Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 19 septembre 2017 - 20:49  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Point de vue : Cogitare Imagina, rêverie d'un infographiste
(Article écrit par un auteur inconnu et extrait d'Amiga News - septembre 1993)


L'accession au salon Imagina est le rêve de nombreux infographistes. Afin de le faire partager à tous, voici le récit d'une aventure qui se déroule actuellement.

L'ESSAIM (École Supérieure des Sciences Appliquées pour l'Ingénieur de Mulhouse) vient d'enrichir son Association des Élèves d'un nouveau secteur d'activité : un Club Vidéo. Vous vous en doutez, le coeur du système est basé sur l'Amiga. Le but de ce club est de promouvoir notre école au travers de films, d'affiches et de plaquettes de présentation.

Notre principal objectif pour l'année 1993/1994 est de réaliser un film que nous présenterons à Imagina. Pour ceux qui ne le sauraient pas, je rappelle que le salon Imagina (qui se tient chaque année en février à Monte-Carlo) est le plus prestigieux des concours d'images de synthèse, auquel participent chaque année près de 500 professionnels de l'image. En 1993, il n'y a eu que 76 finalistes, nous avons donc plutôt intérêt à être bons si nous voulons survivre face à des machines Silicon Graphics de 300 000 FF et tous les minis habituels (ça m'étonnerait qu'il y ait beaucoup de productions sur PC - avec un très gros PC et 3D Studio, 28 000 FF rien que pour le logiciel).

Le choix de l'Amiga vient en partie du fait que pour le prix d'une station Silicon Graphics bas de gamme on peut avoir plusieurs stations Amiga largement gonflées. L'autre raison est basée sur une simple constatation : les possesseurs d'Amiga dans nos promotions sont nombreux, avec une bonne proportion d'utilisateurs chevronnés.

Voici la liste de notre matériel : Amiga 4000/68040, 18 Mo de mémoire, contrôleur SCSI-2, disque dur 1 Go, carte GVP Impact Vision (IV24), SyQuest 88 Mo externe, Imagine 2.0, TVPaint, MorphPlus, Vista Pro 3.0 (nous ne parlerons pas aujourd'hui du matériel purement vidéo (magnétoscope, etc.), ce sera pour une autre fois).

Voyons maintenant l'utilité de chacun de ces éléments : l'A4000/040 était un choix évident, pour faire de l'image de synthèse, il faut une machine rapide. Quelques chronométrages montrent qu'avec Imagine, une scène de complexité faible (moins de 2000 facettes) en suraffichage 736x566 IFF24 se calcule (en Phong) en moins de 5 minutes, ce qui est raisonnable, surtout lorsqu'on sait que le travail de modélisation sur un objet (où le talent de l'utilisateur est essentiel) peut prendre des heures voire des jours selon le tempérament de l'humanoïde qui est assis en face de l'écran.

A propos de vitesse, j'utilise depuis deux ans un Amiga 2000 avec une carte Combo 340 (68030 à 40 MHz et coprocesseur arithmétique) qui, bien que moins rapide que l'A4000/040, n'est pas très loin derrière, ce qui laisse songeur sur l'optimisation qui a été faite de la carte fille 68040 (surtout au niveau des transferts mémoire). Un petit conseil en passant, installez (ou faites-le faire par votre revendeur) un radiateur sur votre 68040, il a tendance à vraiment chauffer lors d'une utilisation intensive, ce qui le ralentit !

Revenons à nos bourdons (pardon, à nos moutons !). Admettons que l'on veuille faire une animation de 20 secondes. A 50 images/seconde, il faut calculer 1000 images. Or une image 736x566 IFF24 fait environ 900 ko. Au total on obtient 900 Mo. Donc le disque dur de 1 Go est plus qu'indispensable. Pour faire des affiches (représentant des abeilles par exemple), il faut gérer des fichiers 24 bits décompressés de 2048x1366 qui occupent une place de 11,2 Mo chacun. MorphPlus (que l'on utilise comme Art Department Pro, il y a peu de différences) a besoin de mémoire contigüe pour stocker ces 11,2 Mo, avec un peu de mémoire supplémentaire pour Morph (le programme de déformation) et Fred (l'éditeur d'animation). Ajoutez à cela des tonnes d'utilitaires DP qui fonctionnent en multitâche et vous obtenez 16 Mo de mémoire Fast (en rajoutant des barrettes par pallier de 4 Mo, donc 12 Mo auraient été trop justes) plus 2 Mo de mémoire Chip, pour un total de 18 Mo.

