Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 29 mai 2017 - 02:08  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Actualité : Enquête sur IWin
(Article écrit par Éric Giguère et extrait d'ANews - novembre 1999)


Si nous n'avons pas évoqué l'annonce de la société IWin Corporation au mois de septembre, c'est que nous avions de sérieux doutes sur la réalité de leurs projets. Nous avons donc mis notre chasseur de scoop sur l'affaire...

Concevoir une carte mère avec de l'USB, de l'AGP, du PCI, des ports Zorro est possible. D'autres s'y sont essayés avec plus ou moins de succès (DCE, DraCo, Access...). Mais tout cela a un coût, d'autant plus élevé qu'il ne s'agit pas (plus) d'un marché de masse. Concevoir sous forme de logiciel le matériel de l'Amiga est aussi du domaine du possible. Mais, comment une société peut, en petits volumes, concevoir, faire fabriquer des cartes mères, les placer dans un boîtier dernier cri, puis les vendre avec un 68060, disque dur, écran etc. pour 499 $, soit moins de 3000 FF ?

La société

Si l'on en croit le CEO de la société IWin ("Je gagne"), Martin Steinbach et les informations délivrées par leur site Web, la société IWin est née de la fusion des éditeurs de logiciels, Workshop et Branch Software, basés respectivement en Allemagne et en Autriche. Des bureaux existent à Hong-Kong et dans l'état du Delaware (paradis fiscal). Un autre bureau devrait bientôt s'ouvrir au Texas, ainsi qu'à Houston. La société, d'après le site Web, a été créée le 14 juin 1999.

IWin Corporation, compagnie récente, enregistrée dans l'état de Delaware (coût compris pour l'enregistrement : entre 200 et 600 $) est spécialisée dans les solutions Internet à base de serveurs MIPS, x86, etc. La société ne vend pas en direct mais par le biais de distributeurs et revendeurs.

PowerSE, logiciel phare de la société IWin a été développé par la société Altara Computers. Le site Web d'Altara a été créé par Martin Steinbach.

D'après une source interne à la société, Martin Steinbach est employé par la société Merant en tant qu'administrateur réseau, à Ismaining, ville proche de Munich et autre adresse physique de la société IWin.

La société Merant est une nouvelle compagnie, formée grâce à la fusion des sociétés InterSolv et Micro Focus. InterSolv faisait des paquetages de contrôle de gestion de code source. Micro Focus faisait des outils et compilateurs COBOL. La société Merant est citée en tant que partenaire de la société Hewlett-Packard.

Micro Focus n'a jamais fabriqué de matériel, ni produit un quelconque logiciel pour Amiga. Seuls quelques employés détenteurs de machines Amiga y travaillaient.

L'un de ces employés, Andrian Aylward a écrit la post.library et un interpréteur ARexx. Il faisait partie aussi de l'équipe Commodore bien avant que cette société ne domine le marché informatique. L'un des programmes de Micro Focus s'appelait "Workbench".

Le site Web

Pourquoi le site Web de la société, crée le 21 juin 1999, est-il enregistré au nom de Martin Steinbach, et non pas au nom de la société IWin, comme c'est le cas pour n'importe quelle société ?

Martin Steinbach, CEO, déclarant être à la tête d'une société de 338 personnes, est son propre webmaster, comme celui de plusieurs autres sites hébergés chez un petit fournisseur, pour un coût de 19,95 $ par mois.

A ce prix, en Allemagne, il est impossible d'avoir un FAI capable de délivrer une large bande passante pour un site commercial. En fait, il aurait été impossible aux utilisateurs PC, Mac, Amiga de télécharger tous les programmes promis sans mettre à genoux le serveur. Le site a déjà disparu à plusieurs reprises, du fait du trop grand nombre de visiteurs, qui ne faisaient que cliquer sur les pages Web. Pour une société internationale, qui semble posséder de l'argent, il est curieux de ne pas disposer d'un site à la hauteur de ses prétentions.

Récemment, le site était indisponible, car la somme de 70 $ n'avait pas été versée à Internic (gestionnaire de noms de domaine).

