Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 16 janvier 2022 - 10:48  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec David Pleasance et Colin Proudfoot
(Article écrit par Trevor Dickinson et extrait de Amiga Future - février 2017)


Note : traduction par David Brunet.

Classic Reflections, 30e partie : une entrevue avec David Pleasance et Colin Proudfoot, anciens directeurs associés de Commodore UK

Commodore

David Pleasance et Colin Proudfoot
David Pleasance et Colin Proudfoot de Commodore

Cette édition de ma série Classic Reflections est un peu différente et prend la forme d'une entrevue avec les anciens directeurs généraux de Commodore UK qui, avant la faillite de la société mère, était la division la plus prospère de Commodore et a vendu plus d'ordinateurs Amiga que toute autre unité opérationnelle. Après la faillite de Commodore, ils ont fait une offre honorable pour acheter les actifs de Commodore et, à un moment donné, il semblait qu'ils disposaient de l'offre gagnante et qu'ils allaient poursuivre le riche héritage de l'Amiga. Malheureusement, cela ne fut pas le cas et leur proposition fut contrecarrée par une offre de dernière minute d'Escom AG, un fabricant allemand de PC, qui devint le nouveau propriétaire de l'Amiga. Le reste, comme on dit, appartient à l'histoire. Ces dernières années, j'ai appris à bien connaître les deux hommes et nous avons échangé des histoires sur le bon vieux temps en discutant jusqu'aux aurores autour de quelques verres. Ce sont David Pleasance et Colin Proudfoot et voici leur histoire à propos de Commodore et de l'Amiga.

--- Les années dorées ---

- Tout d'abord, pour faciliter l'entretien, pouvez-vous nous parler de vos différents parcours (lieu de naissance, éducation, qualifications professionnelles, etc.) et de la façon dont vous avez commencé à travailler pour Commodore ? David, pourquoi ne pas commencer par vous puisque vous avez commencé à travailler chez Commodore UK en 1983 et que vous avez occupé un certain nombre de postes avant de devenir parallèlement codirecteur général de Commodore UK. Colin n'a pas rejoint Commodore UK avant 1992 et devra probablement s'abstenir de répondre aux premières questions. Le cas échéant, j'ai ajouté quelques notes ou commentaires de mon propre chef.

David Pleasance : Oui, je suis né à Great Yarmouth, Norfolk, au Royaume-Uni. J'ai reçu une éducation de base dans un lycée, mais à l'âge de 17 ans, j'en ai eu assez du Royaume-Uni et, en tant qu'adolescent typique, j'étais un rebelle, alors j'ai émigré en Australie où j'ai appris beaucoup plus à l'Université de la Vie. À l'âge de 20/21 ans, je suis devenu musicien professionnel, jouant de la guitare flamenco. Je suis retourné au Royaume-Uni en route pour l'Espagne afin d'étudier davantage le flamenco, je me suis marié et j'ai trouvé un vrai travail. J'ai travaillé pour le groupe Provident puis je suis retourné en Australie où j'ai rejoint Bankcard (le précurseur des cartes de crédit avant l'arrivée de Visa et Mastercard en Australie). J'ai ensuite décidé de me lancer dans la vente et la commercialisation de produits tangibles (par opposition aux produits financiers) et j'ai donc rejoint 3M, d'où j'ai été recruté par Pioneer Electronics. J'ai été nommé directeur général de leur ligne de stéréo pour voitures.

En 1983, ayant décidé de rentrer au Royaume-Uni, j'ai passé sept semaines à parcourir le monde pour déterminer ce qui serait probablement la prochaine grande nouveauté, et c'est alors que j'ai décidé de faire carrière dans l'informatique. Il n'y avait pas d'Internet à l'époque, bien sûr, et c'est la publicité dans les journaux qui m'a conduit à un agent de recrutement à Londres qui venait d'être nommé par Commodore pour trouver un spécialiste de la vente capable de vendre des produits professionnels sur le marché de masse. Il s'agissait du PET et d'imprimantes matricielles, de lecteurs de disquette externes, etc. Moins de trois mois plus tard, je fus nommé responsable des comptes nationaux pour les produits grand public, vendant des VIC-20 et le nouveau C64 aux grandes chaînes de magasins et aux cinq distributeurs de l'époque qui s'occupaient des centaines de détaillants indépendants vendant des produits Commodore.

David Pleasance
David Pleasance arborant le Royal Warrants of Appointment
qu'il reçut pour Commodore UK en 1984


Colin Proudfoot : Je suis né très jeune. J'ai passé beaucoup trop de temps en France, ce qui m'a donné le goût des vins chers. Après avoir obtenu mon diplôme universitaire en 1976 (licence en économie, licence en ingénierie avec un mineur en français), je suis devenu consultant en services de gestion, servant d'intermédiaire entre les fous de l'unité informatique et les hommes d'affaires qui essayaient de faire bouger les choses. Nous avons inventé notre propre système ERP, j'ai écrit un système MRP, et je suis devenu accro à la technologie. Je me suis qualifié en tant que comptable de gestion certifié, car la plupart des systèmes étaient basés sur la finance à cette époque.

J'ai ensuite travaillé pour Xerox, Wang et Compaq. Mon ami Andrew de Wang m'a demandé de rencontrer Mehdi Ali un jour à Heathrow en 1992, car ils avaient des problèmes de régularisation de stocks à Braunschweig (Allemagne). Mehdi Ali a dit "Andrew sait que si tu te plantes, je le vire. Sois à Amsterdam à 8h00 demain matin." J'ai passé six mois à Braunschweig dans l'usine de production de Commodore, puis j'ai été transféré au Royaume-Uni pour aider à résoudre les problèmes là-bas. Je suis devenu directeur financier et, après le départ de Kelly Sumner, je suis devenu codirecteur général.

- L'un d'entre vous a-t-il rencontré ou travaillé avec le légendaire/notoire Jack Tramiel et, si oui, quelle était votre opinion sur lui en tant qu'homme d'affaires ?

David Pleasance : Oui, j'ai rencontré Jack, bien que brièvement, sur le stand Commodore au CES de Las Vegas en janvier 1984. Il était assez féroce, voire bourru dans ses manières, il ne semblait pas souffrir les imbéciles et tout le personnel autour de lui semblait avoir peur de lui. Je me souviens avoir pensé : "Maintenant je sais pourquoi on lui attribue la phrase "Les affaires, c'est la guerre"". Peu après, il a quitté la société et je ne l'ai plus jamais revu.

Jack Tramiel
Jack Tramiel

- Irving Gould était le mystérieux financier derrière l'ensemble des affaires chez Commodore. Est-ce que l'un d'entre vous l'a déjà rencontré ou a eu une relation de travail étroite avec lui ?

David Pleasance : Encore une fois, oui, je l'ai régulièrement rencontré, à la fois dans son bureau de New York (où Mehdi Ali était basé) et aussi au CeBIT à Hanovre chaque année, où Commodore avait un stand permanent.

Irving Gould
Irving Gould, président du conseil d'administration de Commodore

- Nous, les amigaïstes, sommes naturellement intéressés par l'Amiga, mais Commodore UK était un important vendeur de machines Commodore 8 bits. J'ai personnellement acheté un PET, un C64 et un C128 lorsque je vivais au Royaume-Uni. Quelle était l'importance de la gamme 8 bits dans l'activité de Commodore UK ?

