Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 22 octobre 2020 - 03:31  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Pubs pour matériels
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Manuel Fernández Higueras
(Entrevue réalisée par David Brunet - septembre 2020)


Manuel Fernández Higueras est un concepteur de matériel espagnol. Il a déjà conçu de nombreux appareils tels que le Mistica FPG16, l'OSSC et plus récemment le SiDi, un clone Amiga sur FPGA. Il nous a accordé une entrevue que vous pouvez lire ci-dessous.

Manuferhi

- Bonjour Manuel. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je m'appelle Manuel, j'habite près de Barcelone, j'ai 46 ans et je me consacre à la conception et à l'assemblage de circuits électroniques de manière indépendante. Je travaille dans ma propre maison, dans le garage, j'ai tout ce dont j'ai besoin pour produire des cartes électroniques de manière industrielle : machine de soudure à la vague, imprimante sérigraphique, machine de placement de composants SMT, four, découpe laser, etc.

- Quand et comment avez-vous découvert l'Amiga ?

J'ai découvert l'Amiga en 1989, grâce à un ami, Jordi Morales, qui m'a invité chez lui pour voir son ordinateur et m'a montré des jeux comme Xenon 2, Kick Off, Prince Of Persia et d'autres dont je ne me souviens plus. J'avais un ZX Spectrum et j'ai été impressionné par le saut technologique entre les systèmes 8 et 16 bits. Depuis ce jour, mon rêve était d'avoir un Commodore Amiga.

- Quelles sont/étaient vos activités préférées sur Amiga ?

Mon activité préférée était le jeu, puis la programmation, les graphiques, le son. J'aimais aussi créer des bandes dessinées avec Deluxe Paint qui mettaient en scène mes amis et les aventures que nous avions vécues lors d'un week-end de folie. Je parle au passé, je n'ai pas utilisé activement l'Amiga depuis 1997, maintenant je l'utilise seulement comme quelque chose de nostalgique.

- Utilisez-vous encore l'Amiga aujourd'hui ?

Non, depuis que j'ai quitté l'Amiga en 1997 et que j'ai acheté mon premier PC, je ne l'ai utilisé que via des émulateurs afin de jouer de temps en temps à un jeu. Mes préférés ont toujours été Kick Off 2, Mega Lo Mania, K240 et Superfrog. De temps en temps, j'aime bien charger l'émulateur pour me les remémorer.

Au cours des trois dernières années, je suis passé de l'émulateur aux FPGA, car cela me permet de me rapprocher du véritable matériel.

- Votre ordinateur Mistica FPGA16 est disponible depuis 2017. Pouvez-vous nous raconter l'histoire qui se cache derrière ?

Le MiST me fascinait, il me semblait être un système incroyable, le meilleur à l'époque. Il avait un petit inconvénient : son prix. Je voulais faire ma propre version à un prix plus populaire, j'ai ajouté ce que les utilisateurs demandaient à l'époque, une sortie vidéo composite et une entrée audio, et ainsi est né le Mistica, un clone du MiST à un prix plus abordable et avec quelques améliorations.

Le nom a été donné par mon ami Ricardo de Retroshop, il a été inspiré par un personnage de bande dessinée des X-Men. Il voulait même que les circuits soient bleus comme le personnage.

Mistica FPGA16
Mistica FPGA16

- Quelles sont les spécifications du Mistica FPGA16 ? Dans quels domaines est-il meilleur ou pire qu'un vrai Amiga (comme l'A1200) ?

Le Mistica possède un FPGA Cyclone III EP3C25 avec une mémoire SDRAM de 32 Mo et un microcontrôleur Atmel AT91SAM7S256D. Le noyau Minimig du Mistica donne 6,17 MIPS dans SysInfo, c'est comparable à un A1200/030 à 40 MHz en performance, bien que l'implémentation du processeur soit un 68020 très accéléré.

- Le SiDi est un autre de vos ordinateurs FPGA. Pourriez-vous également nous raconter l'histoire qui se cache derrière ? Qu'est-ce qui vous a motivé à créer le SiDi, sachant qu'il existait déjà plusieurs autres systèmes comme le Mistica, le ZXUNo, le MiST, le ST-Mini, le MiSTer...

Le SiDi est apparu à la fin de l'année 2019, il appartient aussi à l'univers MiST, il partage le même contrôleur ARM bien que, cette fois, il ait un FPGA Cyclone IV EP4CE22. C'est un FPGA légèrement plus petit que l'EP3C25 mais avec un prix beaucoup plus bas. Cela permet de réaliser un circuit beaucoup plus petit en éliminant aussi les ports DB9 et en ne laissant que les ports USB.

