Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 22 novembre 2017 - 23:08  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : Historique du Minitel
(Article écrit par divers auteurs et extrait de Wikipédia - février 2014)


Le Minitel (pour "Médium Interactif par Numérisation d'Information Téléphonique") désigne un type de terminal informatique destiné à la connexion au service français de Vidéotex baptisé Télétel, commercialement exploité en France entre 1980 et 2012.

Minitel
Minitel 1 de 1982

Historique

Cette technologie de communication à la porteuse caractéristique (fréquence au sifflement aigu) a été développée par le ministère des Postes et Télécommunications et utilisée en France, essentiellement dans les années 1980 et 1990, avant d'être supplantée par l'accès à Internet. Par métonymie, le mot "Minitel" a fini par désigner l'ensemble du service Vidéotex en France ainsi que les éléments de réseau (concentrateurs, points d'accès) destinés à rendre ce service.

En février 2009, selon le groupe France Télécom, le réseau de Minitel enregistrait encore 10 millions de connexions mensuelles sur 4000 codes de services Vidéotex, dont un million sur le 3611 (annuaire électronique). En 2010, 2 millions de personnes utilisaient encore le Minitel, pour 200 000 euros de chiffre d'affaires. Le service a été fermé par France Télécom le 30 juin 2012. L'arrêt du Minitel est une conséquence de la décroissance des usages et de la fermeture du réseau support de l'offre Minitel. Ce réseau support étant de moins en moins utilisé, et compte tenu des évolutions technologiques, il a été décidé d'arrêter son exploitation.

Contexte historique

En 1977, la remise à Valéry Giscard d'Estaing, président de la république française, du rapport sur l'informatisation de la société, rédigé par Simon Nora et Alain Minc, va entraîner une révolution technologique baptisée par les auteurs du néologisme "télématique" défini comme la connexion de terminaux permettant la visualisation de données informatiques stockées dans des ordinateurs à travers les réseaux de télécommunications. L'année suivante, en 1978, la France décide de lancer un réseau vidéotex accessible par un terminal peu onéreux. Cette décision sera rendue publique par Gérard Théry (directeur de la DGT) à l'Intercom 79 de Dallas (Texas) qui réunit le gratin mondial des télécommunications. Il y annonce avec une certaine emphase le déclin de l'ère du papier.

Le concurrent américain du Minitel se nommait en effet le système NAPLPS. Conçu comme vecteur de vente à domicile, il mettait l'accent sur un affichage en couleurs de qualité photographique.

Suite au faible débit des lignes de l'époque - surtout aux États-Unis - la déception fut sévère :
  • L'affichage de certaines pages pouvait prendre une durée de six minutes.
  • Le mixage de texte et de graphiques, qui ne posait pas de problème avec les caractères semigraphiques de basse qualité du Minitel, n'était pas possible sans faire monter le coût de réalisation du terminal à des valeurs prohibitives en mémoire et en ROM.
Seuls restèrent en lice le Minitel, le Prestel, le Ceefax, le Bildschirmtext - tous en Europe, tous fondés sur la norme Vidéotex. La réalisation du Minitel ayant été confiée à trois industriels différents (Matra, Radiotechnique (Philips) et Télic-Alcatel), le prix de série put être négocié au plus bas en tenant compte d'une hypothétique, mais probable, baisse future des prix de revient par l'évolution technologique et l'accroissement des quantités produites (courbe d'apprentissage) par les fournisseurs.

En 1997, le Minitel rapportait six milliards de francs.

Le programme Télétel (nom du réseau des terminaux appelés Minitel) est reconnu dans le monde entier comme le premier réseau télématique grand public et comme un succès commercial.

Par la suite, les services commerciaux du Minitel ont subi la concurrence d'Internet.