David Pleasance : Elle était vitale, car c'est grâce à cela que nous avons construit une base de revendeurs indépendants forte et farouchement loyale, qui a constitué l'épine dorsale de l'activité au Royaume-Uni. Ils ont acquis une connaissance approfondie du secteur et de l'aspect technique de l'activité (là où les chaînes de magasins se contentaient d'enregistrer la transaction à la caisse et de placer les articles dans des sacs).

- Quelle était votre relation, le cas échéant, avec l'équipe de développement originale de l'Amiga en Californie ?

David Pleasance : Au moment où la société Amiga est passée sous la marque Commodore et a déménagé à Westchester (État de New York, aux États-Unis), il ne restait plus que quelques concepteurs/développeurs d'origine. J'ai rencontré quelques-uns des ingénieurs embauchés par Commodore lors de deux voyages à Westchester, alors que j'établissais des relations avec certains des ingénieurs logiciels dans le cadre de ma mission visant à me rapprocher de la communauté des développeurs de jeux au Royaume-Uni.

- Quelle fut la véritable raison pour laquelle Commodore UK a créé le modèle Amiga 1500 ?

David Pleasance : Je ne peux pas répondre à cette question de manière significative car cela s'est passé pendant mon mandat de directeur des ventes et de la commercialisation de la division des produits grand public et les Amiga 1000 (et suivants) n'étaient pas dans ma gamme (à l'époque).

[Trevor Dickinson : Le modèle Amiga 1500 est unique au Royaume-Uni et était un Amiga 2000 recarrossé avec deux lecteurs de disquette et aucun disque dur ou contrôleur. Il a été suggéré que l'Amiga 1500 était la réponse de Commodore à la concurrence de l'A1500 de Checkmate Digital qui était à base de carte mère d'A500. Apparemment, Commodore était préoccupé par le fait que le Checkmate A500 aurait un impact négatif sur les ventes de son modèle A2000, plus rentable. Si c'était le cas, il n'avait pas à s'inquiéter car seulement 400 unités de Checkmate A1500 furent vendues].

A1500 A2000
L'Amiga 2000 et l'Amiga 1500

- Pourquoi pensez-vous que Commodore a fait de vous des codirecteurs généraux de Commodore UK plutôt que de nommer le traditionnel directeur général et son adjoint ?

David Pleasance : La réponse est simple : c'est ce que j'ai demandé à l'époque. J'avais déjà refusé le poste de directeur général du Royaume-Uni, juste après avoir été nommé directeur général de Commodore International Limited (CIL) à Bâle, en Suisse, en 1990. Cette fois-ci, je n'ai pas eu le choix, Mehdi Ali a insisté pour que je prenne le poste de directeur général, car il savait déjà que Commodore avait de gros problèmes financiers et il voulait que je prenne le contrôle du Royaume-Uni (notre marché le plus important et le plus fort), car je l'avais construit jusqu'à cette position. Cependant, même si je sais lire un bilan, etc., je ne suis pas une personne tournée vers la finance et j'ai besoin d'être libre de me concentrer sur les ventes pour aider à générer des revenus pendant cette phase critique. J'ai donc insisté pour que Colin Proudfoot soit nommé codirecteur général et je suis incroyablement heureux que nous l'ayons fait.

Colin Proudfoot : On avait des compétences complémentaires dans différents domaines. On formait une super équipe. La philosophie de Mehdi Ali était de diviser, créer des conflits et ainsi contrôler. Chaque filiale était mise au défi de rivaliser avec les autres. Il n'y avait aucun échange d'idées. Mehdi Ali n'a jamais imaginé que David et moi nous entendrions et conspirerions pour diriger une grande opération...

- Commodore UK commercialisait-il uniquement des produits destinés aux clients britanniques ou votre zone d'activité s'étendait-elle au-delà du Royaume-Uni ?

David Pleasance : Malheureusement, j'ai eu beau essayer (plusieurs fois en fait) de convaincre Mehdi Ali de faire en sorte que nous reproduisions nos stratégies commerciales (qui ont connu un énorme succès) dans toute l'Europe, il était trop timoré pour le faire et cela ne s'est donc jamais produit. Commodore UK s'est cependant rendu chez Commodore France et Commodore Italie à plusieurs reprises pour former leurs équipes de vente et de commercialisation.

Colin Proudfoot : Nous vendions également au Moyen-Orient et en Afrique. Notre distributeur koweïtien était l'un des débiteurs dans la liquidation de Commodore. Pendant l'opération Tempête Du Désert, l'armée irakienne a fait une descente dans l'entrepôt de notre distributeur koweïtien et a cru que le stock de moniteurs 1084S était des téléviseurs. Quand ils n'ont pas réussi à les faire fonctionner, ils les ont détruits. Notre distributeur koweïtien a déclaré que le stock était un dommage de guerre et a refusé de payer. Il a dit que nous pourrions obtenir des réparations des États-Unis. Nous avons effectivement recouvré cette dette.

- Je pense que vous avez tous deux détenu plusieurs postes simultanés dans l'organisation de Commodore. Y avait-il une raison particulière à cela ?

David Pleasance : Pendant l'année (1992) où j'étais vice-président des produits grand public chez Commodore Inc. (pour régler le problème des ventes dans lequel la branche américaine responsable des ventes nous avait mis), j'ai conservé le titre de directeur des ventes et de la commercialisation de Commodore UK parce qu'ils ne voulaient pas recruter quelqu'un pour faire ce travail, mais préféraient que je voyage (parfois deux fois par semaine !) entre Westchester et Maidenhead, notre base britannique.

- Commodore UK a été crédité de la commercialisation de plusieurs lots Amiga tels que le lot A500 Batman. Qui a eu l'idée de la promotion de l'Amiga Batman et a-t-elle vraiment été un succès ? De quels autres lots Amiga à succès vous souvenez-vous ?

David Pleasance : Je suis coupable ! Si j'ai un titre de gloire au sein de Commodore, c'est parce que j'ai décidé que la meilleure façon de vendre des ordinateurs domestiques était de les commercialiser pour ce qu'ils pouvaient faire pour vous ; c'est moi qui ai inventé la phrase "Désormais, nous ne vendons pas des ordinateurs, nous vendons des rêves". Le Batman Pack a été la première manifestation de ce stratagème commercial et il a connu un incroyable succès. Nous avons vendu 186 000 lots Batman au cours de la période de douze semaines précédant Noël et nous en aurions vendu davantage si nous avions eu plus de stock (même si j'avais sous-estimé le volume que nous allions vendre).

Batman Pack
Le lot A500 Batman Pack

Il est agréable de savoir que nous avons été la première entreprise à adopter cette stratégie et que nous avons ensuite regardé tout le monde faire de même. Non seulement c'était un très bon moyen de vendre des produits Amiga, mais cela signifiait également que nous étions en mesure de commercialiser et de vendre en très grand nombre de notre vieillissant C64 - nous avons gardé ce produit en vie et nous en avons vendu deux bonnes années après sa date de péremption.

Colin Proudfoot : David est le roi des lots.

Mindbenders
Le lot Mindbenders pour C64 en 1990

- L'un des plus intelligents et insolents coups commerciaux de Commodore UK fut le lancement de l'Amiga CD32 en se moquant de Sega qui était un concurrent majeur à l'époque. Pouvez-vous expliquer cette campagne et dire qui en a eu l'idée ?

