Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 08 août 2022 - 03:55  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Actualité : Le grand braquage de la marque Commodore
(Article écrit par Peter Leigh et extrait de Nostalgia Nerd - juillet 2021)




Qui est propriétaire de la marque Commodore ? Pourquoi y a-t-il beaucoup de produits utilisant le nom Commodore ? Quel est cet apparent nouvel ordinateur qui est brandi par une société appelée Commodore Business Machines ?

Mais que se passe-t-il ? C'est ce que cette investigation va tenter de savoir.

Repensez à 2015 (allez, c'est beaucoup plus récent que ce que je vous demande habituellement), et une partie attristée de votre esprit se souviendra probablement de ceci :

Braquage de la marque Commodore
Vous vous souvenez ?

C'est, ou c'était, l'ordiphone Commodore PET, et en juillet de cette année-là, des images pré-rendues de celui-ci avaient circulé pendant quelques mois. La page Facebook de Commodore Business Machines avait d'abord publié en décembre 2014, en utilisant ces images, une sorte de rendu d'ordiphone en 3D, mais quelques mois plus tard, après avoir essayé de gonfler le battage médiatique et de susciter l'affection pour leur page, des promesses d'un nouvel ordiphone sont apparues. En utilisant les possibilités d'archive.org, si vous regardez le site Web commodore-pet.com à peu près à cette époque, vous trouverez ces images, ainsi que des mots comme "un tout nouvel et puissant appareil mobile de Commodore Business Machines" et "il dispose de quasiment la meilleure technologie matérielle disponible sur le marché des ordiphones dans le monde entier."

Braquage de la marque Commodore
Le... premier... prototype ?

Dès le départ, les gens se sont interrogés sur cette nouvelle marque Commodore qui semblait sortir de nulle part et qui, à en juger par la langue, était basée en Italie. Mais le battage médiatique est le battage médiatique, et un certain nombre de personnes ont été suffisamment convaincues pour faire le grand saut et commander ce nouvel ordiphone de marque.

La question qui me taraude est la suivante : quelqu'un en a-t-il vraiment reçu un ? Parce que si vous regardez sur YouTube, vous verrez qu'il n'y a pratiquement pas de vidéos sur ce Commodore... alors que l'on s'attend à ce qu'il soit partout sur YouTube. Les gens aiment parler des nouvelles choses brillantes, surtout quand elles ont des marques inutiles.

Scene World entre dans la scène...

La principale critique que vous pouvez trouver pour cet ordiphone est celle de Scene World Magazine, qui a reçu un modèle à des fins de test, et même là, le produit n'était pas dans sa meilleure forme. Regardez juste la boîte. Mais ils avaient clairement un ordiphone de la marque Commodore, et il fonctionnait. Vous pouvez voir dans cette vidéo qu'il fonctionne sous Android Lollipop, qu'il a un fond d'écran sur le thème de Commodore, et que quelques applications ont été installées pour donner du crédit à ce logo Commodore : il s'agit des émulateurs AnVice64 et UAE4ALL, qui peuvent être téléchargées gratuitement depuis le Play Store de Google. Il s'agit néanmoins de versions légèrement personnalisées, arborant le logo Commodore. Le créateur de l'application Vice a confirmé en 2015 à androidpolice.com, qu'on lui avait demandé de modifier l'application originale dans ce but précis. Bien que Cloanto, qui possède les droits de l'Amiga et des ROM Kickstart, ait également confirmé qu'ils n'avaient pas consenti à la distribution de leurs produits sur cet ordiphone.

Braquage de la marque Commodore
Une boîte pas dans son meilleur état...

J'ai donc décidé de contacter Scene World pour voir ce qu'il en était. J'ai eu une discussion avec Joerg Droege qui m'a informé qu'ils avaient fait une entrevue exclusive avec ce qu'ils appellent "Commodore Italy" pour leur balado. Dans le cadre de cette entrevue, ils ont demandé deux unités de test, mais n'en ont reçu qu'une seule. Joerg Droege a donc dû envoyer son exemplaire de test à AJ en Amérique qui a ensuite réalisé la vidéo de test.

Les messieurs de cette entrevue sont un duo italien. Massimo Canigiani et Paolo Besser.

Braquage de la marque Commodore
Un extrait du balado avec Massimo Canigiani

Paolo Besser, qui fait office de directeur général, est celui qui parle le plus, car Massimo Canigiani, le principal responsable de l'entreprise, ne parle pas très bien anglais. Cette entrevue a eu lieu le 25 septembre 2015, donc les ordiphones étaient déjà en vente depuis quelques mois, mais ils ont l'air crédibles et vraiment enthousiastes, et on a l'impression qu'ils essaient vraiment de faire quelque chose avec une marque qui les accompagne depuis leur enfance.

Mais cela semblait également se refléter dans les entrevues sur les sites Web et dans les médias plus généralistes, y compris les publications de premier plan, tant en anglais que dans d'autres langues européennes. La situation de Commodore était passionnante et émergente, et personne n'était plus enthousiaste que les médias italiens eux-mêmes. Voici un extrait de la publication Gazzetta Di Mantova :

Braquage de la marque Commodore
Extrait de la Gazzetta Di Mantova

"La clé du succès ? Avoir découvert que le logo historique, le C avec le drapeau rouge-bleu, est sorti après la faillite de Commodore en 1994. Et ce, malgré les changements de propriétaires de l'entreprise et des brevets industriels, car pendant cinq ans, il n'avait été lié à aucune production."

"Massimo Canigiani n'a pas réfléchi un instant et le 20 mai 2015, il a demandé et obtenu de l'Office des brevets de l'Union européenne le droit exclusif d'utiliser la marque figurative avec seulement 900 euros, en l'enregistrant dans 38 pays, y compris les États-Unis."

Donc, à première vue, tout cela semblait crédible. Mais je voulais creuser un peu plus. Scene World eux-mêmes étaient pratiquement sûrs qu'il ne s'agissait pas d'une arnaque ou de quelque chose de sournois. Ils connaissaient des personnes qui avaient reçu des ordiphones, et savaient que les plaintes étaient suivies.

