Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 16 janvier 2022 - 11:28  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Dark Seed
(Article écrit par Calor et extrait de Joystick - février 1993)


Ce que notre monde serait terne sans ces créateurs de génie dont fait partie le maître de la biomécanique, H.R. Giger... Mais si, vous le reconnaissez... Sans lui, le cinéma n'aurait jamais connu la fabuleuse trilogie Alien. Non content de hanter les salles de cinéma et le petit écran, le voilà qui surgit du fond de la nuit pour terrifier nos moniteurs, et il y arrive fort bien le bougre !

Dark Seed

Parce qu'on vous entendra mieux crier ici-bas que dans l'espace, imaginez que le monstre suprême envahisse la Terre... C'est son dessein (ah ! ah!). Et ce mauvais présage risque de se réaliser si vous ne faites rien. Vous ? Vous êtes Mike Dawson, un écrivain qui vient de s'offrir une maison à l'allure très victorienne/Psychose dans la petite ville de Woodlands Hills en Californie. Le plus étrange est que depuis que vous habitez dans cet immense manoir, vos nuits sont peuplées d'horribles cauchemars où l'on introduit dans votre crâne un embryon (?) d'une bestiole bizarroïde.

Au réveil, ce n'est guère mieux et votre tête manque d'éclater à cause d'une atroce migraine. Cette impression malsaine ne fait qu'empirer quand, au premier passage du facteur, vous recevez une poupée qui se transforme hallucinatoirement en un hideux alien. Mais n'était-ce vraiment qu'une hallucination ? Parce qu'en découvrant le journal du McKeegan, l'ancien propriétaire de la maison, vous apprenez que celui-ci était, en effet, également persuadé que des esprits les plus retors avaient pris possession de son cerveau (en voilà une idée !).

Dark Seed

Peu à peu, après avoir visité Woodlands Hills, fait connaissance avec votre voisin Delbert et accompli pas mal d'actions pour le moins peu communes comme profaner une tombe, vous trouvez une des clés du mystère liée au miroir brisé qui se trouve dans votre salle de séjour. Et c'est ici que le vrai cauchemar commence, parce que jusqu'à maintenant, ce n'était que de la gnognotte. Ce miroir est, en fait, une porte dimensionnelle qui vous conduit droit dans le Dark World (Monde de l'Ombre), véritable alter-ego du nôtre, à la seule différence près que toutes choses, des meubles aux habitants, sont plus ou moins biomécaniques (mélange de cartilage et d'os et de métal) et qu'elles n'ont, bien évidemment, pas tout à fait la même logique que nous.

La première chose remarquable de Dark Seed, c'est, bien sûr, les graphismes. Ceux-ci ont été travaillés en haute résolution avec des palettes de couleurs correspondant à celles utilisées par Giger. Les décors du Dark World sont composés d'éléments de différents tableaux du maître qui ont été numérisés puis retravaillés. Le résultat dépasse, sans conteste, les espérances et a impressionné Giger lui-même. Si d'ailleurs vous n'y prenez pas garde, vous risquez, par moments, quelques sueurs froides et battements de coeurs intempestifs, symptômes des malaises les plus claustrophobiques.

Dark Seed

Les personnages sont également numérisés (Mike Dawson est, au passage, l'un des producteurs/concepteurs du jeu) et leur animation, bien que quelque peu saccadée, est criante de vérité. L'environnement musical et sonore n'est pas en reste et les mélodies sont parfois si étranges qu'il vous faudra des nerfs d'acier pour ne pas baisser le son de votre moniteur. Ce serait d'ailleurs bien dommage puisque pendant les dialogues, vous entendrez de formidables voix numérisées avec de parfaites accentuations et intonations.

Le jeu souffre cependant des erreurs basiques des premiers jeux d'aventure "pointer et cliquer". L'histoire est linéaire et le temps est crucial, ce qui rend certains évènements facile à louper (il faut les faire à un moment précis). Donc la complétion du jeu peut alors être problématique, vous errerez alors dans le jeu sans savoir que faire.

Dark Seed

Pour vous mouvoir dans ce univers cauchemardesque, vous disposez des plus fabuleux "outils informatiques" de notre temps, les icônes et la souris, c'est dire la simplicité de l'interface. En cliquant sur le bouton droit, vous changez la forme du curseur pour vous permettre de vous déplacer, de regarder/prendre/utiliser un objet, etc. En mettant la souris en haut de l'écran, vous faites apparaître votre inventaire avec, notamment, une icône disquette qui donne accès aux options du jeu. Vous voyez ? Quand je vous disais que c'était simple.

Bref, Dark Seed est un parfait voyage, qui plus est, en français, dans un univers fantastique très lovecraftien issu du génie malsain de Giger. Laissez-vous emporter par l'horreur biomécanique !

Nom : Dark Seed.
Développeurs : Cyberdreams.
Éditeurs : Cyberdreams, DRO Soft.
Genre : jeu d'aventure.
Date : 1993.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 8,5/10.

Les points forts :

- Pénétrer dans l'univers biomécanique et claustrophobe du maître H.R. Giger est un plaisir qui ne se refuse pas !
- L'excellente version française permet une emprise totale par l'univers.
- Les graphismes en haute résolution sont oppressants, surtout ceux du Dark World extrait des peintures de Giger lui-même.
- La musique est omniprésente, parfois un peu crispante, mais bon..., heureusement très variée.
- Les voix numérisées en français malheureusement plutôt rares (on aurait voulu en avoir plus !) sont superbes, avec de parfaites intonations et accentuations.

Les points faibles :

- Aventure très linéaire et basée sur le temps.
- C'est peut-être un soupçon lent mais c'est tellement "beau" !


[Retour en haut] / [Retour aux articles]