David Pleasance : Ah ah, oui, c'était dû à un certain nombre d'événements qui se sont produits au moment le plus opportun (nous avons eu beaucoup de chance). La sortie de la CD32 ayant été avancée de plusieurs mois (une autre initiative folle de Mehdi Ali), ma formidable équipe commerciale dirigée par Dawn Levack avait réservé le Science Museum et le présentateur de télévision Chris Evans pour faciliter le lancement. Environ trois semaines avant le lancement, une entrevue de Tom Kalinski, président de Sega USA, fut publiée dans un magazine britannique consacré aux ordinateurs personnels. Il y déclarait que la technologie CD 32 bits était impossible à réaliser, que si quelqu'un pouvait le faire, ce serait Sega, et qu'ils n'avaient rien prévu. Ce fut un incroyable coup de chance pour nous, car nous pouvions désormais citer Sega.

Chris Evans
David Pleasance avec le présentateur Chris Evans

J'ai ensuite reçu un appel téléphonique d'une personne avec qui j'avais déjà fait affaire et qui possédait plusieurs grands panneaux d'affichage au Royaume-Uni, me proposant une remise de 50% sur des panneaux d'affichage de 3x96 feuilles (le plus grand format) dans le centre de Londres (dont l'un se trouvait directement devant le siège social de Sega UK). Cette offre était trop belle pour être refusée. Au même moment, notre agence de publicité Laing Henry imagina un jeu effronté sur les publicités de Sega qui, grâce à la déclaration de Tom Kalinski, signifiait que nous pouvions, si nous avions "les couilles", l'utiliser. J'avais les couilles !

David Pleasance et Colin Proudfoot
David Pleasance et Colin Proudfoot lors du lancement de la CD32

Critical Zone Dangerous Streets CD32 Spectacular Voyage
Divers lots pour la CD32

Colin Proudfoot : Notre agence de publicité nous a aidé à nous concentrer sur le mème Sega - "to be this good will take ages" (Être aussi bon prendra des lustres) qui ont ensuite tourné en Sega, vous pouvez les trouver en ligne*. Notre agence nous a appelés un jour, fin novembre, pour nous dire que le panneau d'affichage de 12 mètres devant le siège de Sega avait été décommandé et qu'il était disponible pour décembre. Nous avons répondu "Putain, oui !", et nous avons affiché notre publicité pour Sega Ages CD32. Je pense qu'ils ont appelé dans les 30 minutes pour se plaindre.

[*Trevor Dickinson : le slogan de Sega était "To be this good takes ages, to be this good take Sega" qui fut remplacé par "To be this good will take Sega ages" ("Pour être aussi bon, il faut des lustres. Pour être aussi bon, il faut Sega", qui a été détourné en "Pour être aussi bon, il faut des lustres à Sega"].

Publicité CD32 pour Sega Publicité CD32 pour Sega
Publicités de la CD32 à l'intention de Sega

--- Les temps difficiles ---

- Au début des années 1990, Irving Gould embaucha des PDG les uns après les autres pour la société mère Commodore avant de se fixer sur Medhi Ali. Cette rotation constante des dirigeants a-t-elle eu un effet sur votre activité Commodore au Royaume-Uni ?

David Pleasance : Oui, bien sûr. Tout d'abord, sous Thomas Rattigan, nous avons fermé notre base de fabrication au Royaume-Uni, un site de 10 acres construit à cet effet à Corby dans le Northamptonshire, où, du jour au lendemain, nous sommes passés d'environ 560 employés à seulement 13. Pour être honnête, après l'éviction de Jack Tramiel, l'équipe de direction était largement incompétente, n'avait jamais eu de plan d'affaires et, à mon avis, elle passait d'une décision folle à une autre. Cela dit, au Royaume-Uni, nous avions conçu un modèle d'entreprise solide et ciblé, soutenu par un secteur commercial intelligent et efficace, et malgré les lacunes de Corporate Commodore, nous avons continué à construire une entreprise de 100 millions de livres sterling de chiffre d'affaires.

Commodore
Annonce de la fermeture de l'usine de Commodore à Corby (début 1986)

Colin Proudfoot : C'était avant mon arrivée. En arrivant dans le régime de Mehdi Ali, je savais qu'il avait un personnel réduit au minimum, il avait 70 cadres mondiaux qui lui rapportaient directement. Il renvoyait la majorité de ses subordonnés directs (cadres) chaque année. Je travaillais sur la base que chaque mois serait mon dernier.

- Au cours de la même période, Commodore UK était considérée comme la division la plus rentable de l'empire Commodore. Est-ce réellement vrai et si oui, quelle a été la raison de votre succès ?

David Pleasance : Je ne sais pas vraiment comment répondre à cette question. Nous avons réalisé un chiffre d'affaires de 100 millions de livres sterling et contrôlé de manière sûre nos frais généraux. Cependant, nos résultats bénéficiaires enregistrés au Royaume-Uni dépendaient du prix de transfert appliqué (par la société mère Commodore), et cela variait en fonction des besoins de la société. Lorsque Colin et moi avons enregistré notre intérêt en tant que candidats potentiels pour les actifs mondiaux de Commodore, nous avons reçu les registres de ventes de toutes les filiales, et il n'y a aucun doute que le Royaume-Uni était l'entreprise la plus importante.

Colin Proudfoot : Ce n'est pas vraiment exact. Il faut définir ce qui est rentable du point de vue de l'entreprise. Commodore avait une structure d'entreprise complexe d'évasion fiscale, ce qui signifie que tous les bénéfices réalisés l'ont été dans des juridictions exemptes d'impôts. Au Royaume-Uni, nous nous sommes battus avec les autorités fiscales du gouvernement qui prétendaient que Commodore fraudait le Royaume-Uni par sa politique de prix de transfert. Je dirais, comme le prouve le fait que les créanciers britanniques ont reçu un paiement d'environ 70% de leurs dettes, alors que tous les autres créanciers de Commodore n'ont rien reçu, que le Royaume-Uni était l'entité Commodore la plus responsable sur le plan fiscal. Nous pensons également que nous avions le marché le plus loyal et le plus prospère.

- Malgré le manque de succès de Commodore sur le marché américain, la marque Commodore était très respectée en dehors des États-Unis, tant sur le marché des jeux que sur celui des affaires. Selon vous, pourquoi était-ce le cas ?

David Pleasance : Je pense que Commodore aurait et devait avoir un succès aussi énorme au sein du marché américain de la même manière que le reste du monde, si ce n'est l'ineptie et la complaisance de Commodore Inc., la division des ventes américaines. Nos produits étaient (certainement à l'époque du VIC-20 et du C64) les meilleurs au monde.

Colin Proudfoot : En 1992, Commodore était le numéro 2 des vendeurs de PC en Europe, juste derrière IBM. En tant que producteur à faible coût, alors que le marché des PC se développait, Commodore avait une longueur d'avance. Cependant, un manque de concentration et de stratégie a fait perdre cette avance et a conduit à la chute.

[Trevor Dickinson : Commodore UK a produit trois modèles de PC. Le PC10, PC20 et PC30 qui étaient fournis selon un code couleur suivant le modèle et des périphériques de couleur similaire afin de permettre aux clients d'identifier facilement quel périphérique était compatible avec le modèle qu'ils possédaient.]

PC10 PC10, PC20 et PC40
Le PC10 et les autres modèles de PC de Commodore

- Commodore UK a été l'une des premières entreprises à parrainer une grande équipe de football anglaise en payant pour que le nom de "Commodore" figure sur les maillots de Chelsea FC en 1987. Comment cela s'est-il produit et qui en a eu l'idée ?

