Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 18 octobre 2021 - 00:10  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Pubs pour matériels
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test d'Inviyya
(Article écrit par Serge Alves - septembre 2021)


Aujourd'hui, je vous propose de vous faire découvrir un jeu fraîchement sorti au printemps/été 2021. Il s'agit d'Inviyya.

Mais qu'est-ce que Inviyya ?

Inviyya est un jeu de tir à défilement horizontal pour Amiga dans lequel vous aurez à combattre des terribles créatures venues du système stellaire Proxima B situé à 4,2 années-lumière de la Terre. Ces aliens malveillants menacent de détruire l'humanité. Seulement voilà, connaissent-elles votre agilité légendaire ainsi que votre détermination sans faille à sauver l'humanité ?

Alors, comment se présente votre mission ? Avant de pouvoir vous plonger dans cette aventure périlleuse, vous allez devoir vous équiper convenablement. Pour ce faire, vous allez commencer par acheter l'outil indispensable, c'est-à-dire le jeu qui existe en deux versions :

1. La version physique matérialisée par une magnifique boîte très luxueuse, imprimée avec des reflets métallisés du plus bel effet. Elle contient divers éléments très beaux aussi traités avec le procédé métallisé. La version que j'ai achetée est la version collector dédiée à l'Amiga CD32. La belle boîte à l'ancienne contient un CD-ROM très original avec une partie transparente, un sublime livret narrant l'histoire de l'empire Inviyya, une notice en anglais et allemand, sans oublier une jolie affiche représentant la même image qui se trouve en façade de la boîte et que vous pourrez accrocher au mur devant votre poste de combat pour vous encourager dans votre mission héroïque.

Parmi les petits plus qui font toujours plaisir, vous trouverez une petite carte SD avec des gadgets artistiques du jeu, des croquis des graphismes, les étapes de création des illustrations, les musiques du jeu, le fichier ADF du jeu ainsi que l'ISO, etc. Vous aurez aussi un magnifique écusson à coudre sur votre tenue de combat.

Inviyya Inviyya Inviyya
Boîte, CD et gadgets de la version collector CD32

Il existe une version collector destinée aux ordinateurs avec une disquette en lieu et place du CD-ROM, ainsi que des versions physiques à des coûts moins élevés, aussi appelées "budget". Ces versions contiendront le nécessaire pour que vous meniez à bien votre mission mais manqueront à l'appel ce qui n'est pas indispensable comme l'affiche, la belle grosse boîte, etc.

2. La version purement numérique. Sachez que l'auteur du jeu qui est le programmeur, graphiste et musicien ne touche pas un seul centime sur les ventes physiques. Si vous voulez soutenir l'homme central dans ce projet, je vous invite à acheter en priorité la version purement numérique qui a par ailleurs l'avantage d'avoir reçu deux mises à jour bien appréciables. Celles-ci apportent :
  • Une meilleure gestion du tir automatique.
  • Une perte des armes moins drastique lorsque vous perdez une vie.
  • Un vaisseau un poil plus rapide au début du jeu.
  • Et en cadeau de remerciement pour votre soutien, un niveau supplémentaire portant le jeu à sept niveaux au total. Royal n'est-ce pas ?
Pour les acquéreurs de la version physique, j'ai lu dans un forum qu'il est possible de demander à l'éditeur Poly.play d'avoir accès à ces mises à jour, même si au départ elles étaient réservées aux acheteurs de la version dématérialisée.

Lorsque vous aurez fait l'acquisition de ce programme indispensable, il ne vous restera plus qu'à rendre votre mission concrète en exécutant le jeu sur un Amiga. Mais quel Amiga sera en mesure de vous offrir cette aventure ? Un simple Amiga OCS avec 512 ko de mémoire Chip + 512 ko de mémoire Fast fera amplement l'affaire. Donc, que vous ayez un modeste Amiga 500 ou une Vampire V4 Standalone dernier cri, vous pourrez faire la peau aux Inviyyas.

