Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 14 juillet 2020 - 12:51  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Pubs pour matériels
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Leonard Tramiel
(Entrevue réalisée par Adrian Wallett et extraite de Arcade Attack - mai 2020)


Note : traduction par David Brunet.

Leonard Tramiel, légende des sociétés Commodore et Atari, nous a donné un peu de son temps libre pour répondre à quelques questions d'Adrian Wallet. Il évoque son travail dans les deux sociétés, le développement de la console Jaguar et de la Jaguar CD, mais évoque aussi l'Atari ST et l'annulation de la Panther. Il donne également un aperçu du travail avec son père, l'étonnant Jack Tramiel. C'est une belle lecture avec un vrai pionnier du jeu : profitez-en.

Leonard Tramiel
Leonard Tramiel

- Quels sont vos premiers souvenirs d'ordinateurs et vous souvenez-vous du premier jeu vidéo auquel vous avez joué ?

J'étais en 8e année (équivalent de la 4e au collège en France) lors de mon premier contact avec un ordinateur que j'ai pu programmer. J'avais choisi une option programmation à l'école. Nous avons appris une version simplifiée de l'assembleur puis du BASIC.

Je suppose qu'Asteroids a été le premier jeu auquel j'ai joué, mais je n'en suis pas certain.

- Votre père a survécu à l'Holocauste. Pensez-vous que cette expérience et cette bravoure ont contribué à faire de votre père l'homme qu'il fût et qui a laissé son empreinte sur le monde ?

Mon père était un homme complexe avec de nombreuses contradictions apparentes. Il a été profondément affecté par son expérience de l'Holocauste et cela a probablement contribué à ce qu'il devienne un négociateur très dur. D'un autre côté, il était très généreux et il a donné beaucoup d'argent à de nombreuses causes. Il avait un niveau d'éducation d'école primaire et une profonde méfiance de l'enseignement supérieur en général, tout en reconnaissant que l'informatique personnelle était très éducative et que sa volonté de rendre les ordinateurs abordables augmenterait considérablement le nombre d'étudiants en informatique.

Je n'avais pas vraiment de passion personnelle pour travailler avec mon père mais l'opportunité était trop belle pour ne pas la saisir et j'ai eu la chance d'être impliqué dans plusieurs projets étonnants.

- Comment votre père a-t-il eu l'opportunité d'intégrer l'industrie informatique et est-ce vrai que ses puces ont été utilisées dans de nombreux ordinateurs et consoles de jeu ?

Commodore était une société de machines de bureau et comme la demande évoluait, ils ont vendu des calculatrices électroniques. Lorsque Texas Instruments s'est lancé dans le marché des calculatrices, le seul moyen pour Commodore d'y rester a été de disposer de ses propres puces. Ils ont donc acheté MOS Technology. Un des dirigeants, Chuck Peddle, avait un plan à long terme dont la prochaine étape consistait à produire des ordinateurs personnels. Il a dit à mon père qu'il le ferait pour Commodore ou partirait et le ferait de son côté. Papa m'a demandé si Commodore devait le faire. J'ai parlé à Chuck Peddle et j'ai conseillé à mon père de le faire.

Le 6502 n'était pas "le microprocesseur de mon père", s'il doit l'être de quelqu'un, c'est de Chuck Peddle dont il s'agit. Et oui, ils étaient dans pratiquement tout. Tous les ordinateurs 8 bits d'Apple, d'Atari et de Commodore utilisaient le coeur du 6502.

- Le nom de votre famille est synonyme d'ordinateurs personnels et elle a contribué à façonner l'industrie du jeu vidéo. Sur quel ordinateur ou technologie êtes-vous le plus fier d'avoir travaillé et pourquoi ?

C'est une question difficile. Je n'y ai pas pensé de cette façon. Ce dont je suis le plus fier, c'est que nous avons toujours essayé de rendre nos ordinateurs aussi bon marché que possible mais avec la qualité qui en valait la peine. C'est ce qui a laissé le plus grand impact.

- N'avez-vous jamais ressenti une pression particulière liée à votre nom de famille quand vous travailliez dans l'industrie de la technologie ? Que signifie le nom Tramiel pour vous ?

La seule fois où j'ai travaillé dans ce domaine, c'était en famille. Travailler en famille implique forcément une pression supplémentaire.

Leonard Tramiel
Jack Tramiel entouré de ses fils

- J'ai récemment eu l'honneur de m'entretenir avec Trip Hawkins et il a mentionné qu'Apple était sur le point de travailler avec Amiga, avant que Commodore n'intervienne. Savez-vous jusqu'à quel point cette affirmation est exacte ?

Je n'ai aucune information sur ce sujet. Si j'ai bien compris, l'argent qu'Amiga a donné à Atari pour les libérer de son obligation de donner à Atari son jeu de puces venait de Commodore, pas d'Apple. Si Apple était si "proche", pourquoi n'ont-ils pas transmis l'argent ?

Je n'ai aucun lien avec la société Commodore Amiga.

- Que signifiait le nom Atari à l'époque pour vous ?

Atari était la deuxième marque la plus connue dans le monde.

- Quel était votre rôle exact chez Commodore ?

J'ai eu plusieurs emplois différents chez Commodore. J'ai commencé à travailler dans l'entrepôt, j'ai réparé des calculatrices, j'ai écrit le logiciel interne de quelques calculatrices et j'ai été ingénieur de processus pour une usine de fabrication de cristaux liquides. J'ai également travaillé pendant de nombreuses années sur les stands de Commodore lors de salons de démonstration de calculatrices. J'ai fait partie de l'équipe qui a développé le Commodore PET. Ma principale contribution a été la conception du jeu de caractères graphiques.