Inventeur

Directeur technique du Centre Commun d'Études de Télévision et Télécommunications à Rennes, Bernard Marti a coordonné les travaux d'une équipe à l'origine du Minitel, le projet Minitel étant supervisé par Jean-Paul Maury, directeur du projet "Annuaire Électronique et Minitel" (1979 - 1985). D'après Bernard Marti, le nom "Minitel" serait l'abréviation de "Médium Interactif par Numérisation d'Information Téléphonique".

Dans le film "La Personne Aux Deux Personnes" (2008), un faux journal télévisé animé par Patrick Poivre d'Arvor annonce le décès par accident, à l'âge de 78 ans, de l'inventeur du Minitel : l'ingénieur Jean-Yves Pouchard.

Expérimentation

La phase d'expérimentation commence en 1980 à travers plusieurs opérations sur le terrain :

Annuaire électronique

Alors qu'il est prévu de fabriquer 30 millions de Minitel, Valéry Giscard d'Estaing, devant le lobby de la presse qui voit un concurrent dans cette nouvelle technologie, se ravise et décide de lancer des expérimentations.

En juillet 1980, à Saint-Malo, les 55 premiers utilisateurs de l'annuaire électronique sont équipés. En 1981, 4000 Minitel sont distribués en Ille-et-Vilaine. Il s'agit de tester ce nouveau service chargé de remplacer l'annuaire papier. Il devait aussi alors alléger le service traditionnel des renseignements, passablement saturé devant la croissance du parc téléphonique fin des années 1970. Il se justifiait aussi par l'efficacité d'un service de renseignements recouvrant l'ensemble des abonnés au téléphone en forte croissance. Les publications des annuaires papier, constamment dépassées, créaient une forte demande sur les renseignements téléphoniques alors assurés par des fonctionnaires des PTT.

Minitel
Un des 55 premiers terminaux distribués à Saint-Malo

L'expérience de l'annuaire électronique ayant entraîné une forte résistance de la presse quotidienne régionale (Ouest-France en tête), le ministère des PTT eut l'idée de désamorcer la fronde en organisant une autre expérience incluant d'autres services (petites annonces, informations, messageries) qui se déroula à Vélizy, ville dont le nom est devenu un terme générique dans le jargon du milieu de la télématique.

Expérience Télétel 3V

À l'automne 1980, 2500 foyers volontaires de Versailles, Vélizy-Villacoublay, Jouy-en-Josas, Buc, Bièvres et Les Loges-en-Josas reçoivent un terminal Vidéotex. Du côté des services, près de 200 fournisseurs participent à l'expérience, se donnant ainsi l'occasion de tester ce nouveau moyen de communication auprès du public. Les services remportant la plus large adhésion seront les annuaires téléphoniques pages blanches et pages jaunes (services gratuits), la presse, la vente par correspondance, la SNCF, les banques ainsi que la messagerie.

Minitel
Terminal Télétel utilisé à Vélizy en 1980

Si l'expérience de Vélizy reste un symbole dans le monde de la télématique, c'est que cette expérience est la source de la création du fameux "kiosque télématique" qui devient par la suite le 3615 (avec Thierry Roze et Xavier Niel). En effet, si les éditeurs de presse ont vu tout l'intérêt de cette expérience, ils n'en tirent aucun revenu. Conséquemment, d'après des discussions auxquelles participent notamment Mme Martine Tournier (le Parisien Libéré), M. Roger Lajus (Hachette Filippacchi), les hommes de la DGT ont l'idée d'utiliser le système de surtaxation utilisé pour le réveil téléphoné. Cela donne lieu, en février 1984, à la création du kiosque mis en priorité et en exclusivité à la disposition de la presse.

À Vélizy, le premier terminal n'a pas d'écran et se glisse sous le téléviseur : simple décodeur, il permet de consulter une vingtaine de services sur l'écran du téléviseur. La télécommande est élémentaire : juste un clavier alphanumérique en majuscules. Un groupe d'utilisateurs passionnés fonde l'AATEL (Association des abonnés à TéléTEL), qui devient une véritable interface entre les testeurs et la DGT - DACT (Direction Générale des Télécommunications - Direction des Affaires Commerciales et Télématiques) qui dirige le projet. De leur côté, les entreprises créent l'AFTEL (Association Française des Fournisseurs de Services Télématiques). Les liaisons distantes sont établies via le réseau Transpac par le numéro d'accès 612 34 56.

