Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 19 novembre 2017 - 00:26  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Adam Carrano et Christophe Decanini
(Entrevue réalisée par David Brunet - janvier 2000)


Adam Carrano et Christophe Decanini Les revendeurs Amiga ne sont pas très nombreux et pour cause : la situation commerciale de l'Amiga est très critique. Nous avons rencontré Adam Carrano et Christophe Decanini pour en savoir plus sur eux et sur APS, leur société de revente.

- Bonjour, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Christophe Decanini (CD), 25 ans, consultant informatique.
Adam Carrano (AC), gérant, 27 ans.

- Quelle(s) configuration(s) Amiga avez-vous ?

AC:
  • Amiga 4000
  • Monté dans un grand boîtier tour Atéo
  • Carte processeur CyberStormPPC (PowerPC 604e à 233 MHz avec 68060 à 50 MHz, UltraWide SCSI)
  • Carte graphique CyberVisionPPC 8 Mo
  • Carte graphique Picasso IV 4 Mo
  • Module Paloma pour carte PicassoIV (entrée vidéo et PIP)
  • Carte son Delfina Plus 128 Kw avec DSP Motorola 74 MHz
  • Carte réseau Ethernet Ariadne 2 (BNC, RJ 45, compatible SANA 2)
  • Lecteur de CD Plextor x32 SCSI
  • Graveur de CD réinscriptible Yamaha 4260T x4 SCSI
  • Un disque dur UltraWide SCSI IBM 4,5 Go (13,5 Mo/sec réels)
  • Un disque dur IDE Seagate 800 Mo (pour LinuxPPC)
  • 146 Mo de mémoire (dont 2 Mo de Chip)
  • Moniteur Iiyama Diamondtron 19" A901HT (115 kHz, 160 Hz)
  • Moniteur Iiyama Diamondtron 17" A701GT (96 kHz, 160 Hz)
CD:
  • Amiga 4000
  • Monté dans un grand boîtier tour MicroniK, sept ports Zorro III, trois ports PCI
  • Carte processeur CyberStormPPC (PowerPC 604e à 233 MHz et 68060 à 50 MHz, UltraWide SCSI)
  • Carte graphique CyberVisionPPC 8 Mo
  • Carte graphique CyberVision64 4 Mo
  • Carte graphique CyberVision64/3D 4 Mo
  • Carte graphique Picasso IV 4 Mo
  • Module Paloma pour carte Picasso IV (entrée vidéo et PIP)
  • Carte réseau Ethernet Ariadne 1 (BNC, RJ 45, compatible SANA 2)
  • Carte Vlab Motion PAL (carte Motion-JPEG d'acquisition et de restitution vidéo temps réel, 25 images/sec, 50 fiels/sec, 24 bits, Entrées et Sorties vidéo composite PAL/SVHS)
  • Audio Toccata (carte d'acquisition et de restitution audio temps réel, stéréo 16 bits 48 kHz, interfacé avec la carte Vlab Motion)
  • Un disque dur UltraWide SCSI IBM 4,5 Go (13,5 Mo/sec réels)
  • Un disque dur SCSI-2 Quantum Fireball 1 Go
  • Lecteur de CD Toshiba x16 SCSI
  • Un contrôleur Fast SCSI-2 Z3 FastLane
  • 146 Mo de mémoire (dont 2 Mo de Chip)
Périphériques connectés aux Amiga : un scanner Epson GT-9000 avec Kit Transparent (SCSI et Parallèle). SyQuest 88c, SyQuest 44, SyQuest EZ 135. Un imageur Polaroid CI-3000 (permet de sortir une photo d'une image informatique) et beaucoup d'autres matériels vidéo...

- Quand et comment êtes-vous venus à l'Amiga ?

