Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 12 décembre 2017 - 05:24  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Directory Opus 3.22 et de SID 2
(Article écrit par Olivier Berger et extrait d'Amiga News - septembre 1992)


Ce mois-ci, je vais vous présenter ce que je pense être les deux meilleurs outils du marché en matière de gestionnaire de fichiers. Il s'agit de SID 2, programmé et distribué par Timm Martin, et de Directory Opus de Jonathan Potter, publié par INOVAtronics. Ces deux logiciels sont commerciaux, bien qu'une version de démonstration de SID 2 soit librement distribuable.

Ces programmes se ressemblent énormément. En fait, Timm Martin accuse à demi-mots et sans le nommer un autre programmeur d'avoir utilisé certaines de ses idées et ça ne m'étonnerait pas trop qu'il pense à Jonathan Potter.

Ces programmes sont basés sur le même principe de deux "fenêtres" de même taille se partageant le milieu de l'écran et affichant le contenu de deux répertoires. Dans ces fenêtres s'effectueront toutes sortes d'actions déterminées par des rangées de boutons disponibles dans le reste de l'écran.

Directory Opus

Directory Opus

Les deux programmes sont conçus pour que l'on puisse effectuer à la souris la plupart des actions possibles sur les fichiers, ainsi que le lancement de programmes externes, un peu comme sous le dock du NeXT ou avec Amidock.

Prise en main

Les programmes possèdent tous les deux l'aspect à la mode actuellement dans les interfaces graphiques (Motif, NeXT, AmigaOS 2.0, Windows, etc.), qu'ils soient lancés sous Workbench 1.3 ou 2.0.

Ils fonctionnent en multitâche avec tous les programmes Amiga, prêts à être utilisés lorsqu'on en a besoin. Les deux programmes peuvent fonctionner soit sur leur propre écran, soit sur celui du Workbench, et dans les deux cas, ils peuvent être iconifiés afin d'être disponibles à tout instant sans occuper trop de place à l'écran.

Directory Opus

Les deux programmes fonctionnent tout aussi bien sous Workbench 1.3 que 2.0.

Installation

Directory Opus est fourni avec un jeu de bibliothèques Amiga qui permettent de l'utiliser plus efficacement, et un certain nombre de logiciels du DP, mais tout ceci n'est pas indispensable pour l'utiliser. Un logiciel d'installation est fourni qui copiera les fichiers nécessaires là où vous le souhaitez sur votre système.

Un logiciel de traduction des fichiers de configuration est fourni pour les utilisateurs d'une version précédente de Directory Opus. Bien que commercial et donc absolument pas librement distribuable, Directory Opus ne possède évidemment pas de protection contre la copie, ce qui vous permet donc de l'installer comme bon vous semble, par exemple sur votre disque dur.

SID 2 est livré avec un programme d'installation qui permet de l'installer là où bon vous semble. Ce programme utilisera éventuellement le fichier de configuration d'une ancienne version de SID s'il est présent. SID 2 est fourni en deux versions, l'une appelée "Personal" est plus économique en occupation mémoire et ne permet pas de modifier la configuration ; l'autre, la version "Professional" est complète (avec les possibilités de configuration), et est réservée à un seul utilisateur.

En effet, bien que le programme ne possède aucune protection contre la copie, il est par contre configuré une fois pour toutes par Timm Martin afin que vous seul soyez autorisé à l'utiliser. Vos nom et adresse sont alors inscrits en dur dans le programme, ce qui devrait vous dissuader de le distribuer illégalement autour de vous. Tout essai de modification du nom du propriétaire se soldera normalement par un plantage du programme.

Configuration nécessaire

Les deux programmes utilisent un minimum de ressources mémoire car tout y est géré dynamiquement au fur et à mesure des besoins. Néanmoins, le simple fait de lancer SID 2 consomme environ 200 ko en mémoire, et 350 ko pour Directory Opus. Cette consommation s'accroît éventuellement au cours de l'utilisation du programme lorsque de nouveaux tampons mémoire sont utilisés pour stocker le contenu de répertoires.