La toute première messagerie, uniquement par boîtes aux lettres, est baptisée M3V (surnommée "Bidulette" par ses fans). On peut y échanger des messages privés, ou par l'intermédiaire de groupes de discussion thématiques. À l'époque, la DACT et les fournisseurs de services pensent qu'il ne s'agit que d'un gadget ludique : pour eux, l'avenir de la télématique réside dans l'information, et non la communication. Il est même question de supprimer cette messagerie. Mais l'AATEL se bat pour la conserver et démontrer qu'elle est une motivation primordiale des utilisateurs, ce que confirmera le développement de la télématique grand public en France. C'est seulement fin 1982 qu'apparaît le premier Minitel. L'expérience est définitivement arrêtée au printemps 1984.

Expérience Gretel

À l'hiver 1981, les Dernières Nouvelles d'Alsace lancent le service expérimental Gretel sur un quartier pilote à Strasbourg. L'expérience débute avec 80 de foyers, puis est progressivement étendue.

Les premiers services proposés sont des consultations des actualités, des programmes de télévision et de cinéma, et de la météo, ainsi que quelques jeux. On trouve aussi un service de messagerie électronique de type courriel avec une notion de boites aux lettres.

Mais ce qui fait exploser le succès de l'expérience est le lancement en 1982 du premier service de messagerie instantanée, principe découvert à la suite d'un piratage. Ce nouveau service représente très rapidement jusque 85% du trafic. L'ancêtre des messageries Minitel et du tchat est alors né.

Lancement commercial

Lancé en France en 1982 par les PTT (aujourd'hui La Poste et Orange, entreprise publique pour la Poste, entreprise privée dont l'État français est actionnaire à hauteur de 27% pour Orange), le Minitel permet d'accéder à des services en ligne dont les plus populaires sont :
  • Le 3611 : anciennement, le 11, l'annuaire téléphonique (payant depuis le 1er septembre 2007 ; auparavant 3 minutes gratuites, le service 3611 est le service le plus utilisé. Il était censé disparaître définitivement en mars 2009 mais sa mort est une nouvelle fois reportée.
  • La vente par correspondance (de billets de train par exemple).
  • Les sites de rencontres et messageries roses (Sextel de Cyrille Jubert, 3615 ALINE de Claude Perdriel).
Entre 1984 à 1988, se développent les messageries, notamment les services STEL à Nice et Gretel à Strasbourg (serveur à l'initiative des Dernières Nouvelles d'Alsace), ainsi que SM à Paris (Serveur médical de Canal 4). Au printemps 1985 naît la première messagerie grand public sur le 3615, créée par deux anciens de Teletel 3V pour le Parisien libéré, nommée MESPL.

L'État français, par le ministère des PTT, a fortement encouragé le développement du Minitel. Les PTT ont ainsi distribué gratuitement les terminaux (des terminaux plus évolués ont ensuite été vendus ou loués). Cette décision était motivée par les économies de fabrication, de distribution et de recyclage de millions d'annuaires papier chaque année. Ainsi, les foyers équipés de Minitel ne recevaient plus que les pages jaunes, au lieu des pages blanches et des pages jaunes. Ce modèle économique, inventé pour le Minitel et consistant à subventionner le terminal par le prix du service, a été fortement critiqué à l'époque par la presse. Il a depuis été repris pour les services de téléphonie mobile.

Seul le 3618 ou service MIAMI (service de communication de Minitel à Minitel) reste en service au-delà du 30 juin 2012. En effet, ce service ne dépend pas du même réseau support.

