioré, et qu'il y a de nouvelles API pour gérer un pseudo-overlay, si je trouve le courage je retenterai l'expérience (David Braconnier m'a gentiment prêté un µA1 sous AmigaOS 4.1 à cet effet).

J'ai aussi fait un portage sur AROS (en version ARM), mais là, ça n'était simplement pas utilisable. Je ne pense pas que je retoucherai à AROS, c'est beaucoup trop expérimental et absolument pas utilisable sérieusement.

- Vous avez aussi réalisé NetFS revised. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce que c'est ?

NetFS, c'est un système de partage de fichiers entre Amiga. C'est l'équivalent de NFS sur Unix ou Samba sur Windows.

Son principal avantage, c'est qu'il est très léger et tourne même sur un tout petit Amiga. Il permet aussi de gérer finement le système de fichiers Amiga, et notamment tous les drapeaux natifs et les commentaires de fichiers (ce qui n'est pas possible avec Samba).

Il permet aussi la découverte des lecteurs sur le réseau, et gère correctement l'apparition et la disparition automatique des lecteurs réseau montés en fonction de l'état de la machine distante.

Sur MorphOS, il gère de plus les notifications MagicBeacon et le système de fichiers en 64 bits.

ACE
Ambient avec NetFS et ScreamBar

- Prévoyez-vous de sortir une mise à jour de NetFS revised ?

Oui, NetFS est toujours un projet actif même s'il n'avance pas vite. Actuellement la sécurisation par mot de passe est basique (en gros, comme pour du FTP), et les données sont envoyées en clair sur le réseau.

Afin de pouvoir utiliser NetFS avec moins de risque sur le Net, j'ai prévu d'y ajouter un chiffrement des échanges de données (bien sûr, ça sera optionnel car ça sera un peu coûteux en mémoire et en temps processeur).

J'envisage aussi de créer une interface graphique pour éditer la configuration et gérer les accès côté serveur.

Une autre évolution sera de permettre le partage d'autres choses que des lecteurs... mais ça c'est à plus long terme !

- En 2009, vous avez sorti UAELoad. Pouvez-vous nous présenter ce logiciel ? Est-il toujours en développement actuellement ?

UAELoad c'était juste un petit script que j'avais bidouillé chez moi à partir d'autres scripts trouvés à droite et à gauche. Je n'avais pas prévu de le publier à la base, mais suite à la pression d'un ami qui trouvait ça super pratique, je l'avais déposé sur Aminet.

À ma grande surprise, il avait été très bien accueilli, et il a notamment inspiré RunInUAE sur AmigaOS 4.

Il n'est plus vraiment en développement, même si je dois avoir sur mon disque une version du script un peu plus élaborée que celle publiée sur Aminet.

- Marcin Kornas a récemment publié WHDLOpener, un paquetage logiciel concurrent d'UAELoad. Avez-vous testé ce logiciel ? Qu'en pensez-vous ? Ne serait-il pas plus simple de fusionner tous les projets permettant de lancer WHDLoad sur Amiga NG pour n'en avoir qu'un ?

Oui, j'ai vu ça. J'ai regardé en diagonale, ça m'a l'air de faire plus ou moins la même chose que UAELoad, mais sans avoir besoin d'utiliser iGame, et avec une installation automatisée.

Je n'utilise plus vraiment E-UAE, alors je n'ai pas cherché plus loin. ^^

RunInUAE, UAELoad, WHDLOpener, ça fait trois projets qui ont un peu le même objectif, mais ça n'est pas plus mal, comme ça l'utilisateur va choisir celui qu'il préfère !

- Avez-vous d'autres projets Amiga en tête ?

Une nouvelle version de ScreamBar (le module de barre de titre pour AmiNetRadio) devrait sortir tôt ou tard, avec plus de visuels.

Sinon, j'ai le portage de SugarConvDsk pour MorphOS à publier aussi, mais je n'ai pas encore pris le temps de le finaliser. C'est un convertisseur d'images disque (DSK, IPF, HFE, SCP, CT-RAW...).

Un système de fichiers Amstrad CPC pour Amiga et MorphOS est aussi prévu à moyen terme. Ça permettrait de monter les images disquettes Amstrad CPC (DSK, HFE) comme on peut déjà le faire avec les ADF.

Voilà, c'est déjà pas mal pour le moment !

- Quelle est votre opinion sur les systèmes Amiga de nouvelle génération ?

