Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 28 mai 2017 - 16:35  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Betrayal
(Article écrit par Jacques Harbonn et extrait de Tilt - mai 1991)


Être sans foi ni loi est un facteur déterminant pour réussir en politique. Illustration parfaite de cet axiome, Betrayal vous propose la prise du pouvoir dans un monde sans scrupule : la stratégie de la traîtrise !

Betrayal

Le roi et l'évêque

Si vous vous sentez une âme de justicier, défenseur de la veuve et de l'orphelin, passez votre chemin. Si, en revanche, vous êtes prêt à toutes les bassesses et aux manoeuvres politiques les plus sournoises pour acquérir le pouvoir, Betrayal est fait pour vous !

Le thème est simple : le pouvoir est partagé entre deux hommes, le roi et l'évêque, chacun tenant une cour. Quatre seigneurs vont tenter, pour leur propre compte, d'accroître leur influence et, si possible, de renverser les dirigeants en place. Le premier qui parvient à placer deux de ses hommes à la tête de la nation a gagné. Une tâche difficile.

Betrayal

Stratégie médiévale

Au début du jeu, un certain nombre d'options vous sont présentées, qui déterminent le nombre de joueurs, humains ou tenus par le programme, le contrôle automatique ou manuel des combats et le niveau de démarrage. Quatre niveaux de départ sont proposés, de chevalier (le moins riche) à duc (qui possède déjà beaucoup d'argent et de villes). En fait, il n'est pas évident du tout de commencer au niveau duc car vos adversaires, jaloux, s'empresseront de vous faire toutes les misères possibles. Le jeu est assez complexe et le scénario d'aide fourni, loin d'être inutile pour se familiariser avec le déroulement.

Vous devez d'abord vous rendre dans l'une des villes que vous possédez. La carte générale vous fournira une approximation des positions, mais il faudra faire le trajet vous-même et découvrir les bons passages. Au cours de votre périple, vous pourrez, éventuellement, trouver de l'argent ou des preuves contre vos adversaires (nous y reviendrons). Une fois dans la ville, et si la moisson le permet, vous pourrez lever des taxes. Réservez une partie de l'argent pour payer vos impôts au roi et à l'évêque, ce qui se révéler capital, comme vous le verrez. La somme restante ira directement dans vos caisses.

Betrayal

Si vous avez trop saigné vos paysans et artisans, il ne leur restera pas assez d'argent pour subsister. Pour y pallier, deux solutions : diminuer le nombre d'hommes au village ou puiser dans vos ressources. Dans le premier cas, votre popularité risque d'en prendre un coup. Mais, comme tout bon dictateur qui se respecte, vous pourrez toujours recourir à la force pour maintenir votre pouvoir. Mettre quelques paysans au pilori aura tôt fait de calmer les esprits. Attention toutefois de ne pas aller trop loin, car le petit peuple finirait par se rebeller et refuser les taxes ou se livrer à vos concurrents.

Les conditions économiques varient assez vite, et vous devrez aussi adapter votre production (blé, poterie) en fonction de ce qui rapporte le plus sur le moment. Avant de poursuivre votre route, vous pourrez encore déplacer des hommes entre votre armée et ceux qui restent affectés à la garde du village et fixer un éventuel péage. Ne soyez pas trop gourmand pour ce péage. S'il est vraiment élevé, il faut que vos défenseurs soient puissants, car vos ennemis pourraient préférer l'attaquer que de payer la taxe. Quel que soit le péage fixé, je vous conseille de protéger correctement vos villages pour éviter qu'ils ne soient trop facilement conquis.

Les combats

Pour étendre votre domination et augmenter vos revenus, vous serez amené à conquérir des villages ennemis. Choisissez-les en fonction de leurs revenus, de leur importance stratégique et, bien entendu, de leur défense. Ces combats sont soit entièrement gérés par le programme, soit gérés partiellement, votre seule tâche consistant alors à choisir les combattants, soit, enfin, se déroulent en un mini jeu de combat. Chaque type de combattant dispose de ses points forts et faibles et il faudra donc les apparier avec soin. Ainsi face à un troll, il faut immédiatement un autre troll pour le contrer, si vous en disposez bien sûr. Les porteurs de hache ou de fléau sont redoutables aussi mais les combattants au glaive risquent en revanche de ne pas faire le poids.

Betrayal

Si le combat tourne à votre avantage, tout va bien et vous pourrez alors piller le village ou l'inclure dans vos possessions. En revanche, si vous êtes battu, vous serez fait prisonnier et devrez payer la rançon ou tenter de vous échapper. Ces combats et cette visite des villages sont capitaux pour récupérer de l'argent, l'indispensable nerf de la guerre. Mais les actions à la cour sont tout aussi importantes.

Courtisans, espionnage...

Tous les ans, vous devrez payer votre tribut aux dirigeants pour maintenir vos courtisans en place. Si vous fournissez plus d'argent, il est possible que le roi ou l'évêque engage un courtisan supplémentaire de votre camp, si toutefois il reste de la place. S'il n'en reste pas, il faut donc en faire, soit en payant des assassins, soit en discréditant un de vos ennemis dans un procès. Mais il faut évidemment réunir des preuves auparavant. Vous en trouverez certaines sur la route, d'autres pourront être achetées eu palais. Vous pourrez encore transformer un ou plusieurs de vos courtisans en espion, ce qui coûte moins cher à terme, mais risque aussi de créer des preuves contre vous. Au terme du procès, le roi ou l'évêque prend sa décision et mettra à mort purement et simplement un ou plusieurs courtisans du camp le plus fautif.

La présence de ces courtisans est capitale, car pour tenter de renverser un dirigeant, vous devrez avoir au moins six courtisans et la majorité absolue.

Bilan

Betrayal est un jeu prenant, très complexe et qui demande un certain temps pour maîtriser correctement ses vastes possibilités. Le programme joue bien et se montre un adversaire retors, surtout si vous êtes puissant.

La réalisation est de qualité convenable, avec des graphismes variés (mais pas très bien dessinés), quelques superbes animations et de bons bruitages numérisés. En revanche, l'ergonomie à la manette n'est que moyenne et on ne s'y habitue pas rapidement. Betrayal enchantera les passionnés de stratégie mais risque de rebuter les débutants.

Nom : Betrayal.
Éditeur : Rainbird.
Genre : jeu de stratégie/aventure.
Date : 1991.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 512 ko de mémoire.
Licence : commercial.

NOTE : 8/10


[Retour en haut] / [Retour aux articles]