Services télématiques

Le Minitel (programme Télétel) revint à plus de huit milliards de francs en équipements de terminaux avec une durée de vie estimée de huit ans pour les Minitel. Pendant le même laps de temps, le chiffre d'affaires des services télématiques atteint les 3,5 milliards de francs et les économies de papier atteignirent 500 millions de francs par an. En 1985, le million de Minitel en service est atteint en France ainsi que le million d'heures de communications de services par mois.

Au début des années 1990, le Minitel équipait 6,5 millions foyers. Il dépassait de loin le nombre d'utilisateurs du réseau CompuServe, qui offrait en Amérique du Nord des services semblables, et plus encore de Prodigy qui lui ressemblait davantage parce qu'utilisant le code Vidéotex, raison pour laquelle dès la fin des 1980, les Américains s'intéressèrent de très près au réseau Vidéotex français. À un moment où les Français s'interrogeaient sur l'avenir du Minitel, les agences financières de Wall Street notaient déjà le formidable bénéfice à attendre d'un tel programme. C'est pourquoi le futur vice-président Al Gore envoya un jeune homme, David Lytel, enquêter non sur les techniques utilisées mais sur les contenus des services offerts. Ce rapport fut à la source du discours sur "les autoroutes de l'information" prononcé par Al Gore en juillet 1994.

Le réseau Télétel du Minitel comportait au départ deux types de facturation : 3613 (communication payée par le service) et 3614 (communication payée par l'usager, 20 francs (3,05 euros) par heure environ, pas de rémunération du service).

En février 1984 fut créé le système kiosque avec le 3615. La rémunération du service est 60 francs (9,15 euros) par heure environ, payés par l'usager, dont 40 FF (6,10 euros) pour le service et 20 FF (3,05 euros) pour France Télécom, système de "taxation arrière" souhaité par l'industrie de la presse pour rendre son contenu payant.

Ces numéros courts à quatre chiffres ont remplacé les numéros initiaux, au gré de l'évolution du plan de numérotation de l'opérateur historique :
  • 11 jusqu'au 18 octobre 1996 à 23 h, puis 3611.
  • (16) (3) 613 91 55, puis 36 13 91 55 après le 25 octobre 1985 à 23 h, puis 3613 depuis le 10 juillet 1986.
  • (16) (3) 614 91 66, puis 36 14 91 66 après le 25 octobre 1985 à 23 h, puis 3614 depuis le 10 juillet 1986.
  • (16) (3) 615 91 77, puis 36 15 91 77 après le 25 octobre 1985 à 23 h, puis 3615 depuis le 10 juillet 1986.
En 2000, le Minitel était encore utilisé par près de 25 millions de personnes (sur 55 millions d'habitants) avec un parc de près de 9 millions de terminaux. Il restait toujours très utilisé, y compris pour les transactions commerciales, à tel point que certains moteurs de recherche comme Yahoo! ou AltaVista y avaient un service Minitel. Cependant, les services à facturation de type 3615 ou supérieur étaient vivement concurrencés par le Web. L'arrêt prévu en mars 2009 du service 3611 annuaire électronique est reporté devant le nombre significatif de connexions. Selon France Télécom, le 3611, qui représentait encore le quart du trafic Télétel, avait enregistré 19 millions de connexions en 2008 et 4000 éditeurs de services étaient toujours présents sur le Minitel. Le 3611 s'arrêta, comme les autres services Minitel, le 30 juin 2012.

L'annuaire électronique 3611 a été progressivement remplacé par l'annuaire Internet, avec les sites www.pagesblanches.fr et www.pagesjaunes.fr (vendu en 2006 à l'Américain KKR). Le succès de l'annuaire électronique était tel que France Télécom a pris du retard sur son annuaire Internet.