Braquage de la marque Commodore
Scene World avait la foi

Scene World diffuse un très bon balado, je n'ai donc aucun doute sur la véracité de leur conviction, mais tout cela a été réalisé lors de la première campagne médiatique, lorsque les informations étaient plutôt rares. Heureusement, le don du temps nous donne plus de renseignements.

Dans les commentaires de cette vidéo, il y a quelques commentateurs qui affirment avoir reçu un ordiphone, mais il y a aussi un bon nombre de commentateurs avec des remarques négatives. Les remarques positives sont un peu plus rares.

Braquage de la marque Commodore
Peut-être pas les plus grands moments...

A la recherche de l'ordiphone

Il est clair que la plupart de ceux qui ont reçu l'ordiphone de Commodore ont dû l'attendre longtemps, parfois plus de six mois, et se sont vite rendu compte qu'il s'agissait en fait d'un appareil très bon marché habillé du logo Commodore. Si vous jetez un coup d'oeil à des appareils tels que le PCBOX Bee et l'Orgtec WaPhone, vous remarquerez une nette similitude... en fait, l'Orgtec WaPhone est une copie carbone de l'ordiphone de Commodore, à la fois dans les spécifications et l'apparence, à l'exception de la marque... et du coût, environ 130 $. Donc, la supposition évidente est que ce "Commodore Business Machines" a acheté quelques appareils bon marché et les a fait personnaliser en Chine, pour correspondre à la marque Commodore. C'est une pratique assez simple, et si vous regardez sur YouTube, vous verrez que beaucoup de gens l'ont fait, y compris le Wall Street Journal, qui a obtenu un ordiphone de marque entièrement personnalisé pour 70 $.

Braquage de la marque Commodore
Comme des jumeaux identiques

Combien facturaient-ils leur produit déjà ? Environ 349 euros ou 365 dollars. Ok, donc c'est un bénéfice décent. Mais bon, il n'y a rien d'intrinsèquement mauvais dans cet aspect. Les entreprises sont libres de faire payer ce qu'elles veulent, si le marché le permet. C'est le capitalisme. Mais, si le marché ne reçoit pas le produit pour lequel il a payé, alors nous avons un problème.

J'ai donc décidé de retrouver quelques personnes qui avaient au moins confirmé la réception... Richard Troupe était l'un d'eux... il m'a dit :
"Je pense que je l'ai finalement reçu quatre mois après l'achat. Quant à l'ordiphone lui-même, il ne fonctionnait pas bien et était très bogué avec des plantages constants. Ils m'ont envoyé un appareil de remplacement, et c'était à peu près la même chose, au point qu'ils l'ont remplacé par leur modèle LEO plus récent. Honnêtement, cet ordiphone était bien meilleur et donnait l'impression d'être plus haut de gamme".
Les choses ont donc fonctionné pour certaines personnes, avec même un service clientèle adéquat.

D'un autre côté, il semble qu'il y ait un bon nombre de personnes qui n'ont pas reçu d'appareil du tout. C'est le cas de Michael Fisher, alias Mr Mobile :
"L'ordiphone Commodore ? Oui, je m'en souviens. À l'époque où je travaillais à pocketnow en 2015, nous avons laissé tomber environ 380 dollars pour obtenir un ordiphone de test (parce qu'ils n'avaient pas de programme de test), et j'étais ravi, parce que le Commodore 64 était en fait mon premier ordinateur.... et puis nous ne l'avons jamais reçu, et puis j'ai fait un tas de recherches et j'ai découvert que *la plupart* des gens n'en ont jamais reçu. J'ai donc écrit un article, j'ai demandé des commentaires, je n'en ai jamais eu et j'ai supposé que l'entreprise allait disparaître. Eh bien, on est six ans plus tard et je suppose qu'ils sont toujours là. Est-ce qu'ils livrent des produits ? J'ai hâte de le découvrir."
C'est donc un bilan très mitigé, et une enquête plus approfondie est nécessaire. J'ai donc décidé d'essayer de trouver un appareil pour moi-même et de voir ce qu'il en est. Après avoir cherché pendant un certain temps, j'ai été orienté dans la bonne direction, et bien que cela m'ait coûté une jolie somme, j'ai réussi à obtenir un ordiphone Commodore PET. Jetons un coup d'oeil...

Braquage de la marque Commodore
Il n'était pas bon marché, mais il existe

Au moins, ma boîte n'est pas endommagée, c'est une boîte assez standard, nous avons une liste de spécifications au dos ; un processeur octa-core, 32 Go de mémoire ROM (je pense qu'ils veulent dire stockage), 3 Go de mémoire vive, raisonnable pour l'époque, mais ce qui me frappe tout de suite c'est la quantité d'allusions à la marque Commodore. Sur la boîte, dans le manuel, sur la batterie, même à l'intérieur du casque !

Le manuel a été imprimé sur un papier un peu épais et plié de manière inappropriée, mais il fait le travail.

La construction de l'ordiphone ne semble pas des plus solides, mais il est doté de deux emplacements SIM et tout s'emboîte. Il s'allume même. Cette batterie a bien tenu sa charge. Je ne m'y attendais pas.

Je dois dire que c'est une bonne idée d'avoir le logo de la tête de poulet de Commodore comme bouton central. Mais bon, c'est tout ce que cet ordiphone possède vraiment, une marque.

Braquage de la marque Commodore
Eh bien, vous ne pouvez pas critiquer le niveau de la marque

A part ça, nous sommes directement dans Android Lollipop (version 5), ce qui semble terriblement dépassé par rapport à ce que nous avons actuellement. Au fait, c'est le fond d'écran standard de Lollipop, avec le logo Commodore au milieu.

Maintenant, rappelez-vous, ces ordiphones ont commencé à être expédiés fin 2015, et avec Android Marshmallow (version 6) sorti en mai 2015, il aurait déjà été légèrement dépassé. J'ai aussi entendu dire que des gens n'arrivaient pas à le mettre à jour.

Mais bon, dans mon petit test, il semblait fonctionner raisonnablement bien. L'émulateur Commodore 64 vous lance directement dans le BASIC. Je n'aime vraiment pas ces étranges icônes de contrôle tactile.