Et il est vrai que même si leur utilisation est possible avec 1 Mo de mémoire, il sera très difficile de les utiliser en même temps que d'autres programmes importants, ce qui est pourtant souvent le but recherché. En effet, ils ne sont vraiment utiles que lorsqu'on peut se permettre de les lancer une fois pour toutes et ensuite de les désiconifier dès que l'on veut effectuer une action sur des fichiers. De même, leur utilisation nécessite souvent le lancement de programmes externes (afficheur d'images, éditeur, archiveur, etc.). Aussi leur utilisation sur des systèmes basés uniquement sur les lecteurs de disquette semble difficile mais pas impossible.

De toutes façons, les systèmes possédant suffisamment de mémoire et de capacité de stockage sont maintenant la norme du parc des utilisateurs avertis de l'Amiga. Les autres n'ont sûrement pas vraiment besoin d'un gestionnaire de fichier du type SID 2 ou Directory Opus, car il est peu probable qu'ils utilisent beaucoup de fichiers (aucun intérêt ou presque pour ceux qui utilisent l'Amiga comme console de jeu).

Fonctionnalités

Les principales actions possibles sont la copie des fichiers d'un répertoire dans la fenêtre "source" vers un répertoire dans la fenêtre "destination", le renommage des fichiers, la création d'un répertoire, la visualisation des caractéristiques d'un fichier, la sélection des différentes protections en lecture et en écriture, ou la visualisation du contenu des fichiers ou bien leur édition.

En fait, ces programmes vous permettent d'effectuer à peu près tout ce que vous voulez sur les fichiers. Ceci se fait soit grâce à des fonctionnalités intégrées au logiciel par exemple copie des fichiers, soit par interfaçage avec des programmes externes, par exemple des archiveurs comme lharc (ou mieux Lha) ou bien des éditeurs de texte ou hexadécimaux, des visualiseurs d'images, ou tout ce qui peut vous passer par la tête.

Un des points forts de ces programmes est leur extrême souplesse, et notamment la possibilité de configurer entièrement les logiciels en fonction de vos goûts ou de vos besoins particuliers. Cette configuration se fait non seulement au niveau de l'aspect du programme mais aussi au niveau des fonctionnalités déclenchées par les différents boutons sur lesquels vous pouvez appuyer.

Directory Opus

Manipulation des fenêtres de catalogues

Les deux programmes affichent le contenu de répertoires dans les fenêtres. Lorsque le contenu est trop long pour contenir dans une seule fenêtre, on peut faire défiler ce contenu avec le bouton droit de la souris. C'est extrêmement pratique, car il suffit de se positionner dans la zone du bas de la fenêtre de catalogue et de cliquer sur le bouton droit pour que le contenu défile vers le haut, révélant le bas du listing des fichiers.

Lorsqu'on maintient appuyé, on peut faire varier la vitesse et le sens de défilement en déplaçant la souris. Lorsqu'on veut rentrer dans un sous-répertoire, il suffit de double-cliquer sur le nom de ce répertoire (affiché en couleur différente) et il se chargera dans l'une des deux fenêtres. Le choix de la fenêtre dans lequel il se charge est déterminé en fonction de choix effectués par l'utilisateur soit dans la façon de double-cliquer, pour Directory Opus, soit en fonction de l'aspect d'un gadget de type flèche dans SID 2.

Pour effectuer une action sur un ou plusieurs fichiers, il suffit de les sélectionner, c'est-à-dire de cliquer sur le nom de ces fichiers (éventuellement en maintenant appuyé tout en déplaçant la souris dans SID 2) les fichiers sélectionnés apparaissent en vidéo inverse. Une fois qu'ils sont sélectionnés dans une fenêtre, les actions déterminées par un clic sur les boutons en bas d'écran seront effectuées sur ces fichiers seulement si c'est bien cette fenêtre qui est active.