Tour de chauffe

Enfin aux commandes de votre Amiga préféré, vous exécuterez le programme vous menant à votre mission et serez accueilli par une voix numérisée vous présentant les responsables de ce que vous avez sous les yeux, c'est-à-dire l'éditeur Poly.play et le grand manitou Michael Borrmann, alias TigerSkunk (programmeur, graphiste et musicien). Pour finir, la voix glaçante semblant venir d'outre tombe vous fera entendre un terrifiant "INVIYYAHHHHH !".

Le menu du jeu est très bien fait avec une musique qui vous met dans une ambiance bien technologique pour, entre autres, vous présenter votre vaisseau. On vous explique aussi rapidement qu'il y a deux types d'objets à récupérer dans le jeu. Il s'agit de boules clignotant en rouge pour de nouvelles armes et des boules clignotant en bleu pour gagner en vitesse et agilité. C'est aussi ici que vous pourrez admirer les meilleurs scores représentatifs de vos exploits comparés à ceux des plus grands héros comme Jay Miner ou encore RJ Michal. Puis, après une pression sur l'unique bouton du jeu, vous rentrez de plain-pied dans l'univers spatial, terrain de vos affrontements imminents contre les sales créatures Inviyyas.

Inviyya
Un des écrans du menu

Un jeu de tir à l'ancienne ?

Dès les premiers instants, pour ceux qui ont donné de leur temps à la saga R-Type, on remarque l'affiliation flagrante avec ses aînés. Vagues d'ennemis assez similaires, l'aspect de certains décors ou le style des ennemis dans la pure tradition du mélange techno-biologique sont là pour exploiter ce qui a fait le succès de certains de ces anciens titres.

Inviyya
Le premier niveau

Pourtant, Inviyya rafraîchit le genre en apportant son lot de caractéristiques bien à lui. Inviyya vous fait évoluer dans un défilement horizontal avec trois plans parallaxes et des zones de transparence pour un effet de profondeur des plus réussis. En plus d'un aspect technique bluffant en grande partie grâce aux multiples parallaxes, l'esthétisme des graphismes apporte aussi une véritable touche moderne. Les palettes de couleurs sont très bien choisies et les ennemis sont originaux. On regrettera tout de même un certain manque de couleurs et de résolution inhérents à la configuration OCS. Certains amigaïstes pourront rétorquer que lorsque le graphiste maîtrise totalement l'art du pixel, qu'il est possible d'user de ruses pour éviter les effets de crénelage et de "banding" en utilisant astucieusement du tramage et d'autres subtilités, et même si cela est juste, l'aspect graphique est déjà très à la hauteur pour pouvoir supporter ces petits manquements sans avoir à en souffrir réellement.

Les niveaux s'enchaînent avec des ambiances toujours différentes et originales, que ce soit au niveau graphique ou sonore réduisant ainsi à néant la possibilité que la monotonie s'installe. D'ailleurs, parlons un peu de l'ambiance sonore. Elle est au top ! Les musiques sont réellement originales et épousent à merveille le jeu. Ces morceaux sont à la fois assez stressants pour vous mettre bien la pression et pourtant ne vous saouleront pas au bout de trois parties. Quant aux bruitages, ils restent assez sommaires avec quelques bruits de tirs et des explosions. Entre nous, que les bruitages soient sobres n'est pas plus mal, car on se laisse bien porter par la musique.

Inviyya
Le deuxième niveau

Une jouabilité classique

Et si nous parlions de la jouabilité ? Eh bien, sachez qu'il n'y a pas grand-chose à lui reprocher. Nous avons affaire à un classique du genre avec un vaisseau très agréable à piloter. Les vagues d'ennemis sont régulières et identiques d'une partie à l'autre. À vous de les mémoriser et de les anticiper au fur et à mesure de votre progression.