David Pleasance : Je suis presque sûr que c'était une initiative de Steve Franklin. Il fut approché par John Shaw, qui était alors directeur commercial de Chelsea FC.

Colin Proudfoot : L'affichage de la marque pour créer une illusion de taille et de pénétration du marché peut être puissante. Le parrainage du football était un moyen efficace d'obtenir la reconnaissance du nom et la notoriété de la marque, le coût par minute de visibilité ("eyeball"), comme le disent les gens des médias, était très rentable.

Chelsea
Les maillots de Chelsea

- Le parrainage de Chelsea s'est poursuivi jusqu'en 1994 et, en 1993, le nom "Amiga" et le logo "Commodore" sont apparus sur le maillot. Il existe une histoire intéressante sur le nom Amiga et la finale de la Coupe d'Angleterre 1994. Voulez-vous partager cette histoire ici ?

Colin Proudfoot : En tant que partenaire d'une grande équipe de football de Premiership, Commodore a accepté de verser des primes de victoire, en fonction du succès de l'équipe. Par exemple, gagner la FA Cup rapporterait un million de dollars, être finaliste rapporterait 500 000 dollars. De même, remporter le championnat de Premiership rapporterait un million de dollars, la deuxième place moins, etc. En tant qu'hommes d'affaires responsables, que faites-vous ? Bien sûr, vous allez à la Lloyds de Londres et vous vous assurez contre le risque. Or, comme le savent tous ceux qui ont fait une réclamation sur leur police d'assurance, si vous faites une réclamation, la prime augmente. Que faire ? Heureusement, pour les cadres britanniques prudents sur le plan fiscal, il existe une autre solution : appelez votre preneur de paris. Cependant, l'industrie du pari ne prend pas à la légère le fait de parier pour compenser quelques millions de dollars de responsabilité. Nous avons établi que l'écart entre les primes offertes par Lloyds et les cotes disponibles sur le marché des paris était suffisamment important pour compenser le coût de l'embauche de nos consultants. À la minute donnée de l'heure donnée, le jour donné, 40 consultants ont parié sur la victoire de Chelsea. Nous avons économisé 40 000 dollars. En 30 minutes, Chelsea était devenu le favori de la ligue et de la coupe. Ne vous fiez pas aux preneurs de paris !

Chelsea était un autre exemple de l'excellent travail d'équipe entre David et moi. J'aime tous les sports, alors que David s'y intéresse peu. J'ai donc naturellement reçu la lourde tâche d'être vice-président du Chelsea Football Club (ce poste va de pair avec le parrainage des maillots). Donc, à chaque match à domicile, je devais me rendre à Chelsea en voiture et me garer dans le parking des dirigeants, sous la tribune principale. Accueillir une table pour le déjeuner, être diverti par d'anciens joueurs, me mêler à d'autres invités VIP (comme, à quelques occasions, le premier ministre, des vedettes de la télévision, des acteurs de cinéma, etc.). Puis, après le match, sélectionner les lauréats du prix de "l'homme du match" et discuter avec quelques joueurs de Chelsea tout en consommant davantage de boissons et d'amuse-gueules. Un travail difficile mais quelqu'un devait le faire !

[Trevor Dickinson : En 1994, Chelsea n'a pas gagné la ligue, terminant 14e, mais ils ont atteint la finale de la FA Cup anglaise en perdant 4-0 contre Manchester Utd. Bien que Chelsea ait perdu, Commodore UK a quand même économisé beaucoup d'argent avec cette police d'assurance non conventionnelle ;-)].

- Quels modèles de Commodore 8 bits et/ou d'Amiga ont été réellement fabriqués au Royaume-Uni ?

David Pleasance : Les VIC-20, C64, C128 et Plus 4 furent tous fabriqués dans notre propre usine à Corby. L'Amiga l'était par assemblage par un tiers.

Colin Proudfoot : Les seuls ordinateurs Amiga qui ont été fabriquées au Royaume-Uni étaient les A1200.

Desktop Dynamite
Le lot Desktop Dyamite pour A1200

- Qu'est-il arrivé à l'A600 numéro de série "1" qui aurait résidé dans le bureau du directeur général de Commodore UK ?

David Pleasance : Aucune idée, désolé.

[Trevor Dickinson : David Pleasance ne sait peut-être pas où se trouve l'A600 numéro de série 1, mais à une époque, il possédait le millionième A500 qui était de couleur or. Cependant, il l'a donné comme prix lors d'un concours pour l'un des principaux magazines Amiga. David, comment avez-vous pu faire ça, imaginez ce que ça vaudrait aujourd'hui ! ;-)]

- Combien d'Amiga avez-vous réellement vendus via Commodore UK ?

David Pleasance : Très difficile de répondre car j'étais en dehors du bureau britannique pendant deux ans en tant que directeur général de Commodore International Limited basé à Bâle en Suisse, puis un an en tant que vice-président de Commodore Inc. à Westchester, aux États-Unis.

[Trevor Dickinson : L'édition de juin 1993 du magazine Amiga Format estimait que 1,5 million d'Amiga avaient été vendus au Royaume-Uni jusqu'au premier trimestre de 1993. Et 1,3 million vendus en Allemagne, le deuxième plus grand marché Amiga. Il était estimé qu'un total de 4,85 millions d'ordinateurs Amiga avaient été vendus dans le monde à cette époque].

--- La faillite ---

- Les amigaïstes associent généralement Medhi Ali à la chute de Commodore. Est-ce une analyse juste ? Pourquoi Irving Gould a-t-il fait venir Mehdi Ali à Commodore ?

David Pleasance : Je pense que Commodore était voué à l'échec bien avant que Medhi Ali ne devienne président, car ils n'ont jamais eu de plan d'affaires ou de feuille de route sur lesquels travailler. Medhi Ali a certainement été le dernier clou du cercueil, car il avait de très mauvaises capacités de jugement, en particulier dans le recrutement du personnel senior. Il n'a jamais essayé de comprendre le secteur dans lequel nous étions, et comme il aimait jouer le jeu du "directeur général contre un autre", il a dû accepter la responsabilité d'un résultat aussi mitigé. Il a également pris la décision de ne pas avoir d'audit externe responsable pour chaque filiale de Commodore, ce qui a certainement laissé libre cours à des activités imprudentes dans certaines filiales.

Irving Gould a également été incroyablement irresponsable dans son attitude envers Medhi Ali, même si de nombreuses personnes, dont moi-même, n'ont cessé d'essayer de lui parler des nombreuses failles dans les attributions de Medhi Ali, mais il a tout simplement refusé d'écouter, et ce, à chaque fois.

Mehdi Ali et Irving Gould
Mehdi Ali et Irving Gould

Colin Proudfoot : Mehdi Ali a été engagé comme consultant en restructuration pour réorganiser les finances de Commodore. Irving Gould s'est rapproché de Mehdi Ali et l'a nommé PDG. Mehdi Ali était un banquier d'entreprise, pas un technologue. Il n'avait aucune vue sur les émotions ou le fanatisme qui, par exemple, ont ramené Apple d'entre les morts. Amiga était une technologie bien meilleure et bien plus en avance sur son temps. Dans notre plan de rachat au Royaume-Uni, nous avons inclus un rapport d'experts indépendants en technologie, commandé par Mehdi Ali et Lewis Eggebrecht pour évaluer la technologie Commodore. Le rapport était élogieux. Nous avons levé 50 millions de dollars en utilisant ce rapport. Mehdi Ali n'a pas levé l'argent pour sauver Commodore.