Braquage de la marque Commodore
C'est un écran large, mais ça marche

L'émulateur Amiga fait apparaître l'écran standard d'AnVice, et vous pouvez démarrer la machine dans ce qui semble être la ROM Kickstart d'AROS, qui est une alternative Open Source à la ROM Amiga actuelle. Cela permet de contourner les problèmes légaux avec Cloanto.

Et c'est tout. C'est ce que vous obtenez pour vos 349 euros, ou plus du double dans mon cas. Un ordiphone Android avec quelques applications et un tas de logos. Mais au moins, il existe réellement, et si c'est votre truc, vous serez probablement satisfait de votre achat, à moins que des problèmes ne surviennent en cours d'utilisation.

Si vous vous souvenez, Richard Troupe m'a dit qu'il était tellement déçu par le modèle PET qu'il a réussi à convaincre la société de lui envoyer le modèle suivant, le LEO. Je pense qu'il s'agit d'un cas où la persistance de Richard Troupe a porté ses fruits, car j'ai trouvé ses commentaires éparpillés sur diverses pages de médias sociaux. Maintenant, le LEO est un autre Android chinois, et celui-ci s'est également retrouvé sur Amazon dans certains pays. Dommage qu'il n'y ait pas de commentaires sur Amazon.

Mais voici la chaîne YouTube allemande Crowfly qui montre son modèle. Celui-ci est donc apparu sur la scène fin 2016/début 2017, pour un prix plus amical de 249 euros. Il a été passé en revue par quelques sites de technologie avec des réactions généralement plus favorables.

Qu'en est-il de la légalité ?

Ok, nous avons donc déterminé que ces ordiphones existent réellement. Nous avons déterminé que certains clients les ont au moins reçus, et nous avons déterminé que le premier modèle au moins, était un peu merdique. Mais qu'en est-il de la légalité de tout cela...

Braquage de la marque Commodore
Les Italiens ont une certaine façon de faire de la publicité...

Vous vous souvenez de cette déclaration qui disait que, comme la marque Commodore n'avait pas été utilisée pendant cinq ans, elle était libre d'utilisation. Eh bien, cela s'applique dans de nombreux domaines, y compris en Europe et aux États-Unis. Vous devez continuer à utiliser vos marques, ou montrer l'utilisation prévue, sinon elles peuvent être contestées. Le but est d'empêcher le squat des marques, c'est aussi pourquoi nous avons apparemment les mêmes films de super héros tous les cinq ans. Les détenteurs de droits se battent pour garder la propriété intellectuelle en activité. Or, la marque Commodore avait été un peu discrète, alors Massimo Canigiani a pensé qu'il y avait une faille juridique et il s'y est engouffré. Par conséquent, son premier point d'appel devait être une application locale. Cela signifiait passer par l'Office de la propriété intellectuelle de l'Union européenne.

Il est donc assez facile de faire une recherche sur cette marque en utilisant leur service en ligne, et voici ce que j'ai trouvé :

Braquage de la marque Commodore
La première tentative de dépôt de marque pour CBM

Ce que vous voyez ici, c'est le nom commercial que Massimo Canigiani a enregistré, une entreprise britannique, Commodore Business Machines of Wenlock Road 20-22 London, qui est la même adresse que sur le site Web d'origine, et ensuite, en dessous, l'enregistrement de la marque figurative, déposée le 10 avril 2015. Maintenant, "figuratif" signifie un enregistrement autre que purement textuel ; dans ce cas, le logo Commodore, avec le nom en dessous, mais, vous pouvez remarquer que le "C" de gauche est aligné différemment par rapport à ce que nous sommes habitués. Je soupçonne qu'il s'agit d'un changement délibéré pour essayer de différencier très légèrement la marque de l'original, dans l'espoir de contourner tout problème. Principalement parce que les marques doivent être très spécifiques... et en fait, ils l'ont en quelque sorte confirmé eux-mêmes dans un commentaire sur Facebook... Cependant, il est clair que cela n'a pas fonctionné car...

L'enregistrement a été refusé.

Braquage de la marque Commodore
Vous remarquez la différence ?

Lorsque vous déposez une marque, il y a une période dite d'opposition. Il s'agit généralement d'une période de trois mois au cours de laquelle n'importe qui peut s'opposer à votre enregistrement, y compris les entreprises qui possèdent déjà la marque. En général, le propriétaire d'une marque a mis en place un système d'alerte au cas où ce genre de chose se produirait. Nous pouvons donc voir que le 11 août 2015, un jour avant qu'ils ne soient libres, une opposition a été reçue sur la base du "risque de confusion". L'opposition a été déposée par Merkenbureau Knijff & Partners B.V., des conseils en marques basés aux Pays-Bas.

Leurs clients ? Les détenteurs légaux de la marque Commodore de l'époque.

Les droits de Commodore ont été quelque peu remis en question, mais l'essentiel est que Tulip Computers a acheté la marque Commodore en 1997. Elle a ensuite été vendue à diverses sous-entreprises connexes, devenant Commodore Inc, et Commodore International B.V. qui a essayé de nous apporter une ligne de PC de jeu de la marque Commodore au milieu et à la fin des années 1990, avant de devenir Commodore Licensing B.V. puis C=Holdings. Ils sont toujours basés à Roosendaal, aux Pays-Bas, et vous pouvez trouver sur certains documents qu'ils portent le nom de Net BV, ou quelque chose de similaire. Il s'agit en fait d'autres sociétés sous la même aile, et elles sont gérées par une société appelée Yamzz Holding B.V., dirigée par Eugene van Os.

La propriété a été contestée lorsque des parties de Tulip Computers ont été rachetées en 2009 par la société Asiarim Corporation basée à Hong Kong, qui avait essayé d'utiliser la marque pour des claviers et autres produits similaires. Mais en fin de compte, elle reste aux Pays-Bas, comme le confirme ce rapport juridique de 2014 :
"Asiarim Corporation ("Asiarim") déclare par la présente et reconnaît et accepte publiquement que C=Holdings B.V. ("C=Holdings") est le propriétaire unique et exclusif des marques et du nom de marque COMMODORE... Asiarim déclare en outre que la propriété exclusive de C=Holdings sur les marques COMMODORE a été jugée et confirmée par le tribunal de district des États-Unis pour le district sud de New York dans son mémorandum et son ordonnance du 16 décembre 2013".
Donc, revenons à cette opposition de Commodore International. Si nous jetons un coup d'oeil, vous pouvez voir que le territoire contesté est le Royaume-Uni, et la marque originale est une marque de texte, qui vous donne en fait plus de flexibilité dans les procédures judiciaires, parce que cela contient également le mot "Commodore", et il a une marque associée à Commodore.