Les serveurs (numéros de téléphone) auxquels on se connectait avec un Minitel étaient appelés des services Télétel. C'était en effet des passerelles vers le réseau Télétel, basé sur Transpac, qui permettait de mettre en relation les Minitel avec les serveurs des prestataires de service. En marge de ces services Télétel, il était tout à fait possible de composer des numéros classiques à 8 (puis 10) chiffres, que ce soit pour se connecter à un autre Minitel, "retourné", ou pour accéder à des serveurs "RTC" directement connectés sur le réseau téléphonique commuté, donc non surtaxés. Une communauté de passionnés fréquentait ainsi régulièrement ces micro-serveurs Minitel similaires (en plus accessibles) aux serveurs BBS qui se développaient aux États-Unis et ailleurs. À l'échelle locale, des collectivités proposaient également de tels serveurs Minitel à accès direct. Aujourd'hui encore, de nombreux systèmes de télégestion utilisent ce système, aussi bien en appel entrant (visualisation de données et d'événements ou émission d'ordres) qu'en appel sortant (télé-alarme).

Impact environnemental et démantèlement

En 2004, un article de ZDNet déclare que "l'opérateur historique" cède à titre gracieux" les Minitel de première génération à ses clients. Pour les associations écologistes, France Télécom se défausse de ses responsabilités en matière de recyclage des déchets. Ce que dément l'opérateur.

La même année, un article du site Web Brest-ouVert estime que "par un tour de passe-passe France Télécom s'apprête à se débarrasser de ces millions de Minitel de la première génération, en fin de vie, que la réglementation l'obligerait bientôt à collecter puis à recycler".

Dans un souci de préservation de l'environnement, Orange a mis en place un dispositif de collecte et de recyclage des Minitel. C'est à Toulouse que sont démantelés les Minitel collectés par France Télécom.

Conséquences d'Internet

Dans les années 1980, jusqu'à la fin des années 1990, le Minitel fut en concurrence directe avec Internet. D'une part, car, à cette époque, le taux d'équipement en Minitel, en France, était plus élevé qu'en accès internet et d'autre part car les connexions Internet grand public étaient à des débits bien plus faibles que les standards tels que l'ADSL popularisés dans les années 2000 (elles étaient du même ordre de grandeur que celui du Minitel jusqu'à la démocratisation de l'ADSL).

En 1997, le Minitel rapportait six milliards de francs. Toutefois, Lionel Jospin, le premier ministre, a dit souhaiter favoriser Internet au détriment du Minitel. En 2003, le Minitel représentait 47% des revenus de l'ensemble Télétel, Audiotel, Internet.

Plusieurs points clés différencient le Minitel et Internet :
  • L'ergonomie des systèmes informatiques ainsi que celle des services disponibles par Internet a évolué de façon plus rapide que celle du Minitel, tant en matière d'affichage (la résolution graphique des images, puis plus tard des vidéos, fut supérieure sur ordinateur) que d'interface homme-machine (la souris, et plus tard les écrans tactiles, n'ont pas eu d'équivalents pour le Minitel).
  • Le débit moyen des connexions Internet a continuellement progressé, alors que celui des Minitel est resté identique.
  • La rapidité de démarrage du Minitel a été rattrapée par celle des ordinateurs (dans les années 1990, un ordinateur pouvait demander plusieurs minutes pour démarrer, alors qu'il est possible de le faire en quelques secondes actuellement, dans le cas d'une veille prolongée par exemple).
Il existe cependant un débat autour de la question "le Minitel a-t-il favorisé, ou pas, l'émergence d'Internet ?".
  • L'argument qui semble l'avoir favorisé est l'aspect éducatif, et plus particulièrement la familiarisation à utiliser le couple clavier/écran ainsi que l'interrogation d'un moteur de recherche (avec l'Annuaire électronique de France Télécom).
  • La thèse opposée explique que la France accusait un retard notable en accès Internet dans les années 1990 (retard rattrapé dans les années 2000).
Le Minitel étant un terminal, techniquement, il peut être utilisé pour accéder à Internet en mode texte. Anecdotiquement, des passerelles Minitel/Internet furent mises en place pour accéder à certains services Internet depuis le Minitel (messagerie électronique et groupes de discussion.

En 2013, le projet Cervin a ressuscité des Minitel en leur permettant d'envoyer des tweets depuis une passerelle Arduino.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]