De plus, pour un site s'adressant à des professionnels, celui-ci comporte de nombreuses lacunes. Le site IWin annonce et présente beaucoup de choses, mais il est impossible d'avoir des détails. Par exemple, les sociétés présentées comme se servant de PowerSE n'ont pas de coordonnées (à part la ville). Le site met en avant des solutions professionnelles destinées aux professionnels. Que fait (faisait) une page Amiga sur la page de garde ?

Il existe un site où le nom de Martin Steinbach apparaît : www.stelleanzeigen.de. Ce site à l'aspect très similaire à celui d'IWin semble destiné à de potentiels investisseurs. Un dénommé Martin Steinbach propose aux gens d'acheter des actions de certaines sociétés, dont les projets ne sont pas spécifiés. Sur une autre page, un questionnaire très complet permet à tout investisseur intéressé, de laisser une telle masse d'informations le concernant, que celles-ci pourraient intéresser n'importe quel acheteur de listes.

Concernant ce site, il a été dit mi-août, "qu'il pouvait avoir été créé, soit par un escroc pour obtenir de l'argent, soit dans le but d'établir un fichier pour le vendre à d'autres sociétés, soit par une université, pour créer une société virtuelle et noter la réaction des gens". Phrase prémonitoire, ou galop d'essai ?

Sur le site Web d'IWin, rubrique "News", il est annoncé qu'IWin et Tulip (assembleur PC ayant racheté le nom et le logo Commodore) ont commencé les premières négociations pour l'achat des droits de Commodore. Si l'on clique sur le lien, il est dit "qu'après tout ce qui s'est passé pour et avec la société Amiga Incorporated, IWin annonce qu'il n'est plus question d'utiliser le nom de Commodore. IWin a stoppé toutes les négociations avec Tulip". Quel est le rapport entre Tulip, l'usage du nom de Commodore et les derniers événements concernant la société Amiga ?

Puisque les machines IWin n'utiliseront ni le nom Amiga, ni sa technologie, ni une licence, pourquoi se justifier ainsi ? De plus, la raison invoquée n'est pas celle avancée lors de la conférence du 2 octobre.

Martin S. répond lui-même au seul téléphone (portable) qu'il ait indiqué pour la société les jours ouvrables. Aucun numéro de ligne téléphonique fixe, ni de numéro de télécopie n'est mentionné sur le site. Martin S. ne se présente pas en tant que responsable de la société IWin (en fait, il ne se présente pas). Par contre, il est possible de le joindre via la société Merant, qui existe toujours. Les messages envoyés sont postés à partir d'un ordinateur appelé : "x1proxy1.intersolv.de".

La mise à jour de PowerSE est parue sur le site sous forme de fichier Zip. Après décompactage, le fichier, inutilisable, car partiel, laisse apparaître une entête Photoshop (?).