Braquage de la marque Commodore
Enregistrement qui remonte à 1983 pour le Royaume-Uni

Un autre facteur à prendre en compte lors du dépôt d'une marque est la catégorie dans laquelle elle se trouve. Par exemple, si vous consultez la base de données de l'Office de la propriété intellectuelle du Royaume-Uni, vous trouverez une marque enregistrée pour le mot "Commodore" dans la classe 28. La classe 28 concerne les articles de pêche et les filets pour pêcheurs à la ligne. Ce n'est pas un domaine dans lequel les ordinateurs Commodore devraient se trouver, et cette classe peut donc être enregistrée au nom d'une autre société. Mais vous devez également indiquer les spécificités de chaque classe, ainsi Commodore Business Machines Ltd a essayé d'enregistrer la classe 9 (Smartphones), en espérant qu'elle ne sera pas contestée par Commodore Corporation, ou Commodore Holdings comme ils étaient alors. Mais si vous regardez l'Office de la propriété intellectuelle britannique, vous pouvez voir que Commodore est déjà enregistré en classe 9 pour Commodore Holdings, à travers la société associée, Net BV, et même s'ils ne spécifient pas les ordiphones (étant donné l'ancienneté de l'enregistrement), l'utilisation est comparable aux ordinateurs. C'est sur cette base que la marque a été refusée et que Commodore Business Machines (d'Italie) s'est retrouvé sans droits d'utilisation.

Suite à cela, Commodore Holdings a ensuite publié un communiqué de presse le 7 août 2015 indiquant cela :
"C=Holdings B.V. annonce par la présente qu'elle n'a accordé aucun droit à CBM pour faire usage de la marque COMMODORE, et que C=Holdings B.V. n'a aucune implication dans le développement et la commercialisation de ses produits. C=Holdings B.V. défendra vigoureusement ses droits dans cette affaire."
Malgré cela, Commodore Business Machines a publié un message sur sa page Facebook, disant :
"Commodore souhaite confirmer qu'elle n'est en aucun cas affiliée ou liée à C=Holding BV et confirme être le seul propriétaire légitime de la marque figurative Commodore dans son secteur d'activité (ordiphones)"

"Commodore Business Machines LTD souhaite assurer à ses clients, partenaires, médias et fans que toutes les activités en cours se dérouleront régulièrement comme prévu, et qu'ils ne subiront aucune variation ou retard en raison de cette circonstance ".
Ainsi, il est clair qu'un petit problème technique comme la propriété n'allait pas empêcher Commodore Business Machines de poursuivre la vente du Commodore PET Smartphone, et en effet, six ans plus tard, leur nouveau site Web indique toujours cela :
"En 2015, Commodore Business Machines Ltd a obtenu les droits de la marque Commodore dans 38 pays du monde entier pour fabriquer et vendre des ordiphones et des accessoires."
Braquage de la marque Commodore
Des glorieux extraits mais d'une véracité probablement douteuse

C'est comme s'ils refusaient complètement de reconnaître la décision qui leur a été accordée, et choisissaient de ne pas se soucier de la menace d'une quelconque procédure judiciaire. Cet Italien est sacrément burné.

Qu'en est-il de l'affaire elle-même ? Creusons un peu plus profondément dans l'entreprise listée au bas de ces sites Web.
Depuis 2015, tous les sites Web et la presse renvoient à Commodore Business Machines Ltd., 20/22 Wenlock Road, Londres. Il s'agit d'une société enregistrée au Royaume-Uni, ce qui est un peu étrange pour une opération italienne, et l'examen de l'entreprise devient encore plus étrange.

Tout d'abord, sachez que l'enregistrement d'une société à responsabilité limitée au Royaume-Uni est beaucoup plus facile que dans la plupart des pays. Il y a en fait très peu de bureaucratie et de contraintes autour de cela dans ce pays. Tant que vous avez une adresse enregistrée (qui peut être un bureau virtuel, ou même une adresse postale), et que vous n'êtes pas empêché d'être un directeur, vous pouvez vous lancer. Il est également très facile de dissoudre une société et de radier ses actifs. Donc, si votre entreprise tombe en faillite, dissolvez-la et créez-en une autre.

Braquage de la marque Commodore
Trois entreprises vous dites ? Hmmmm, intéressant...

Euh, euh...

Donc nous avons ici trois sociétés, toutes appelées Commodore Business Machines LTD et toutes enregistrées à la même adresse. Alors déjà, c'est un peu étrange et assez curieux.

La première a été constituée le 3 mars 2015, comme une entreprise sans nature spécifique. Elle dispose d'un directeur, c'est le Dr Massimo Canigiani, et il a inscrit cette même adresse commerciale comme adresse de correspondance.

Cette adresse, je dois le noter, est une adresse virtuelle. Elle est détenue par le service d'enregistrement des sociétés MadeSimple. Ainsi, pour la somme rondelette de 19,99 £, vous pouvez enregistrer votre société par leur intermédiaire, puis utiliser leur adresse pour votre entreprise (vous voyez, je vous avais dit qu'il y avait peu de bureaucratie).

En fait, en 2016, la justice a ordonné la liquidation de plusieurs fausses sociétés utilisant la même adresse, pour des raisons d'intérêt public.

Donc, le 3 mars 2015, la société avait 1 £ de parts de capital et 1 actionnaire. Qui n'est pas Massimo Canigiani, c'est en fait un certain Carlo Scattolini. Qui semble être un écrivain et un diplômé en droit basé en Italie.

Braquage de la marque Commodore
C'est un gros paquet d'argent !

