Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 19 décembre 2018 - 07:26  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Programmation : C - Console.device, réception de caractères et affichage via la graphics.library
(Article écrit par Max et extrait d'Amiga News Tech - avril 1991)


Après avoir vu comment le console.device pouvait servir à l'entrée et à la sortie de caractères dans une fenêtre Intuition, il nous reste à voir comment il peut permettre, simplement et sans fatigue, de tout bonnement recevoir des caractères en entrée et les afficher à l'aide de la graphics.library.

On peut d'emblée se demander quel peut bien être l'avantage de sortir nous-même les caractères reçus, alors qu'une tâche bienveillante peut s'en occuper pour nous. D'autant plus que la gestion du curseur est automatique, de même que le "clipping" (ou devrais-je dire "wrapping" ?), le style et toutes ces sortes de choses.

Oui, mais... Avez-vous déjà essayé de positionner le curseur à une position déterminée dans la fenêtre ? Il faut envoyer une suite de codes ANSI par l'intermédiaire de DoIO(), ce qui utilise autant de mémoire. Idem pour passer en gras, italique ou souligné. Quant à changer de police de caractères ou simplement de taille des caractères, n'en parlons même pas. La méthode que nous allons voir maintenant est beaucoup plus simple à mettre en oeuvre, même si elle peut sembler plus longue. En tous cas, un de ses gros avantages est de permettre de se passer d'un MessagePort supplémentaire, toujours ennuyeux à gérer avec ses signaux particuliers. Mais lisez plutôt.

Petit détour par la graphics.library

Pour résumer la méthode, je dirais simplement qu'elle consiste à ouvrir une fenêtre Intuition de manière tout à fait normale, en spécifiant "RAWKEY" comme drapeau IDCMP. Il est évidemment possible d'en utiliser d'autres, comme MENUPICK ou INTUITICKS. Il faut simplement faire attention à bien utiliser le drapeau RAWKEY et non VANILLAKEY, qui, s'il traduit bien les codes clavier en caractères ASCII, occulte complètement au passage les touches spéciales (touches de fonction, curseur et Help).

Par la suite, à chaque message de type RAWKEY reçu, on appelle la fonction RawKeyConvert() du console.device, qui se charge de la traduction désirée, en accord avec le KeyMap spécifié. Ce qui signifie que si vous désirez que votre programme parle le suédois, le javanais ou l'espéranto, rien n'est plus facile.

Tertio, les caractères sont affichés à l'aide de la graphics.library, via la fonction Text(). Dans le programme d'exemple qui illustre cet article, le curseur est dessiné par nos soins et par la fonction RectFill(). Cela suppose bien entendu que l'on gère soi-même sa position, mais c'est enfantin. De plus, cela permet à ceux qui aiment bien se faire remarquer, d'en modifier la taille ou carrément l'apparence. Ce n'est qu'une question d'imagination - et de goût.

RawKeyConvert()

En citant tout à l'heure RawKeyConvert(), j'ai parlé de fonction, et non de commande. Qu'est-ce à dire ? Eh bien tout simplement qu'il s'agit d'une fonction et non d'une commande. Si. C'est là une particularité que le console.device partage avec le serial.device et le trackdisk.device : offrir des fonctions, tout comme une bibliothèque standard, en plus des commandes (CMD_WRITE et consoeurs). Il est d'ailleurs à regretter que cette fonction ne fasse pas partie de l'intuition.library, qui d'ailleurs l'utilise à outrance, mais bon... Cela nous oblige tout de même à utiliser une structure IOStdReq, à ouvrir le périphérique logique, à récupérer un pointeur sur son adresse de base (j'en profiter pour rappeler au passage qu'un périphérique logique a la même structure de base qu'une bibliothèque "classique").