[Trevor Dickinson : Dans l'édition de Noël 1993 du magazine Amiga Format, qui était à l'époque le magazine Amiga le plus vendu au monde avec un tirage mensuel de 140 299 exemplaires, Dave Roberts écrivit ceci dans son article :
"Laissez-moi vous parler d'une récente présentation faite par les gens de Commodore : les invités de la firme étaient les grands de la communauté des développeurs de logiciels européens. L'idée était de leur faire comprendre le potentiel de la nouvelle génération de machines de Commodore, la CD32. N'oubliez pas ce fait, il pourrait s'avérer difficile à saisir un peu plus loin. Le point culminant de la réunion fut une présentation par le directeur général de Commodore au Royaume-Uni, David Pleasance. Malheureusement, M. Pleasance dut se battre contre des murmures et du chahut dans l'assistance. Encore plus malheureux, des fautes furent commises par son patron, Medhi Ali de Commodore US. M. Ali était vraisemblablement présent pour ajouter du poids à cette présentation. Ce qu'il apporta, selon de nombreux éditeurs présents, ce fut une mauvaise attitude, et ce qu'il laissa derrière lui fut un goût très désagréable dans la bouche. Outre le fait qu'il rendit la vie difficile à M. Pleasance en sapant publiquement son autorité (un éditeur m'a dit que son intervention était si embarrassante qu'il a rougi à un moment donné), M. Ali contraria également au moins un des éditeurs (des éditeurs qui, rappelons-le, furent invités à la conférence et avaient pris le temps et la peine d'y assister) de manière plus directe.

L'une des personnes présentes demanda à M. Pleasance combien d'A1200 avaient été vendus. Bien que la conférence portait sur la CD32, la question était pertinente car la technologie des deux produits était tellement similaire que les coûts de développement pouvaient être partagés entre les deux formats. De plus, des lecteurs de CD allaient être disponibles pour l'A1200. Malheureusement, M. Pleasance ne disposait pas de ces informations de base. Mais n'ayez crainte, M. Ali était là pour intervenir avec la réponse parfaite "L'A1200 s'est vendu à des centaines de milliers d'exemplaires et c'est tout ce dont vous devez savoir". Voilà, c'était réglé. Feu vert pour tous ces projets Amiga. Pas besoin de s'inquiéter d'investir du temps et de l'argent dans un format qui se vendit à des centaines de milliers d'unités. Les détails tels que les pays dans lesquels ces unités furent écoulées ne furent pas jugés suffisamment importants pour être divulgués. Ce fut probablement une bonne chose, cependant, car Commodore ne semblait pas avoir beaucoup de prise sur l'état de la situation dans certains territoires européens.

A un moment de la conférence, un représentant d'une société appelée Leader présenta son entreprise comme le distributeur italien de la CD32 et révéla que la machine serait livrée dans un avenir proche "lorsque le soutien logiciel sera opérationnel". M. Ali sembla plutôt surpris par cette déclaration. Il eut l'impression que la CD32 était déjà en vente en Italie et fut très perturbé d'apprendre le contraire. Il commença à réprimander le pauvre homme de Leader, l'informant que si la société ne faisait pas passer la CD32 par les canaux de distribution assez rapidement, Commodore pourrait chercher un nouveau distributeur italien. Quelle incompétence, chers lecteurs, quelle incompétence.

Cette charmante petite anecdote soulève un certain nombre d'implications inquiétantes. La première est l'énorme point d'interrogation sur les compétences en matière de communication d'une entreprise qui ne donne pas d'informations vitales sur les ventes à ses "partenaires" logiciels supposés. On peut également s'interroger sur la position d'une entreprise qui revendique des centaines de milliers de ventes mais qui ne sait pas où ses machines ont été lancées ou non. Il est également assez inquiétant que Commodore ait découvert la bourde italienne dans un forum aussi public et qu'elle n'ait eu aucun scrupule à en faire un scandale public. Mais au-delà de tout cela, il y a l'attitude qui sous-tend le commentaire "des centaines de milliers d'unités et c'est tout ce dont vous devez savoir". Commodore a besoin du soutien d'autant d'éditeurs que possible. Vous ne l'auriez pas deviné à l'attitude de cette personne qui a abandonné ses études de commerce. Il est important de souligner que la création de liens avec la communauté du logiciel est une spécialité de Commodore UK depuis quelques années. Le patron actuel, M. Pleasance, est l'un des plus grands représentants de cet art et sait combien de bonnes relations avec les éditeurs peuvent être gratifiantes. L'approche de la River Kwai Construction Company de M. Ali en matière de construction de ponts ne peut pas aider sa cause. Si M. Ali veut savoir combien de logiciels un éditeur développe pour la CD32, la machine qui fera ou défera sa société, il ne devrait pas être surpris si on lui répond "Rien du tout - et c'est tout ce dont vous devez savoir"].
- On dit que Commodore UK a été la seule filiale à survivre à la faillite de Commodore. Si c'est le cas, pouvez-vous nous expliquer comment vous avez réussi à maintenir la division britannique à flot après la faillite de la société mère ?

Colin Proudfoot : L'entité britannique a fonctionné pendant 16 mois après la faillite de la société mère. Au Royaume-Uni, la loi sur la faillite signifie qu'un directeur (nomination légale) d'une entreprise en situation d'insolvabilité est personnellement responsable envers les créanciers de toute action pouvant entraîner une perte d'argent pour eux. Dès que CIL (Commodore International Limited) a eu des problèmes, notre avocat m'a informé que Commodore UK était en situation d'insolvabilité, car nous ne pourrions probablement pas survivre à la disparition de notre société mère. En tant que directeur juridique, je me suis attaché à ne rien faire qui puisse diminuer les actifs britanniques, par exemple lorsque Mehdi Ali nous a demandé d'envoyer de l'argent que nous ne devions pas à la société mère.

Grâce à ces actions, ainsi qu'à la force et à la loyauté du marché britannique, nous avons pu faire du commerce plus longtemps avec les maigres ressources dont nous disposions. Nous croyions tous deux fermement en l'avenir de l'Amiga, et si nous pouvions maintenir le Royaume-Uni à flot jusqu'à ce que l'avenir de la société mère soit réglé, la marque aurait un excellent marché de base pour se redévelopper. Il est clair que nous voulions aussi personnellement faire partie de cet avenir. A part cela, je dirais que c'était une brillante gestion. :-)

Commodore en vente Commodore en vente
Commodore en vente

- J'ai lu qu'après la faillite de la société mère, Commodore UK a fourni une assistance matérielle et logicielle aux États-Unis et a terminé la production du FMV (module vidéo MPEG) qui n'a jamais été officiellement commercialisé par Commodore International. Est-ce réellement vrai et pouvez-vous donner plus de détails ?

David Pleasance : Pour être honnête, ce n'est certainement pas vrai à ma connaissance et c'est assez peu probable.

- Il est bien documenté que Commodore UK a tenté un rachat par la direction (MBO). Était-ce pour l'ensemble de Commodore ou seulement pour la propriété intellectuelle Amiga ? Pouvez-vous nous donner des informations sur votre propre proposition ?

Colin Proudfoot : Nous avons fait une offre pour tous les actifs de Commodore. Oui, j'ai encore une copie du plan d'affaires, mais ce serait un tout autre sujet.