CD: En 1989-90 je quittais mon Amstrad pour acheter un Atari quand j'ai découvert Stunt Car Racer sur l'Amiga d'un copain. Mes parents m'ont offert l'Amiga 500 à Noël. Je l'ai très vite étendu (au cas où vous ne l'auriez pas remarqué je suis un fan des mises à niveau). Peu de temps après, j'ai profité d'une offre de reprise pour un Amiga 2000. J'ai vraiment utilisé le système quand j'ai acheté une carte contrôleur GVP série 2 avec un disque de 120 Mo (ça venait de sortir et ça coûtait 8000 FF !). J'ai aussitôt embrayé sur AmigaVision, Real 3D et les produits NewTek. Rêvant d'un A3000 j'ai économisé pendant des années pour finalement acheter l'A4000 peu de temps après sa sortie. J'ai alors commencé à utiliser Scala, Vista Pro, Imagine, puis LightWave. J'ai même eu une carte PC (Vortex 486) dans l'Amiga mais je l'ai revendue. ;)

J'ai été le premier utilisateur de la CyberStorm 68060 en France (Cf. article ANews). Ont suivi CyberVision64, VLabMotion et Toccata puis deux barrettes de 16 Mo de mémoire à une période où la barrette coûtait 4800 FF pièce. A cette époque, je me suis beaucoup amusé avec Movieshop. Petit à petit je suis arrivé à la configuration Amiga ci-dessus.

AC: J'ai acheté mon premier Amiga en 1988 (un A500) après avoir vu Shadow of the Beast et Sword of Sodan, j'ai ensuite acheté un A500+ dès sa sortie avec un disque dur externe GVP et 10 Mo de mémoire. Je suis très vite passé à un A3000T avec carte graphique Domino, qui me permettait d'avoir un Workbench jusqu'en 800x600 en 256 couleurs, ou afficher du 24 bits en 640x480 (en 1992). Par la suite, en 1993 j'ai acquis un A4000 mais j'ai été très déçu par l'AGA et sa lenteur d'affichage qui était 10 fois plus lent que ma carte Domino, et ce même en 640x512 8 couleurs ! De plus, la fréquence de balayage maximum ne dépassait pas le 60 Hz, et je tiens à ma santé oculaire. :) J'ai donc dû économiser pour me payer à nouveau une carte graphique, une Picasso II, ainsi qu'un contrôleur SCSI, l'IDE d'origine de l'A4000 étant plus lent que le SCSI de l'A3000.

Ensuite, je n'ai cessé de mettre à jour mon Amiga, avec un 68060 puis PowerPC, contrôleur SCSI plus rapide jusqu'à l'UltraWide de la CyberStormPPC. Les cartes graphiques ont défilé elles aussi avec une CyberVision64 puis aujourd'hui une Picasso IV et une CyberVisionPPC qui cohabitent très bien et qui me permettent d'avoir deux moniteurs, très agréable quand on pratique sur le Net, la navigation et l'IRC en même temps. :)

- Quelles sont vos activités favorites sur Amiga ? Et en dehors ?

CD: J'ai eu plusieurs périodes dans ma vie Amiga :
Une première période où j'ai joué.
Une période créative : animations, 3D, programmation, vidéo...
Une période Internet : IRC, web, FTP.

Ce qui m'a plus c'est que j'ai joué quand les jeux étaient le point fort de l'Amiga, que j'ai fait du multimédia et de la 3D avant même que ça existe sur PC, programmé en multitâche quand ce n'était pas encore possible sur PC, fait de l'internet quand personne ne savait ce que c'était. L'Amiga m'a permis d'être précurseur car il l'était lui-même. Aujourd'hui, j'ai une utilisation mixte : j'ai deux autres machines (une station bi-PowerPC 604 et un PowerBook G3 à 400 MHz) mais l'Amiga est resté ma machine principale et favorite. En dehors de l'Amiga... rien. ;) A vrai dire j'ai pas beaucoup de temps à consacrer à une autre activité en particulier.