Le défi était de réaliser un FPGA avec un catalogue de base identique à celui du MiST et à un prix ne dépassant pas les 100 euros. Je suis très heureux du résultat, c'est un FPGA très robuste et fiable, tous les noyaux MiST ont été portés et une édition avec un boîtier métallique sortira bientôt.

SiDi
SiDi

Les performances des coeurs sont les mêmes que dans le MiST, le coeur Minimig donne exactement le même résultat dans SysInfo que dans le MiST ou le Mistica. C'est un excellent produit si vous voulez entrer dans le monde des FPGA sans dépenser plus de 100 euros. Je pense honnêtement qu'en ce moment c'est le FPGA le plus compétitif par rapport à ce qu'il offre à ce niveau de prix.

Je dois remercier Jotego pour son soutien direct envers le SiDi, avec ses coeurs de bornes d'arcade comme le CPS1. C'est incroyable de voir son travail dans le SiDi, notamment Final Fight et Street Fighter II.

- Le SiDi est vraiment bon marché (99 euros) mais il lui manque des ports DB9 et HDMI. Avez-vous prévu de les ajouter dans une éventuelle nouvelle version ?

C'est une option que j'ai étudiée. Réaliser une carte MiST universelle haut de gamme, incluant un FPGA E55 de plus grande capacité afin d'y faire fonctionner des coeurs comme NeoGeo ou MegaCD, avec HDMI, Wi-Fi, DAC vidéo 8 bits et son numérique. Mais ce projet est actuellement arrêté par le problème que les concepteurs de cartes ont rencontrés, à savoir le MiSTer. C'est une carte aux spécifications impressionnantes à un prix impossible à égaler car il s'agit d'une carte Intel/Altera subventionnée par un projet éducatif, ainsi que par le travail impressionnant de Sorgerlig. Actuellement, dans le haut de gamme, il est impossible de rivaliser avec le MiSTer.

Cependant, je pourrais peut-être apporter des améliorations au SiDi comme des ports DB9 et HDMI sans trop influencer le prix.

- Quelle est la principale différence entre les noyaux SiDi et les noyaux MiST ?

Aucune, les noyaux sont réintégrés dans le nouveau modèle de FPGA et les performances sont les mêmes. SNES, Mega Drive, Amiga, Atari STe fonctionnent tous exactement de la même manière sur un SiDi ou sur un MiST.

- Doit-on toujours attendre vos travaux pour porter le noyau du MiST sur le SiDi ? Ou un simple copier/coller des noyaux MiST fonctionne-t-il ?

C'est une opération très simple qui se fait en 15 minutes, j'ai un script automatique qui le fait, vous prenez le source pour MiST, vous exécutez le script et il synthétise la version SiDi. Le logiciel Quartus peut prendre entre 5 et 15 minutes dans cette opération.

- Avez-vous prévu de contacter Cloanto/Amiga Corporation pour ajouter des ROM Kickstart officielles ?

Non, je ne vends pas le contenu de la carte SD, je fabrique et vends la carte FPGA. Alors tout le monde est responsable de l'ajout du contenu.

- Vos ordinateurs FPGA se vendent-ils bien ?

Pour moi, ils se vendent très bien. Je suis une personne seule qui a son atelier d'électronique dans son garage avec tout le nécessaire pour fabriquer : machine de soudure à la vague, imprimante sérigraphique, machine de placement de composants SMT, découpe laser. Je ne le fais qu'avec l'aide de ma femme, nous fabriquons tout ce que nous vendons, nous n'avons pas d'employés.

En comptant tous les modèles de FPGA, nous fabriquons et vendons environ 400-500 matériels FPGA par an. Notre principal marché étant l'Espagne (25%) et les 75% restants des pays européens comme la France, l'Italie, l'Allemagne ou le Portugal.

- Pourriez-vous présenter vos autres produits comme le convertisseur vidéo OSSC ?

Oui, je propose un OSSC (Open Source Scan Converter) personnalisé, il est 100% identique à l'original. Le seul changement est le format : j'ai redessiné le circuit pour que le montage soit unilatéral afin de faciliter la fabrication. Son prix est similaire à celui de l'OSSC officiel fabriqué en Chine, mais dans mon cas, il est fabriqué par moi-même dans l'Union européenne.

OSSC
OSSC de Manuferhi

- Concevez-vous vos produits par vous-même ou êtes-vous aidé par d'autres personnes ?