Contrairement au Workbench, lorsqu'on clique sur un nouveau fichier, cela ne désélectionne pas les fichiers précédemment sélectionnés, mais rajoute un fichier dans la liste de ceux sélectionnés. Si l'on souhaite les désélectionner, il faut le faire explicitement en recliquant dessus. Cette possibilité permet d'effectuer beaucoup plus facilement qu'au Workbench la sélection de plusieurs fichiers (sans avoir à appuyer sur "Shift").

Tout comme double-cliquer sur un nom de répertoire permet de charger son contenu dans une fenêtre, double-cliquer sur un nom de fichier permet d'effectuer une action par défaut en fonction du type de fichier : un fichier texte sera visualisé, une image sera affichée avec un visualiseur IFF, un son sera joué, etc.

Une possibilité intéressante des deux programmes est l'accès au répertoire parent de façon très rapide et facile, sans avoir à cliquer dans un bouton particulier, ce qui oblige dans beaucoup de logiciels, à positionner très précisément la souris. En effet, ici il suffit de cliquer dans l'un des bords des deux fenêtres pour revenir au parent. C'est vraiment très pratique à l'utilisation.

Utilisation des boutons

Les boutons en bas de l'écran des deux programmes permettent d'effectuer des actions, soit sur les fichiers, soit de façon indépendante un peu comme avec Amidock, que ce soit en appelant des programmes extérieurs ou grâce à des routines internes. Les principales possibilités présentes sur les deux programmes sont :

En interne : sélectionner tous les fichiers de la fenêtre ou les désélectionner, calculer la place occupée par des fichiers et/ou répertoires, créer un répertoire, effacer des fichiers, dupliquer des fichiers, copier des fichiers, déplacer des fichiers, modifier les protections du fichier, etc.

Et parfois avec des programmes externes : édition, exécution d'un programme ou d'un fichier script, jouer un fichier audio, afficher une image, lire un fichier texte, imprimer un fichier, créer une archive, en afficher le contenu, ou la désarchiver, etc.

On notera que Directory Opus utilise pour cela beaucoup plus de routines internes que SID 2. En effet, visualiser du texte, voir une image ou jouer un son ne demande pas d'utiliser un autre programme, mais fait appel à une routine interne de Directory Opus. Ceci permet de ne pas avoir à appeler un programme externe que l'utilisateur aurait du mal à obtenir par le circuit commercial, mais limite la souplesse d'utilisation aux possibilités prévues par Jonathan Potter.

Par contre, et dans les deux logiciels, la majorité des actions peuvent donner lieu à l'appel d'un utilitaire externe, par exemple votre éditeur de texte préféré. Les deux logiciels permettent d'appeler des programmes externes en leur passant un certain nombre de paramètres et bien sûr le nom des fichiers sur lesquels l'action doit être effectuée.

Ce passage de paramètres et la façon dont le programme doit traiter toute une liste de fichiers (un par un ou en bloc, etc.) est déterminé par les sélections de l'utilisateur. Ces sélections se font grâce aux fonctions de configuration des logiciels. Ainsi, on peut décider, pour chaque bouton, l'action qui doit être effectuée (éventuellement en appelant un programme externe), et la façon dont elle s'applique aux fichiers actuellement sélectionnés. Dans SID 2, l'outil de configuration est intégré dans le programme et dans Directory Opus, il utilise une fonction de configuration séparée qui s'ouvre sur son propre écran.

Directory Opus

Directory Opus

Autres possibilités

Les deux logiciels sont iconifiables, c'est-à-dire qu'ils peuvent libérer la place qu'ils occupent à l'écran et se cacher dans un coin de l'écran, prêts à être rappelés par un simple clic à la souris. Dans les deux programmes on peut décider de lancer une fonction lors de la sélection de menus. Dans SID 2, les actions associées aux menus se font indépendamment des fichiers sélectionnés, alors que dans Directory Opus, les menus ont un fonctionnement semblable à celui des boutons.

Lorsque SID 2 est iconifié, les menus de l'utilisateur restent actifs depuis le Workbench lorsque la fenêtre de SID 2 est active sans pour autant être agrandie.