Je suis très à l'aise avec MorphOS que j'utilise tous les jours, et qui a vraiment constitué pour moi la continuité après mon Amiga 4000 sous AmigaOS 3.1. J'y ai retrouvé tout ce que j'aimais sur mon Amiga, y compris les logiciels d'extension (CybergraphX, MUI, Poseidon).

AmigaOS 4.1 est assez paradoxal à mes yeux. En façade, il ressemble à un AmigaOS 3.9 à peine modernisé, et dans sa structure interne les choix qui ont été faits l'éloignent d'AmigaOS 68k. J'ai du mal à voir où ils vont. Ceci étant, ça reste un système tout à fait utilisable et robuste, il est même assez agréable pour le développement. Mais sous AmigaOS 4, j'ai davantage l'impression d'utiliser une version accélérée de mon A4000, qu'un vrai AmigaOS modernisé comme peut l'être MorphOS.

AROS, comment dire... Je l'ai testé deux fois (une fois sur ARM et une fois sur x86), et ça m'a fait penser à quelque chose de tout à fait expérimental. C'est plein de bogues, de choses inconsistantes, ça rame, ça plante même. C'est très décevant et certainement pas à la hauteur de MorphOS ou d'AmigaOS 4.

- Vous êtes également un vétéran de la scène Amstrad CPC. Comment se porte-t-elle en 2018 ?

Très bien. Je crois qu'une vitesse de croisière a été trouvée.

Tous les ans sortent de nouvelles démos (toujours bien classées à la Revision) et de nouvelles extensions. Les rassemblements sont encore régulièrement organisés. Et de plus en plus les CPCistes osent sortir de leur tanière pour aller à des rassemblements plus ouverts (comme la Revision ou l'Alchimie).

- Pouvez-vous nous raconter l'histoire de Quasar CPC ?

Quasar CPC est un fanzine papier qui a été lancé en 1992. Dès le début, l'objectif était résolument de faire un fanzine technique qui explique comment programmer l'Amstrad CPC de façon pointue (en assembleur notamment).

Pour le premier numéro, on était deux à peine. Mais suite à la publication dans Amstrad 100% (la revue CPC de référence à l'époque), on a tout de suite eu une bonne diffusion, ce qui nous a motivés pour continuer. L'équipe est montée jusqu'à six personnes au fil des numéros et la diffusion a tourné autour de 80 exemplaires par numéro (dont une dizaine à l'étranger).

La parution était assez irrégulière, mais suffisamment constante pour être attendue. Au milieu des années 1990, je pense ne pas mentir en disant que Quasar CPC était devenu un des fanzines de référence. La partution a été soutenue jusqu'en 2003, et puis après un gros trou, le dernier numéro est sorti en 2007.

L'époque des fanzines papier était révolue, l'heure des wikis était survenue ! En 2009, on a ouvert le Quasar Net, le pendant Web du fanzine papier de l'époque. Il en contient tous les articles techniques (souvent améliorés), tous les listings, et quelques nouveaux articles.

Ça n'a pas le charme des fanzines de l'époque (d'autant plus que Quasar CPC était entièrement conçu sur CPC avec Oxford PAO et un scanner DART), mais on ainsi pu sereinement continuer l'aventure. ^^

Pour les plus curieux il y a ici un article sur le "Making Of" de Quasar CPC au fil des années : quasar.cpcscene.net/doku.php?id=makingof:makingof.

- Y a-t-il une question que je ne vous ai pas posée et à laquelle vous souhaiteriez répondre ?

Hum... Là comme ça je ne vois pas. :-)

- Un dernier message pour la communauté Amiga ?

Je trouve fantastique ce que la communauté a réussi à faire. Malgré la mort commerciale de la plate-forme (depuis plus de 20 ans !), ils ont réussi non seulement à la faire survivre, mais également à la faire évoluer. Il y a toujours des fabricants, des marchands, des fanzines, une scène démo, tout est là, même les utilisateurs !

Il n'existe aucun équivalent. En plus, l'Amiga a donné naissance à deux systèmes d'exploitation viables (MorphOS et AmigaOS 4), et la plate-forme d'origine reste encore active avec de nombreuses extensions (que dire de la Vampire !) et des logiciels qui sortent toujours en grand nombre.

Donc oui, il y a des petites guéguerres, mais ça n'est rien à côté de tout ce qui a été accompli, et je m'émerveille chaque jour de pouvoir continuer à travailler sur Amiga (dans sa variante MorphOS dans mon cas) malgré une informatique qui continue d'évoluer à une vitesse folle. On est en 2018, et je n'ai toujours pas été forcé de passer sur PC !

Bravo à tous, ce que vous avez accompli est fantastique.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]