Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 17 mai 2022 - 00:42  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

Actualité (récente)
Actualité (archive)
Comparatifs
Dossiers
Entrevues
Matériel (tests)
Matériel (bidouilles)
Points de vue
En pratique
Programmation
Reportages
Quizz
Tests de jeux
Tests de logiciels
Tests de compilations
Trucs et astuces
Articles divers

Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

Menu des galeries

BD d'Amiga Spécial
Caricatures Dudai
Caricatures Jet d'ail
Diagrammes de Jay Miner
Images insolites
Fin de jeux (de A à E)
Fin de Jeux (de F à O)
Fin de jeux (de P à Z)
Galerie de Mike Dafunk
Logos d'Obligement
Pubs pour matériels
Systèmes d'exploitation
Trombinoscope Alchimie 7
Vidéos


Téléchargement

Documents
Jeux
Logiciels
Magazines
Divers


Liens

Sites de téléchargements
Associations
Pages Personnelles
Matériel
Réparateurs
Revendeurs
Presse et médias
Programmation
Logiciels
Jeux
Scène démo
Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Brutal Sports Series: Football
(Article écrit par Jérôme Bonnet et extrait de Joystick - novembre 1993)


Nous sommes en l'an (pas de grâce du tout !) 2034, et notre société est complètement sinistrée par le chômage et l'inflation galopante. Conséquence logique, la criminalité est à son zénith, et plus aucun lieu n'est sûr. Même le sport ne joue plus son rôle d'exutoire de toutes les tensions.

Brutal Sports Series: Football

Afin de remédier à cela, de petits malins ont eu un jour l'idée de créer une discipline sportive pour le moins musclée. Hybride du football américain, du football européen et des jeux du cirque, le football brutal est né. Brutal Sports Series: Football porte cependant le concept à son paroxysme, puisqu'il s'agit, sans contestation possible, du plus violent jeu de sport ayant jamais vu le jour sur micro-ordinateur. Quand on connaît le degré de puritanisme de nos amis grands-bretons, on ne peut que s'étonner que le programme ne soit pas impitoyablement frappé par la censure Outre-Manche, mais enfin, Brutal Sports Series: Football est là et c'est bien le principal.

Brutal Sports Series: Football

Vous y incarnez une équipe de bas-du-front (parmi huit proposées) qui compensent largement leurs lacunes intellectuelles par de bons vieux "biscottos" bien saillants. Une fois votre sélection effectuée, il ne vous reste plus qu'à choisir une compétition dans laquelle vos champions pourront briller. Du match "inamical" (en une, trois, ou cinq manches gagnants) opposant deux formations à une coupe à élimination directe, en passant par un championnat en règle, le choix est vaste.

A présent, l'heure est venue de rentrer dans le vif du sujet, alors que vos joueurs pénètrent dans le "stade" (à vrai dire, l'arène serait nettement plus appropriée). Le terrain ressemble vaguement à un stade de football américain, flanqué, à ses deux extrémités, de buts gravés dans la pierre. Pour remporter un match, il est possible de procéder selon deux stratégies : en finesse (très relative), ou en force (pas relative du tout).

Brutal Sports Series: Football

En effet, si lorsque le chronomètre sonne la fin de la rencontre, l'équipe ayant marqué le plus de buts obtient la victoire. Pour cela, vos joueurs sont capables d'aligner moult coups de poings et pieds pour étaler vos opposants, puis de les latter gaiement une fois qu'ils gisent au sol. Mieux encore, des épées, grenades, ou chaudrons traînent sur le terrain, dans le but justement de vous aider à exterminer les tapettes d'en face. A cet égard, Brutal Sports Series: Football fait vraiment très fort, graphismes de bonne qualité à l'appui, le sang gicle à chaque coup porté (toutes les nanosecondes), les têtes volent même parfois à grand renfort d'hémoglobine, et très vite les cadavres jonchent la pelouse. En un mot, c'est tout simplement hilarant.

En mode "deux joueurs", on prend encore plus de plaisir à sauter à pieds joints sur la face de ses adversaires. En plus des armes susnommées, divers bonus parsèment le terrain, afin d'apporter de la variété au jeu. Le poing augmente la puissance de celui qui le ramasse, le lapin augmente sa vitesse, l'éclair voit vos adversaires instantanément frappés par la foudre, les deux flèches croisées inversent les commandes de la manette de votre rival, etc. Bref, la partie, déjà haletante, connaît de multiples rebondissements, pour notre plus grande joie.

Brutal Sports Series: Football

Côté technique, si les bruitages sont amusants (bing ! ourgh ! paf !) et les graphismes bons, le jeu souffre - hélas - de sa seule mais importante déficience dans le domaine de l'animation. En effet, le défilement multidirectionnel est abominablement saccadé, cela fait longtemps que l'on n'en avait pas vu d'aussi piètre qualité sur Amiga. Ce défaut gâche une bonne partie du plaisir, et fait un peu choir le programme de son piédestal. Avec un défilement fluide, Brutal Sports Series: Football aurait été l'un des tout meilleurs jeux de l'année.

Il n'est pourtant qu'un excellent jeu, ce qui est tout de même déjà fort bien. Malgré cela, si j'ai un conseil à vous donner (je suis là pour ça, après tout), c'est bien de faire "fissa" pour l'acquisition de Brutal Sports Series: Football, vous ne le regrette-rez pas.

Nom : Brutal Sports Series: Football.
Développeurs : Teque London.
Éditeur : Millennium.
Genre : jeu de sport.
Date : 1993.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 1 Mo de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 8/10.

Les points forts :

- Il faut voir le sang gicler, les têtes sauter, bref, le mauvais goût triompher pour y croire.
- Le nombre de compétitions différentes assure au programme une bonne durée de vie.
- A deux joueurs humains, le jeu prend encore une dimension supplémentaire, tellement c'est amusant.

Les points faibles :

- Pourquoi, mais pourquoi Millennium a-il fait un aussi mauvais défilement ? Aaaaaargh, j'enrage, c'est vraiment trop dommage.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]