Maintenant, il est intéressant de noter que le 11 juin 2015, juste au moment où les ordiphones étaient mis en vente, un million de livres sterling supplémentaire d'actions ont été injectées dans la société. Du moins, sur le papier. Je ne pourrais pas vous dire si cette somme était réellement sur le compte bancaire, car cette information n'est pas accessible au public. Généralement, cette action est faite pour rendre une entreprise plus crédible aux yeux du monde extérieur, mais il y a aussi d'autres raisons. Mais ce que je peux vous dire, c'est que le 23 août 2016, la société a été dissoute. Et ce, curieusement, un mois avant l'échéance du premier rapport annuel de la société. Il s'agit d'un rapport exigé par la loi, soumis à Companies House et détaillant le montant des recettes de l'entreprise, le montant des actifs qu'elle détient, etc. Pour les nouvelles sociétés, le premier rapport doit être remis 18 mois après leur constitution.

En cas de dissolution, cela signifie généralement que tous les actifs de la société appartiennent désormais à l'état (plus exactement la Couronne pour le Royaume-Uni), mais si des liquidités ont été extraites avant ce moment-là, sous forme de dividendes, de dépenses ou de quoi que ce soit d'autre, il n'y a pas grand-chose dont on puisse être propriétaire. En gros, si vous avez commandé un ordiphone par l'intermédiaire de cette société et que vous n'avez pas reçu le produit ou un remboursement à cette date, vous risquez d'avoir des ennuis. De même, si vous souhaitez poursuivre l'entreprise en justice, vous risquez également d'avoir des ennuis.

Braquage de la marque Commodore
On dirait qu'il passe des vacances relaxantes. Ça doit être bien

Mais à ce stade, Commodore Business Machines continuait apparemment à livrer ses nouveaux ordiphones LEO, sans tenir compte du statut juridique de leur entreprise.

Ils ont également adopté une approche différente en matière de marque commerciale : plutôt que d'essayer d'enregistrer le logo Commodore au nom d'une société, ils ont essayé de l'enregistrer à leur nom, en tant qu'individus, toujours par le biais de l'Office européen de la propriété intellectuelle. Je dois noter qu'une fois que vous avez enregistré une marque pour vous-même, ou pour toute entité légale, vous pouvez vendre ou transférer les droits à qui vous voulez. Là encore, la classe d'enregistrement est la 9, mais elle a été étendue pour inclure les téléviseurs numériques ainsi que les tablettes tactiles.

Mais ils sont aussi venus avec une nouvelle marque figurative ! Est-ce que cela vous semble familier ?

Braquage de la marque Commodore
La nouvelle demande pour la marque

Oui, clairement, c'est la marque "C" de Commodore, immédiatement reconnaissable, mais avec CBM en dessous, tout simplement. Contournant ainsi l'opposition à la marque verbale Commodore de leur précédent dépôt. Ce dépôt a eu lieu le 12 juillet 2016... Le 2 novembre 2016, une opposition avait été reçue par, oui, Commodore Holdings.

Les oppositions à ce sujet ont traîné pendant un certain temps. Trois ans pour être précis. Mais le 14 janvier 2019. La marque a été... accordée à Massimo Canigiani et Carlo Scattolini. C'est fou. Pourquoi ?

Eh bien, il a été soutenu cette fois-ci, que Commodore n'avait pas fait un usage adéquat de sa marque figurative C spécifiquement dans les cinq années précédant la demande. Malgré leurs affirmations du contraire. Parce que Commodore Business Machines y était allé cette fois avec une marque figurative, sans le texte Commodore lui-même, ils ont pu convaincre le tribunal de leur cause.

Braquage de la marque Commodore
Commodore Holdings a tenté de faire valoir qu'elle avait fait un usage du logo

Commodore Holdings a tenté de faire valoir que la marque avait été utilisée dans diverses applications, notamment une application iPhone sous licence du fabricant de jeux mobiles Manomio, mais il a été décidé que le logo était, je cite, "à peine perceptible dans certains des exemples". Cet élément, combiné à certains arguments concernant les territoires européens dans lesquels l'application était utilisée, s'est avéré insuffisant pour s'opposer à l'enregistrement.

Une victoire pour les Italiens donc. Bien que l'utilisation du nom "Commodore" lui-même puisse encore être un peu délicate, et encore plus délicate avec ce qui suit.

Mais, pour l'instant, ils ont une marque déposée.

Braquage de la marque Commodore
Eh bien, c'est certainement un changement dans les affaires. Peut-être qu'ils avaient besoin d'un pantalon propre ?

Passons au 25 février 2019 : Commodore Business Machines LTD est de retour ! Même adresse, même directeur. Mais une nature d'activité plus spécifique ; fabrication de sous-vêtements pour hommes, fabrication d'électronique grand public, activités de sociétés d'investissement immobilier et administration de marchés financiers. Des choix intéressants. Encore une fois, les mêmes personnes sont impliquées, et l'entreprise est dissoute le 5 janvier 2021. Encore une fois, apparemment sans remplir leurs obligations légales de soumettre des rapports annuels.

Une victoire pour les Italiens ?

Le 13 décembre 2018, Commodore Holdings venait de sortir, après appel, d'une bataille juridique distincte avec une société connue sous le nom de Trademarkers NV. Cette dernière avait déposé sa propre demande le 26 septembre 2014 pour invalider la marque COMMODORE de Commodore Holding pour absence d'usage sérieux pendant une période continue de cinq ans. Compte tenu de la chronologie, c'est, je le soupçonne, le cas où Massimo Canigiani a obtenu la base de son idée. Cependant, à la fin de l'année 2018, Commodore Holdings est sorti victorieuse, en faisant valoir que les batailles juridiques forcées avec Asiarim avaient entravé leur capacité à utiliser leurs marques.

Commodore Holdings avait donc l'intention de mettre les choses au clair. La première a été d'enregistrer le C de Commodore le 25 octobre 2019 auprès de l'Union européenne, ce qui a été accordé le 18 janvier 2021. Bien que non sans une opposition de Massimo Canigiani et Carlo Scattolini, sur la base de, vous l'avez deviné, un risque de confusion. Tout comme Commodore Holdings l'avait fait avec eux en 2015. La différence est que Commodore Holdings, par le biais de la société Polabe Holding NV, a cette fois conservé la marque. Aidé en partie par leur représentation par Gevers, un éminent spécialiste européen de la propriété intellectuelle.

