Obligement - L'Amiga au maximum

Samedi 19 août 2017 - 03:39  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Descent Freespace
(Article écrit par David Brunet - janvier 2002)


Après Frontier Elite 2 et la démo de Lambda, la simulation spatiale a été un genre plutôt discret sur Amiga. Freespace arrive pour boucher le vide... sidéral, bien entendu. :-)

Descent : Freespace The Great War

C'est le nom complet du jeu. Il a été réalisé sur PC en 1998 par l'équipe de Voliton. La conversion sur Amiga est l'oeuvre de Hyperion, qui signe son 3e portage pour la machine, après ceux de Heretic 2 et Shogo. Pour Freespace, le portage a été presque exclusivement réalisé par une seule personne : Steffen Haeuser.

L'installation du jeu est particulièrement longue. C'est le fait de la présence d'énormes archives .HPA à décompacter. Vous devrez ainsi avoir 430 Mo de libre sur votre disque dur pour la version "mini" et plus de 670 Mo pour la version entière, incluant les animations.

Une interface de lancement apparaît à l'exécution du jeu. Ici, on peut choisir de jouer, quitter, configurer le programme ou visiter le site de Hyperion. Les options de configuration sont un passage quasi obligé avant de débuter une première partie. C'est le moment de paramétrer et d'optimiser Freespace selon vos goûts et votre configuration. Cette fenêtre propose sept onglets : Video, Warp3D, Audio, Joystick, Speed, NetWork et Memory. Freespace peut tourner en 68k ou en PowerPC mais demandera obligatoirement une carte graphique (3D de préférence) pour un meilleur rendu. Notons que la Virge 3D n'est pas gérée, mais les possesseurs de grosses configurations seront comblés grâce à la gestion de presque tout le matériel haut de gamme, style carte son, manette PSX, connexion réseau rapide, PowerPC, mémoire importante, etc.

Freespace

Espaaaaace...

Après une intro animée de quelques minutes (pas mal, mais toujours avec une affreuse pixélisation), on atterrit dans un menu, plutôt original : on se trouve dans un atelier et les différentes options sont représentées par des actions adéquates : aller à la sortie pour quitter le jeu, cliquer sur l'ordinateur pour modifier les options, aller à la caserne pour gérer vos pilotes, etc.

La configuration des touches est un passage crucial. Freespace est un simulateur de vol et de combats spatiaux, donc le nombre de commandes et de possibilités est très élevé, il y aura donc autant de touches à configurer. Attention, par défaut le clavier est géré en Qwerty.

Pour bien assimiler ces commandes et se familiariser avec le monde de Freespace, les premières missions seront à but pédagogique. Celles-ci se font par étapes : comment bouger, présentation du tableau de bord, comment régler sa vitesse, etc. Ces missions sont facultatives mais sans elles, le novice ne pourra pas aller bien loin dans le jeu, tellement les touches et les fonctions sont nombreuses !

Freespace

La difficulté est très progressive, les missions se révèlent assez classiques (protéger un vaisseau, combattre les ennemis, etc.), mais la plupart d'entre elles proposent un jeu en équipe : vous n'êtes qu'un pilote parmi plusieurs escouades et vous êtes souvent libre de faire ce que vous voulez. Mais bien sûr, vous avez tout intérêt à aider vos compagnons pour mener à bien les missions. Vos alliés sont indépendants de vous mais vous pouvez, si nécessaire, leur demander d'abattre un ennemi pour vous. Cette communication entre vous et vos voisins (escouades, ravitailleurs, vaisseau mère, etc.) est archi présente dans Freespace. Un petit bémol quand même pour la maniabilité, votre vaisseau bouge bien avec une manette CD32 mais il est très difficile de cibler un adversaire ! Même en modifiant les paramètres, la sensibilité demeure trop forte. Au contraire, le jeu à la souris manque d'ampleur, il est relativement aisé de cibler mais les grands mouvements (exemple : faire demi-tour) sont pénibles à réaliser.

Le jeu en réseau proprement dit existe aussi. Il y a quinze missions et deux campagnes spécialement dédiées à cela. Jusqu'à douze joueurs peuvent entrer dans le réseau, ils évoluent ainsi dans des scénarios mettant en scène une coopération ou des combats les uns contre les autres, selon vos préférences.

Freespace

Les graphismes du jeu sont très high-tech, l'atmosphère "spatiale" se ressent à chaque coin de l'écran et à chaque menu. Dans l'espace, les objets 3D sont finalement peu complexes et passablement beaux (même avec les détails très élevés). Il n'y a pas de gros objets de 100 000 faces, mais cela a un avantage certain : la fluidité ! Freespace est jouable sur un 68060 avec carte 3D, malgré des ralentissements lors d'explosions par exemple. Sur un PowerPC 603e à 240 MHz, c'est impeccable : Freespace est totalement adapté aux possibilités des Amiga PowerPC actuels.

Enfin, ne passons pas à côté d'un détail qui apporte beaucoup au jeu : les voix en français ! Le jeu est entièrement localisé en français mais, en plus, toutes les numérisations sont dans notre belle langue. C'est extrêmement agréable d'entendre vos alliés discuter, papoter, vous féliciter, etc. Les voix sont aussi disponibles en anglais et en allemand.

Infiniment bien ?

Hyperion a bien rempli son contrat. D'abord, parce que la conversion est quasi parfaite (par rapport a l'original, il manque juste la gestion du réseau PXO et du microphone) et ensuite, parce qu'ils ont choisi de porter un simulateur spatial, qui était un genre de jeu trop peu développé sur Amiga. Nous voilà donc avec un bon produit, qui est, de plus, totalement adapté au matériel Amiga. Freespace aurait pu être mieux noté si sa maniabilité n'était pas aussi récalcitrante.

Nom : Descent Freespace The Great War.
Développeur : Voliton.
Portage Amiga : Hyperion.
Éditeur : Haage & Partner.
Genre : jeu de tir/simulation spatiale.
Date : 2001.
Configuration minimale : 68060, carte graphique 3D, 48 Mo de mémoire.
Configuration souhaitée : PowerPC 603/160+, carte graphique 3D, 64 Mo de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 57 euros.

NOTE : 8/10.

Les points forts :

- Bonne adaptation.
- Les voix en français.
- L'ambiance sonore en général.
- Le jeu en réseau.

Les points faibles :

- Maniabilité moyenne.
- Installation très longue.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]