Plan d'affaires de Commodore UK
Colin Proudfoot avec le plan d'affaires de Commodore UK

[Trevor Dickinson : David Pleasance et Colin Proudfoot ont élaboré un plan d'affaires complet qui montrait qu'ils avaient besoin de 50 millions de dollars pour relancer l'activité de Commodore. Ce montant comprenait 8 millions de dollars pour acheter les actifs de Commodore et le reste pour relancer la fabrication et payer les fournisseurs à l'avance. Ils ont engagé la division capital-risque de Coopers & Lybrand pour analyser leur plan et trouver des investisseurs en capital-risque et des partenaires en production afin de les aider à le réaliser. Un consortium a été formé, composé de Ridgewood Partners Ltd, une société d'investissement canadienne ayant des bureaux à New York, d'un groupe d'investissement privé britannique appelé Euromall et de New Star Electronics, une entreprise chinoise de fabrication de produits électroniques. New Star Electronics fournissait 25 millions de dollars sur les 50 millions nécessaires et fournirait à l'entreprise sa propre usine de production].

- Les journaux Amiga ont fait état de nombreuses sociétés en concurrence pour s'octroyer les actifs de Commodore, en plus de la vôtre, comme Amstrad, Philips, Samsung et CEI, etc. Qui était votre concurrent réel concernant l'offre pour les actifs de Commodore ?

Colin Proudfoot : Dans la période précédant la vente aux enchères, nous avons parlé à Gateway, Samsung, Escom et Dell. IBM était là pour protéger sa propriété intellectuelle.

Prétendants rachat Commodore
Les prétendants au rachat de Commodore

[Trevor Dickinson : Escom AG était un fabricant allemand de PC très prospère, fondé par Manfred Schmitt. En 1991, elle a commencé à fabriquer des équipements sous sa propre marque et est rapidement devenue l'un des principaux fournisseurs de PC en Europe. Son modèle d'entreprise était différent de celui des autres fabricants de PC, car il possédait sa propre chaîne de magasins informatiques pour vendre ses produits de marque et n'utilisait pas de réseau de distributeurs. En 1994, Escom avait conquis 11% du marché allemand des PC et était le plus grand fournisseur de PC aux Pays-Bas. Elle s'est étendue au Royaume-Uni en acquérant les détaillants Rumbelows et Silica pour 50 millions de livres sterling et a mis en place une usine d'assemblage et de distribution à Irvine, sur la côte ouest de l'Écosse. Fin juillet 1995, elle comptait 422 magasins de la marque Escom dans neuf pays européens et des centaines d'autres points de vente grâce à des alliances et des partenariats].

Escom Escom
Publicité d'Escom et un de ses magasins en Allemagne en 1991

- En décembre 1994, l'équipe de Commodore UK MBO a publié un communiqué de presse indiquant que vous aviez conclu un accord avec les créanciers américains et les liquidateurs de CIL pour acquérir les actifs de Commodore International. Il est évident que cela ne s'est pas produit. Aviez-vous un accord complet à ce moment-là ?

Colin Proudfoot : Cela ressemble à un communiqué commercial pour moi. Les liquidateurs des Bahamas étaient dirigés par un général de l'armée qui avait été un ministre très important du gouvernement. Il y avait un conflit entre les Bahamas et les créanciers américains, il y avait un conflit sur la loi applicable. Les actifs de Commodore UK étaient contrôlés par un liquidateur néerlandais. Escom avait déjà acheté une partie de la propriété intellectuelle en Allemagne, de sorte que l'ensemble du processus était très complexe. Nous les avons tous rencontrés à de nombreuses reprises et avons exprimé notre désir de poursuivre l'avenir d'Amiga. Je crois que toutes les parties étaient d'accord pour dire que nous étions une option susceptible de fournir le meilleur résultat pour tous. En même temps, nous essayions de travailler les détails avec nos investisseurs. Nous avons été très proches à plusieurs reprises, mais nous n'avons jamais pu mettre toutes les parties d'accord sur tous les points à la fois.

- En fin de compte, malgré une proposition d'achat et un plan de financement impressionnants, vous vous êtes retiré à la veille de l'enchère, laissant Dell, Gateway et Escom s'affronter. Pourquoi n'avez-vous pas soumis d'offre après tout votre travail ?

Colin Proudfoot : J'ai parlé à Petro Tyschtschenko lors du rassemblement Amiga 30 (à Neuss en Allemagne). Il m'a demandé pourquoi David Pleasance était en colère contre lui. Je lui ai dit qu'Escom avait volé nos partenaires chinois pour la production. Il m'a répondu "Oh ! j'ai été envoyé en Chine pour faire un marché avec cette société. Nous leur avons vendu la licence pour vendre des CD en Chine en échange d'un million de dollars, ce qui nous a permis d'augmenter notre capacité à enchérir". A l'époque, Escom ne possédait pas cette propriété intellectuelle, ce qui rendait l'affaire discutable. La société chinoise nous a dit qu'elle révoquait la promesse qu'elle nous avait faite d'investir 25 millions de dollars et de fabriquer des Amiga. Le jour de la vente aux enchères, ils se sont présentés et se sont assis avec l'équipe d'Escom. A ce stade avancé, nous n'avions nulle part où aller. Les liquidateurs ont exigé un dépôt non remboursable d'un million de dollars pour enchérir. C'est probablement pourquoi, en fin de compte, seule Escom a fait une offre.

Petro Tyschtschenko
Petro Tyschtschenko

- L'histoire retient qu'Escom a été le soumissionnaire retenu. Pour le monde extérieur, il semble qu'Escom ait payé une somme incroyablement faible pour Commodore et ses actifs. Sachant ce que vous savez maintenant, regrettez-vous de ne pas avoir fait une offre ?

David Pleasance : Colin Proudfoot et moi avions passé de nombreuses heures à élaborer notre plan d'affaires, et la seule chose que nous devions absolument prendre en compte était le fait qu'aucun des fournisseurs de composants précédents de Commodore ne nous accorderait de conditions de crédit (du moins pas au début), car ils venaient tous d'être gravement impactés et laissés avec des dettes substantielles. Colin Proudfoot a un talent financier incroyable et a calculé que nous devions payer nos composants à l'avance pendant environ sept mois, avant de pouvoir gagner la confiance de nos fournisseurs. Sept mois d'autofinancement en plus du prix d'achat des actifs = 50 millions de dollars. Pourquoi pensez-vous qu'Escom a fait faillite ?

Colin Proudfoot : Oui, mais une fois que le partenariat que nous croyions avoir établi s'est avéré faussé par Escom, nous n'avions pas le choix. Nous avons rencontré un conseiller juridique et avons envisagé d'aller au tribunal le lendemain de la vente aux enchères et de contester l'offre.

Escam, Amiga Technologies
Escom et sa filiale Amiga Technologies

Manfred Schmitt
Manfred Schmitt

- Avez-vous eu des relations ou des échanges avec Manfred Schmitt d'Escom après le rachat ?