AC: Ma première activité a été le jeu, mais je me suis ensuite très intéressé au système car je voulais absolument savoir à quoi servait tous mes fichiers sur mon disque dur. ;-) Ensuite, période 3D avec Sculpt, TurboSilver, Imagine puis LightWave et 2D avec Deluxe Paint, puis TVPaint. Ayant pratiqué la 2D et la 3D professionnellement pendant quelque temps, je m'en suis aujourd'hui un peu lassé. Maintenant mon utilisation professionnelle de l'Amiga est essentiellement la création du site d'APS, le bêta-test de quelques programmes et le test de produits matériels. Pour mon utilisation ludique sur Amiga, les jeux avec Napalm et WipEout que j'adore, et bien sûr le Net. Sinon en dehors de l'Amiga, je suis un grand fan de l'univers de Star Trek ;) et je collectionne les meilleurs CD de R&,B, Soul et Funk.

- Pouvez-vous nous parler d'APS ?

AC: APS, officiellement "Art Photo Synthèse" mais nous préférons "Amiga Power Stations" ou "Amiga Peripherals & Softwares". :) J'ai créé APS en août 1996, après que la société pour laquelle je travaillais (sur Amiga :) a cessé son activité afin de continuer mon travail de prestation de services : retouches photo, vidéo, 3D et un peu de PAO. Puis Christophe m'a rejoint en juin 1997 et nous nous sommes associés à part égales. Personnellement, je voulais ouvrir un magasin Amiga depuis des années, mais de nombreux magasins existaient déjà sur Marseille et nous ne voulions pas les concurrencer car la plupart étaient des amis. Quand le dernier a décidé d'arrêter l'Amiga, Christophe et moi on s'est dit : "Banco" :).

Nous avons donc petit à petit changé d'activité, avec essentiellement la vente de produits Amiga par correspondance et, en mai 1998, le lancement de notre site Web avec notre vitrine de produits Amiga. Nous avons cessé notre ancienne activité de prestation de services pour nous consacrer exclusivement à l'Amiga en juillet 1999. Aujourd'hui, APS se consacre exclusivement aux produits Amiga actuels : logiciels et cartes PowerPC, cartes graphiques 3D, SCSI. Nous avons toujours refusé de vendre des cartes en dessous du 68040 afin de tirer l'Amiga vers le haut, lorsque nos stocks de 68k seront épuisés nous ne vendrons plus ce type de cartes, mais uniquement des PowerPC.

- Quels produits se vendent le mieux actuellement ? Où en sont les ventes d'AmigaOS 3.5 ?

Côté logiciel : les suites Internet, PFS 3, TurboPrint, Magellan, CyberGraphX 4, Tornado 3D SE et je serai tenté de dire "malheureusement" MakeCD qui est notre plus grosse vente logicielle mais dont certaines personnes peu scrupuleuses se servent pour pirater d'autres logiciels Amiga. AmigaOS 3.5 est un succès mais il aurait dû se vendre bien plus, nous avons du mal à comprendre les personnes qui utilisent un Amiga et qui hésitent à franchir le pas vers AmigaOS 3.5 ! Nous avons vendu un peu plus de 150 copies à la mi-décembre, il y a environ 3000 amigaïstes actifs en France. En admettant qu'il y ait huit revendeurs Amiga en France et que les sept autres en aient vendus en comptant large, 200, on arrive a 1550 copies vendues, c'est peu. Côté matériel, ce qui se vend le mieux sont : les lecteurs et graveurs CD, les cartes PowerPC (quand elles étaient disponibles), les cartes graphiques, réseau et son.

- Les revendeurs spécialisés dans l'Amiga sont-ils condamnés à se diversifier vers d'autres machines pour ne pas sombrer financièrement ?

AC: Nous ferons tout notre possible pour rester 100% Amiga comme c'est le cas actuellement, si dans le pire des cas pour subsister nous devions vendre d'autres plates-formes en plus de l'Amiga, nous choisirions BeOS et Linux, mais certainement pas Wintel qui n'est pas notre tasse de thé. Nous faisons avant tout notre métier par passion et plaisir.