Déclarations

Martin Steinbach a déclaré au mois d'août (texte intégral issu de plusieurs messages) :
  • Nous avons un prototype d'A2010 prêt à 80%. Les 20% n'étant que des choses mineures à régler.
  • Les cartes graphiques et sonores sont de notre conception.
  • La version de PowerSE envisagée est une version spécifique Amiga et sera fournie avec un noyau et quelques outils. AmigaOS est installé par-dessus PowerSE.
  • Les tests internes indiquent que la machine est 20% plus rapide qu'un Amiga avec 68060, mais qu'il faut la tester en environnement réel.
  • Les machines sont développées depuis deux ans.
  • Aucune ligne de code d'AmigaOS n'a été utilisée.
  • PowerSE est juste une option. Il peut être installé sans la ROM Amiga, il en résultera une émulation normale (pas réellement une émulation mais quelque chose de similaire) telle celle d'UAE/Fellow. Il est possible d'installer la ROM Kickstart et PowerSE par-dessus, celui-ci tournera alors en arrière-plan et redirigera tous les appels importants en direction de l'OS et du matériel, tels le son, la carte graphique, etc.
  • L'A2010 sera vendu vers le milieu de novembre 1999.
  • Il sera possible de faire fonctionner Linux. Nous y travaillons. I-DDK est actuellement en cours de portage pour Windows, Solaris, Linux.
  • Il ne s'agit pas d'un PC déguisé, avec WinUAE. C'est un ordinateur compatible avec l'Amiga et n'utilisant pas de couches WinUAE, Microsoft ou d'autres produits existants dans le monde. L'ordinateur est à 90% issu de notre technologie.
Les questions
  • Pourquoi personne n'a entendu parler des sociétés WorkShop et Brain Software qui existent d'après Martin S. depuis les années 1980 ?
  • Pourquoi personne n'a entendu parler, vu ou testé PowerSE, développé depuis 10 ans ? Pourquoi ce programme n'est pas disponible dans le commerce ou à l'achat chez les distributeurs/revendeurs ? D'après la FAQ, PowerSE a été surtout vendu en Autriche et des tests et descriptifs sont parus (où ? sur quel support ?). Mi-septembre, sur le site, était apparu un message relatant une présentation de PowerSE dans un magazine. Ce message a rapidement disparu. Dans l'entête de la page HTML, on pouvait lire "Company Merant".
  • Pour sans doute crédibiliser son affaire, Martin S. a envoyé tout le monde sur le site de Sun. Effectivement, la société IWin y est citée comme présentant une solution Internet avec Solaris. Mais après quelques recherches sur le site, il est facile de s'apercevoir que n'importe qui peut se déclarer comme partenaire. Il s'agit d'un simple formulaire de déclaration de site Web.
  • D'après des spécialistes sur le matériel Amiga, la FAQ postée par IWin comporte des non-sens techniques, sans compter l'absence de la gestion RTG pour les cartes graphiques. Les auteurs de CyberGraphX et de Picasso96 en septembre, n'avaient toujours pas été contactés. Martin S. s'était promis de les joindre. A priori, PowerSE pourrait se charger de ce travail. Alors pourquoi cette réponse de Martin S. ?
  • Pourquoi ont-ils choisi d'appeler initialement leurs machines A510 et A1010, alors que ces noms existent déjà pour des périphériques Commodore ?
  • Pourquoi ont-ils déclaré être en relation avec Tulip Computer pour le rachat imminent du nom Commodore, alors que Tulip a rendu public une lettre déclarant être aucunement en pourparlers avec la société IWin ?
  • Comment des sociétés de logiciel ont-elles été amenées à vouloir produire du matériel (qui plus est des clones et non pas de réels nouveaux Amiga), sur un marché en perte de vitesse ?
  • Pourquoi vouloir produire seulement maintenant et gaspiller de l'argent (une offre de 18 millions de shilling autrichiens) en rachetant la marque et le logo Commodore, alors que tous les observateurs s'accordent à dire que le marché s'amoindrit ? Le pouvoir d'une marque est une chose, il ne faut pas le négliger, mais nous ne sommes plus en 1990.
  • Pourquoi Martin S., dans l'entrevue parue sur AmiUpdate (site nouveau lui aussi, créé pour l'occasion par un comparse ?) prétend-il que ses machines sans OS se vendent bien, alors qu'elles ne sont pas encore en production ?
  • Pourquoi Martin S. déclare-t-il la production de C5300 et C5400 démarrée début septembre, alors qu'il est incapable d'en montrer un exemple, même en prototype, début octobre ?
  • Pourquoi les CD avec le Technology Guide qu'IWin envoie sont tous illisibles ?
  • Lorsque c'était encore de mise, IWin prétendait que l'Amiga NG ne serait pas compatible avec l'Amiga actuel, mais était incapable de dire à quel niveau. Pas très sérieux pour un spécialiste. De plus, cela était non seulement en contradiction avec les déclarations du site Amiga de l'époque, mais aussi celles de Jim Collas qui se faisait un point d'honneur à ce que l'Amiga NG fasse fonctionner les applications actuelles.
  • Dans l'entrevue, toujours, IWin a cessé de communiquer dans les groupes de discussions Usenet, au même moment que la société Amiga, prétextant être tenu par un NDA et surtout avoir reçu l'ordre d'Amiga Inc. de garder le silence pour les semaines à venir (sic). En fait, le silence de la société Amiga a débouché sur l'abandon de la fabrication de la nouvelle machine et au changement des dirigeants. Fin août, Jim Collas déclarait ne pas connaître IWin et devait se renseigner.
  • Martin Steinbach avait déclaré qu'il y avait une annonce de la part de la société Caldera pour de futurs plans concernant l'Amiga et Linux. Deux mois plus tard, nous attendons toujours une déclaration de Caldera.
  • La société Computer City, distributeur Amiga au Benelux, avait reçu des photos de la part de la société IWin, censées représenter leurs bureaux. Comme celles-ci généraient beaucoup de questions (comme le pourquoi du nom apparaissant sur un carton : InterSolv), les photos ont été retirées du site. Vous les trouverez sur ci-après.
Il est apparu que Martin S. se servait d'articles de la presse magazine relatifs à sa société et présentait ses produits, pour justifier son existence (notamment notre confrère Login). Une première fois sur le site Internet IWin (sans autorisation) et une deuxième fois, lors de la conférence du 2 octobre, destinée principalement à quelques personnes retenues sur on ne sait quels critères. La revue Amiga Format par exemple n'était pas invitée. Les magazines non invités le seront lors de la prochaine présentation, dixit Martin Steinbach. En attendant, les photos des bureaux d'IWin sentent l'installation récente. Je ne sais s'il s'agit de la rigueur teutonne, mais le tout semble très spartiate. Aucune décoration au mur, rien de personnel sur les bureaux des personnels féminins, et, pour une société qui vend des solutions réseaux, les machines n'y sont pas reliées. La vice-présidente utilise des disquettes...