Au cours de la même période, Commodore Holdings a également enregistré le logo C, là encore avec une opposition infructueuse de Massimo Canigiani et Carlo Scattolini. Il est important de noter que ces deux marques n'ont été enregistrées que pour les classes 25 (vêtements, chaussures et chapellerie) et 38 (télécommunications). Bien que cette dernière classe leur permette de riposter légalement à l'utilisation de l'ordiphone dans la classe 9. Le droit des marques est incroyablement complexe.

Braquage de la marque Commodore
La chronologie, présentée dans toute sa splendeur

Mais l'enregistrement le plus important ici, est que Commodore Holdings a réenregistré la marque verbale Commodore, pour les classes 9, 25, 38 et 42. 42 étant les logiciels informatiques, les services de conseil et autres. Cet enregistrement n'a pas fait l'objet d'une opposition de la part de notre désormais tristement célèbre duo italien, et a été enregistré au nom de Commodore Holdings le 19 février 2020, à nouveau par l'intermédiaire de Polabe Holding NV.

Maintenant, cela devrait compliquer les choses encore plus pour notre Commodore Business Machines italien. S'ils respectent les règles, bien sûr.

Ce qui nous amène au présent

Ce qui nous amène à l'entreprise actuelle. Incorporé le 9 avril 2021. Cette fois-ci, nous avons une adresse totalement différente, et la nature de l'activité est la suivante : fabrication de produits électroniques grand public, construction de bâtiments commerciaux, activités de production de programmes télévisés et administration de marchés financiers.

Encore une fois, Massimo Canigiani est le directeur, mais nous avons une adresse de correspondance différente, cette fois basée en Italie. Et, mieux encore, un autre actionnaire... C'est notre ami Paolo Besser, qui détient 40% du contrôle de l'entreprise, contre 60% pour Massimo Canigiani.

Maintenant, j'ai essayé de contacter Massimo Canigiani de nombreuses fois au cours de cette enquête, mais il semble incroyablement envahissant. Paolo Besser, en revanche, est beaucoup plus amical. Je lui ai demandé sur LinkedIn quelle était son implication actuelle et il a confirmé qu'il agissait en tant que conseiller technique, aidant au développement des produits Commodore. Je ne lui ai pas demandé s'il était au courant de la structure de l'entreprise ou autre, car la communication est encore lente.

Braquage de la marque Commodore
Une courte discussion, mais une discussion utile

Il est intéressant de noter que Paolo Besser a une page Patreon dédiée à son système d'exploitation inspiré de l'Amiga, Icaros Desktop, qui est en fait un véritable système d'exploitation. Il est Open Source, gratuit et réimplémente AmigaOS 3, et j'ai l'intention de l'examiner plus en détail dans un prochain article. Mais j'ai aussi pensé que cela pourrait être un facteur intéressant concernant l'entreprise, mais nous y reviendrons.

Quoi qu'il en soit, nous sommes passés par presque autant de sociétés que de marques... sans compter le site Web de CBM qui est passé de commodore-pet.com à commodoresmart.com, puis à commodore-cbm.com et enfin à commdorecompany.com. Cette entreprise est comme une grenouille en sang. C'est comme s'ils m'avaient devancé en regardant les détails de l'enregistrement de l'entreprise.

"Depuis 2015, le groupe Commodore a été continuellement mis à niveau et de nouvelles entreprises ont été créées dans différentes nations pour mieux répondre aux besoins du marché et de la distribution."
Ahhhh, d'accord. Cela explique tout.

Alors quel est le point d'ancrage de toutes ces entreprises, d'où viennent-elles ? Quel est le vaisseau mère ? Eh bien, si vous prenez l'adresse de l'actuel enregistrement de l'entreprise au Royaume-Uni, elle remonte en fait à une société italienne appelée Commodore Business Machines S.R.L..

D'accord, et cette nouvelle adresse ? Eh bien, elle remonte en fait à une société appelée Commodore Business Machines S.R.L. enregistrée en Italie. Quelle toile complexe nous avons ici. Cette société a été créée en mars 2016 par Massimo Canigiani avec Carlo Scattolini comme directeur général et avec un capital social de 10 000 euros.

Elle a également présenté des états financiers. Jusqu'au 31 décembre 2018 du moins, date à laquelle elle détenait 98 876 euros de fonds propres, mais avait déclaré une perte pour les années précédentes de 2408 euros en 2017 et de 27 137 en 2018. Il semble donc qu'il s'agisse de la principale opération italienne.

Je ne vais pas spéculer sur quoi que ce soit concernant ce bilan. J'ai l'impression d'avoir déjà plongé assez profondément, sans diffuser une finance d'entreprise. Il est disponible publiquement en téléchargement sur le registre italien des entreprises, donc si vous voulez, vous pouvez y jeter un coup d'oeil et tirer vos propres conclusions.

Mais ce qui est essentiel, c'est que l'entreprise est toujours en activité et qu'elle possède toujours cette marque.

Un nouvel ordinateur Commodore ?

Ce qui m'amène à ce qu'ils prétendent être leur dernier produit... Le Commodore 64GK. Qu'est-ce que c'est que ça ?!?

Braquage de la marque Commodore
Qu'est-ce que cela ? Je n'en ai littéralement aucune idée

Si vous regardez le compte Instagram de Commodore Business Machines Ltd, qui porte encore le nom de commodoresmart, vous trouverez beaucoup d'images de leurs ordiphones mélangées à des images tirées d'un peu partout sur le Web, mais vous trouverez aussi cette maquette de clavier Commodore 64 étendu. Cette image a été publiée le 20 mai 2020, mais il s'agit en fait d'une image de danamania sur Imgur, d'une fabrication ajoutée à leur collection. Mais c'est presque comme si cette image et l'intérêt qu'elle a suscité avaient planté une graine, car le 29 janvier 2021, nous avons ce message...
"BIENTÔT 2021 - Je ne suis pas seulement un clavier ou une console :)"
D'accord, qu'es-tu alors ? Parce que même à ce stade, on dirait que ces touches ont juste été collées sur une coque en plastique. Il n'y a certainement pas de trous pour les enfoncer, et ce clavier est juste un clavier de PC générique bon marché. Mais, il s'agit clairement d'un prototype précoce de quelque chose.