Colin Proudfoot : Oui, j'ai été invité à le rencontrer en Allemagne après le rachat, un dimanche. C'est bizarre, non ? J'ai pris l'avion et conduit une heure jusqu'au siège d'Escom. Personne d'autre que Manfred Schmitt n'était dans le bâtiment. Nous nous sommes assis dans une grande salle de réunion, de part et d'autre de la table. Je lui ai dit que l'entité britannique avait des ressources fiscales précieuses que nous avions protégées en ne déclarant pas faillite. Elles vaudraient 10 millions de dollars pour un acheteur. Il m'a dit "Bon, j'ai besoin de vous et de David Pleasance pour diriger l'entité britannique." J'avais vu le plan d'affaires d'Escom, écrit par Petro Tyschtschenko, avec une marge brute de 7%, 4% de frais généraux et 3% de bénéfices. J'y ai vu de la fantaisie. J'ai poliment décliné son offre. Il s'est penché vers moi et m'a dit "Comment pouvez-vous rentrer au Royaume-Uni en sachant que vous avez mis toutes ces personnes au chômage en refusant de travailler pour moi ? Il vous sera impossible de dormir avec cela sur la conscience", j'ai répondu "Merci. Je ne travaille définitivement pas pour des brutes" et je suis parti. Nous pensions qu'Escom, en tant que fabricant de PC, était plus intéressé par la marque Commodore et moins par l'Amiga - bien que des gens comme Bernard van Tienan (ancien directeur de Commodore Pays-Bas) et Petro Tyschtschenko aient un certain intérêt pour l'Amiga. Nous avons tenté d'approcher Manfred Schmitt pour qu'il sépare l'Amiga de Commodore, mais Petro Tyschtschenko avait alors le mors aux dents et était contre cette idée.

Amiga News Amiga Format
Les magazines Amiga News et Amiga Format de juin 1995

Commodore racheté
Article sur le rachat de Commodore

[Trevor Dickinson: Malheureusement, Escom fut victime de son propre succès et de sa croissance rapide. Avec la concurrence accrue et l'affaiblissement du marché des PC, la société perdit le soutien de ses principaux actionnaires et créanciers et il n'y avait plus d'argent pour investir ou développer la gamme Amiga. Manfred Schmitt démissionna de son poste de PDG d'Escom en mars 1996 et la société fit faillite en juillet de la même année].

- Si votre offre avait été retenue, quels auraient été vos projets immédiats pour Commodore et la ligne de produits Amiga en particulier ?

Colin Proudfoot : C'est à David de répondre.

David Pleasance : Il faudrait beaucoup de temps pour répondre à cette question. La version courte est que nous avions déjà conçu un boîtier tour pour incorporer toutes les cartes mères Amiga (A500, A600, A1200 et la suite), avec le projet de permettre (encourager) tous les possesseurs d'Amiga de mettre à niveau vers une configuration plus élevée et d'utiliser leurs périphériques existants. Ceci devait s'étendre aux nouveaux modèles incluant l'AAA et potentiellement au-delà. Il s'agissait d'une voie de mise à niveau que nous avions prévu d'appeler "Amiga Infinity". En fait, nous étions certains que ce serait la "fin de la ligne" pour l'Amiga dans son format actuel. Nous devions passer à une meilleure technologie afin de rester en tête de la concurrence et, heureusement, nous avions Hombre en cours de développement en interne.

En 1994, Hombre était un jeu de composants d'enfer et aujourd'hui encore, il n'existe absolument rien qui s'en approche, même de loin ! En outre, j'avais conçu une stratégie spécifique pour monétiser toutes nos marques commerciales d'une manière qui aurait pu générer des flux de revenus supplémentaires importants avec un coût très minime. Les marques CBM allaient être concédées en licence à un fabricant (sélectionné) de PC et de produits liés à l'entreprise, tels que des imprimantes, des disques durs, etc. Nous recevrions une redevance pour chaque produit vendu portant notre marque, et notre seule dépense serait une petite équipe de contrôleurs de qualité pour assurer notre réputation.

En outre, nous proposerions au titulaire de la licence des marques CBM d'utiliser notre propre force de vente interne pour vendre ces produits dans nos canaux existants, moyennant une structure de commissions convenue. De même, pour la gamme et les marques Commodore, nous proposerions un accord de redevances à toute entreprise souhaitant utiliser notre nom sur les produits qu'elle voudrait fabriquer. La marque Commodore était très appréciée et était déjà distribuée dans toute l'Europe dans tous les canaux de vente d'électronique grand public. Ce système devait pouvoir s'appliquer à n'importe quel produit doté d'une prise - grille-pain, bouilloire, sèche-cheveux - et bien d'autres encore. La mise en place devait être similaire, nous percevrions des redevances et nous n'avions que des frais généraux modestes pour le contrôle de la qualité. De même, nous proposerions les services de nos équipes de vente pour vendre ces produits dans nos canaux existants, moyennant un taux de commission convenu.

Les marques Amiga offriraient une opportunité similaire, mais cette fois pour des articles tels que des vêtements de marque, des survêtements, des polos, des sweat-shirts, des T-shirts, des casquettes, etc. Une dernière initiative qui me tenait personnellement à coeur était de proposer la technologie CD... à tous les fabricants de produits hi-fi, afin qu'ils l'intègrent dans leurs systèmes stéréo au lieu d'un simple lecteur de CD ou de DVD. Cela aurait deux avantages majeurs : 1) permettre de faire baisser le coût de fabrication du CD, en fonction des volumes, et 2) finir par réaliser ce qui, même aujourd'hui, n'a pas été fait, en amenant un système informatique dans le salon du foyer moyen.

[Trevor Dickinson : Hombre était un nouveau jeu de composants graphiques 3D 64 bits RISC en cours de développement pour l'Amiga qui fut conçu par Edward Hepler en collaboration avec Hewlett Packard. Il était destiné à remplacer le jeu de puces traditionnel de l'Amiga et était prévu comme base pour la CD64, la prochaine génération de machines de jeux de Commodore et pour la construction de cartes PCI d'accélération 3D. Lors d'un entretien avec Josh Galun le 21 avril 1995, devant le tribunal des faillites américain, on demanda à Colin Proudfoot s'il pensait qu'Escom réussirait sur le marché américain très concurrentiel. Il répondit : "Vous devriez leur demander. Je ne peux que spéculer et avoir une opinion personnelle et je dirais la chose suivante : Escom a connu un succès phénoménal en tant que vendeur de PC en Europe et a développé son activité de façon spectaculaire. Où vont-ils maintenant ? Ils se tournent vers l'Amérique du Nord. Comment pénétrer le marché américain ? Peuvent-ils le faire avec un ordinateur ordinaire ("me-too") ? Non, ils ne le peuvent pas ! Ils ont donc besoin d'un produit pour se différencier du reste de la concurrence et peut-être, juste peut-être, que l'Amiga est ce produit".

- Quand avez-vous finalement quitté Commodore UK ?

Colin Proudfoot : Après avoir nommé les liquidateurs des actifs britanniques, en septembre 1995.

David Pleasance : Moi aussi.

David Pleasance et Colin Proudfoot
David Pleasance et Colin Proudfoot après leur départ de Commodore

--- FriendOS, une vie amicale après Commodore ---

- Nous, les amigaïstes, avons tendance à nous concentrer sur votre époque Commodore et Amiga. Bien qu'importants, ils n'étaient qu'une petite partie de votre carrière professionnelle globale et vous avez tous les deux évolué vers une variété d'autres intérêts. Pouvez-vous nous donner un bref aperçu de vos carrières professionnelles après Commodore ?