- Est-il vrai qu'Atari a été sur le point de conclure un accord avec Sega pour l'aider à commercialiser la Genesis (Mega Drive) sur la marché américain, et le cas échéant, pouvez-vous nous expliquer pourquoi cela ne s'est pas concrétisé ?

Je ne me souviens pas d'un tel accord, et cela ne me parait pas vraiment probable, mais je n'aurais pas été impliqué.

- L'Atari ST a été un énorme succès, avec le recul comment percevez-vous ce formidable ordinateur et est-il vrai qu'une console de jeu basé sur cette technologie a été envisagée ?

Je pense que l'Atari ST a été une machine importante dans l'histoire de l'informatique domestique. C'était la première machine à avoir suffisamment de résolution pour effectuer des tâches sérieuses comme le traitement de texte et il était doté d'une interface graphique dont le prix était à la portée de nombreuses bourses. La combinaison était vraiment "la puissance sans le prix".

Une version console de jeu a été envisagée mais le coût était trop élevé.

- Avez-vous été personnellement impliqué dans le développement de la console Panther et vous rappelez-vous les raisons qui ont entraîné son abandon et le transfert vers la création de l'Atari Jaguar ?

J'ai beaucoup travaillé sur la Panther. J'ai écrit un environnement de développement graphique permettant de travailler sur un Atari ST pour placer des objets sur l'écran et les animer. Le système produisait du code commenté et le téléchargeait sur la Panther. Le projet de la Panther a été lancé avant celui de la Jaguar, mais a rencontré des problèmes de conception qui ont ralenti le développement. Lorsque la Jaguar a été envisagée, elle a été considérée comme un projet techniquement risqué, de sorte que le développement de la Panther a continué comme une solution de secours. Quand les premières puces de la Panther sont sorties et n'ont pas fonctionné correctement, le projet a été abandonné.

- À quel point était-ce passionnant de développer la première console 64 bits au monde et avez-vous été impliqué dans les discussions originelles et les étapes de planification de la Jaguar ?

Mon implication sur la Jaguar a commencé après les premières étapes. Travailler sur la machine a été un vrai plaisir, car elle était très puissante.

- Quels étaient les objectifs et cibles d'origine lors du lancement initial de cette console ?

L'objectif de l'entreprise était simple. Gagner de l'argent en produisant du matériel de haute performance à bas prix que les gens voudraient avoir et pourraient se permettre d'acheter.

Leonard Tramiel
Leonard Tramiel à l'époque d'Atari Corp.

- Selon vous, quel titre de la Jaguar met en valeur la toute puissance de la console et est-ce aussi votre jeu préféré ?

La machine avait de nombreuses fonctionnalités et je ne pense pas qu'un seul jeu les ait toutes mises en valeur. Je pense que Iron Soldier était graphiquement très bon. J'ai vraiment aimé les effets d'éclairage dynamiques dans certains niveaux de Hover Strike, mais je ne suis pas objectif, car c'était mon idée. J'ai été un peu déçu de la musique et des bruitages dans les jeux. Il y avait beaucoup de choses que le DSP pouvait faire dont on n'a pas tiré parti.

- En parlant de Hover Strike, quel est votre avis a posteriori sur ce jeu de grande classe ?

J'ai aimé le jeu et je pense que nous avons fait du bon travail en créant un jeu qui n'était pas un clone d'une idée précédente.

- Avez-vous travaillé ou donné des conseils ou des orientations sur d'autres jeux ?

J'ai donné un coup de main sur de nombreux titres, mais aucun en particulier. J'ai écrit le code de base des routines pour jouer la musique qui a été utilisé dans de nombreux jeux et j'ai écrit le BIOS de la Jag-CD.

- Selon vous, quelles sont les principales raisons pour lesquelles la Jaguar n'a pas réussi à trouver son marché auprès des consommateurs ?

Je crois que les gens d'Atari, moi y compris, n'ont pas vraiment compris comment travailler avec des développeurs externes et leur importance.

- Je suis un des rares chanceux à posséder une Jaguar CD fonctionnel. Que pensez-vous de cette extension et considérez-vous que le retard pris dans la sortie de ce périphérique a eu un impact sur les ventes ?

Je pense que le CD a ajouté d'énormes possibilités à la Jaguar. Il ne fait aucun doute que les retards de mise sur le marché ont nui aux ventes.

- La Jaguar connaît un regain d'intérêt au fil des ans grâce à de nombreux nouveaux titres maison et il existe désormais une communauté dynamique passionnée par cette console. À quel point êtes-vous fier de la Jaguar et pensez-vous que la console a souvent été injustement décriée ?

Je suis heureux qu'il y ait des gens qui continuent d'utiliser et de créer de nouveaux logiciels pour la machine. Je pense que l'image de la machine est actuellement assez positive, étant donné la date de production du matériel.

- Si vous pouviez remonter le temps, qu'auriez-vous aimé faire différemment sur des décisions clés lors du lancement de la Jaguar ?

Je n'y ai jamais vraiment réfléchi de cette façon et je ne pense pas que cela vaille la peine d'y revenir pendant trop longtemps. Évidemment avec le recul, tout est très net et il y a des choses que je sais maintenant que j'aurais aimées savoir à ce moment-là.

- Travaillez-vous toujours au sein de l'industrie technologique ?

Je suis retraité.

- Dans quels projets êtes-vous actuellement impliqués ?

Je participe principalement aux efforts visant à améliorer la culture scientifique.

- Si vous deviez partager quelques verres avec un personnage de jeu vidéo, lequel choisiriez-vous et pourquoi ?

Je n'y ai jamais réfléchi. Étant donné que je ne bois pas, ce n'est pas une surprise !


[Retour en haut] / [Retour aux articles]


Cet article vous a plu ?
N'hésitez pas à soutenir son auteur