Sur Facebook, on parle d'un nouveau système informatique. C'est donc peut-être ça.

Sur Twitter, on peut voir que certains logos Commodore ont vraisemblablement été collés ou "photoshopés" sur les touches.

Braquage de la marque Commodore
Les touches ont l'air un peu... étranges... et par là, je veux dire bancales, pas ajustées et déformées

Puis le 6 février 2021 a apporté une autre image, tandis que sur le compte Twitter personnel de Massimo Canigiani, nous avons une photo d'un boîtier imprimé en 3D. Mais celle-ci a au moins des trous pour mettre les touches. Nous ne savons toujours pas ce que c'est réellement.
"Les images de ce circuit ne sont qu'une sélection, la base d'un travail plus complexe. Vos réactions sont importantes. Vous nous avez demandé les couleurs et les polices des touches et que chaque détail soit parfait"
Il est clair qu'ils essaient de faire de la publicité, mais à ce stade, c'est juste très étrange. Nous avons des images vraisemblablement prises dans un magasin d'électroménager, pour lui donner cette ambiance commerciale. Nous avons des touches qui changent, parfois elles sont floues. Certains angles montrent même qu'il y a des trous dans le boîtier, mais les touches n'y rentrent pas du tout.

Et puis, nous avons aussi une boîte jetée dans l'équation. Qui a ensuite droit à son propre petit tour du monde pour les séances de photos.

Braquage de la marque Commodore
Je vais vous dire. Ces produits partent beaucoup en vacances. Ils s'amusent mieux que moi en écrivant cet article

Un modèle blanc apparaît même en juillet 2021, avec un clavier complètement différent.

Alors, quelle est cette chose ? Eh bien, je soupçonne qu'à ce stade, c'est très peu de choses. J'ai demandé à Paolo Besser s'il pouvait confirmer les détails, mais pour l'instant, je n'ai pas reçu de réponse. Donc, tout ce que nous pouvons faire est d'attendre de voir ce que Commodore Business Machines Ltd nous dit qu'il est, et ensuite décider comment se prononcer à ce sujet.

J'ai pensé que cela pourrait expliquer l'implication de Paolo Besser. Peut-être qu'ils ont l'intention de mettre Icaros Desktop dans une nouvelle machine de la marque Commodore. Mais c'est une chose qu'il a démentie, affirmant qu'Icaros Desktop n'aura aucun lien avec cette machine.

Comme je l'ai dit plus haut, j'ai également contacté tous les contacts que j'ai pu trouver chez Commodore Business Machines et Massimo Canigiani lui-même pour obtenir plus d'informations sur tout ce qui se passe ici, et pour connaître son point de vue sur le problème de la marque. Mais pour l'instant, toutes ces demandes sont restées sans réponse.

Un autre Commodore Business ?

Il est clair qu'à ce stade, j'ai jugé prudent de faire quelque chose que j'aurais dû faire plus tôt, et de vérifier que Massimo Canigiani ou Commodore Business Machines n'ont pas déposé une marque exclusivement en Italie. Oh, non, ils ne l'ont pas fait, mais je vois que Commodore International BV (encore un autre pseudonyme de Commodore Corporation) l'a fait, peu de temps après l'opposition à leur marque européenne. Mieux vaut prévenir que guérir.

Braquage de la marque Commodore
Oh non. C'est reparti

Mais.... Attendez, c'est quoi ça ? Un autre enregistrement de marque Commodore. Qu'est-ce que c'est ? Oh mon Dieu, non. Ça recommence les gars.

Braquage de la marque Commodore
Oh non ! Ça recommence

Oui, en 2019, une autre société italienne brandissant le logo Commodore est apparue. Cette société a réussi à faire enregistrer la marque en Italie. Comment ont-ils fait ça ? Eh bien, tout se résume à ces classifications d'affaires. Dans ce cas, Commodore Engineering, créé par Luigi Simonetti, prétend être une entreprise de services, ayant enregistré cette marque figurative dans les classes 35, 41 et 42.

Ainsi, la classe 35 concerne les services de publicité et les services aux entreprises. La classe 41 concerne l'éducation et les activités sportives de divertissement et la classe 42 les services scientifiques et technologiques.
Si vous regardez leur page Facebook, en octobre 2020, ils ont mis en place Itasks.it, un système de gestion de projet. Il pourrait très bien s'agir d'un système en marque blanche rebaptisé, ou d'un système qu'ils ont construit de toutes pièces, mais je n'ai pas cherché à le savoir. Ce qui est important, c'est que cette activité commerciale s'inscrit dans le cadre de leurs classes enregistrées. Mais ailleurs dans la chronologie, ceci apparaît. Oh, s'il vous plaît non, pas encore... et plus récemment, nous avons des maquettes de produits comme ce CP-64 qui apparaissent. Ce qui me rappelle un peu cet ordinateur de poche promu par la campagne Indiegogo THEC64 il y a quelques années, vous vous en souvenez, non ?

Il y a quelques vidéos de la maquette, clairement avec juste un encart imprimé pour un écran sur leur chaîne YouTube et autres, et elle apparaît même sur la page d'accueil de leur site Web.

Braquage de la marque Commodore
Eh bien, eh bien, eh bien. Qu'avons-nous là alors ? Une nouvelle console portable... ? Encore ?

Il y a aussi des produits comme le C-Tab 11, qui est une tablette, et je présume qu'elle sera marquée avec les logos de Commodore, tout comme les ordiphones de Commodore Business Machines.

J'ai contacté Luigi Simonetti pour essayer d'obtenir plus de détails. Il m'a dit ceci :
"J'ai eu mon premier Commodore VIC-20 quand j'avais 7 ans, je n'ai jamais cessé d'utiliser un Commodore depuis".