Enfin, cela ne prend que quelques lignes de code et peu de mémoire. L'ouverture du périphérique logique se fait maintenant de manière un peu différence à celle vue le mois dernier : en mettant le numéro d'unité à "-1" lors de l'appel à OpenDevice(), on n'a pas besoin de se créer de MessagePort, et une seule structure IOStdReq suffit. Le pointeur sur l'adresse de base du périphérique logique est ensuite récupérée dans cette structure, de la manière suivante :

C

Ce qui donne en assembleur :

C

Comme vous le voyez, c'est loin d'être compliqué. Notez au passage que le nom de variable ConsoleDevice est obligatoire, du moins en C, pour que l'éditeur de liens y retrouve ses billes lors de l'édition de liens avec l'Amiga.lib. Elle doit être de type (struct ConsoleDevice *).

Bien. Voyons maintenant l'utilisation de RawKeyConvert(). Son synopsys est le suivant :

nombre = RawKeyConvert(event, buffer, buflen, keymap);
d0                     a0     a1      d1      a2

Avec :
  • event : pointeur sur une structure InputEvent.
  • buffer : pointeur sur le tampon mémoire recevant le(s) caractère(s).
  • buflen : taille de ce tampon mémoire.
  • keymap : pointeur sur un keymap particulier ou NULL.
  • nombre : nombre de caractères "traduits" ou -1 si le tampon mémoire était trop petit.
On voit ici que "event" pointe sur une structure de type InputEvent, alors qu'Intuition ne nous envoie que des IntuiMessages. Conclusion : il va falloir se fabriquer une structure InputEvent et la remplir nous-même, en recopiant tout simplement les champs de l'IntuiMessage. Cet extrait de la fonction doKeys du listing montre comme faire :

C

C'était pas bien difficile. Je laisse aux 68000eurs le soin de transcrire cette routine dans leur langage préféré.

Au retour de RawKeyConvert(), on obtient le nombre de caractères "traduits" dans le tampon mémoire, ou -1 si celui-ci était trop petit. Normalement, ce nombre devrait être égal à un, du moins tant qu'à la touche concernée, correspond un code ASCII affichage. Dans le cas des touches "spéciales" (F1 à F10, curseur, Help), le tampon mémoire contient la transcription ANSI de ces touches, à savoir (tous les codes sont en hexadécimal) :

C

Cela oblige à écrire une routine (plutôt complexe) qui interprète ces codes ANSI afin de réagir convenablement suivant la touche enfoncée... Il y a évidemment plus simple : oublier alors RawKeyConvert() et utiliser l'IntuiMessage. C'est exactement de cette façon qu'agit la fonction DoSpecialKeys() dans le listing. A noter que les touches comme Ctrl/C ou Ctrl/Y sont "traduites" en leur vraie valeur ASCII (3, 25. etc.).

C
C
C
C
C

Petite digression

Notre étude du console.device étant maintenant terminée, j'en profite qu'il me reste un peu de place pour parler de la gestion du curseur au travers de la graphics.library.

Bien que le listing proposé dans cet article n'agisse pas de cette manière (la honte soit sur moi et ma famille jusqu'à la cinquante deuxième génération), il est recommandé, pour le positionnement et la taille du curseur, de connaître les largeur, hauteur et ligne de base de la police en cours. J'ai utilisé des #define pour la police Topaz taille 8, mais il y a évidemment des moyens beaucoup plus officiels de procéder. Voici une fonction C qui réalise ceci (en supposant que la diskfont.library ait été correctement ouverte) :

C

Avec ces trois variables, on positionne le curseur où l'on veut :

C

En utilisant cette fonction, veillez à ce que le curseur soit d'au moins un pixel moins large et moins haut que la police en cours, sinon il "mordra" sur le caractère voisin.

Voilà qui vous donne tous les éléments pour créer un éditeur de texte ultra-rapide. C'est comme ça que fonctionne GenAm2, l'éditeur du Devpac, ou même MEmacs, l'éditeur fourni sur la disquette Extras du Workbench. Ed quant à lui, utilise le console.device pour la sortie des caractères... voyez la différence. Vous trouverez de plus dans le listing les routines appropriées pour éditer une ligne (BackSpace et Del sont gérées), à vous de l'adapter à plusieurs lignes, puis à un texte entier, cela est beaucoup moins difficile que ça n'en a l'air.


[Retour en haut] / [Retour aux articles] [Article précédent]