Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 29 mai 2017 - 02:13  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Actualité : Commodore négocie l'avenir de l'Amiga
(Article écrit par Gilles Bourdin et extrait d'Amiga News - juin 1994)


Après la liquidation de Commodore France, le processus de restructuration de la société au niveau international n'en était pas pour autant achevé. Les liquidations de Commodore Electronics Limited (CEL) et de Commodore International Limited ont suivi peu de temps après.

Ces derniers événements n'ont pas été accueillis avec enthousiasme dans le monde de l'Amiga, et ce surtout aux États-Unis. Le vent de panique en découlant restera sans doute dans les annales de l'histoire de la micro-informatique. Beaucoup pensaient alors que c'en était définitivement fini de l'Amiga.

Tout va bien en Allemagne

Et puis, il y a eu soudain cette rumeur filtrant peu à peu à travers les réseaux pour devenir une nouvelle majeure : Commodore est en train de se faire racheter par une grande entreprise coréenne de l'électronique. Début mai, les téléphones de la filiale allemande seule à donner ces nouvelles rassurantes, sonnaient à tout bout de champ et quand on avait la chance d'obtenir un interlocuteur à l'autre bout du fil, on pouvait y entendre les choses suivantes : Commodore Allemagne n'est pas concernée par la vague de liquidations au niveau américain, les affaires continuent normalement pour nous et nous n'avons pas l'intention de mettre la clef sous le paillasson.

Samsung négocie le rachat de Commodore

Des négociations sont actuellement en cours pour la reprise de Commodore par un gros investisseur asiatique. Les questions sur le nom de cette entreprise sont longtemps restées sans réponse. En fait, le personnel de Commodore Allemagne ne savait pas de qui il s'agissait, seul Alwin Stumpf, le PDG, était dans la confidence et gardait bien le secret.

Maintenant, nous savons qu'il s'agit de Samsung, géant coréen de l'électronique. Samsung est un énorme groupe qui possède environ 25 marques, c'est la 18e entreprise mondiale. Elle fut créée en 1969 et affiche une ascension fulgurante avec 45 000 personnes, 8600 chercheurs et 20 milliards de francs de budget recherche. Voici quelques chiffres :
  • Mémoires DRAM : n°1 mondial.
  • Moniteurs couleur : n°1 mondial.
  • Magnétrons : n°2 mondial (élément du micro-ondes).
  • Magnétoscopes : n°2 mondial.
  • Lecteurs VideoCD : n°3 mondial.
  • Télévisions : n°4 mondial.
  • Lecteurs CD : n°5 mondial.
Pour la petite histoire, Samsung était un des principaux créanciers de Commodore, ils fabriquaient certains de leurs moniteurs ces derniers temps.

Supprimer les filiales non rentables

Les négociations entre les deux entreprises durent maintenant depuis plus d'un mois et aucune annonce officielle ne sera donnée ni par Commodore, ni par Samsung tant que ce processus ne sera pas finalisé. Il nous faudra attendre encore quelques semaines. Nous avons appris que les exigences de Samsung pour la reprise de Commodore avaient été draconiennes et ont mené à toutes ces liquidations dont celle de Commodore France.

Le but était d'assainir la structure internationale du groupe en supprimant toutes les filiales non rentables. Parmi les sacrifiées, on retrouve Commodore France, Belgique, Australie, Suisse et CEL (Commodore Electronics Ltd.). Restent Commodore Business Machines, Commodore Allemagne, Commodore UK, Commodore Italie, Commodore Scandinavie basée au Danemark, entre autres.

Aux États-Unis, le bureau de West Chester existe apparemment encore et Dave Haynie y travaille toujours. Beaucoup de personnes ont été licenciées là-bas et il reste à espérer que la plupart d'entre elles seront rappelées quand la tempête sera passée. Avant cette liquidation, Commodore était un vaste groupe composé d'environ 35 filiales et dont la gestion nébuleuse au niveau international échappe même à la plupart des employés qui y travaillent.

Qu'en sera-t-il de l'avenir de l'Amiga ?

D'après ce qu'on a bien voulu nous dire, la base de négociations avec Samsung était le maintien de la gamme, de la CD32 à l'A4000T (actuellement disponible en petites quantités en Allemagne). C'est rassurant, car on aurait pu être tenté de penser que la reprise de Commodore par Samsung ne pourrait porter que sur certains éléments de la technologie, comme les composants AGA et AAA pour les utiliser à d'autres fins dans d'autres produits.

En fait, Samsung est en train d'acquérir les droits sur la technologie, les produits et le savoir-faire de Commodore. En attendant, la production a cessé aux Philippines et les ventes reposent actuellement sur les stocks restants. Il n'est pas encore sûr que l'usine des Philippines sera rachetée car Samsung dispose d'unités de production suffisantes pour assurer la fabrication de toute la gamme Amiga.

En France, nous attendons toujours l'ouverture de la nouvelle filiale Amiga Computerexport France SARL à Paris. Il est fort probable que cette structure de distribution ne verra le jour qu'après la fin des négociations. En attendant, les développeurs comme les revendeurs doivent s'adresser en Allemagne ou en Angleterre.

Malgré les nouvelles encourageantes reçues, la situation reste précaire et il est nécessaire d'attendre les annonces officielles de Commodore. Espérons que la procédure de rachat se terminera rapidement, que la production pourra reprendre bientôt et qu'une représentation française sera ensuite créée.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]