Obligement - L'Amiga au maximum

Vendredi 22 septembre 2017 - 03:03  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Actualité : Discours de Jeff Schindler au salon Computer 97
(Article écrit par Bruce Lepper et extrait d'Amiga News - décembre 1997)


Jeff Schindler Schindler : Amiga doit devenir un standard mondial

Amiga Inc. produira le "noyau technologique" du système et ses clients fabriqueront les machines.

Jeff Schindler, directeur d'Amiga Inc., la société créée par Gateway 2000 pour s'occuper de la recherche et du développement de l'Amiga, a exposé devant environ 200 développeurs, à Cologne le 14 novembre, son plan pour la relance de la machine. "Notre vision est de devenir un standard technologique mondial pour les produits convergents" a-t-il dit. "Nous avons essayé, dans le monde PC, de réduire les coûts et faciliter l'utilisation. Mais chaque année, les machines deviennent de plus en plus complexes. Alors, si nous voulons vraiment devenir un standard mondial, nous devons réaliser ces objectifs."

Il n'y a pas eu l'annonce majeure que tout le monde attendait, et Jeff Schindler s'est exprimé avec beaucoup de réserve. La majorité de ses révélations s'est faite presque par hasard pendant la session des questions et réponses.

Amiga Inc., dit-il, essaye actuellement de prévoir l'avenir, et c'est une des raisons pour laquelle le processus de relance est si long. Il ne veut pas sortir un système dans six mois et découvrir dans un an qu'il a pris une mauvaise route. Il veut rester compatible avec la majorité des applications existantes, et en même temps rattraper ou dépasser les standards technologiques de l'industrie. Il tient également à consulter non seulement les grosses sociétés mais aussi la communauté de développeurs Amiga. Pour lui, la communauté existante est un atout important et rare.

Amiga Inc. n'est pas vraiment un fabricant de matériel. L'objectif est de faire avancer la technologie et de créer une architecture noyau qui sera ensuite fournie à toutes les sociétés qui en auront besoin, pour n'importe quel produit. Un travail important d'Amiga Inc. sera celui de contrôler les logiciels et matériels pour la compatibilité : quand un utilisateur verra le logo de la Boing Ball sur un produit, il pourra être certain de sa compatibilité avec d'autres produits portant le même logo.

Les atouts de l'Amiga

D'abord, dit-il, il faut essayer de comprendre la technologie actuelle, avec ses avantages et ses faiblesses, les tendances du marché et les besoins des utilisateurs.

AmigaOS est compact, efficace et fiable. "Si vous regardez les alternatives, vous connaissez le problème. Si vous imprimez quelque chose et vous lancez un nouveau logiciel tout en ayant déjà deux ou trois applications ouvertes, il est plus que possible que la machine va planter. Ça c'est un de nos meilleurs atouts. D'autres essaient d'implémenter ce genre d'atout depuis des années, et plus ça devient complexe, plus ils ont de difficultés à l'implémenter."

Le fonctionnement multitâche de l'Amiga est étonnant, tout comme son autoconfiguration et ses performances en vidéo et graphisme en configuration minimale : "L'architecture est utilisable dans de petits dispositifs aussi bien que dans les machines haut de gamme, et il y a très peu d'architectures comme ça", ajoute Schindler.

Les faiblesses

A sa sortie, l'Amiga devançait les autres ordinateurs, mais actuellement la technologie a au moins quatre ans de retard qu'il faut rattraper. L'interface utilisateur est vieille de quatre ans, et pour son utilisation en kiosque ou à la maison, il faut l'adapter. Plusieurs interfaces utilisateur peuvent être gérées, par exemple une plus sophistiquée pour l'utilisateur enthousiaste, et une autre très simplifiée pour ceux qui n'aiment pas les ordinateurs.

Du côté des logiciels : "Depuis la faillite de Commodore, le nombre de développeurs a diminué, c'est normal. Il faut alors de nouveaux produits, il faut faire avancer la technologie pour attirer les développeurs."

Motorola n'a pas continué l'évolution de la famille 68000. "Nous discutons avec Motorola et nous essayons de comprendre ce qu'il faut faire, avec cette famille de processeurs, avec la suivante, ou bien avec autre chose, afin d'assurer que nous aurons une vitesse convenable." Il faut également moderniser la technologie des composants.