Photos

Images envoyées par IWin à la société Computer City. Elles sont censées représenter différentes pièces de la société IWin.

IWin

IWin

Autres photos : photo 3, photo 4, photo 5, photo 6, photo 7, photo 8.

Images de la présentation du 2 octobre.

IWin

IWin

Autres photos : photo 11, photo 12, photo 13, photo 14.

A leur décharge
  • La société existe, créée dans l'état de Delaware, surtout pour des raisons fiscales, etc.
  • Le site dans son état actuel, a nécessité de nombreuses heures de travail et est trop fourni pour une simple blague. Ou alors, son auteur relève de la psychiatrie.
  • Martin Steinbach se donne un mal fou pour prouver l'existence d'IWin et de ses projets : réponses dans les sites de discussions aux questions posées, FAQ, envoi de marchandises (tee-shirt, tasses, briquets etc., le tout à l'effigie de la société IWin), envoi de CD pour tests de logiciels, invitation de la presse.
Dernière minute

Concernant le fait que le site soit inaccessible : Martin Steinbach a déclaré que cela était dû au changement de nom de domaine. En effet, la série "C-XXX" de machines aura son propre nom de domaine. Il n'empêche que la facture d'enregistrement du site n'a pas été payée.

Martin Steinbach a revendu 95% de ses parts de la société IWin à une autre société du nom de Focke Systems GmbH, située en Autriche.

Il n'est donc plus le CEO, c'est Rue Ann Mark, ancienne vice-présidente de la société IWin, qui l'a remplacé à ce titre (elle figure sur l'une des photos), mais pour une société du nom de IWin Hardware Products.

Les négociations (d'après Rue Ann Mark) étaient entamées depuis un mois. IWin Corporation sera séparée en deux autres sociétés indépendantes : IWin Software products et IWin Consulting.

IWin Software Products continuera le développement des solutions serveurs, stations de travail et de la série "C". IWin Consulting sera responsable de la mise en place et du SAV. Martin Steinbach continuera, mais à priori, en tant que consultant, à être "disponible" pour IWin Hardware et IWin Software pour les questions d'ordre général (sic).

Nous laissons au lecteur le soin de conclure...


[Retour en haut] / [Retour aux articles]