CD: C'est un risque à prendre mais si on veut vraiment être spécialiste Amiga il ne faut faire que de l'Amiga. Nous sommes revendeurs car nous ne voulions pas que l'Amiga meurt à Marseille après que VAV a cessé de vendre des Amiga. Maintenant nous avons des clients partout en France et nous continuerons à soutenir l'Amiga tant que nous pourrons en espérant que la situation s'améliore. Je crois que nous sommes les seuls revendeurs à faire de l'Amiga à 100%. Cela nous permet d'être compétents, de tout savoir sur les nouveautés, d'avoir les produits avant.

- Comment voyez-vous la situation actuelle de l'Amiga ? et son futur ?

CD: Je pense qu'on a longtemps été mené en bateau par les différents propriétaires de l'Amiga. L'Amiga dans l'esprit de ces personnes n'est pas celui qu'on connaît. Il faut regarder qui est-ce qui fait vivre l'Amiga aujourd'hui : un stock de machines de base qui se réduit, des fabricants de cartes (Phase 5, Village Tronic, etc.), des boîtes de logiciels comme Haage & Partner, les développeurs commerciaux et freeware, des revendeurs passionnés (et acharnés ;)). Tout cela est fédéré par Internet et les quelques magazines Amiga. La chaîne peut se briser à tout moment.

Pour que l'Amiga ait un avenir il faut avoir de nouvelles cartes mères (POP, Boxer ou AmiRage), de nouvelles cartes (AGP, PCI, Zorro), un développement d'AmigaOS sur PowerPC (Haage & Partner), des nouveaux logiciels innovants. Tout cela se met en place doucement mais : il faut acheter AmigaOS (3.5) pour soutenir un portage sur PowerPC, acheter les logiciels. Nous avons l'opportunité de pouvoir dialoguer directement avec les créateurs de ces logiciels, vous pouvez faire des suggestions pour apporter des modifications aux nouvelles versions. Les cartes mères PowerPC fleuriront fin 2000 et seront distribuées à grande échelle (parce que également pour Linux). Les prix seront donc compétitifs et nous aurons rapidement plus de puissance que les PC (voir totalimpact.com).

AC: nous sommes actuellement dans ce que l'on appelle un cercle vicieux, les gens n'achètent pas ou peu car ils attendent toujours, du coup les éditeurs de logiciels et les constructeurs de cartes voyant que leurs produits se vendent mal, hésitent à sortir de nouveaux produits ou de nouvelles versions de leurs logiciels. Prenons un exemple, Phase 5 a vendu environ 10 000 cartes PowerPC, pour 300 000 utilisateurs Amiga dans le monde, c'est peu. S'ils en avaient vendus 10 fois plus, nous aurions déjà très certainement des cartes G3 ou G4 disponibles depuis plusieurs mois et à des prix encore plus intéressants que ceux annoncés.

Il est vrai que certaines fausses rumeurs comme les sorties annoncés du MCC et des clones IWin incitent les gens à attendre, et tuent le marché Amiga. Attendre pour acheter sur le marché Amiga est une erreur, car les produits ont une durée de vie nettement plus longue que sur le marché PC. Si vous pouvez attendre 3 mois de plus sur PC pour vous payer un Pentium plus puissant au même prix (qui sera dépassé 6 mois plus tard), il vous faudra attendre plus de 18 mois sur Amiga pour voir arriver une nouvelle carte accélératrice plus puissante. Les cartes PowerPC 603 et 604 sont sorties en septembre 1997, elles restent aujourd'hui le haut de gamme et les prochaines ne sont prévues que pour fin mars 2000.

- Avez-vous quelque chose à ajouter ?

CD: Plus que jamais il faut soutenir le marché Amiga. Il ne faut surtout pas attendre car c'est cela qui tue les entreprises qui contribuent en ce moment. Si tout le monde y met du sien l'avenir sera assuré.

AC: La configuration minimale de tout amigaïste en l'an 2000 devrait être au minimum un PowerPC avec carte graphique et AmigaOS 3.5.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]