Enfin, l'industrie ignore l'Amiga parce qu'il n'y a pas eu de nouveautés. Un objectif majeur sera de forcer la reconnaissance de l'Amiga comme technologie de pointe, chez les consommateurs et chez les commerçants. "Il y a un fait intéressant concernant l'Amiga", dit Schindler, "ou vous le connaissez dans tous ses détails, ou vous ne le connaissez pas du tout !"

Recherche

Une partie de la recherche consiste en un retour aux sources, un effort pour comprendre le point de vue des créateurs de la machine et leurs recommandations. "Carl (Sassenrath), RJ (Mical), Dale (Luck), Ed (Heppler) travaillent avec nous comme consultants. Tout le monde est prêt à aider."

Une structure permettant l'interaction avec les développeurs est en cours de création avec l'aide de l'ICOA (Industry Council for an Open Amiga).

Les formulaires remplis par des développeurs au récent Midwest Amiga Show et les formulaires remplis par des développeurs à Cologne, fourniront une information importante pour Amiga Inc. concernant le futur système.

Concernant le Midwest Amiga Show : la grande majorité des développeurs a demandé une compatibilité de 70-90% avec les logiciels existants dans une nouvelle génération d'Amiga. Amiga Inc. est d'accord.

Le PowerPC était le processeur le plus choisi, avec l'Alpha en deuxième place, "mais comme vous le savez, Intel fait des investissements dans l'Alpha et il y a une grande question concernant leur avenir maintenant que les gens d'Intel ont leurs doigts là-dedans."

"Presque tous les développeurs étaient d'accord pour qu'il faille gérer plus d'un processeur, et je crois que c'est une bonne idée de gérer plus d'une famille, parce que nous voudrions voir des produits sur toute la gamme, du bas jusqu'au haut de gamme, et cela passe probablement par des processeurs différents."

En outre, le RTG, une pile TCP/IP et une bonne interface pour le Net sont importants. Le PCI est crucial, c'est un bon standard avec beaucoup de cartes disponibles.

Marketing

Jeff Schindler a donné son point de vue sur les tendances du futur : simplification des interfaces des ordinateurs, diminution du prix des machines, croissance de l'Internet, augmentation de l'importance des jeux et de l'utilisation d'éducatifs. Il trouve que l'Amiga est bien positionné dans tous ces secteurs.

Développement

Pour créer la meilleure technologie, il faut les meilleurs collaborateurs. Amiga Inc. va recruter mondialement, et il est probable qu'ils ne vont pas tous pouvoir travailler au même endroit. L'emplacement du siège social n'a pas encore été décidé.

Le système 3.5 sortira dès que possible, mais le contenu n'est pas encore défini. Normalement, ce sera une mise à jour logicielle uniquement, incorporant certains programmes du domaine public. Une version majeure ultérieure (la 4.0 sans doute) gérera plusieurs standards graphiques différents et permettra aux applications de choisir le standard préféré.

Quelques questions

Question d'Éric d'Amiga City : Sony paye les publicités pour la PlayStation. Allez-vous en faire autant pour l'Amiga ?

Jeff : Petro a un budget et Amiga Inc. a également un budget jusqu'à la fin de l'an 2000. Ces budgets ont été approuvés. Et dedans, sont inclus des millions de dollars pour la publicité.

Petro : Bien sûr, nous n'allons pas vous dire combien d'argent nous avons à dépenser, mais c'est une somme énorme et nous allons la gérer comme il faut.

Vous n'êtes que quatre ou cinq personnes. Comment allez-vous pouvoir développer l'Amiga ?

Jeff : Nous sommes quatre aujourd'hui, mais nous ne serons pas quatre dans deux mois ! D'abord, nous allons constituer notre équipe d'ingénieurs logiciel et matériel. Nous passons beaucoup de temps pour nous assurer que nous avons les gens qu'il faut dans l'encadrement, car nous voulons créer une organisation durable qui soit une réussite.

Nous allons développer le système d'exploitation, mais cela ne veut pas dire que nous allons le faire tout seul. Nous allons travailler avec les fabricants de matériel, des gens de Motorola et d'autres que je ne peux pas encore nommer.