La conception et la fabrication sont exclusivement de mon ressort. Je bénéficie ensuite d'une aide extérieure pour adapter certains noyaux. J'ai de bons amis comme Rampa et Fernando Mosquera qui m'ont aidé à adapter certains noyaux.

- Que pensez-vous des autres machines FPGA comme le MiST, le MiSTer, l'UnAmiga ou le Minimig ?

A ce jour, tous les FPGA ont été éclipsés par le MiSTer, c'est le roi incontesté des FPGA. Le Minimig a été un pionnier pour l'Amiga tout comme l'était le Zemmix ou l'OCM pour le MSX, mais ils sont devenus obsolètes car ils incluent des FPGA qui étaient obsolètes. Le MiST a régné pendant quelques années jusqu'à l'arrivée du MiSTer et de l'UnAmiga. Il s'agit d'un circuit imprimé chinois personnalisé qui, je pense, n'est plus fabriqué. A partir de cette carte, j'ai fait une version "Sidewinder" qui était 100% compatible, mais l'absence d'un contrôleur ARM, indispensable pour de nombreux coeurs, l'a fait évoluer vers le SiDi.

- Nous pouvons acheter vos produits sur votre site web. Prévoyez-vous de proposer également vos matériels aux revendeurs Amiga ?

C'est une option que j'envisage, mais pour l'instant, je ne vends que via mon magasin car j'ai des problèmes de stock. Heureusement, tout ce que je fabrique est vendu, et je n'ai donc pas l'obligation d'envoyer mon matériel à d'autres magasins, même si j'ai eu des contacts et que je n'exclue pas cette possibilité dans un avenir proche.

- En plus de vos matériels, avez-vous développé des logiciels sur Amiga ? Si oui, lesquels ?

J'ai réalisé quelques programmes en AMOS Basic il y a de nombreuses années, mais rien de professionnel. Il s'agissait de jeux très simples qui m'ont aidé à apprendre la programmation. Mais je n'ai rien publié, mon niveau est très amateur.

- Quels sont vos prochains projets ?

En ce moment, je suis sur un clone du ZX Spectrum Next, qui sera mis en vente plus tard cette année. Les prototypes fonctionnent déjà et je n'ai que quelques ajustements à faire dans le firmware pour que la carte puisse être mise en vente. Il s'agit d'un clone 100% identique au ZX Spectrum Next, avec l'approbation des créateurs de cette machine : 2 Mo de mémoire, FPGA LX16, Wi-Fi, RTC, connecteur pour accélérateur RPI, port HDMI et connecteur d'extension.

- Que pensez-vous de la prochaine génération de systèmes d'exploitation Amiga ? (AROS, AmigaOS 4, MorphOS)

Pour être honnête, je n'ai pas essayé ces systèmes. Mon expérience avec l'Amiga s'est terminée en 1997 en espérant les tant attendues cartes accélératrices PowerPC. A cette époque, je possédais un Amiga 1200/060 avant de le mettre au grenier et d'acheter un PC. Une fois à cette place, je n'ai plus utilisé mon A1200, seulement 15 ans plus tard pour voir s'il fonctionnait toujours, et c'était le cas. Mais je n'ai jamais utilisé les nouveaux systèmes d'exploitation. Pour moi l'Amiga s'est arrêté en 1997.

- Que pensez-vous de la situation actuelle de l'Amiga ?

En 1997, j'avais des amis qui me disaient "oublie l'Amiga et va sur PC, ne sois pas têtu". J'étais l'avocat ultime de l'Amiga et de sa possible renaissance. A l'époque, je pensais être un survivant de l'Amiga jusqu'à ce que je le laisse tomber. Je porterai toujours dans mon coeur le Commodore Amiga. Il a été de loin l'ordinateur le plus important de ma vie, ce qui ne s'explique pas. Même quand je regarde son boîtier, je suis enthousiasmé. Pour moi, c'est le meilleur ordinateur de son temps.

Mais tout cela est fini, plus de 20 ans ont passé et maintenant l'informatique ne ressemble pas beaucoup à celle des années 1990. Elle ne peut pas être comparée. Même si, depuis que je fabrique des FPGA, je suis étonné du nombre d'utilisateurs d'Amiga encore présents. Mais personnellement, je ne suis pas intéressé par l'apparition d'un nouvel ordinateur Amiga.

- Avez-vous un message pour la communauté Amiga ?

Nous avons eu la chance de vivre la naissance des micro-ordinateurs, de connaître l'Amiga et de l'apprécier. Nous sommes privilégiés, c'est le message que nous devons transmettre à nos enfants.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]


Soutenez le travail de l'auteur