Inviyya
Tirer sur les ennemis avant qu'ils ne vous tirent dessus

Sachez aussi que vous ne serez pas mis en échec dès le début. Ce jeu est fait pour tous. Si vous êtes un novice à deux mains gauches, vous vous ferez un plaisir de zigouiller tous les vilains du premier niveau et pourrez même être fiers d'aller au-delà avec acharnement et persévérance. Si au contraire vous êtes un tireur des plus acharnés, vous vous ferez un malin plaisir de vous échauffer dans les premiers niveaux avant de vous occuper des vilains les plus tenaces jusqu'à la fin du sixième niveau.

Chaque niveau se termine par un chef de fin en bonne et due forme pour vous empêcher d'atteindre le niveau suivant. À vous de leur faire comprendre qui est le patron. Plus vous vous en sortez bien et plus simple la suite sera pour vous car plus vous avancez dans le jeu et plus vous obtiendrez des nouvelles armes plus efficaces. Sachez également que tous les 10 000 points, vous êtes gratifié d'une nouvelle vie venant s'ajouter aux trois premières qui vous aideront à aller encore plus loin.

Inviyya
Le chef de la fin du premier niveau

En lisant cet article, vous devez vous demander ce qui peut bien clocher dans ce jeu. La réponse est : pas grand-chose. On notera tout de même l'impossibilité de mettre le jeu en pause, ce qui vous interdit de faire un entracte avec pause pipi et sirotage de petite grenadine entre deux niveaux.

C'est tout comme défauts ? Bah oui, pas grand-chose de plus à mes yeux. Inviyya est beau, entraînant et fidèle au genre sans être une suite fade de ses aïeux. En cherchant vraiment la petite bête, on remarquera quelques rares ralentissements lorsqu'il y a trop de monde à l'écran comme dans l'avant-dernier niveau, mais en dehors d'un ou deux moments de ce genre, ce jeu fait honneur à l'Amiga en l'exploitant à merveille.

Conclusion

Ce nouveau jeu de tir est une vraie petite perle, d'autant plus au regard de la modeste configuration nécessaire. Vu le prix de la version numérique (12 dollars), il serait dommage de s'en priver, alors je ne peux que vous encourager à franchir le pas et tenter l'aventure Inviyya.

Si vous avez les moyens en plus de faire l'acquisition de l'édition en boîte qui en fonction de la variante vous coûtera de 23 euros pour la plus modeste à 38 euros pour la version collector CD32, alors lâchez-vous sans retenue, car c'est un magnifique objet dont vous serez fiers d'exposer parmi vos plus beaux titres.

Petit détail technique, sur les Vampire V4 et V4+, seule la version CD32 en ISO est fonctionnelle. La version ADF souffre pour le moment d'un problème de compatibilité dû à l'outil de compression utilisé pour faire rentrer le jeu dans les 880 ko.

Liens
Les auteurs
  • Michael "TigerSkunk" Borrmann : auteur, programmeur, graphiste et musicien.
  • Ralph Niese : concepteur de l'édition physique.
  • Constantin Gillies : auteur de la courte histoire des Inviyyas.
  • Ross : programmeur pour le chargeur.
  • Frank Wille : programmeur du lecteur audio.
  • Timm "Bifat" Müller : programmeur du compresseur.
Nom : Inviyya.
Développeur : Tigerskunk (Michael Borrmann).
Éditeur : Poly.play.
Genre : jeu de tir.
Date : 2021.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 512 ko de mémoire Chip, 512 ko de mémoire Fast.
Licence : commercial.
Prix : de 12 $ (version numérique de base) à 38 euros (version collector CD32).

NOTE : 8/10.

Les points forts :

- Fonctionne sur tous les Amiga avec 512 ko + 512 ko de mémoire.
- Des graphismes très variés avec des palettes de couleurs très bien choisies.
- Des musiques qui collent parfaitement à l'ambiance de chaque niveau.
- Des effets de parallaxes excellents.
- Un style totalement assumé "à la R-Type".

Les points faibles :

- Bruitages assez sommaires.
- Pas de fonction pause ni sauvegarde.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]


Soutenez le travail de l'auteur