Pour dessiner, retoucher ou faire des compositions d'images, nous utilisons TVPaint. Il permet de gérer les images 2048x1366 dont nous avons besoin, mais pas entièrement en mémoire (nous n'avons "que" 18 Mo :-)), on n'édite donc qu'une portion d'image à la fois, à partir du disque dur. C'est pour cette raison que nous avons une carte contrôleur SCSI-2 Oktagon, car on passe beaucoup de temps à charger et sauvegarder des fichiers énormes (attention : la carte SCSI-2 Oktagon est bon marché mais elle est limitée à des taux de transfert de 2 Mo/s car elle transmet les données en 16 bits, même sur un bus Zorro III).

En ce qui concerne TVPaint, je pensais sincèrement, avant de l'avoir essayé, qu'Amiga News et Amiga Revue en disaient tellement de bien uniquement parce que c'était un logiciel français. En réalité ce logiciel est une véritable bénédiction. Tout y est convivial, même les opérations à priori complexes. TVPaint n'a qu'un seul défaut, son mode de protection : un dongle qui bloque le port manette. Bien que le mode d'emploi clame que c'est une oeuvre d'art unique (c'est vrai qu'il est joli) et qu'un dongle passerelle soit disponible en option, il n'en reste pas moins que c'est une source de problèmes pour l'utilisateur.

Un point important est le fait que TVPaint existe sur la plupart des cartes graphiques, donc même si on change de carte, on garde les mêmes habitudes. Concernant l'assistance technique, on peut avoir au téléphone le programmeur, ce qui garantit une bonne adéquation offre-demande au niveau des fonctions du logiciel. En plus, il y a des Magic Numbers (les adorateurs de Sculpt 4D apprécieront !), que demander de plus ?

Maintenant, vous vous posez certainement l'éternelle question (Confucius a été le premier à se la poser (sous réserves)) : pourquoi un SyQuest 88 Mo alors qu'un SyQuest 105 Mo vient de sortir ? Parce que le 88 Mo est compatible avec le 44 Mo et que tous les flasheurs et professionnels de l'image (sur Amiga ou sur Mac) sont équipés soit d'un 88 soit d'un 44 Mo, alors que presque personne n'a encore le 105 Mo qui n'est compatible qu'avec lui-même.

Voyons maintenant l'Impact Vision (IV24). C'est une carte multifonction qui regroupe un désentrelaceur, un frame-buffer 24 bits (16 millions de couleurs), un frame-grabber (capture d'image en temps réel), un PIP (Picture In Picture) et un genlock incrustateur. Lorsque l'IV24 est présente, la plupart des résolutions spécifiquement AGA sont désactivées (Double PAL, HAM8, etc.) ce qui n'est pas grave puisque l'affichage IV24 est meilleur.

En ce qui concerne le frame-grabber, une comparaison avec le DCTV peut s'avérer intéressante : l'IV24 capture une image "au vol", sans qu'on ait besoin d'avoir un magnétoscope avec une pause parfaite, alors que le DCTV a besoin d'un signal stable pendant 6 à 10 secondes. 1 à 0 pour l'IV24. Lorsqu'on a un signal très propre en entrée (caméscope en "direct") le fichier IFF24 généré par le DCTV est meilleur (plus propre) que celui de l'IV24. Un point partout. Ce dernier point peut être gênant si on a besoin de récupérer souvent des images via une caméra. C'est l'un des (très) rares aspects négatifs de l'IV24, qui par ailleurs respire le professionnalisme de tous les côtés, depuis l'interface vidéo qui ne dégrade pas le signal, en passant par le mode d'emploi (très clair, et qui explique ce dont est capable l'IV24, ainsi que (chose rare !) ce dont elle est incapable (faire un steak frites, par exemple...) jusqu'à l'affichage et au genlock qui sont de qualité Broadcast.

Tous ces outils vont permettre aux sculpteurs virtuels que nous sommes de clamer haut et fort, au nom de tous les amigaïstes de l'univers, à quel point notre machine est formidable.

A bientôt pour la suite des opérations, notamment l'enregistrement des images sur bande.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]