Directory Opus dispose seul d'un port ARexx permettant son interfaçage avec d'autres programmes, ou encore de l'utilisation de ses facultés dans des scripts ARexx. A chaque fonctionnalité de Directory Opus est aussi associé un raccourci clavier paramétrable. Dans SID 2, seuls les menus disposent de cette facilité.

Les deux programmes gèrent un tampon contenant un certain nombre de répertoires. Ainsi, lorsque vous souhaitez revenir dans un répertoire déjà chargé précédemment, il y a de fortes chances qu'il soit encore en mémoire sans qu'on ait besoin de le recharger depuis le disque. Les deux programmes permettent encore de nombreuses autres possibilités, comme par exemple l'affichage de l'heure et de la mémoire disponible dans la barre de titre ou la fenêtre iconifiée.

Les deux logiciels sont capables de reconnaître automatiquement le type des fichiers et donc d'exécuter un certain nombre d'actions sur ces fichiers, par exemple lorsqu'on double-clique sur le nom des fichiers. C'est particulièrement intéressant, par exemple pour des programmes de gestion des archives, où un seul bouton permettra de gérer le désarchivage de différents types de fichiers. A noter que Directory Opus est capable d'apprendre de nouveaux types de fichiers, contrairement à SID 2, et c'est assez étrange de la part de Timm Martin qu'il ne l'ait pas prévu.

De plus, les programmes peuvent exécuter des scripts soit avec ARexx soit avec un Shell comme CSH afin d'actionner des scripts plus ou moins puissants que vous aurez programmés et qui seront associés à certains boutons ou menus.

Enfin, ils gèrent plusieurs "banques" de boutons pour ne pas limiter le nombre de boutons configurables par l'utilisateur, dont une seule est affichée simultanément à l'écran.

Configuration

Le grand intérêt de ses deux programmes est le fait que leur comportement n'est pas figé une fois pour toutes selon les choix de l'auteur du logiciel. On est loin des premiers utilitaires de gestion de fichiers que l'on a connus sur Amiga comme CLIMate. En effet, la plupart des fonctionnalités, ainsi que l'aspect du programme sont largement configurables.

Comme je l'ai expliqué ci-dessus, le comportement des différents boutons ou menus des programmes est paramétrable à loisir. Plus innovant par rapport à des programmes classiques, c'est l'aspect même des programmes qui est paramétrable. Directory Opus ne permet que le paramétrage des couleurs des différents objets à l'écran, ou son mode de fonctionnement : écran du Workbench ou bien son propre écran, ou encore de la police de caractères utilisée.

Par contre, SID 2 est quasiment totalement configurable au niveau de son aspect comme on le voit sur les captures d'écrans. Tous les objets graphiques à l'écran sont paramétrables : taille et position des gadgets, espacements entre les différentes zones, polices de caractères, couleurs, nombre de boutons, épaisseur des motifs donnant l'aspect 3D, etc. Ceci permet d'adapter vraiment le programme à vos goûts, mais aussi à l'écran sur lequel vous travaillez, par exemple en haute résolution.

Directory Opus

Directory Opus

Aide en ligne

Les deux programmes disposent d'une aide en ligne permettant de connaître le fonctionnement du logiciel sans avoir besoin de recourir à la documentation. Dans SID 22, l'appui ou la sélection de quasiment toutes les fonctionnalités du logiciel en appuyant simultanément sur la touche "Ctrl" permet d'obtenir une fenêtre d'aide sur cette fonctionnalité. Des menus d'aide général obtenus aussi avec la touche "Help" permettent de décrire le fonctionnement général du programme.

Dans Directory Opus, l'aide en ligne est peut-être moins fournie, et n'est disponible qu'en mode d'aide, en annulant alors les autres fonctionnalités du logiciel. De façon générale, la doc en ligne de SID est plus fournie, mais contrairement à Directory Opus, on ne dispose pas d'une documentation imprimée pour SID 2. C'est un peu dommage car lorsqu'on sait où trouver une fonctionnalité spécifique, on peut avoir de l'aide sur celle-ci. Mais encore faut-il savoir qu'elle est disponible...

