Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 27 juillet 2017 - 22:41  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Emerald Mine
(Article écrit par David Brunet - juillet 2007)


Emerald Mine est la suite officieuse du célèbre Boulderdash créé par First Star Software, un jeu de plates-formes/réflexion des années 1980. Le premier Emerald Mine est sorti sur Amiga en 1987, il fut alors publié par Kingsoft et développé par deux Allemands : Klaus Heinz et Volker Wertich. Pour l'anecdote, Volker Wertich sera plus tard le développeur d'un autre jeu de grande ampleur : The Settlers.

Emerald Mine

Principe

Comme Emerald Mine reprend les bonnes recettes de son prédécesseur, le but du jeu sera toujours le même : parcourir des caves à la recherche de pierres précieuses (qui sont des émeraudes dans Emerald Mine) afin d'ouvrir un passage vers le niveau suivant. Votre personnage doit ainsi creuser la terre pour frayer son chemin. Il pourra emprunter çà et là quelques bonus pour neutraliser les ennemis et devra être attentif à ne pas se faire écraser (par un rocher mais aussi par les émeraudes).

Emerald Mine
Emerald Mine

Emerald Mine
Emerald Mine 3

Emerald Mine surpasse l'original sur de nombreux points, notamment en ce qui concerne les bonus et les ennemis, cela va donc obliger le joueur à tenter de nouvelles stratégies.

Pierre qui roule n'amasse pas mousse

L'agencement des tableaux est bien plus complexe et varié que dans Boulderdash. Il y a, à peu près, tout d'imaginable : vrais labyrinthes, tableaux remplis d'ennemis, collecte massive d'émeraudes, mécanisme à déjouer, etc. Les tableaux s'enchaînent et l'on découvre alors de nouvelles options et des ennemis inédits.

Par exemple, les Yam-Yam, ennemis qui ne se déplacent qu'en ligne droite et qui ont la particularité d'offrir un/des bonus lorsque vous arrivez à l'écraser. Ou encore l'Alien, ce petit être vert à antennes qui tentent de vous suivre par tous les moyens.

YAM YAM Alien
Le Yam-Yam et l'Alien

Du côté des pierres précieuses, il faut signaler qu'il y en a désormais deux sortes : les émeraudes qui vous rapportent un point et les diamants, plus rares, qui rapportent trois points. Mieux encore, il existe des "murs transformateurs" qui créent des émeraudes à partir de pierres et de diamants. Dès que vous voyez un de ces murs (généralement bleu et placé horizontalement), pensez à amasser des pierres au-dessus d'eux et d'enclencher le mécanisme de transformation. Mais attention, le mur n'est actif qu'une vingtaine de secondes. En parlant de temps, celui-ci est d'ailleurs un élément crucial du jeu ; certains tableaux sont parfois complexes et on perd du temps à vouloir tout visiter, au risque de se faire surprendre par le chronomètre.

Emerald Mine innove aussi avec l'apparition d'explosifs. Il y a les boules explosives (disséminées dans le tableau) assez dangereuses et les bâtons de dynamite. Une fois récoltés, ces bâtons pourront vous servir pour détruire un mur et ainsi créer un nouveau passage ou bien pour faire exploser vos ennemis préférés. Le bassin d'acide (qui détruit tout objet tombant sur lui) et la noix (qui devient une émeraude lors d'un choc) font aussi partie des nouveautés.

Vous serez également confronté, bien souvent, à des portes fermées impossibles à casser à la dynamite. Pour celles-là, il n'y a pas de miracle, il faudra trouver la clé adéquate "cachée" quelques part dans le tableau.

C'est vrai que dans Emerald Mine on parle de récupérer des pierres précieuses mais sachez que le premier tableau du jeu est un comble : il n'y a aucune émeraude ! Cette mise en jambes propose en fait de découvrir deux des nouveautés qui sont les clés et les Yam-Yam.

Les gros atouts

Pour vraiment scotcher les inconditionnels de ce genre de jeu, Emerald Mine propose un mode deux joueurs en coopératif. L'écran n'est pas scindé en deux, vous devrez collaborer dans le même secteur du tableau. Le jeu à deux offre de nouvelles perspectives comme par exemple déboussoler les Aliens ou bien pousser une pierre plus loin que prévu (un des deux joueurs se met sous la pierre pendant que l'autre la pousse). Les tableaux "Teamwork" sont malheureusement moins nombreux que les tableaux simples dans Emerald Mine premier du nom.

L'autre atout de taille est tout simplement un éditeur de niveau. Le premier fut créé par l'équipe d'origine mais fut rapidement concurrencé par celui de Headcrash. Il permet de placer les éléments un à un sur le tableau (grille de 32x64 cases). Toutes les folies sont ainsi possibles, surtout que cet éditeur permet aussi de modifier les graphismes...

Pour aller plus loin

Après le succès du premier opus, Kingsoft sortit Emerald Mine II en 1988 et Emerald Mine 3 Pro en 1990. La barre d'affichage (scores et temps) est à présent placée au bas de l'écran. Les améliorations de ces deux versions sont minimes que ce soit graphiquement ou dans les caractéristiques du jeu.

Mais des fanas d'Emerald Mine regroupés au sein de l'EMC (Emerald Mine Club) ont fortement contribué à améliorer ce jeu. Ils ont été rejoints en 1990 par deux groupes de développeurs (No One Inc. et Ruppelware) qui ont retravaillé l'éditeur de niveaux originel. Ainsi, ce nouvel éditeur verra plusieurs versions successives jusqu'à la v6.03 de 1995. Cette ultime version propose de nouveaux objets, quatre langues, une option de remplissage automatique, la possibilité de tester en direct ses propres créations et la gestion de l'AGA (en plus de l'ECS).

Emerald Mine
L'éditeur Emerald Mine v6

Emerald Mine
Un tableau réalisé avec l'éditeur v6

A partir des premiers éditeurs jusque dans les années 1990, des centaines de disques d'extension ont ainsi été créés. On compte près de six cents extensions. En 1994, Almathera publia d'ailleurs un CD nommé Emerald Mines (avec un "s" à la fin) qui regroupa un grand nombre de ces tableaux.

Les diamants sont éternels

Emerald Mine est un classique de l'Amiga, malgré un côté technique vieillot, le jeu reste amusant et divertissant. Le nombre de tableaux disponible est incroyablement élevé et cela lui assure une durée de vie à toute épreuve. L'excellent mode deux joueurs et les différents éditeurs enfoncent définitivement le clou pour ce jeu intemporel.

Nom : Emerald Mine (et suites).
Auteur : Klaus Heinz et Volker Wertich.
Genre : jeu de labyrinthe.
Date : 1987 pour la première version.
Configuration minimale : Amiga 68000 avec 512 ko de mémoire, Kickstart 1.2.
Licence : commercial.

NOTE : 8/10.

Les points forts :

- Nombreux tableaux disponibles.
- Un choix de bonus et d'ennemis plus vaste que dans Boulderdash.
- Le jeu à deux.
- L'éditeur de niveau.

Les points faibles :

- Les graphismes pas terribles des premières versions.
- Quelques niveaux trop difficiles.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]