"En 1997, j'ai eu un grave accident et j'ai perdu la vue, je suis resté aveugle pendant environ deux ans. En 1999, un célèbre chirurgien italien a réussi à sauver mon oeil et la première chose que j'ai vue était un Commodore 64, avec lequel j'ai fait de la rééducation. Ma mère m'a dit, maintenant que tu as retrouvé la vue, tu dois devenir le patron de Commodore".

"En 2016, ma mère est décédée, et j'ai commencé la procédure d'acquisition de la marque que j'ai conclue pour l'Italie et une partie de l'Europe. Je dois la finaliser pour le reste du monde avec des démarches juridiques qui sont déjà en cours".

"Notre mission est de faire revivre une marque historique qui nous a donné tant de bonheur et nous a beaucoup appris".

"Nous avons fait un logiciel ERP appelé Commodore I-Tasks et nous aimerions faire quatre nouveaux jeux vidéo. Sur le plan matériel, nous vendons la tablette Commodore C-Tab-11 et nous espérons pouvoir vendre la nouvelle console Commodore CP-64 d'ici 2021. À l'avenir, nous aimerions fabriquer un nouvel ordinateur domestique et un nouveau téléphone portable. Nous vendons nos produits principalement en Italie, mais il nous arrive aussi de les vendre en Europe".
Il semble donc que nous ayons un nouveau concurrent pour la couronne Commodore.

Quoi qu'il en soit, avec Commodore Engineering, il y a une autre société à surveiller.

Enfin, Commodore Corporation

Le dernier sujet d'investigation était donc de contacter le propriétaire réel de la marque Commodore et d'obtenir les informations nécessaires. Ils ont déclaré en 2015 qu'aucune licence ou droit n'avait été accordé à qui que ce soit, j'avais donc besoin de vérifier que c'était toujours le cas.

J'ai donc contacté Eugene Lipitz, qui représente Commodore Corporation, et il m'a confirmé que le Commodore Business Machines de Massimo Canigiani n'a reçu aucun droit de licence sur la marque Commodore, et qu'il n'a aucun droit sur la marque Commodore. Eugene Lipitz a en fait essayé de parler à Massimo Canigiani à plusieurs reprises, mais la coopération a été quelque peu difficile. Il a confirmé que des procédures judiciaires étaient en cours, mais que cela était rendu difficile en raison de la localisation italienne de la société.

En ce qui concerne Commodore Engineering et Luigi Simonetti, les choses sont un peu différentes. Actuellement, Eugene Lipitz m'a dit qu'ils opéraient également sans licence, et c'est donc peut-être un territoire risqué, mais j'ai en fait eu des discussions avec Eugene Lipitz pour accorder une licence. Je garderai donc un oeil sur cette affaire.

J'ai également demandé à Eugene Lipitz quels étaient les projets futurs pour Commodore, étant donné qu'ils ont vraiment besoin d'utiliser la marque. Il a répondu que, maintenant que les problèmes juridiques sont en grande partie résolus, ils sont en train d'accorder des licences pour certains projets, notamment pour des logiciels qui, je cite, "changeront les habitudes des consommateurs".

Je ne sais pas pour vous, mais ça ne me semble pas très prometteur.

Et je dois dire que, bien que Commodore Corporation détienne les droits légaux du nom et de la marque, je me réjouis de l'engouement suscité dans le monde par Commodore Business Machines, et même par ce nouveau Commodore Engineering. C'est suffisant pour remuer les choses, et au moins, pour que Commodore Corporation fasse quelque chose. Parce que, un nom de marque bien aimé, assis, ne faisant rien, étant sous licence pour le minimum qu'il doit être pour la conservation légale est ennuyeux, inadapté et franchement frustrant.

Je respecte ces lois, les marques et les droits d'auteur. Mais je pense aussi qu'il y a beaucoup d'absurdités et de querelles juridiques qui sont dépassées, limitatives, et qui pèsent lourdement, très lourdement, sur les jeunes entreprises et l'homme de la rue. Ainsi, lorsqu'une société de portefeuille s'assoit sur une marque et n'en fait rien, si ce n'est empêcher l'innovation des autres, c'est ennuyeux. Je comprends cela, et je comprends pourquoi les gens veulent essayer d'en faire quelque chose.

Mais de la même manière, c'est aussi ennuyeux de voir apparaître des entreprises qui essaient de vendre des produits de qualité inférieure, ou pire encore, qui prennent de l'argent sans honorer les commandes... et je pense que nous, en tant que consommateurs, devrions être pleinement conscients des faits avant de nous engager dans cette voie.

J'espère que ce n'est pas le cas avec Commodore Business Machines, Commodore Engineering, ou toute autre société qui apparaîtra à l'avenir. J'espère que quelque chose de vraiment bien sortira de la marque Commodore dans un avenir proche, et je suis tout à fait favorable à une initiative de Commodore Corporation, qu'elle soit interne ou sous licence.

Quoi qu'il en soit, il est clair que le droit des marques et la marque Commodore sont des domaines extrêmement contestés et complexes, et c'est vraiment dommage. Ce serait mieux si nous pouvions tous nous entendre pour le bien de tous, et simplement ramener le nom Commodore à un produit ou une entreprise décente. Un produit qui soit digne de la marque et qui rende hommage à un nom que nous connaissons et aimons tous. Enfin, la plupart d'entre nous, en tout cas.

Mais pour l'instant, j'en ai fini avec tout ça. Le terrier du lapin est devenu trop profond, mon cerveau me fait mal, et si vous regardez toutes les marques déposées dans le monde, enregistrant le nom Commodore et essayant d'en faire quelque chose, il y en a un sacré paquet. Certaines peuvent être authentiques, d'autres non, et c'est définitivement une histoire pour un autre jour.

Et par là, je veux dire peut-être dans 10 ans.

En attendant, je vais m'en tenir au Mega 65. Parce que, qui a besoin d'un nom de marque quand on a déjà la technologie du futur. Vous pouvez regarder ma vidéo à ce sujet ici.

Braquage de la marque Commodore
Voici le véritable futur. Qui a besoin d'un nom de marque ?!

Sérieusement, ce truc est génial.

Soyez prudents.

En attendant la prochaine fois, j'ai été Nostalgia Nerd. Au revoir.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]