Dans Directory Opus, la documentation est assez claire, et introduit bien un certain nombre de concepts généraux sur l'utilisation du programme, ainsi que le détail des fonctionnalités.

Directory Opus

Directory Opus

Où vous procurer les logiciels

SID 2 n'est pour le moment disponible qu'auprès de l'auteur. Pour obtenir le programme, envoyer 25 $ sous forme de billets américains (attention, ceci n'est pas légal et vous courrez le risque de vous les faire voler...), d'un chèque en dollars, d'un mandat en dollars (le plus simple, ça marche bien à condition d'être patient). Son adresse : Timm Martin, PO Box 3205, Cincinnati OH 45201-3205, États-Unis.

Timm Martin vous enverra en retour une disquette contenant la version la plus récente de SID, de ses programmes associés et de la documentation. Ceci vous donne aussi droit à un accès au BBS (serveur sur modem) de Timm Martin sur lequel vous pouvez théoriquement dialoguer avec lui, ou récupérer des mises à jour... Le problème reste de pouvoir payer la communication jusqu'à Cincinnati...

Si vous envoyez un mandat à Timm Martin, il faut savoir que la poste ne vous permet pas d'y adjoindre une lettre précisant votre adresse. Aussi faut-il envoyer en même temps, mais séparément une lettre précisant vos coordonnées afin que le programme puisse être configuré à votre nom. Compter un bon mois pour les délais d'acheminement du courrier.

SID 2 n'est pour le moment pas distribué (à ma connaissance) en version française, ni ailleurs qu'auprès de Timm. A noter qu'ainsi vous êtes assuré de toujours obtenir la dernière version. Compte tenu du prix du logiciel (environ 200 FF en comptant les frais d'envoi), il serait vraiment dommage de s'en priver. Fort heureusement, une version de démonstration de SID est disponible dans la collection Fred Fish sur la disquette n°651. Cette version ne permet pas de sauver votre configuration même si vous pouvez la modifier pour aussi longtemps que le programme fonctionne. Sinon, cette version "trial" est totalement fonctionnelle, et je vous incite très fortement à la tester pour vous rendre vraiment compte des possibilités immenses du programme.

Pour Directory Opus, il est plus simple de se le procurer. Notez qu'une version francisée est prévue par Avancée pour le courant du mois de juillet 1992. Par contre, aucune version de démonstration n'existe à ma connaissance. Le logiciel est fourni avec une documentation d'une centaine de pages, et vous devriez pouvoir le commander auprès d'Avancée.

Conclusion

Les deux logiciels sont, comme vous l'aurez compris, très semblables en bien des points. Ce qui est sûr, c'est qu'ils sont quasiment indispensables lorsqu'on souhaite utiliser son Amiga efficacement. Personnellement, je préfère SID 2, surtout au niveau de son aspect configurable, mais aussi à un certain nombre de petits détails techniques qu'il aurait été difficile de décrire ici. Un autre bon point de SID 2 est son prix, moitié moindre de celui de Directory Opus. Par contre, il est vrai que Directory Opus possède aussi quelques avantages qui manquent dans SID 2 : ARexx, les types de fichiers extensibles à volonté, la documentation imprimée et une version francisée, etc.

Un bon conseil, essayez les deux programmes et faites vous votre propre opinion. Les deux se ressemblent tellement qu'il est difficile de dire pourquoi on préfère l'un ou l'autre. Cela revient en fait à comparer Pepsi et Coca... En tout cas, n'hésitez surtout pas à vous procurer la version démo de SID 2, elle vaut le coup !

Nom : Directory Opus 3.22 et SID 2.
Éditeur : INOVAtronics et Timm Martin.
Genre : gestionnaires de fichiers.
Date : 1992.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 512 ko de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 590 FF et environ 200 FF.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]