David Pleasance : Mon premier poste après Commodore (bien qu'en vérité j'ai investi et commencé juste avant la liquidation de Commodore UK Ltd) était en tant que fondateur et directeur général de Tangent Music Design, un studio d'enregistrement de musique sur commande (nous avons sorti le CD audio "Everybody's Girlfriend", une célébration en musique des 10 ans de l'Amiga). Nous utilisions un Amiga 4000 dans notre studio. Par la suite, je me suis remarié, je suis retourné vivre en Australie, j'ai acheté et géré un restaurant mexicain nommé "Karakas" pendant cinq ans, et j'ai fondé une entreprise en Australie pour aider les nouveaux arrivants dans le monde du travail. J'ai ensuite ouvert des bureaux à Santo Domingo, en République Dominicaine, et brièvement à Miami, aux États-Unis. Plus tard, lorsque j'ai pris ma retraite, je suis retourné au Royaume-Uni et à mes anciennes activités dans le domaine de la musique. Je suis devenu agent et promoteur, en particulier d'artistes acoustiques, dont mon fils aîné Marcel, en tant que soliste, et plus tard dans son groupe (et celui de mon deuxième fils, Emile) "The Deltaphonics", maintenant remplacé par leur nouveau groupe "Satya Dub Orchestra".

Colin Proudfoot : J'ai continué dans le domaine de la technologie, j'ai été racheté par Sun Microsystems et j'ai déménagé aux États-Unis. J'ai continué à vivre mon amour pour les nouvelles aventures et les nouvelles technologies.

- Est-il vrai que les célébrations du 30e anniversaire de l'Amiga vous ont conduit à vous impliquer dans une nouvelle coentreprise pour la première fois depuis votre époque Commodore UK ? Pouvez-vous nous en dire plus ?

David Pleasance : Oui, c'est vrai, mais au vu de la longueur de cet article, cela doit faire l'objet d'un futur article... :-)

Colin Proudfoot : Oui. Ces Norvégiens parlaient de changer le monde. J'ai dit "sans blague, c'est la quarantième fois que j'entends ça". Puis, je les ai un peu plus écoutés et j'ai réalisé, wahou, c'est pour de vrai !

- Pouvez-vous nous en dire plus sur votre nouvelle association ? Qu'est-ce que Liquid Software ?

David Pleasance : Voir ma réponse ci-dessus.

Colin Proudfoot : Alors peut-être que c'est le titre ? Qui ne voudrait pas d'une technologie omniprésente qui vous permet d'accéder aux données de n'importe quelle source ?

[Trevor Dickinson : David et Colin ont fait équipe une fois de plus pour aider à lancer la Friend Unifying Platform (FriendUP) basée sur FriendOS, un système d'exploitation Web inspiré de l'Amiga].

FriendOS FriendUP
Le bureau du système d'exploitation FriendOS

- Voici mes deux dernières questions et je vous laisse partir. Si vous pouviez revivre votre passage chez Commodore UK, que feriez-vous différemment, le cas échéant ?

David Pleasance : J'aurais dû mettre en avant beaucoup de mes idées, comme le marketing international, avec beaucoup plus de force auprès de Medhi Ali. Par exemple, la production d'une seule publicité télévisée pour tous les pays, simplement doublé dans différentes langues. Cela aurait permis à la société d'économiser une fortune. J'aurais également dû insister pour que les filiales européennes soient obligées de vendre nos lots, localisés par langue bien sûr. Je crois sincèrement que notre "formule" était adaptée à notre public cible, qui était le même dans tous les pays.

- ... et ma dernière question : pouvez-vous nous révéler d'autres anecdotes ou souvenirs particuliers de votre époque Commodore UK ?

Colin Proudfoot : Un week-end de vacances, j'étais sur le point de rentrer chez moi quand mon responsable du service client a appelé. Il m'a dit "Vous allez vouloir prendre cet appel". J'ai dit, "Il est tard, je suis sûr que vous pouvez vous en occuper, je m'en vais". Il a dit, "Non, vous devez le prendre". Il ne m'avait jamais dit quelque chose comme ça auparavant, alors j'ai dit "OK". Une dame a pris la parole et m'a demandé "C'est vous qui êtes responsable ?". Elle a demandé "Pouvez-vous prendre de bonnes décisions et faire avancer les choses ?". J'ai répondu "Je fais de mon mieux. De quoi s'agit-il ?". Elle m'a dit qu'elle travaillait pour la fondation Make-A-Wish. J'ai reconnu que j'en avais entendu parler. Elle m'a dit "Nous avons un enfant gravement malade à l'hôpital dont le souhait est d'obtenir le dernier lot Amiga 1200 Comic Relief. Ses parents ne peuvent pas se permettre de dépenser une telle somme. J'ai répondu "Je suis sûr que nous pouvons le faire. Je le ferai livrer mardi à notre retour de vacances (ce qui est bien quand on est un patron d'Amiga, c'est qu'on peut faire des choses comme ça). Il y a eu une pause, puis elle a dit "Nous ne pensons pas qu'il va vivre aussi longtemps". Toute la mansuétude s'est alors évaporée. "Oh", ai-je balbutié, "Laissez-moi travailler là-dessus et revenir vers vous". Je me suis rendu au service clientèle et j'ai dit que j'avais besoin d'un volontaire pour aller à Londres (deux heures pour l'aller et trois heures pour le retour lors d'un week-end de vacances). Je leur ai expliqué pourquoi. Ils se sont tous portés volontaires. La semaine suivante, j'ai reçu une lettre des parents. Ils m'ont dit que "lorsque l'Amiga est arrivé, le garçon a affiché le plus grand sourire de sa vie. Dès qu'il avait de l'énergie, il jouait sans arrêt. Merci d'avoir rendu les derniers jours de notre fils aussi heureux qu'ils pouvaient l'être".

Il ne s'agissait pas du tout de moi. Il s'agissait de la puissance de l'Amiga et de la magie qu'il crée, qui perdure jusqu'à aujourd'hui.

David Pleasance : Je ne peux pas surpasser cette belle histoire et je ne souhaite pas essayer.

David Pleasance et Colin Proudfoot
David Pleasance et Colin Proudfoot ancrés dans l'histoire de Commodore

- Merci David et Colin d'avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions. Bien sûr, nous ne saurons jamais si vos plans pour revitaliser Commodore et l'Amiga auraient porté leurs fruits. Cependant, cela n'empêche pas de nombreux amigaïstes de se poser la question "Que se serait-il passé si Commodore UK avait racheté Commodore ?", ce qui, je pense, témoigne de la réussite de l'entreprise Commodore UK que vous avez développée ensemble. Je vous souhaite la meilleure des chances dans votre nouvelle entreprise commune.

Note 1 : Si vous aviez assisté aux rassemblements sur le 30e anniversaire de l'Amiga à Mountain View, en Californie, ou à Neuss, en Allemagne, vous auriez aperçu Colin Proudfoot portant son maillot de football de Chelsea FC commémoratif de la finale de la FA Cup 1994, parrainé par Amiga.

Colin Proudfoot Chelsea
Colin Proudfoot avec le maillot de Chelsea, aux côtés de Bill Hart

Note 2 : Medhi Ali est cité comme l'un des directeurs de Stoneridge Partners, spécialisé dans les rachats et les recapitalisations d'entreprises. Dans son résumé exécutif sur le site Web de Stoneridge Partners, on peut lire "Mehdi est l'un des directeurs de la société depuis sa création en 1996. Mehdi a plus de vingt ans d'expérience dans l'exploitation. Il a notamment occupé le poste de président de Commodore International, où il a effectué un important revirement opérationnel." Je me demande si la faillite de Commodore a fait partie de ce revirement ?


[Retour en haut] / [Retour aux articles]


Soutenez le travail d'Obligement