Nous n'allons pas tout concevoir nous-mêmes. Ce ne sera pas comme l'architecture matérielle de Commodore où tout était fait par la maison mère. Nous appelons ça l'ingénierie virtuelle : nous définissons les spécifications, nous assurerons une grande partie de la conception nous-mêmes, mais nous travaillerons en partenariat avec les leaders des marchés concernés.

Question de Ben Vost d'Amiga Format : Darreck Lisle a parlé d'un accord avec Epson, mais nous n'avons pas pu le confirmer ensuite... ?

Jeff : Oui, Darreck dit beaucoup de choses... (rires). Les sociétés avec lesquelles nous avons parlé, les fabricants d'imprimantes et des sociétés comme Adobe (qui a différents formats que nous voulons gérer), ont été en général très ouvertes à l'idée de nous soutenir. Il n'y a pas eu d'annonce officielle parce que nous n'avons pas signé de vrais contrats.

Conférence de Jeff Schindler Conférence de Jeff Schindler

Les points clés de son intervention
  • Gateway 2000 a déjà alloué un budget pour l'Amiga allant jusqu'à l'année 2000 incluse. L'importance de ce budget n'a pas été révélée, mais à elle seule, l'enveloppe pour la publicité se compte en millions de dollars.

  • Jeff Schindler prépare son plan de développement pour les trois prochaines années, avec au moins une nouvelle version du système chaque année, sinon plus.

  • Amiga Incorporated est actuellement composée de quatre personnes, mais dans les mois à venir, une équipe entière d'ingénieurs en matériel et logiciel sera embauchée.

  • Cette équipe s'occupera du développement du système Amiga, en étroite collaboration avec les leaders de certains secteurs, comme Motorola.

  • Ces systèmes tourneront probablement sur au moins deux plates-formes. Aucun choix n'a encore été fait concernant le(s) futur(s) processeur(s) pour le système.

  • Amiga Inc. n'a pas l'intention de devenir un fabricant lui-même. Cette information, comme certaines autres, contredit les récentes déclarations de Darreck Lisle, l'un des quatre membres de l'équipe actuelle. Les nouvelles versions du système Amiga seront fournies aux fabricants indépendants.

  • Ted Waitt, fondateur de Gateway 2000, soutient totalement l'effort pour relancer l'Amiga.
Annexe : qui est Jeff Schindler ?

"J'ai beaucoup parlé avec RJ Mical, et il m'a envoyé une vidéo de l'équipe des concepteurs de l'Amiga. J'ai veillé avec ma femme un soir en la regardant et j'ai vraiment eu un sentiment de la spécificité de l'Amiga. Personne ne s'en rend compte jusqu'au jour où on s'en approche, et puis on est aspiré dedans..."

C'est avec ces mots que le dirigeant d'Amiga Inc. a commencé son discours aux développeurs rassemblés à Cologne le 14 novembre.

"Quand nous nous sommes assis pour voir les gars des débuts, leur passion et leur motivation m'ont marqué. Ce n'était pas pour gagner de l'argent, c'était pour faire quelque chose de spécial et différent. J'étais fier à l'idée que j'allais m'adresser à vous en tant que manager général d'Amiga Inc."

"Vous avez de l'énergie, et je reçois beaucoup de courriers électroniques, de coups de fil, de visites, ça me donne du courage et m'aide à comprendre la raison d'être de l'Amiga."

Son premier ordinateur était un Commodore Vic 20, suivi par un C64. Pendant ses études en ingénierie électrique, il aidait les commerçants à comprendre comment vendre des ordinateurs familiaux, son salaire étant payé par les constructeurs tels Commodore, Atari et Texas Instruments. Au collège, il a programmé un logiciel d'analyse de comportement des équipes de football américain.

Plus tard, il a travaillé chez Zenith sur les ordinateurs portables, et quand il a été embauché chez Gateway 2000, Ted Waitt lui a demandé de continuer sur cette voie. Jeff a répondu qu'il avait trop vu de portables, et qu'il préférait travailler sur "la prochaine chose". Ted lui a donc donné la mission d'identifier "la prochaine chose" et après des recherches, il a inventé le Destination, un produit intégrant un téléviseur numérique grand écran, stéréo, vidéo, et un PC.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]